Ordinateur
Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

12 conseils pour bien choisir son nom de domaine

Vous préparez un nouveau site web et vous débutez sur Internet ? Ces conseils vous seront très utiles pour connaître les bonnes pratiques et les astuces concernant le nom de domaine.

OrsonCe dossier a été écrit en collaboration avec Stan et Agathe, de la plateforme Orson de création de site Internet. Merci à eux !

Choisir un nom de domaine est presque aussi compliqué que de choisir le prénom d’un enfant. L’acte d’enregistrement est rapide mais le choix est définitif et restera de longues années…

Vous trouverez d’abord une présentation des noms de domaine, puis des éclairages pour faire le bon choix de nom de domaine avant la création de votre site internet.

Si vous souhaitez gagner du temps, cliquez pour accéder directement aux conseils pour choisir un bon nom de domaine :

  1. Nom composé et tirets
  2. Extension du nom de domaine
  3. Durée d’enregistrement
  4. Taille (nb de caractères)
  5. Prononciation et jeux de mots
  6. Propriété du nom de domaine
  7. Chez qui acheter son nom de domaine ?
  8. Disponibilité du nom de domaine
  9. Droits des marques
  10. Impact en référencement (SEO)
  11. Acheter un nom de domaine expiré
  12. Accents et caractères spéciaux (IDN)

Qu’est-ce qu’un nom de domaine ?

Définition du nom de domaine

MarketingUn nom de domaine définit l’adresse de votre site sur le web, sur laquelle vous pourrez communiquer.

On peut faire un parallèle avec un restaurant dans le monde physique :

  • Le local de votre restaurant correspond au serveur de votre site internet. C’est lui qui hébergera vos tables, chaises, etc. dans le monde physique et vos pages, vidéos, photos dans le monde digital.
  • L’adresse de votre restaurant dans le monde physique correspond au nom de domaine, l’adresse de votre site dans le monde digital.

“Connais-tu la super Pizzeria située au 78 Rue de Charonne ?” On dira la même chose pour votre site : “Connais-tu le super site de recettes marmiton.org ?”

Son choix est donc stratégique car la plupart de vos prospects et clients parleront de votre société en échangeant votre nom de domaine. Il en sera de même pour les journalistes et influents qui parleront de vous. “Lisez l’article super intéressant sur monsupersite.com”

Au delà de la technique et de toutes les optimisations, il faut être fier de son nom de domaine !

En fait, au-delà du nom de domaine, il y a le nom du site. Si vous avez déposé une marque, il est assez logique de l’utiliser dans votre nom de domaine. Et dans ce cas, c’est la marque que l’on retient, encore plus que le nom de domaine. Par exemple on connait « Marmiton » et pas forcément « Marmiton.org ». Ou bien « WebRankInfo » et pas « webrankinfo.com » ;-)

Si les internautes connaissent votre site par son nom, c’est encore mieux ! C’est comme connaître la pizzéria « XYZ » (en sachant qu’elle est rue de Charonne) plutôt que de connaître uniquement son adresse.

Anatomie d’un nom de domaine

Techniquement un nom de domaine est une composante essentielle de l’URL. « URL » signifie « Uniform Resource Locator », c’est-à-dire littéralement : ”localisateur uniforme de ressource”. Comme expliqué plus haut : c’est l’adresse où l’on va retrouver toutes vos ressources : pages, vidéos, images, etc…

Disséquons le nom de domaine fictif : www.monsupersite.com

Le sous-domaine

sous-domaine“www” correspond à ce qu’on appelle le sous-domaine. Par défaut, on prendra le “www” pour la partie principale du site. Ou même rien du tout ! Le « www » n’est pas obligaoire.

Vous pourrez également choisir de mettre en place un blog sur votre site. Dans ce cas, une pratique plus courante est de le positionner en sous-domaine, par exemple : blog.monsupersite.com

“blog” deviendra donc un sous-domaine de votre site internet.

