Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Comment faire du tracking avec Google Analytics

Pour faire connaître votre site au plus grand nombre, vous mettez certainement en place des campagnes emarketing : newsletters, emailings, flux RSS, partenariats, réseaux sociaux, etc. Pour mesurer la performance de toutes ces actions, et donc votre retour sur investissement, il est indispensable d’avoir une méthode fiable. Google Analytics en propose une très simple, basée sur le tracking des URL, qui consiste à passer dans les URL des paramètres de tracking. Voici un tutoriel complet avec de nombreux conseils, accompagné d’un outil de création d’URL taguées.

Article mis à jour le 12/03/2015, publié initialement le 08/11/2010

Sommaire :

  1. L’intérêt du tracking
  2. Comment faire du tracking
  3. Comment analyser dans Google Analytics
Tracking Google Analytics

L’analyse des performances de vos campagnes emarketing, avec le tracking des URL et Google Analytics

Pourquoi faut-il tracker ses URL ?

Si vous faites un partenariat avec un autre site, et que vous obtenez un lien de son site vers le votre, il est préférable de « taguer le lien », c’est-à-dire d’introduire du tracking, autrement dit un paramétrage spécial du lien. En effet, si vous ne faites rien de spécial, vous aurez plus de mal à « repérer » dans vos statistiques le trafic généré par ce partenaire. Certes, il sera listé dans les sites référents (referrers), mais d’une part il sera bien mélangé avec tous les autres, d’autre part vous n’aurez pas tous les détails nécessaires pour une analyse fine.

De même, si vous envoyez des mails de promotion pour votre site, ou si vous arrivez à avoir des liens dans des newsletters ou mailings de partenaires, la situation sera encore pire. En effet, une partie de ces mails sera lue à partie d’un logiciel de messagerie, ce qui ne permettra pas d’identifier sa provenance (c’est le problème du referrer vide, qui vient gonfler artificiellement le trafic direct). Pour les autres mails (qui seront lus dans des webmails), le résultat ne sera guère mieux : vous saurez simplement que vous avez reçu du trafic depuis un mail.

Egalement, tous les liens que vous insérez dans vos posts sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et les autres) devraient idéalement être tagués. Sinon, vous aurez beaucoup de mal à juger si le ROI est bon, c’est-à-dire si le temps investi dans les media sociaux est rentable dans votre cas.

Au contraire, si vous incluez des paramètres de tracking dans tous vos liens de campagnes emarketing, alors vous saurez attribuer la provenance des internautes ainsi attirés vers votre site. Après analyse, vous pourrez conclure de l’efficacité de chaque campagne, partenariat, mailing, échange de liens, etc.

Remarque préalable : on explique tout ça en détails, avec démonstration et réponses aux questions, pendant la formation Google Analytics niveau Marketing. Cela dit avec le tuto ci-dessous, vous devriez pouvoir vous en sortir ;-)

Comment faire du tracking dans Google Analytics

Passer dans l’URL des paramètres de campagne marketing

Google Analytics identifie la provenance du visiteur au travers de plusieurs éléments que je vais vous détailler. Dans certains cas particuliers, ces éléments sont automatiquement connus de Google Analytics sans que vous n’ayez rien à faire : c’est le cas du trafic issu du référencement naturel ou des liens sponsorisés (sauf problème de configuration AdWords). Dans tous les autres cas, c’est à vous d’indiquer à Google Analytics les valeurs de ces différents éléments. Pour cela, il suffit d’ajouter aux URL pointant vers votre site des paramètres.

Par exemple si mon site WebRankInfo fait un lien vers mon partenaire Ranking Metrics, au lieu de pointer vers

Ranking Metrics


je peux pointer vers :

Ranking Metrics

Dans cet exemple, je précise à Google Analytics que les internautes qui viendront sur ranking-metrics.fr via ce lien proviennent d’une source appelée « webrankinfo » via un support appelé « liens ». Le choix des valeurs reste libre mais pas celui des noms des variables.

Liste des variables de tracking de Google Analytics

Voici la liste des variables à utiliser pour taguer vos URL (elles commencent toutes par UTM ce qui signifie Urchin Tracking Management) :

  • utm_source : Il s’agit du nom de la source, en général le nom du site qui vous fait le lien. Ce paramètre est indispensable.
  • utm_medium : Il s’agit du nom du support, c’est-à-dire le moyen utilisé pour faire le lien. Vous pouvez choisir ce que vous voulez, par exemple cpc pour les liens sponsorisés, display pour les bannières de pub, email pour les mailings ou newsletters, reseaux-sociaux pour les réseaux sociaux, etc. L’utilisation de ce paramètre est très fortement recommandée.
  • utm_campaign : Il s’agit du nom de la campagne marketing. Pour un mailing ou une newsletter, on peut inclure la date d’envoi. L’utilisation de ce paramètre est recommandée.
  • utm_content : Dans les campagnes de liens sponsorisés, il s’agit de l’annonce. Pour d’autres cas on peut utiliser ce champ par exemple pour définir la zone de la page contenant le lien, ou différencier un lien texte d’un lien image, ou différencier les variantes en tests A/B, ou différencier les formats/emplacements de bannières. Ce paramètre est optionnel.
  • utm_term : Dans les campagnes de liens sponsorisés, il s’agit du mot-clé (terme de la campagne). Pour d’autres cas on peut utiliser ce champ pour définir de façon encore plus précise le lien. Ce paramètre est optionnel.

