Annonces Google

Vous êtes ici : Dossiers référencement > Stratégies de liens (netlinking SEO)

Lutte contre la vente de liens : Google passe à l'acte

Par , le 25 octobre 2007

Google avait dit depuis plusieurs mois qu'il avait lancé la chasse à la vente de liens. Depuis hier, Google a semble-t-il trouvé une très bonne manière de faire réagir les webmasters, référenceurs et responsables marketing en touchant au sacro-saint PageRank affiché dans la barre d'outils. De nombreux sites renommés dans le monde entier ont ainsi vu la barre verte diminuer de plusieurs points : le Washington Post, Forbes, EnGadget, Pixmania et même WebRankInfo. Pourtant aucun lien n'a été vendu sur WebRankInfo ! Explications...

Cela faisait des mois que l'affichage du PageRank dans la toolbar n'avait pas bougé (depuis avril 2007), mais hier la baisse brutale sur de nombreux gros sites n'est pas passée inaperçue, c'est le moins que l'on puisse dire avec les 25 pages de discussion sur WRI en quelques heures !

Petit rappel des faits

Google n'apprécie pas que depuis des années les webmasters manipulent son algorithme, notamment pour augmenter leur PageRank, en créant des liens artificiels. Depuis quelques mois, des représentants de Google ont même été très clairs : ceux qui vendent des liens s'exposent à une sanction de la part du roi des moteurs de recherche. Cela fait débat, car d'une part il est impossible que Google puisse déterminer avec une fiabilité à 100% si un lien a été vendu ou pas, et d'autre part il peut être tout à fait légitime de vendre un lien, ce n'est qu'une des multiples formes de publicité (quand on achète un lien, ce n'est pas forcément pour son apport en termes de référencement, c'est également pour le trafic qu'il génère ou la notoriété obtenue par un lien situé sur un site renommé).

Hier, Google a frappé un grand coup en baissant arbitrairement le PageRank affiché sur la barre d'outils pour des dizaines de sites de renom dans le monde entier (voir une petite liste sur Search Engine Land). Pour ce qui concerne les sites français, que je connais forcément mieux que le Washington Post ou Forbes, il est clair qu'une bonne partie avait basé (en partie) ses techniques de netlinking sur l'achat de liens sur des gros sites, souvent même des pavés de liens. Vous avez sûrement vu ces pavés sur des sites connus d'information high tech par exemple. Pour ma part, il n'y a pas ce type de pavé sur WRI, mais j'avais effectivement fait un échange de liens avec au moins un des sites ayant acheté de nombreux liens. A cause de ça, WRI a reçu le même avertissement que les autres : une baisse de 3 points du PageRank affiché sur la barre d'outils pour la page d'accueil.

Plus un avertissement qu'une pénalité

Comme à chaque fois qu'on touche à cette fameuse barre verte, cela provoque des remous et même un raz-de-marée pour cette fois-ci ! Et justement, on peut se demander s'il s'agit d'une pénalité ou d'un avertissement. Etant concerné, j'ai pu faire des premiers tests hier : aucune baisse de positionnement, pas de suppression des SiteLinks, et ce matin je vois mes statistiques : record de trafic, y compris venant de Google. Après enquête, il semblerait qu'il en soit de même pour les autres sites concernés (lire par exemple cet article rédigé par un spécialiste renommé du référencement). Par contre, pour des milliers de webmasters, voir le PageRank chuter de cette façon pour des sites renommés provoque une grosse prise de conscience : Cette fois c'est clair, on ne peut plus plaisanter avec Google !... On se demande souvent à quoi sert encore cette barre d'outils et le PageRank qui y est affiché (puisqu'il ne correspond que très très grossièrement au PageRank réel, et qu'il n'est plus mis à jour). Mais chez Google ils ont bien compris qu'ils disposent là d'un outil idéal pour leur communication ! Comme toujours Google préfère communiquer de façon indirecte, et il faut dire que cette baisse de la barre verte a déjà fait couler beaucoup d'encre, sans compter les changements de comportement que cela va provoquer en masse... J'y viens justement aux réactions.