Remarque : il n’est absolument pas nécessaire de mettre votre blog en sous-domaine. Vous pouvez avoir des gros sites sans aucun sous-domaine, chaque rubrique étant alors dans « un répertoire à la racine ». Pour reprendre l’exemple précédent, ça donnerait www.monsupersite.com/blog/ ou bien monsupersite.com/blog/ si vous choisissez de ne pas utiliser le sous-domaine www.

Le domaine

Dans notre exemple, cela correspond à “monsupersite”.

L’extension du nom de domaine

Cela correspond à ce qui suit le nom de domaine : “.com” dans notre exemple.

Important à savoir : ce qu’on appelle communément un nom de domaine se constitue obligatoirement du domaine et de son extension. Quand vous achetez un nom de domaine, vous payez pour chaque extension. Par contre les sous-domaines sont gratuits (à condition d’être propriétaire du nom de domaine concerné).

Et le https ?

HTTPSVotre site peut être accessible en HTTP ou en HTTPS, cela dépend si vous avez opté pour un « certificat SSL » qui permet d’afficher le fameux cadenas vert dans un navigateur.

Si votre projet concerne un nouveau site, il vaut mieux opter pour HTTPS. Suivez ces conseils pour connaître l’impact SEO !

Et le reste de l’URL ?

Cet article étant dédié aux noms de domaine, nous ne détaillons pas la suite. Mais pour en savoir plus, découvrez ici les autres parties d’une URL (et leur impact sur le référencement).

 

Maintenant que les choses sont claires, voici les meilleures astuces qui vont vous permettre de faire un choix éclairé et de trouver le nom de domaine parfait. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser dans les commentaires !

12 astuces pour choisir son nom de domaine

1. Nom composé et tirets

Faire simple est souvent le plus efficace ;-)

Lorsque vous parlez de votre entreprise, vous allez tout simplement employer son nom commercial. La meilleure pratique est donc simplement d’acheter le nom de domaine correspondant au nom de votre entreprise.

Que faire si votre entreprise a un nom composé ? Prenons quelques exemples de banques françaises qui ont dû longuement réfléchir à leur nom de domaine :

  • Banque Populaire : banquepopulaire.fr
  • Crédit Agricole : credit-agricole.fr
  • Société Générale : societegenerale.fr
  • Crédit Coopératif : credit-cooperatif.coop

Quelle conclusion en tirer ? La réponse est : aucune ! A une époque, les webmarketeurs préféraient séparer chaque mot avec des tirets sous couvert que cela était plus simple pour les internautes à saisir. Désormais, la tendance s’est inversée et les internautes ont pris l’habitude de saisir les noms de domaine sans tirets.

Notre conseil : préférez des noms de domaines sans tirets. Partagez-le sur Twitter :

Mieux vaut choisir un nom de domaine sans tirets, c'est globalement mieux (SEO, marketing, etc.)Click to Tweet

Attention, tenez compte aussi de ces remarques importantes :

  • Quel que soit votre choix (avec ou sans tirets), il faut acheter les différentes variantes. Cela évitera qu’un petit malin les achète et vous pose des problèmes (même si juridiquement il y a parfois des possibilités de les récupérer). Mettez en place une redirection 301 des variantes vers le nom de domaine officiel.
  • Si votre nom de société est composé de plusieurs mots et que la dernière lettre d’un mot est identique à la première lettre du mot suivant (exemple “Ma Belle Ecole”), ajoutez des tirets. Cela facilitera la saisie mais aussi la lecture : « ma-belle-ecole.fr » est plus simple à comprendre que « mabelleecole.fr ».
  • Si possible, limitez-vous à 2 mots ou alors choisissez malgré tout de tout « coller », sans tirets (comme webrankinfo.com).

Quel tiret utiliser ? Vous ne risquez pas de vous tromper puisque seul le tiret classique (touche du 6 sur votre clavier sous Windows) est autorisé. Vous ne pourrez pas acheter un nom de domaine avec un underscore ( _ ).

Remarque : dans le reste de l’URL, le tiret bas (underscore) est possible mais le « tiret du 6 » est recommandé.

2. L’extension du nom de domaine

PaysLà aussi, le choix peut être guidé par le bon sens. Une bonne pratique consiste à choisir l’extension qui correspond au pays que vous ciblez en termes de marché. En effet, l’extension a été initialement créée pour définir le pays d’origine de votre site.

