Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

L’amende de la CNIL (150k€) affichée en une de la page d’accueil de Google France

Ce WE, Google France a été contraint d’afficher sur sa page d’accueil un encadré indiquant avoir été condamné par la CNIL à 150.000 euros d’amende pour non respect de la Loi Informatique et Libertés.

C’était la 1ère fois que Google affichait ce type d’avertissement sur sa page d’accueil, toujours vierge ou presque (message politique pour les JO, liens de promotion d’un de ses services). Voilà à quoi cela ressemblait :

Amende CNIL Google France 2014

Le message affiché en page d’accueil de Google.fr du 8 au 10 février 2014

Voici le texte :

Communiqué : la formation restreinte de la Commission nationale de l’informatique et des libertés a condamné la société Google à 150 000 euros d’amende pour manquements à la loi « informatique et libertés ». Décision accessible à l’adresse suivante : http://www.cnil.fr/linstitution/missions/sanctionner/google/

En résumé, voici l’explication de la CNIL :

Le 3 janvier 2014, la formation restreinte de la CNIL a prononcé une sanction pécuniaire de 150 000 euros à l’encontre de la société GOOGLE Inc., estimant que les règles de confidentialité mises en œuvre par celle-ci depuis le 1er mars 2012 ne sont pas conformes à la loi « informatique et libertés ». Elle enjoint Google de procéder à la publication d’un communiqué relatif à cette décision sur la page d’accueil de Google.fr, sous huit jours à compter de la notification de la décision.

114 secondes : voici le le temps que met Google à gagner sur AdWords + AdSense les 150k€ d’amende de la CNIL

Dans cette histoire, ce qui gène le plus Google, bien plus que les 150.000€ d’amende (ce que Google gagne avec ses pubs AdWords et Adsense en 114 secondes !), ce sont les dégâts sur l’image de marque auprès du grand public. Mais hasard ou pas, cet affichage à la Une de Google.fr (imposé pendant 48h) a eu lieu pendant le WE, réduisant sans doute un peu l’exposition aux internautes. Cela n’a pas empêché le site cnil.fr d’être indisponible plusieurs heures samedi 8 février en raison de l’afflux de visiteurs en provenance de Google ! Autre point étonnant : la CNIL interdit les moteurs d’indexer sa page de communiqué de presse (via une balise meta robots noindex). Il faudrait sans doute que l’Etat (ou l’Europe) soit bien plus intransigeant que ça avec Google, pour éviter qu’il abuse de sa position dominante. D’ailleurs, l’Europe va sans doute trouver un accord avec Google à ce sujet, lisez mon dossier Google vs Europe.

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez pour voter !

2 commentaires

Emmanuel

Tant mieux pour google j’ai envie de dire.

Les commentaires sont fermés