Qu'est-ce que cela implique pour vous ?

Peut-être que votre site ne fait pas partie de la liste des premiers sites touchés par ce raz-de-marée. Ouf ! Peut-être que vous ne vendez aucun lien et que vous n'en achetez aucun. Ouf ! Peut-être aussi que vous avez fait des échanges de liens massifs, par exemple le même lien répété sur toutes vos pages, avec votre partenaire qui fait la même chose ? Dans ce cas ça vaut le coup de prendre quelques instants pour réfléchir et analyser si c'est une bonne technique pour l'avenir...

Qu'en est-il des autres formes de liens ? Il serait assez ridicule de tomber dans la paranoïa consistant à supprimer tous les liens vers d'autres sites. Le web n'est-il pas un réseau de pages liées entre elles ? Chaque webmaster reste (heureusement) libre de faire des liens vers les sites qu'il estime intéressants, ou vers des sites amis. En clair, il faut plus que jamais démultiplier les stratégies de netlinking, pour obtenir le plus de liens naturels possible.

Passer à l'étape suivante

De mon côté, j'ai reçu énormément de mails et de messages privés non pas pour tergiverser sur cette baisse dans la toolbar de Google, mais de personnes qui se posent des questions sur les techniques qu'ils utilisent. J'ai commencé à leur répondre pour les cas que je connais déjà. Etant bien placé pour faire des tests, je ne m'en prive pas depuis hier ! Que ce soit sur le site WebRankInfo ou d'autres que je connais en France et ailleurs, j'ai commencé des tests pour comprendre ce qui est le plus efficace aujourd'hui comme techniques de netlinking. Le problème vient-il des liens en footer ? Pas forcément. Des liens réciproques ? Pas forcément non plus. Des liens ayant toujours le même anchor text ? C'est possible. Je publierai mes premiers résultats dès que possible sur WebRankInfo et les expliquerai également dans mes formations au référencement. Si vous aussi vous avez fait des tests, n'hésitez pas à les partager avec la communauté WebRankInfo (sur le forum ou dans ce blog, je peux publier vos articles, il suffit de me contacter). Cherchons à progresser dans la connaissance en faisant des tests plutôt que de rester les yeux rivés sur cette fameuse barre verte dans la barre d'outils !

Cet article vous a-t-il plu ?
Cliquez pour voter !

A propos de l'auteur : Olivier Duffez Olivier Duffez sur Google+ Olivier Duffez sur Twitter Olivier Duffez sur Facebook Olivier Duffez sur Pinterest Olivier Duffez sur LinkedIn

Consultant en référencement, Olivier Duffez a travaillé pour les plus grands sites (Doctissimo, FNAC,...). Il édite le site WebRankInfo qu'il a créé en 2002, devenu la + grande communauté francophone sur le SEO (+300.000 membres, 1,5 million de posts). Il est aussi cofondateur de Ranking Metrics, leader des formations webmarketing en France (SEO, AdWords, Analytics, réseaux sociaux) et éditrice de la plateforme MyRankingMetrics (crawler et audit SEO en ligne).

Article publié par WebRankInfo dans la rubrique Stratégies de liens (netlinking SEO). Si vous souhaitez publier un extrait de cet article sur votre site, assurez-vous de respecter les conditions générales d'utilisation de WebRankInfo.

18 commentaires

  • alex a dit le

    Bonjour Olivier,

    Si c'est une pénalité symbolique, je ne vois pas trop l'intérêt.
    Avez-vous reçu des menaces de Google préalablement ?

  • Michel a dit le

    Depuis quelques mois, le PageRank n'a plus de legitimité sur le web...
    Ce n'est en aucun cas un enjeu majeur pour le referencement des sites sur Google aujourd'hui !

  • MagicYoyo a dit le

    @Michel : oui... c'est d'ailleurs pour ça que Google s'échine à faire le ménage parmi les spammeurs présumés du PageRank...

  • Lokazion a dit le

    Et là encore certains vont être déçus ... Ce qui compte, c'est le positionnement sur les requêtes plutôt que la barre verte.