Conseils de tagging

Voici ce que je vous conseille :

  • Utilisez toujours exactement le même libellé pour chaque source, sinon vos données seront dispersées dans Google Analytics. Par exemple si vous utilisez parfois « reseaux-sociaux » et d’autres fois « social-media », vos statistiques ne seront pas regroupées correctement.
  • Choisissez si vous utilisez ou pas des majuscules, puis tenez-vous à votre choix. N’utilisez donc pas parfois « Facebook » et d’autres fois « facebook » (Google tient compte de la casse).
  • Evitez les accents, caractères spéciaux et ponctuation : ces caractères devront être encodés dans les URL et sont souvent la cause de problèmes. Disons que c’est plus simple de ne pas les utiliser.

Quels liens devriez-vous taguer ? Plein ! Par exemple :

  • le lien obtenu sur un site partenaire (suffisamment important)
  • tous les liens dans votre newsletter ou vos mailings
  • les liens dans votre signature de mail ou de forum
  • les liens postés dans vos profils de réseaux sociaux
  • éventuellement des liens postés dans des commentaires de blogs ou des posts de forums

Je suis certain que parmi vous certains auront d’autres conseils, qu’ils n’hésitent pas à les donner en commentaires !

Choix du séparateur : ? ou #

La plupart des gens qui ajoutent des paramètres de tracking à leurs URL le font en ajoutant le point d’interrogation ? à la fin de l’URL, suivi de la liste des paramètres (séparés par &). Si l’URL contient déjà un point d’interrogation, les paramètres sont ajoutés après un signe & dans l’URL.

Exemple d’URL taguée en utilisant ? comme séparateur :

http://www.example.com/dossier/page.html?utm_source=twitter&utm_medium=reseaux-sociaux

Le problème est que ça génère du contenu dupliqué, puisque l’URL taguée est différente de l’URL non taguée mais affiche pourtant strictement le même contenu. Vous pouvez trouver dans Google des millions de pages indexées avec des paramètres de tracking (ce qui fausse alors tout le tracking).

Il existe une solution à la fois simple et efficace (à mon avis meilleure que la balise d’URL canonique) : passer les paramètres de tracking derrière le signe #, même s’il ne  s’agit pas d’une ancre interne. Tout ce qui est derrière le signe # étant ignoré des moteurs, cela ne génèrera pas de problèmes de duplicate content.

Exemple d’URL taguée en utilisant # comme séparateur :

http://www.example.com/dossier/page.html#utm_source=twitter&utm_medium=reseaux-sociaux

Pour que ces paramètres soient correctement pris en compte par Google :

  • si vous utilisez Google Universal Analytics, vous n’avez rien à faire
  • sinon, il faut ajouter une ligne comme indiqué ci-après

Indiquez dans votre code de suivi Google Analytics que vous voulez utiliser cette méthode :

Avec le code synchrone vous devez ajouter une ligne de ce genre :
pageTracker._setAllowAnchor(true);

Avec le code asynchrone vous devez ajouter une ligne de ce genre :
_gaq.push(['_setAllowAnchor', true]);

Cette ligne doit être placée avant l’appel de _trackPageview()

Cette option setAllowAnchor est bien entendu à insérer sur le site qui reçoit le lien (votre site a priori).

Utiliser un raccourcisseur d’URL

Ajouter des paramètres de tracking, c’est bien mais les URL finales se retrouvent souvent très longues. Si par exemple vous devez mettre une telle URL dans un tweet, ça devient tout simplement impossible (limitation à 140 caractères).

Pour résoudre ce problème, il suffit d’utiliser un outil qui va raccourcir vos URL, comme par exemple bit.ly, goo.gl (ou pourquoi pas votre propre outil, ce que j’ai fait pour WebRankInfo avec wri.me).

Le principe d’un « URL shortener » est très simple : on lui fournit l’URL longue à raccourcir, par exemple :

Formation réseaux sociaux, E-réputation, Facebook, Twitter

Le raccourcisseur d’URL attribue à cette URL un identifiant unique, très court, du genre :

http://bit.ly/a3Np5U

C’est finalement cette URL qu’on va utiliser dans le lien. Quand un internaute clique dessus, il arrivera via une redirection 301 vers l’URL avec tracking. Grâce à cette bonne redirection, les paramètres de tracking sont conservés et donc fonctionnels.

On peut reprocher à ces outils de masquer la signification des URL (l’identifiant court généré ne voulant rien dire en général). Certains permettent de choisir un identifiant, ce qui atténue cet inconvénient.

Les bons URL shorteners donnent accès à des statistiques incluant au minimum le nombre de clics. Mais si les URL raccourcies incluaient du tracking, vous avez de toutes façons toutes les statistiques nécessaires.

Rappel : n’utilisez les raccourcisseurs d’URL que si vous ne pouvez pas faire autrement, car un lien par redirection est toujours moins efficace en référencement qu’un lien direct.

Outil de création d’URL avec tracking

Google propose ici un outil permettant de générer des URL intégrant ce tracking. Je propose également un outil de création d’URL qui intègre quelques options supplémentaires. Vous pouvez l’utiliser librement, il est gratuit. Bien entendu, aucune des URL fournies à l’outil n’est enregistrée pour une quelconque exploitation.

Comment consulter les statistiques dans Google Analytics

Une fois que vous avez intégré du tracking dans les URL des liens pointant vers votre site, et que des internautes ont cliqué dessus (sic), vous pourrez analyser le trafic concerné dans Google Analytics.