Par exemple, si votre société vend uniquement en France, vous choisirez un .fr tandis que si vous vendez uniquement au Portugal, vous choisirez un .pt.

Si vous souhaitez toucher plusieurs pays (et communiquer en plusieurs langues), vous avez le choix entre 2 stratégies :

  • soit tout mettre sur un seul nom de domaine : dans ce cas il vaut mieux le .com. C’est ce qu’a fait par exemple Apple.
  • soit utiliser un nom de domaine avec l’extension de chaque pays cible. C’est ce qu’ont fait par exemple Amazon ou Google.

En fait, dans tous les cas, il est recommandé d’acheter les différentes extensions, même si vous n’en utilisez qu’une concrètement. Toujours pour éviter qu’un tiers ne les achète et vous cause des problèmes.

Des questions sur le référencement à l’international ? Posez-les dans le forum

Remarque : l’aspect « local » a pris une très grande importance sur le web : la majorité des internautes font des recherches locales. Certainement depuis que le mobile a dépassé l’ordinateur fixe ! De nouvelles extensions ont donc fait leur apparition, elles pourraient vous intéresser si votre activité est intimement liée à une région. Par exemple, vous pourriez prendre un nom de domaine avec l’extension .paris pour la capitale, ou .alsace pour ne citer qu’une région parmi d’autres. Ces extensions spéciales coûtent souvent bien plus cher que le standard (.com ou .fr) et n’apportent pas d’avantage SEO direct.

3. Durée d’enregistrement du nom de domaine

CalendrierOn parle de durée d’enregistrement car un nom de domaine n’est jamais acheté à vie. On loue un nom de domaine pour une durée déterminée. La durée d’enregistrement d’un nom de domaine est de 1 an (minimum) à 10 ans (durée maximale).

Sur quelle durée faut-il réserver son nom de domaine ? Là aussi, il faut laisser le bon sens agir. Ainsi que votre budget !

Si ce nom de domaine est destiné à un site événementiel voué à disparaître dans les 12 mois, alors achetez-le pour 12 mois uniquement. Notez que s’il a connu un grand succès, il vaut mieux éviter de l’abandonner car il a de la valeur. On parle de « jus » pour la notoriété qu’il peut transmettre à d’autres sites si le site leur fait des liens.

A ce propos : quel est l’impact de la durée d’enregistrement sur le référencement ? Aucune semble-t-il. C’est en tout cas ce que John Mueller (chez Google) a souvent indiqué, même si le brevet US7346839B2 semble indiquer que ça pourrait compter…

Mais si vous lancez un site pour un projet sérieux, c’est pour être là plusieurs années. Alors réservez votre NDD pour plusieurs années, vous pourrez peut-être profiter d’un rabais.

4. La taille du nom de domaine

Plus c’est court, mieux c’est !

En effet, plus le nom de domaine est court, plus il aura de chances d’être facilement mémorisable. C’est tellement vrai que l’on considère qu’il n’existe plus aucun nom de domaine disponible en dessous de 5 caractères sur l’extension .com.

OK, mais alors combien de caractères pour le nom de domaine ?

  • Techniquement , un nom de domaine (intégrant le sous-domaine), peut aller jusqu’à 255 caractères
  • Il est très vivement conseillé de ne jamais dépasser 30 caractères
  • Il est préférable d’avoir un nom de domaine de moins de 15 caractères

5. Prononciation et jeux de mots

Votre nom de domaine doit être facile à prononcer dans tous les marchés (et langues) que vous visez.

Renseignez-vous sur les éventuels jeux de mots associés à votre nom, y compris dans d’autres langues ou pays. Il ne faudrait pas vous retrouver face à un bad buzz !

Faites attention aux lettres muettes.

Dans le même registre, évitez les chiffres/nombres, car les gens hésiteront à les écrire en chiffres ou en toutes lettres.

