Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

L’Europe investit 25M€ dans le moteur de recherche Qwant

La Banque européenne d’investissement (BEI) a décidé de soutenir à hauteur de 25 millions d’euros dans la startup franco-allemande Qwant qui développe un moteur de recherche depuis 2013.

L'Europe investit 25M€ dans le moteur de recherche Qwant

La BEI finance la start-up Qwant à hauteur de 25 M€

Pour se distinguer de Google auquel on fait forcément référence dans le secteur des moteurs de recherche, Qwant a misé sur une grande protection des données personnelles, un point essentiel pour séduire le marché européen. Pas de cookies à outrance pour pister l’internaute, pas de personnalisation des résultats !

Autre point qui me séduit dans leur discours (et que je suivrai au fil du temps pour vérifier…) : la neutralité de leurs résultats. Pour les professionnels d’Internet, le manque de neutralité de Google est sans doute encore plus gênant que le fait que le géant trace autant ses utilisateurs.

Espérons que ces ressources financières permettront à cet acteur franco-allemand de réellement se développer. On a tellement besoin d’alternatives européennes aux géants américains sur Internet !

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

11 commentaires

Nonal

Bonne nouvelle oui !

J’ai essayé Qwant durant plusieurs mois, mais j’ai fini par passer sur Bing (et il m’arrive régulièrement de prendre Google) car la pertinence des résultats n’y était pas, hélas !

Mais avec cette nouvelle, je vais me forcer à y revenir, c’est sûr !

++

Répondre
jos

1. Comme je crois partager ton inquiétude quant au « manque de neutralité de Google », puis-je te demander ce que tu vises ou entends par là (éventuellement avec l’un ou l’autre exemples pour être sûrs de se comprendre)?

————
2. Quant à savoir si ce « manque de neutralité de Google » est plus « gênant » que l’exploitation des données personnelles des internautes, c’est comme choisir entre la peste et le choléra.

D’aucuns sous-estiment les conséquences de cette exploitation. Pour simplement en signaler un effet tout à fait « secondaire »: un moteur qui exploite les données personnelles des internautes (et ce, hors impôts) sera toujours plus performant que l’autre parce qu’il sera plus rentable et aura donc plus de moyens pour se développer en interne et par acquisitions.

Comme ce n’est pas le sujet ici, j’attends simplement ta réponse au point 1. Merci d’avance.

Répondre
Olivier Duffez

J’entends par là que Google intercale dans les résultats naturels des choses qui sont à lui, parfois non payants (bloc de résultats locaux par exemple) parfois payants (comparateur d’assurance par exemple). Ces aspects font partie des accusations menées contre Google en Europe (abus de position dominante)

Répondre
Marc, Annuaire Francais

J’en reste pantoi …

Que dire… C’est bien pour eux!

Répondre
Nicolas Chevallier

On a besoin d’une alternative crédible !
Pour le moment rien que l’interface fait brouillon… Pourtant c’est simple, il suffit de repartir sur une liste de 10 résultats comme le faisait Google au départ pour répondre aux exigences en matière d’IHM. Après reste a classer les résultats :)

Répondre
David

L’alternative la plus rédible me semble Bing qui prend des parts de marchés de plus en plus notamment grâce à son intégration forcée dans Windows 10.

Répondre
jarreweb

encore faudra-t-il que les utilisateurs lambda (Mme Michu par exemple :) changent leurs habitudes…

Répondre
eric de qwant

bonjour et merci pour cet article. Nous allons continuer a nous améliorer grace a vos remarques et critiques et pour ceux qui aiment les versions simples et légères lite.qwant.com.
les avis de la communaute comptent pour nous bien plus que vous ne l’imaginez, n’hesitez pas a nous ecrire.

Répondre
Yule

A voir par la suite.. Car pour le moment ce n’est que le miroir de Bing.. même résultat et ça depuis un sacré moment. Courage pour la suite car une belle concurrence comme initialement prévue, ferait du bien mais ça tarde un peu trop à mon goût… Sacré Europe….

Répondre
Marc, Annuaire Francais

Petit message public à @Olivier et @Eric de Qwant.

@Eric, je salue l’initiative de Qwant de vouloir faire autre chose, d’éclairir l’horizon monochrome que Google a fini par prendre. Un beau succès de Google, beau c’est vrai, mais l’idole nous déçois. Google, c’est comme un « père » qui devient alcoolique, qui commence à battre ses enfants, a les faire travailler sans relâche, en abuser…

Qwant est donc bienvenue. Il reste le gout amer du lancement et la comparaison avec les moteurs, des faits cachés ou les suppositions qui ont été laissées propagées au sujet du script API du moteur BING utilisé. A ce jour, c’est une blessure non guerie encore. On aimerait … Le crawl de Qwant, il semble être comme celui de Premsgo, occasionnel a titre expérimental . C’est donc que encore, 3 ans après, Qwant n’a toujours pas développé sa propre solution.