Analyse des supports de trafic dans Google Analytics

Analyse des supports de trafic dans Google Analytics (dans cet exemple, le tracking des réseaux sociaux vient d’être mis en place…Espérons que les chiffres calculés sur 1 mois seront meilleurs !)

Allez dans le menu « Sources de trafic » à gauche, puis cliquez sur « Toutes les sources de trafic ». Google Analytics affiche alors la liste des paires Source/Support qui ont généré le plus de visites sur la période étudiée.

Si vous souhaitez analyser indépendamment soit une source, soit un support, cliquez sous la courbe dans le menu « Afficher » soit sur « Source », soit sur « Support », au lieu de la valeur par défaut « Source/Support ».

Vous constaterez qu’il existe 3 supports prédéfinis et par ailleurs non traduits :

  • organic : il s’agit du trafic organique, c’est-à-dire le référencement naturel
  • referral : il s’agit des référents, c’est-à-dire tous les autres cas où le referrer a pu être identifié
  • (none) : il s’agit du trafic direct

Par contre, à chaque fois que vous recevrez du trafic via un lien qui redéfinit un de ces paramètres (source, support, etc.), alors Google Analytics retient celui qui est fixé par les variables. C’est pourquoi il est déconseillé d’ajouter du tracking sur des liens internes (car cela écrase la vraie provenance du visiteur).

Si vous avez régulièrement besoin d’analyser un certain type de trafic (exemple : celui issu des réseaux sociaux), n’hésitez pas à vous créer un segment avancé, vous gagnerez du temps.

Votre avis et vos questions

Merci à ceux qui m’ont lu jusqu’ici ! J’ai essayé d’expliquer de façon pédagogique tout ce qu’il faut savoir sur le suivi des campagnes emarketing dans Google Analytics. Il y a sans doute des points à mieux expliquer ou à rajouter : je vous fais confiance pour me les indiquer en commentaires ou dans le forum Google Analytics : tutoriel et outil de tracking Google Analytics.

Si vous découvrez les possibilités offertes par ce tracking, vous vous rendez peut-être compte du potentiel énorme d’optimisation des performances de votre site par l’analyse. C’est ce que permet un outil de web analytics comme Google Analytics. Pour en apprendre bien plus, venez en formation Google Analytics, vous ne le regretterez pas, comme en témoignent ces avis clients Ranking Metrics.

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

53 commentaires

Maxime

À mon avis, il n’y a pas de contenu dupliqué en utilisant utm_source … en query string (cad derrière un ?).

C’est quand même google par google. Au pire, il faut déclarer ces paramètres comme étant à ignorer dans Google Webmaster Center, et on est sûr qu’il en tiendra pas compte dans l’indexation (il les retirera de l’url pour avoir l’url « canonique » à indexer).

Répondre
Olivier Duffez

C’est ce que répondent en général ceux qui travaillent Google Analytics davantage que le référencement ;-)
Dans ce cas pourquoi Google indexe autant de pages avec utm_source ?
En fait Google a toujours voulu faire passer le message « Nous sommes tellement forts que vous n’avez pas besoin de vous soucier du problème des contenus dupliqués ». Mais quand on creuse, on voit qu’il vaut mieux ne pas les croire !

Répondre
Nicolas Chevallier

Merci pour cet article. Je penserai à faire ce genre de tracking pour les newsletters à l’avenir. Par contre pour les médias sociaux, on a souvent le referer, non?

Répondre
Olivier Duffez

Tu as le referrer si le lien est cliqué sur un site web, mais tu peut perdre le referrer avec tous ceux qui utilisent des extensions Firefox, des applications ou simplement des smartphones. Ou bien ceux qui sont en mode sécurisé HTTPS

Répondre
Nicolas Chevallier

Ah oui exact, j’y avais pas pensé!

Répondre
chucki02

Super article

Juste un bémol, l’ajout du # fait foirer le partage via twitter… Je viens d’arriver sur cette page avec l’URL suivante -http://www.webrankinfo.com/dossiers/google-analytics/tracking-url#utm_source=WebRankInfo&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter-26-10-2010&utm_content=actualites

A cause du dièse, le partage sur twitter déconne, il ne reconnait pas l’URL

On ne peut pas tout avoir !

Répondre
JP

Ce qui serait intéressant : avoir une sorte de référentiel des paramètres passés dans les variables de tracking. Ex. :
Différentes possibilités pour utm_source:
– newsletterX
– siteY
– etc.
Différentes possibilités pour utm_medium:



Différentes possibilités pour utm_campaign:



Différentes possibilités pour utm_content:



Différentes possibilités pour utm_term:


Bref, de prévoir ce que l’on risque d’oublier au début. Ex. : comme la plupart des sites je shoot régulièrement des newsletters. Je serai tenté de tagger :
> utm_source = newsletter-nom-de-mon-site
> utm_medium = email
> utm_campaign = 2010-10-28
> utm_term = rien
> utm_content = rien

Or, après quelques shoots, je vais me rendre compte que les stats vont être trop générales pour aider à la décision (sans segmentation, la stat n’est rien :-) ).