  • Victor BRITO a dit le

    Pour ce qui concerne le problème des liens en pied de page, un cas intéressant est celui des CMS, dont les gabarits comportent généralement en pied de page un lien vers le site support, avec comme texte de lien le nom du CMS, précédé ou non d'un "powered by" ou d'un "propulsé par".

    Parmi ces CMS figure DotClear, dont le site support jouissait, si je ne dis pas une bêtise, d'un PageRank élevé. Or, je viens de constater que le site de DotClear n'a plus de PageRank : la barre reste grise ! Même chose pour la racine de son forum. En revanche, le blog de DotClear a toujours un PageRank élevé (qui est de 7).

    Quant à phpBB, autre CMS employant cette technique de lien, le site support a joui d'un PageRank de 8, si je me souviens bien. Actuellement, il est à 6.

  • Langue de bois a dit le

    A quand la journée boycott de GG ? :)

  • Neoxy Design a dit le

    C'est un réel virage qu'a pris google, ca débousole énormémement de personnes sur la valeur du netlinking en matière de référencement !!!!
    J'ai hate de comprendre comment google compte orienter sa stratégie pour positionner les sites internet vu la tournure qu'on pris les liens :(

  • titiplanti a dit le

    En plus de la pénalité symbolique, le PageRank étant minimisé, cela stoppe de fait les échanges de liens effectués à cause du PageRank.

  • zecat a dit le

    "Des liens ayant toujours le même anchor text ? C'est possible"

    Pas forcément non plus ... Comme tu le sais, l'annuaire yag bénéficie d'un très grand nombre de liens avec la même ancre ("annuaire webmaster") sans que cela semble n'avoir posé le moindre souci. Perso je penche plus vers une sanction vis à vis des liens semblant soit non naturels soit non logiques sur un site donné (bref les liens semblant avoir uniquement une vocation "pratique") soit trop fortement suggérés.

  • Neoxy Grenoble a dit le

    C'est vrai que c'est pas bête ce que dis zecat ...Il est clair qu'il est important de changer l'anchor de liens histoire de ne pas avoir toujours le même, le PR mesurait la popularité des liens. Peut être que google évalue le réseaux de liens pointant vers un site pour savoir s'il est cool ou pas :p

  • un hermite a dit le

    J'ai quelques annuaires, tous reliés entre eux. Passé de PR5 à 0. Etonnement sur le coup mais AUCUNE influence sur le trafic, j'ai toujours considéré le PR comme un gadget, c'est confirmé.

  • zebulon a dit le

    Merci Olivier pour ton analyse, pour ma part je suis assez d'accord avec cette phrase citée en commentaires :
    "Pour ce qui concerne le problème des liens en pied de page, un cas intéressant est celui des CMS, dont les gabarits comportent généralement en pied de page un lien vers le site support, avec comme texte de lien le nom du CMS, précédé ou non d'un "powered by" ou d'un "propulsé par"."
    Un autre exemple pour confirmer ceci, le cms français NPDS.org que j'utilise pour mon site. Jusqu'à aujourd'hui pr6 en page d'accueil et maintenant pr1...
    Un autre test que j'ai effectué en interne. J'ai mis en ligne il y a quelques mois un forum et un annuaire. Le forum n'a reçu aucun référencement spécifique (aucun bl, aucune inscription sur annuaire etc...) en revanche j'ai optimisé à fond mon annuaire.
    Résultat : pagerank identique pour les 2.... (pourquoi s'embêter...)

  • marcelman a dit le

    Malgré tout, est-ce que cette opération peut être à l'origine d'une chute brutale d'un site dans son référencement ? Le mien est passé de page 1 ou 2 samedi sur certaines requêtes à page 5 ou 6 ce matin. Je ne fais pas de vente de liens, mais j'ai évidemment des inscriptions dans tout un tas d'annuaires qui font peut-être cela.

  • Bebz a dit le

    Je pense que Google pourrait être accusé d'abus de position dominante là non ?
    Pénaliser le commerce de visibilité sur le web qui ne passe pas par google et ses adwords/adsense, n'est ce pas un peu gros pour ne pas se prendre une volée de procès ?