6. Propriété du nom de domaine

Propriété site webIl est impératif que vous soyez le propriétaire de votre nom de domaine. En effet, c’est sur lui que vous allez investir votre énergie. Le contenu de qualité que vous allez placer sur votre site va lui apporter de l’autorité auprès de Google. Idem pour les liens qui vous pointer vers le site, pris comme des recommandations par l’algo de Google.

Cette autorité sera directement reliée à votre nom de domaine.

Certaines plateformes proposent d’avoir un site sans nom de domaine mais ce n’est pas une bonne idée. Les quelques euros que vous allez économiser par an seront rien par rapport à l’inconvénient de ne pas investir dans un nom de domaine.

7. Chez qui acheter son nom de domaine ?

AchatPour acheter un nom de domaine, il faut aller chez un registrar, c’est-à-dire un vendeur accrédité. On appelle cette opération l’enregistrement de nom de domaine.

Comment choisir un bon registrar ? Etudiez ce qui les distingue, par exemple :

  • le prix de vente
  • les fonctionnalités techniques liées au paramétrage
  • possibilités de protection du nom de domaine (par exemple DNSSEEC, DNS Anycast, Whois anonyme, anti-vol, anti-typosquatting, anti-cybersquatting)
  • facilité à transférer depuis un autre registrar
  • simplicité à renouveler (option renouvellement automatique)
  • la langue de l’interface, la qualité du panneau de contrôle
  • le choix (nombre d’extensions proposées à la vente)
  • la qualité du support client par email, téléphone ou chat
  • l’ancienneté de l’entreprise
  • le nombre de noms de domaine gérés ou déjà vendus

Passez par des entreprises réputées comme GoDaddy (un des principaux registrars sur le plan mondial) ou en France OVHGandi ou LWS.

8. Disponibilité du nom de domaine

Extension nom de domaineLors de l’achat de votre nom de domaine les registars vont aller interroger leur base de données pour s’assurer que le domaine (incluant son extension) est disponible.

Si malheureusement le nom de domaine lié au nom de votre entreprise n’est pas disponible sur l’extension souhaitée, essayez des alternatives. Il est possible par exemple de prendre l’extension .net ou d’autres. Citons le .io souvent utilisé dans le domaine des nouvelles technologies.

Quel impact SEO ? De façon directe, l’extension de domaine n’a pas d’impact en référencement, sauf en ce qui concerne les extensions associées à des pays (par exemple .fr). De façon indirecte, ça peut ajouter un mot-clé, notamment avec les nouvelles extensions comme .boutique.

Comment trouver un nom de domaine ? Une bonne idée qui respecte tous ces conseils ?

Si vous manquez d’inspiration, essayez un outil gratuit comme Naminum ou tournez-vous vers des sociétés spécialisées dans la recherche de marques et noms de domaine (attention, le budget est souvent de plusieurs milliers d’euros).

Ou alors, c’est que votre choix de nom de site/entreprise est mauvais !

9. Marque et nom de domaine

Le fait qu’un nom de domaine soit disponible ne signifie pas forcément que ce dernier respecte le droit de marque et donc que vous pouvez en faire l’acquisition. Très concrètement, si vous avez créé un smartphone et que vous le vendez sous le nom de domaine apple-magique.net, vous recevrez certainement rapidement un courrier du cabinet d’avocats d’Apple vous demandant de leur restituer ce nom de domaine.

Pensez donc à vous assurer de la disponibilité de cette marque dans votre secteur d’activité. Si votre activité ne concerne que la France, commencez en cherchant sur le site de l’INPI. Sinon, allez voir ses équivalents pour d’autres pays/régions (EUIPO pour l’Europe, OMPI au niveau mondial avec sa base ROMARIN pour la recherche dans les marques internationales déposées dans le système de Madrid).

Dans notre exemple, cette marque fictive “Apple Magique” doit certainement être disponible. La base de données de l’INPI vous répondra donc par la positive. Vous en conviendrez, c’est tout de même une atteinte indirecte à la marque, voire une tromperie organisée. Surtout si vous vendez des smartphones…

Votre bon sens sera juge – ou le conseil de votre avocat spécialiste en propriété intellectuelle et droit des marques.