Ce que l’on attend de Qwant, je pense a travers la communauté professionnelle du web, ce n’est pas des miracles. C’est juste une honnêteté , une franchise dans la communication. On ne fera pas un concurrent a Google en 5 minutes. Il faut trouver une cible, une niche, bien la faire, sans prétention, et lui rendre les meilleurs services (je dis cela aussi pour Premsgo). Petits a petit, faire évoluer ses services, et compter pour progresser sur une solide confiance de ma niche en élargissant les services.

A ce jour, dans l’état, 25 millions d’euros c’est quasiment un budget pour bâtir un data-center tout entier. Et dans l’état, les professionnels du web se demandent à quoi bon bâtir un data-center pour une application qui utilise des scripts API pour rassembler des données qui proviennent d’autres outils de recherche.

– il serait bienvenue de communiquer sur vos projets, l’utilisation de cet argent publique.
– de communiquer sur les avantages et services que vous pouvez apporter à la communauté internet.

J’espere qu’avec ce budget, vous aurez rapidement la structure d’une communication maitrisée, en phase avec les acteurs du web. C’est je crois le seul problème de Qwant, mais un problème bloquant pour créer un vrai enthousiasme.

Et d’ajouter que Premsgo serait prêt a réserver un cadre spécial des résultats de Qwant, pour prouver qu’il peu avoir une utilité, une audience, et que les entreprises Françaises peuvent aussi se compléter et mettre leur point fort en synergie .

@Olivier,
« (bloc de résultats locaux par exemple) parfois payants (comparateur d’assurance par exemple) »…
Il y en pleins d’exemples du même style, et cela NE FAIT QUE DE S’ENVENIMER. Pour le local qui me concerne, ce LOCAL est l’intégration d’un fichier d’adresse NON WEB de société, directement en concurrence de tous les annuaires d’entreprise.

Pour ma part, cette concurrence déloyale ajouté a celle immonde de trafiquer dans adwords pour ne plus annoncer sur le réseau partenaire, et en plus de tricher sur la liste des sites suggérés pour les campagnes display, la terreur des liens « NON NATURELS » en incitant a croire que les autres annuaires sont nocifs, toutes ces manoeuvres m’ont empêchés de me développer naturellement.

A chaque fois que j’étais proche d’embaucher un salarié pour promouvoir les prestations que je propose dans mon service, a chaque fois je prend un coup derrière la tete de Google, soit par une annonce, soit un changement d’algo , qui me fait chuter trafic et donc revenus. Je passe mon temps a redreser la barre et sortir la tête de l’eau, tous les 6 mois. Un coup c’est adsense qui perd 60% de rentabilité, un autre coup c’est mon trafic qui perd 30%.

Je ne suis pas parano , et je suis certain que bien d’autres sont spécifiquement dans mon cas, d’autres annuaires, des comparateurs, sauf que je suis l’un des seul peut etre a communiquer de manière transparente. On est un certain nombre qui sont des « gêneurs » dans la stratégie de Google, et dans la liste de ceux à éliminer. Peu à peu, la liste s’allonge, et de toute manière, dans cette optique, tout ce qui touche aux entreprises, aux services, aux produits, sera dans cette liste.

Une telle froideur fait peur. Tellement peur d’autant du peu d’humanité qu’un récent article que tu as publié a déclenché hier une réflexion, un doute, une suspicion, et presque une évidence. J’ai fait un point sur tous les stratagèmes employés par Google pour éliminer la concurrence peu a peu… et …

La réflexion qui m’est venue a l’esprit, c’est que seule une machine peut être aussi implacable et fine.
Les développements d’intelligence artificielle de Google produisent de plus en plus de code et de programme par les robots. Aujourd’hui, selon ton article https://www.webrankinfo.com/dossiers/google/chiffres-cles-code-informatique , 65% du code informatique est créé par des robots. Bien plus que dans les plus grandes entreprises boursières qui utilisent déjà l’intelligence artificielle pour élaborer des stratégies de conquête financières, Google possède bien plus de puissance et de données pour utiliser le même principe pour conquérir peu a peu le web, et écarter toute concurrence, directement, ou indirectement.

Si sur une dizaine d’année en arrière on peu croire que ces stratégies soient décidées par des humains, depuis ces deux dernières années, on note des changements qui ne semblent êtres que des points de détail mais qui font tout aussi mal à la concurrence. Ce serait trop long d’en faire le détail ici, et je ne connais que la face qui concrne mon activité. Mais cela fait froid dans le dos si l’on se projète dans les 10 ans à venir.

C’est déjà trop long, je vais arréter là, mais je suis assez inquiet de cette puissance de calcul et d’intelligence artificielle qui décide seule au final, ce que les internautes auront le droit de voir ou pas, bientôt , la machine va calculer ce qu’il faudra faire penser ou non et selctionnant une visibilité basée sur l’intérêt propre de Google. Je n’ai jamais ce genre de crainte et préssentiment pour rien …

Marc

Répondre
katanes

Nous partageons le meme constat….

Répondre