[1] utm_source = newsletter-nom-de-mon-site va être trop large si je shoot différents types de newsletters comme par exemple, une news hebdo et une news mensuelle (au choix de l’abonné) ET/OU une news à destination des prospects, l’autre à destination des client et enfin la dernière à destination des ex-clients.
A ce moment là, il vaut mieux prévoir de tagger ainsi :
> newsletter-hebdo-nom-de-mon-site-prospect
> newsletter-hebdo-nom-de-mon-site-client
> newsletter-hebdo-nom-de-mon-site-ex-client
> newsletter-mensuelle-nom-de-mon-site-prospect
> newsletter-mensuelle-nom-de-mon-site-client
> newsletter-mensuelle-nom-de-mon-site-ex-client
Avec ça vous pourrez vraiment mesurer quelque chose et en tirer des conclusions.

[2] utm_medium = email
Au départ, on pourrait vouloir tagger comme ceci :
– email
– web (pour tout ce qui est « autre » que l’epub)
– display (pour l’epub)
– print (possible en donnant une URL courte redirigée en 301 sur une URL taggée)
– radio (possible en donnant une URL courte redirigée en 301 sur une URL taggée)
– tv (possible en donnant une URL courte redirigée en 301 sur une URL taggée)

Mais cela peut être limitatif, et vous pouvez être tenté d’étoffer le référentiel pour avoir des stats plus « actionnables ». Ex. donné par Olivier : « reseaux-sociaux » qui pourrait être compris dans « web ». Ainsi nous pourrions imaginer décliner :
> email-promotionnel
> email-informatif
> email-de-gestion / transactionnel
> etc.
En effet, un email d’acquisition (promotionnel, sur une cible prospect), sera très différent d’un email de fidélisation (informatif, type newsletter), etc. Tout mélanger dans « email » rend les stats peu exploitables !

[3] utm_campaign = 2010-10-28
Jusqu’à présent je suis pas arrivé à faire des couplages entre utm_campaign et utm_source sans que cela soit une usine à gaz. Donc, je vous laisse imaginer que si vous saisissez « 2010-10-28 » sans rien d’autre, cela ne va pas être simple de savoir à quoi cela correspond. J’ai personnellement pris le parti de nommer mes campagnes en reprenant ce que j’ai mis dans la source et en faisant suivre par la libellé de campagne. Ex. :
> utm_campaign = ewsletter-hebdo-nom-de-mon-site-prospect-2010-10-28

[4] utm_term = rien
Il me semble que ce champ ne doit être utilisé que pour des liens relatifs à des « mots clés » acheté au CPC (moteurs de recherche, comparateurs en ligne, etc.). Donc, faire attention !

[5] utm_content = à la base il est prévu pour faire de l’A/B testing… mais c’est le champ joker qui permet un peu de tout faire. Comme le dit Olivier, il permet de tracker des liens. Ex. : comme la plupart des routeurs email, mon routeur ne fait pas la différence dans le tracking des clics entre les différents liens s’ils ont la même URL. Or, l’URL de la homepage de mon site est présente plusieurs fois (logo, footer, etc.). Idem pour les articles : le lien vers l’article est présent dans l’image associée, le titre de l’article et le « lire la suite ». Bref. en ajoutant un utm_content spécifique à chaque lien, mon routeur prend tous les liens pour des liens différentes, donc j’ai une vrai heatmap des clicks sur la news, mais en plus, je sais ce que chaque lien m’a apporté comme trafic. Ex. : mes clients cliquent plus sur les images que sur les liens textes. mes clients qui cliquent sur le logo en header ont une forte propension à convertir sur mon offre premium. Etc. Ex. de liens :
> utm_campaign = ewsletter-hebdo-nom-de-mon-site-prospect-2010-10-28-homepage-logoheader
> utm_campaign = ewsletter-hebdo-nom-de-mon-site-prospect-2010-10-28-homepage-lienfooter
> utm_campaign = ewsletter-hebdo-nom-de-mon-site-prospect-2010-10-28-artY-imagearticle
> utm_campaign = ewsletter-hebdo-nom-de-mon-site-prospect-2010-10-28-artY-titrearticle
> utm_campaign = ewsletter-hebdo-nom-de-mon-site-prospect-2010-10-28-artY-ensavoirplusarticle
> etc.
Attention toutefois à ne pas mettre non plus n’importe quoi ! Les CGU de G.A. sont claires : pas de tracking « nominatif » = pas de données personnelles dans ces paramètres. Il est tentant de vouloir injecter dynamiquement l’adresse email comme variable dans ce paramètre :-) Si vous faites ça, Google peut fermer d’office votre compte et retirer la certification de votre consultant G.A. ! Le plus drôle c’est que j’ai vu une agence qui vend de la presta et de la formation G.A. (non pas toi Olivier), le faire dans ses newsletters ! LOL Non non, je ne citerai pas de nom ! :-)))

Voilà un long commentaire, que vous pouvez reprendre sur le forum si vous voulez. L’histoire est de mettre en place des bonnes pratiques dans le nommage/référentiel sur la base de ce que j’ai précisé plus haut et de tous ce que peuvent apporter les utilisateurs de G.A.
Bien évidemment, mettre en place un tracking si fin implique d’avoir le temps de l’analyser derrière. Une petite équipe préfèrera la méthode fourretout (email, display, etc.) car elle a l’avantage de ne pas nécessiter de temps d’analyse et de consolidation (quoique, avec des segments, cela peut aller vite).

Enfin, je reviens sur la discussion des ? et des # :
Les liens de tracking n’ont pas vocation à être placés sur des sites dont le referrer peut être identifié (sites web, forums, réseaux sociaux, etc.), mais plutôt sur des campagnes (epub avec des AdServer qui masquent le referrer) et des medias qui posent problème pour les referrers (email, twitter, etc.). Bref, à la base un lien tracké par G.A. ne peut pas se trouver sur un support accessible par Google ou, tout du mois, si le lien est accessible il n’est pas crawlé (cas de la bannière avec l’AdServer derrière).
Google a prévu le système de tracking dans ce sens. Maintenant, il est vrai que l’évolution des usages fait qu’il n’est certainement plus adapté à l’heure actuelle.