10. Nom de domaine et référencement

SEOLa question s’est longtemps posée : est-ce que le nom de domaine influence le référencement et donc la visibilité de mon site internet ?

Si cela a pu être le cas à une époque dans l’algorithme de Google, cela n’est plus d’actualité. Le sujet a été officiellement clôturé par Matt Cutts, responsable de l’algorithme Google pendant de nombreuses années. En revanche, Matt Cutts explique dans cette vidéo que naturellement, la présence d’un mot clé peut avoir un impact marketing sur l’internaute.

Là encore, le bon sens…

Si un internaute recherche une “recette de tarte sucrée” et que lors de sa recherche,  Google lui propose les domaines suivants :

  • recettes.com
  • recettes-tartes.com
  • recettes-sucre.com
  • marmiton.org

L’internaute aura naturellement tendance à aller cliquer sur le domaine “recettes-tartes.com” qui a priori répond le plus à sa recherche. A moins qu’il ne connaisse Marmiton et que sa notoriété est telle qu’il choisira ce site…

Résultats de recherche (SERP)Par ailleurs, dans les pages de résultats, Google met en gras les mots clés recherchés par l’internaute. Ce qui va visuellement mettre l’accent sur le nom de domaine intégrant ces mots clés. Vous me direz « oui mais ça peut aussi être ailleurs dans l’URL »…

Enfin, sachez qu’avec un nom de domaine composé uniquement de mots-clés, il faut faire spécialement attention aux algorithmes de Google, notamment ceux répondant aux noms de « EMD » et « Pingouin« .

Si vous souhaitez creuser, lisez ce dossier rédigé pour l’AFNIC

Remarque : attention si vous changez de nom de domaine, votre référencement pourrait chuter. Suivez ces conseils pour que tout se passe bien dans ce cas.

11. Acheter un nom de domaine expiré

Si vous n’achetez pas un nom de domaine inédit, inventé pour votre marque, vous pouvez opter pour un nom de domaine expiré. En d’autres termes, un nom de domaine d’occasion :-) Il s’agit d’un NDD qui n’a pas été renouvelé et qui se retrouve à nouveau disponible à l’achat.

Si dans certains cas cela peut s’avérer être un bon plan, mieux vaut penser à analyser à quoi il a servi dans le passé. Un site a-t-il exploité ce nom ? Si c’est le cas, étudiez bien ce qu’il était :

  • quelle était la thématique du site ? il vaut mieux qu’elle corresponde à celle de votre futur site. Regardez sur l’outil WayBack Machine de archive.org
  • le site était-il dans un secteur spécial (sexe, alcool, etc.) ? était-il illégal ?
  • quels sont les backlinks ? le profil des liens pointant vers le site est-il « propre » ou « artificiel » (au sens de Google) ?

Si vous ne savez pas faire cette analyse, évitez l’achat de NDD expiré, ça risque de vous jouer de mauvais tours… Ou bien demandez à un professionnel de procéder à ces vérifications.

12. Attention aux accents et caractères spéciaux

Le saviez-vous ? Il est possible d’avoir des accents dans un nom de domaine (en tout cas sur pas mal d’extensions). Si le nom de votre site peut s’écrire avec des accents, il est impératif d’acheter les variantes accentuées (et de les rediriger en 301 vers le nom de domaine officiel).

Par exemple, à l’heure actuelle ikéa.com est détenu par un tiers sans rapport avec la société Ikéa, qui a semble-t-il oublié d’acheter ce nom de domaine accentué. Résultat, même si c’est un exemple évident de cybersquatting, cela fait des années que ça dure. L’internaute qui taperait directement ikéa.com dans son navigateur se retrouverait sur un parking de nom de domaine, c’est-à-dire uniquement des publicités…

A l’inverse, auféminin.com redirige bien vers le site officiel aufeminin.com.

Ceci ne concerne pas seulement les accents mais aussi les caractères non latins comme les cyrilliques, arabes, chinois, etc. On appelle ça les IDN.

Avec tous ces conseils, vous pourrez trouver le nom de domaine de vos rêves !

Source des icônes : flaticon.com

Cet article vous a-t-il plu ?

Note : 4.0 (9 votes)
Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.