  • Damien a dit le

    Bizarre tout ça, mais ça ne reste que le PageRank affiché. Tant que les positionnements ne bougent pas, à part empêcher les ventes et échanges de liens basés sur le PR des sites concernés, ça ne change pas grand chose.

  • Anonyme a dit le

    Je suis tout à fait d'accord avec le dernier commentaire

    Google abuse de sa position dominante, la formule "pénaliser le commerce de visibilité sur le web qui ne passe pas par sa régie publicitaire" est très juste.

    Si la commission Européenne devait statuer, il serait intéréssant de voir à quoi cela aboutirait

    Quoi qu'il en soit j'attends toujours et encore que l'Europe lance elle meme un moteur de recherche en lui donnant les moyens financiers de concurrencer Google. Je suis persuadé que les Francais comme les Européens en ont assez de n'avoir comme choix de moteur que des Américains entre Google, Microsoft et Yahoo

    Anonyme

  • Dixi a dit le

    Le PR n'a pas de rapport avec la visibilité Bebz. J'espere que tu te rends compte que t'es en train de parler de mettre un proces à quelqu'un alors que tu connais même pas ton sujet.

  • Nico a dit le

    Il ne faut pas oublier que le but ultime de Google est de mettre en première position dans son moteur les pages les plus pertinentes. Le PR doit jouer un peu tout de même, et il ne faut pas oublier qu'il existe certainement des systèmes de cache et la baisse de trafic sera plutôt progressive.

    Pour moi, clairement, il s'agit là d'avertir ceux qui ne jouent pas le jeu, même si, je l'avoue, je ne vois pas trop comment on peut savoir si un site joue, ou non, le jeu. Sur tous mes sites, je met un lien vers mon site, apparemment, ça n'a pas eu d'incidence...

    Après, il existe une autre explication un peu moins "parano". Il y a avait un bail que la mise à jour de PR n'avait pas eu lieu. On peut imaginer qu'une modification de l'algorithme ait eu lieu et que ces baisses de PR ne soient qu'une conséquence de cette modification. Google aurait alors préparé le terrain pour la justifier.

    Dans tous les cas, le fin mot de l'histoire est : "Soyez sincère".
    Franchement, acheter des liens, utiliser de l'énergie pour spammer Google, se prendre la tête pour trouver la meilleure façon d'arnaquer Google est tout sauf "gratuit". Ca utilise des ressources en temps et en argent pour un résultat incertain. Pour moi, c'est le pire investissement qui soit : incertain, risqué et souvent illégal.

    Bref, il n'existe pas que Google Adsense, l'offre de Yahoo semble honnête, et d'autre régies existent. Et là, au moins, un clic vaut tant d'euros et vous êtes certains de ce que vous obtenez. Google n'abuse pas de sa position dominante dans la mesure ou il n'ont pas le monopole de la régie publicitaire. Ce sera le cas lorsqu'il vendront le droit d'être en première place à l'intérieur de leur résultats. Pour le reste, il font comme tout webmestre, monétiser leur site...

Catégories des dossiers

Consultez les dossiers par thématiques :

Annonces Google

Formation référencement et webmarketing

Venez chez Ranking Metrics vous former au référencement, à Google AdWords et Analytics ainsi qu'aux réseaux sociaux ! Plus de 4000 entreprises sont déjà venues (Dossier possible OPCA...).

Préparés et animés par Olivier Duffez (WebRankInfo) et Fabien Faceries (AgentWebRanking), 2 professionnels reconnus dans le domaine, nos modules sur le référencement naturel sont très complets tout en laissant une grande place à l'interactivité pour répondre à toutes les questions des participants.

Pour connaître le plan détaillé de chaque module, le prix, les dates et les lieux, consultez le site de Ranking Metrics (organisme de formation).

Hébergement web

Hébergement web mutualisé et dédié

Pour un bon référencement, il faut un bon hébergeur. Testez Sivit by Nerim, l'hébergeur choisi par Olivier Duffez pour son site WebRankInfo.

A partir de 3€ HT/mois.

Annonces Google