Bonne journée ;-)

attention

Répondre
Olivier Duffez

En voilà un bon commentaire ! Merci JP, ça fait plaisir, surtout après les heures passées à rédiger mon tutoriel et à créer mon outil.
Je retiens que tu conseilles d’être plus précis dans le nommage. Par contre :
– est-ce vraiment efficace de donner des noms aussi précis à la source ?
– pourquoi ne pas utiliser utm_term, dans les cas où il nous faut une variable de plus ? C’est utilisable dans les rapports GA il me semble

Répondre
JP

Merci Olivier ;-)

« – est-ce vraiment efficace de donner des noms aussi précis à la source ? »
A chacun de voir s’il souhaite utiliser utm_source pour consolider avec un « newsletter » générique et, du coup, utiliser utm_campaign de manière très précise avec de multiples sous-segments nommés.
Personnellement, j’utilise utm_source sur mes trois types de newsletter : celle à destination des prospects, celle à destination des clients et celle à destination des ex-clients. J’utilise utm_campaign en reprenant le libellé de la source et en ajoutant la date d’envoi et la source de collecte de l’adresse. Ainsi, je peux rapidement voir les performances de mes sources : pour résumer, mes prospects bouncent beaucoup plus, passent moins de temps sur le site et convertissent moyennement. Mes clients ont un bounce rate très faible, un nombre de pages vues énorme et un temps important passé sur le site. En revanche, ils ne convertissent pas car je suis sur une logique d’abonnement et qu’un client ne peut « plus » convertir qu’en réabonnement. Enfin, mes ex-clients sont entre les deux précédents segments en termes de qualité de visite mais convertissent bien mieux que les prospects.
Voilà, je te laisse imaginer si je mélanger les trois population : pour faire vite, mes abonnés vont complètement plomber mon taux de conversion ! Je ne pourrai donc pas m’apercevoir que mes ex-abonnes sont à chouchouter sans creuser dans utm_campaign. Mais bon, l’avantage de la source est de ne pas avoir à compiler et consolider le données de newsletter en newsletter. Chaque newsletter prospects vient consolider la source « newsletter prospect ».
Quant à utm_campaign, cela me permet de voir l’efficacité d’une newsletter en particulier, sur un segment donné et d’affiner jusqu’au mode de collecte. Ainsi, je sais ce que me rapportent, point de collecte par point de collecte, les adresse « collectées/achetées » via la coregistration.
Ex. : newsletterprospect-200101029-sitecoreg001

« – pourquoi ne pas utiliser utm_term, dans les cas où il nous faut une variable de plus ? C’est utilisable dans les rapports GA il me semble »
Sur le centre d’aide de Google, , il est dit que
« Terme » doit être utilisé « pour les mots clés achetés ». Je crois avoir lu sur d’autres pages ou sur des bouquins anglais et américains sur G.A. que « term » doit en effet être réservé aux mots clés achetés au PPC car sinon cela risque de foutre le boxon dans le rapport du « trafic payant ». Il me semble qu’en plus de l’inclusion dynamique des mots clés des autres solutions de SEA que Google (qui fait le lien automatiquement avec AdWords), il est possible d’ajouter les systèmes qui fonctionnent sur ce même principe comme les comparateurs/annuaires/guides qui facture le « mot clé/produit » au clic. Mais je ne m’aventurai pas plus loin dans le débat car je ne fais pas appel à cette catégorie de levier pour mon propre site. Tout ce que je garde à l’esprit c’est de respecter le mode de fonctionnement de G.A. (comme pour le fait ne pas tracker une URL qui peut être crawlée par un moteur de recherche. Cf. mon commentaire précédent) afin de ne pas pourrir mes stats. Il vaut donc mieux utiliser « content », celui là il n’a, à ma connaissance, pas d’effet de bord sur les rapports tiers.

Voilà, je suis curieux d’avoir les opinions des autres utilisateurs. Nous sommes bien d’accord que ceci n’est que mon point de vue… J’aimerais confronter celui-ci à l’expérience d’autres utilisateurs. Mais ils n’ont pas l’air de se bousculer au portillon :-)))

P.S. : j’ai coché « Cochez cette case pour être prévenu par email quand d’autres commentaires sont postés. » la dernière fois, mais je n’ai rien reçu sur mon adresse @gmail (j’ai checké la boîte spam, rien). Tu devrais vérifier…

Répondre
Sayrus

Pour ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas pour X raisons utiliser les « # » au lieu des « ? » pour ajouter les paramètres de tracking. Il suffit simplement que chacune des URLs trackées de type:

.

soit traitée sur une page spéciale « tracking » qui va envoyer via le code de tracking google les infos puis sera automatiquement redirigée par le site (CMS, framework) en redirection 301 vers la page cible, c-à-d:

Et donc sans les paramètres…

Ainsi vous n’utilisez pas les « # », votre tracking est traité, votre page est redirigée de manière transparente et automatique vers votre page cible et vous évitez le duplicate content.

Répondre
Evioo

Merci pour ce tutoriel particulièrement complet :)

Répondre
jeff B

Juste une question bête (quoi que…) mon doc html est en utf 8 et qd je fais valider mon code par le validateur du W3C, il m’indique l’erreur suivante pour la ligne :
www.monsite.fr/?utm_source=castel&utm_medium=liens" target="_blank">

Pour le caractère & de mettre plutôt : &

Je garde & ou je met & ???

Merki

Répondre
Olivier Duffez

Il vaut mieux suivre en effet la recommandation du W3C

Répondre
AH_Design

comment je peux faire un tracking, non au niveau d’un URL vers mon site mais au niveau d’un email que j’envoie a des personnes (taux d’ouverture, taux de spam, …)
Merci d’avance pour votre aide.

Répondre
Avocat Paris 8

@AH_Design Si tu veux automatiser le tracking des campagnes d’email je te conseille de trouver un serveur d’envoi. En gros, c’est une plateforme de gestion de campagne d’emailing. Il y en a des gratuites et des payantes. Parmi les payantes il y en a celles qui conviennent mieux aux PME (exemple:Express Emailing) et celles qui conviennent plutôt aux grandes entreprises (exemple: Email Vision). En utilisant l’une des ces plateformes tu auras toutes les statistiques qui t’intéressent.

Tu peux également taguer chaque lien dans ton email et ensuite faire tes stats tout seul. Cette méthode n’est pas la plus facile, je te l’accorde :-)

Répondre
AH_Design

@Avocat Merci beaucoup pour ton aide

Répondre
bebeweb

Bonjour,
très bien l’explication pour le traking des URL, mais le code a ajouter sur le site de réception.

pageTracker._setAllowAnchor(true);

Avec le code asynchrone vous devez ajouter une ligne de ce genre :
_gaq.push(['_setAllowAnchor', true]);
Cette ligne doit être placée avant l’appel de _trackPageview()

Je le mets ou?
cordialemùent

Répondre
Olivier Duffez

@bebeweb : il faut mettre cette ligne au même endroit que les autres lignes du code de tracking, c’est-à-dire a priori au début de la page (à la fin de ) comme le conseille Google

Répondre
Thomas

Bonjour,

Je suis développeur débutant et je me demandais si l’URL tracking pouvait servir dans le cas de la diffusion de vidéo.

Sur mon site j’héberge des vidéos et je partage les sources avec des partenaires qui diffuse la vidéo avec leur propre player flash.

Si je passe mon URL avec tracking à mon partenaire et qu’il la diffuse avec son player flash, est-ce que je verrais le nombre de vue de la vidéo de chez ce partenaire sur mon Google Analytics ?

Cordialement,

Thomas

Répondre
Bigs

Super article !
Très clair mais très précis.
Je pense que mon blog est encore trop petit pour avoir à utiliser le système de tracking (quoi que, pour les URL mises sur Twitter, why not), mais pour le côté professionnel, ça peut être incontournable !

PS : je sais pas si ça vient de moi mais le formulaire de commentaire est tout décalé…

Répondre
Olivier Duffez

Merci Bigs. Pour moi, je n’ai aucun problème avec le formulaire de commentaire. J’essaierai de vérifier s’il y a des problèmes, mais tu peux aussi me donner des détails via http://www.webrankinfo.com/contact.php

Répondre
Sevy

Bonjour et merci pour ce tutoriel vraiment bien fait et complet.
Lorsqu’on utilise un lien tracké on peut aussi avoir besoin de recourir à un cookie de session. Par exemple, je souhaite fournir un lien tracké d’une de mes pages à un partenaire qui souhaite faire de la pub pour un de mes produits et j’aimerais que ce lien tracké inclus un cookie de 30j. Comme cela si un visiteur visite ma page le 1er du mois grâce à la pub de mon partenaire et qu’il revient sur cette même page via une autre source (ex : via un moteur de recherche)30 jours plus tard, je peux garder en mémoire que la source initiale est mon partenaire et non le moteur et ainsi je peux lui reverser une commission. Pourriez-vous m’aiguiller sur la manière dont je dois m’y prendre ?
D’avance merci pour votre aide !

Répondre
claurentk

Encore bravo pour ce tutoriel

Répondre
Matt67

Bonjour,
Merci pour ce super Tuto !
Cependant, comment fait-on pour savoir quel est le taux de conversion des objectifs pour chaque source de trafic ?
Merci d’avance !

Répondre
Chambre Hotes Bourgogne

@JP : tu dis qu’il est interdit de renvoyer une adresse mail récupérée dynamiquement, c’est interdit par GA seulement alors non ? Parce que la plupart des liens de désinscription aux newletters par exemple contiennent l’adresse mail.
Autre chose, si ce n’est pas faisable comme ceci, il suffirait d’avoir une petite bdd qui attribue un numéro à une adresse mail, ensuite si on peut récupérer les numéros gagnants, on retrouve facilement les adresses mails non ?
Toutes ces questions parce que j’ai trouvé de multiples applications au tracking depuis la lecture de cet article ce matin, principalement pour analyser mes campagnes d’email où je suis dans le flou le plus total depuis le début, j’aimerais vraiment savoir comment les gens réagissent à ces mails pour ne pas les embêter pour rien. Je voudrais éviter de passer en indésirable dans toutes les boites mails de nos hotes…

Répondre
Karl

Bonjour,

Excellent tutoriel!

Néanmoins, pourriez vous m’expliquer davantage la partie suivante « Par contre, à chaque fois que vous recevrez du trafic via un lien qui redéfinit un de ces paramètres (source, support, etc.), alors Google Analytics retient celui qui est fixé par les variables. »

Je ne comprends pas très bien.

Répondre
Olivier Duffez

@Kari : par exemple, un site envoie une newsletter avec des liens vers des articles. Ces liens incluent un paramètre du type utm_source=newsletter
Un des abonnés à la newsletter trouve le lien intéressant et le partage sur Facebook ou l’intègre dans un forum. Le trafic généré par ce lien sera alors attribué à tort à la newsletter.

Répondre
Dothy

En réalisant des campagnes display ou emailing, j’ai pu m’apercevoir que les visites enregistrées n’étaient parfois pas associées à la partie « campagne » de GA (Source de traffic/sources/campagnes) mais agglomérées au trafic direct ou aux sites référents.
Comment peut-on expliquer cette perte du tracking ?
Est-ce l’utilisation d’un serveur de publicité (comme doubleclick) (la bannière est hébergée sur doubleclick, elle est appelée sur le site qui la diffuse, lorsqu’il y a un clic, la redirection passe via doubleclick avant de rediriger l’internaute) ?
Merci de votre aide

Répondre
Olivier Duffez

@Dothy : oui ça peut être la raison. Peux-tu donner un exemple concret ?

Répondre
Nico

Bonjour,
Merci pour cet article.
Je voulais savoir quel est l’intérêt de mette en place un code de tracking pour les réseaux sociaux, alors que Google analytics fournit déjà le nombre de visites provenant des réseaux sociaux, en allant dans Source de trafic > Réseaux sociaux > Source.
Quelle est la différence ?
Merci de votre réponse

Répondre
Olivier Duffez

@Nico : ces rapports n’étaient pas disponibles dans GA au moment de la rédaction de ce rapport. Il faudrait vérifier que GA arrive à identifier correctement le trafic dans tous les cas de figure.

Répondre
Karl

Bonjour,

Excellent dossier! Encore merci pour le partage de votre expertise.

J’avais une question à propos de la variable « utm_nooverride=1 » :qui permet d’attribuer la conversion à la 1ère source à l’origine du trafic, que ce soit pour les campagnes Adwords ou encore pour les E-mailing.

Où doit-on placer la variable par rapport aux autres ?

Au début, c.à.d avant toutes les autres :

example.com/?utm_nooverride=1?utm_source=castel&utm_medium=liens

ou tout à la fin :

example.com/?utm_source=castel&utm_medium=liens?utm_nooverride=1

Enfin,n’est-il pas possible d’activer cette variable par défaut dans Adwords ou encore Analytics ?

Merci d’avance pour votre réponse.

Répondre
Olivier Duffez

@Karl : ce paramètre se met dans l’URL, n’importe où, à séparer des autres par le signe & comme pour tout autre paramètre.
un truc de ce genre :
example.com/?utm_nooverride=1&utm_source=castel&utm_medium=liens

Répondre
Vincent

Merci pour cet article très complet! Je cherchais justement des informations sur comment analyser mon trafic des referers plus en détails avec GA!

Répondre
Christian

Excellent ! Merci pour ce tuto très clair ! Je partage sur Twitter… (avec une URL raccourcie) :-)

Répondre
Zebra

Super article, bravo et merci à vous pour ce tutoriel qui est bien utile. Vous écrivez : « Par contre, à chaque fois que vous recevrez du trafic via un lien qui redéfinit un de ces paramètres (source, support, etc.), alors Google Analytics retient celui qui est fixé par les variables. C’est pourquoi il est déconseillé d’ajouter du tracking sur des liens internes (car cela écrase la vraie provenance du visiteur). » Est-ce que cela veut dire que l’on ne pourra pas tracker le parcours de l’internaute sur le site ?
Merci d’avancepour votre réponse.

Répondre
Olivier Duffez

Le tracking décrit ici ne sert qu’à identifier la provenance de l’internaute. Il ne peut pas fonctionner en interne.

Répondre
Michel

Bonjour,

Je viens seulement de découvrir votre article, et je le trouve super.

Je dois justement paramétrer un lien à insérer dans une newsletter pour les besoins d’une campagne, et je voudrais savoir si, dans le cas d’un site fait sous WordPress (où les pages s’affichent sans l’extension .htm), je dois ou non indiquer cette extension dans l’URL (du genre -www.example.com/ au lieu de -www.example.com/index.htm ou encore -www.example.com/autre-page/ au lieu de -www.example.com/autre-page.htm) pour que GA le prenne en compte ?

Je demande cela car le pbm m’est arrivé pour le paramétrage d’objectifs pour la conversion de formulaires : chaque formulaire était sur une page spécifique, et avait sa propre page de remerciement qui servait d’événement déclencheur à la conversion. Pour que cela fonctionne, j’ai dû rajouter systématiquement « index.htm » à l’URL de chaque page remerciement…

Merci d’avance pour votre réponse.

Répondre
Olivier Duffez

il faut utiliser les URL telles qu’elles sont, inutile d’ajouter .htm (il ne faut surtout pas d’ailleurs)
je ne vois pas pourquoi il a été nécessaire de le faire pour les objectifs sur formulaires

Répondre
ClementG

Bonjour,
Je souhaite tracker les liens de ma signature email (lien vers le site et différents sociaux) et la question que je me pose est la suivante :
Dois-je mettre le code de tracking dans la signature ou dans le site ciblé par le lien( dans ce cas ce n’est pas faisable pour les réseaux sociaux ?)
Merci de votre réponse

Répondre
Olivier Duffez

@ClementG : il faut mettre le tracking dans le lien, pas dans la page d’arrivée. Donc il faut le mettre dans la signature.

Répondre
cainmaro

Bonjour à toute la communauté !

Je n’ai aucun souci avec le tracking des liens d’une newsletter.
Mon problème se situe au niveau de l’affichage de la newsletter dans les BAL des internautes.

Nous utilisons actuellement un outil qui récupère le nombre de personnes qui affichent la newsletter (et donc qui la lisent, même si ce n’est pas tout a fait exact).
Or nous souhaitons passer à Google Analytics, mais il n’est pas possible apparemment de récupérer cette donnée via l’outil.

Ma question est la suivante : Est-il possible de compter le nombre d’affichages d’une newsletter (ouverture de mail en somme) via l’insertion d’un tag dans le code html de la newsletter ? Si oui, savez-vous comment faire ?

Répondre
Olivier Duffez

Il faut pouvoir afficher une image qui servira de compteur, ou bien un code JS (à mon avis mauvaise solution)
mais pour ma part je ne m’y connais pas assez pour vous répondre : posez la question dans le forum administration d’un site ou Google Analytics

Répondre
moisaid

Salut Olivier
super topic
merci pour le grand travail
bon continuation

Répondre
DevNovice

Salut,
je trouve que c’est un très bon article, mais je cherche à utiliser les graphes, et les informations générées par Google Analytics dans mon site web afin de faciliter la vue de l’information.
As-tu une idée ou un tuto à me conseiller?

Répondre
Olivier Duffez

Il faudrait poser la question dans le forum, et de façon + précise si possible

Répondre
nicolas

Merci pour le tuto complet et bien expliqué (je viens d’ailleurs de le tweeter)

J’ai simplement été déçu sur la fin, lorsqu’il s’agit de mesurer le trafic des urls qui ont du tracking dans analytics

Je pensais qu’il aurait été plus pertinent d’aller dans ‘comportement » « detail par url’ et filtrer sur les paramètres utm_source= utm_campain= etc

Est ce une bonne solution

Répondre
Olivier Duffez

@nicolas : d’une part par défaut Google Analytics ne gère pas les paramètres dans les URL (ce qui est derrière « ? »), d’autre part les paramètres utm_source et autres utm sont spéciaux : quand Analytics les rencontre, il classe la visite en fonction, mais il n’y a plus rien à filtrer.

Répondre
nicolas

Justement, ma difficulté est de voir le trafic des urls taggé utm dans analytics
J’ai utilisé votre outil qui m’a permit de générer facilement une url contenant les utm cependant elle ne remonte pas dans analytics
Pouvez vous m’expliquer comment mesurer le trafic de ces urls ?

Répondre
Olivier Duffez

le trafic généré arrive dans « Acquisition > campagnes »

Répondre
ndmc11

Bonjour M. Duffez, merci pour votre article.

Je souhaitais vous poser une question sur des soucis de tracking que je connais actuellement :
Avant nous avions pour habitude de tracker l’ensemble de nos publications sur les réseaux sociaux sous le format suivant : https://www.hub-grade.com/bureau-a-louer/paris/paris/75002/montorgueil—turbigo-1104#utm_source=Reseaux_Sociaux&utm_medium=Posts&utm_content=1104&utm_campaign=Annonce_Post

Si cela nous permettait de voir et de bien comprendre l’efficacité de nos publications et le nombre de clics, nous ne voyions pas ces données apparaître dans la catégorie « Social » et nous n’avions pas d’idée précise sur le réseau social le plus efficace sur Analytics. C’est ce que vos dites très justement dans votre article, nous avons donc abandonné ce format de liens.

C’est pour cette raison que nous avons décidé de nous greffer sur votre outil raccourcisseur de liens WebRankInfo. En prenant bien le temps de différencier les liens postés sur Twitter, Instagram et Linkedin. Voici ce que cela donne pour le même lien fourni plus haut pour une publi sur Twitter : https://www.hub-grade.com/bureau-a-louer/paris/paris/75002/montorgueil—turbigo-1104#utm_source=twitter&utm_medium=reseaux-sociaux&utm_campaign=Annonce_Post&utm_content=1104

Il simplifie nos générations de liens.
Seulement maintenant, nous n’arrivons pas à faire correspondre et remonter correctement le nombre de sessions issues des réseaux sociaux vers notre site et nos articles de blog, et les résultats que nous avons sur Analytics sont faussés (le trafic issu du Social a bien baissé).
A quoi cela est-il dû ?

Répondre
Olivier Duffez

Je ne sais pas comment Google Analytics classe le trafic dans « Social », il faut que je me renseigne (ça n’existait pas à l’époque de l’écriture de cet article).
Par contre, en mettant du tracking dans les liens qui vous génèrent du trafic, vous devriez tout trouver correctement dans « Acquisition > Campagnes > Toutes les campagnes »

Répondre
Michael

Bonjour,

« Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais » :)
->
« Google propose ici un outil permettant de générer des URL intégrant ce tracking ». L’outil de tracking en question, « Campaign URL Builder », présent désormais à l’adresse « https://ga-dev-tools.appspot.com/campaign-url-builder/ », produit ce type de liens : « https://www.example.com/?utm_source=newsletter&utm_campaign=spring&utm_medium=cpc&utm_term=keywords&utm_content=ads », avec « ? » et non « # », autrement dit fait l’auto-promotion du « duplicate content ». Va y comprendre quelque chose… ;-)

Répondre