Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

L’avis de Matt Cutts sur le link building : linkbait, widgetbait, liens réciproques…

Voici quelques infos tirées d’une interview de Matt Cutts par Eric Enge publiée le 16 juin 2008. Matt Cutts est le responsable de l’équipe de lutte contre le spam, qui fait partie du département Qualité du moteur de recherche. Il donne son avis sur les caractéristiques des bons liens, sur les techniques de linkbait et particulièrement de widgetbait, sur les liens réciproques et sur quelques autres aspects du link building.

Un lien efficace en référencement sur du long terme

Voici d’après Matt Cutts les caractéristiques d’un lien qui aura du poids (en référencement) sur du long terme (dans un monde idéal…) :

  • le lien est éditorial, intégré dans un contenu texte
  • le lien n’a pas été demandé par celui qui l’a reçu : celui qui a fait le lien l’a fait volontairement car il estime que la page en question est intéressante, utile, amusante, etc.
  • les liens issus d’une opération de linkbait peuvent être considérés bons à long terme (mais Matt Cutts sous-entend que ce n’est pas toujours le cas, sans préciser sa pensée…)

Le linkbait

Un exemple récent de linkbait innocent : Zappos.com a récemment fait parler de lui, pour sa politique de recrutement singulière : après 15 jours à former un nouvel embauché, ce dernier se voit proposer 1000$ s’il souhaite finalement quitter la société. Zappos.com préfère garder les employés qui sont motivés pour travailler chez eux, et laisser partir ceux qui estiment que 1000$ sont plus intéressants à prendre… Ce site a donc obtenu ces dernières semaines de nombreux liens, mais ces liens restent naturels, ils sont donc bons pour le référencement.

Le widgetbait

D’autres exemples : créer quelque chose d’unique, que personne n’a encore jamais fait sur le web. Ca peut être un simple glossaire, un service, un produit open source, une extension Firefox, etc. Quand on se lance dans une opération de widgetbait (un linkbait basé sur un widget), il faut faire attention que les liens inclus dans le widget (qui vont donc se retrouver sur les pages de ceux qui utilisent le widget) ne soient pas cachés. Il faut que le webmaster qui intègre le widget sur son site comprenne bien ce que ça implique. Un mauvais exemple : un simple bout de code pour un marqueur de statistiques, qui cache un lien dans la partie noscript, qui n’a rien à voir avec le service de statistiques en question.

En résumé, en termes de référencement Google, un bon widgetbait :

  • ne cache pas 36 liens dans le code,
  • précise clairement les choses aux webmasters qui veulent l’intégrer sur leur site,
  • les quelques liens sont tous dans la thématique du site qui a créé le widget,
  • les liens pointent vers le site qui a créé le widget et pas des sites tiers

Les liens réciproques : bonne idée ?

Les liens réciproques sont-ils néfastes pour le référencement dans Google ? On est maintenant bien habitués à la réponse mais Matt Cutts le redit : non, les liens réciproques ne sont pas pénalisés dans l’algorithme de Google car ils sont un phénomène naturel sur le web. Par contre ce qui n’est pas naturel, c’est qu’une trop grande partie du profil de liens du site (ou de la page) soit faite de liens réciproques. Il ne faut pas tomber dans l’excès (mais bien entendu il n’y a pas de chiffre officiel ou optimal sur le taux de liens réciproques à ne pas dépasser…).

Liens venant de sites à fort notoriété

Est-il efficace d’obtenir beaucoup de liens de sites de référence (bon TrustRank ou équivalent) ?

Oui c’est bien mais il ne faut surtout pas se concentrer uniquement sur ce type de liens. Un site dont la proportion de backlinks issus de site à très forte notoriété dépasse largement la moyenne peut être détecté par Google. Même si le PR (de la toolbar) ne veut plus dire grand chose, si on se base sur le PR des backlinks, il faut que leur répartition soit similaire à la répartition moyenne observée sur le web. Il ne faut pas recevoir l’essentiel des backlinks de pages à PR supérieur à 6 puisque ce n’est pas naturel…

Matt Cutts réexplique ici des choses que l’on connait depuis longtemps mais j’ai malgré tout retranscrit ici les éléments que j’ai trouvés intéressants.

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

8 commentaires

chauufe-eau

Il semble etonnant que google puisse decider d’un taux de liens réciproque idéal, ou tirer d’une moyenne !!!

Répondre
Classics

Je pense que le nombre idéal de liens réciproques fait partie du sacro-saint algorithme de Google.

Répondre
passion

Malgré la complexité de l’algo de GG, je sera très étonné de savoir comment pourrait-il déterminé si :"…le lien n’a pas été demandé par celui qui l’a reçu…" est le fruit effectivement d’un lien désintéressé !

Répondre
Polo

Matt Cutts fait la pluie et le beau temps sur le web. Il éternue et toute la petite communauté des webmasters se précipite sur les mouchoirs ! Après avoir pourri le web avec son système de "popularité" à l’américaine, Google fait maintenant marche arrière. Suivez nos conseils, ne les suivez pas, faites ceci, ne le faites pas… Qu’ils arrêtent de communiquer sur le sujet et tout ira mieux !

Répondre
Tristan

@Polo: tout a fait d’accord.

Matt Cutts ne fait que brasser du vent, remâcher des infos que tout le monde connait depuis 3 ans.

Apres tout c’est une bonne technique: en observant les webmasters qui suivent ses conseils, il peut repérer ceux qui passent plus de temps a "chercher des infos" qu’a bosser ;)

Répondre
Olivier Duffez

Je répète ce que j’ai mis dans le forum :

Quand je lis Matt Cutts, je me dis qu’il a toujours 2 "types de pensée" en tête quand il donne des conseils pour le référencement :
– il donne certains conseils qui s’avèrent être effectivement efficaces pour le référencement, puisqu’ils sont issus du fait qu’il connait bien l’algo.
– il donne d’autres conseils qui n’ont pas forcément d’impact positif sur le référencement, mais qui lui facilitent son travail à lui (lutte contre le spam).

Répondre
Polo

Olivier, certes, mais Google a une part de responsabilité immense dans le développement d’une certaine forme de spam, celle qui consiste à essayer de placer ses liens partout. En donnant de la valeur aux liens (et en le disant, surtout), ils ont encouragé l’échange de liens et sa conséquence logique inévitable, la vente de liens et le spam. Maintenant ils viennent dire que c’est mal, qu’il faut des liens "naturels". Mais avant Google, si quelqu’un s’en rappelle encore, c’est exactement ce qui se passait : les gens mettaient des liens vers les sites qu’ils aimaient bien. Aujourd’hui Google veut revenir à l’avant Google, c’est signe qu’ils reconnaissent leurs erreurs. Je ne remets pas en cause leurs critères, mais pourquoi par exemple rendre public le PR des sites ? Les webmasters se sont excités là-dessus, les liens se sont négociés âprement, et maintenant retour de flamme, le PR ne sert plus à rien, n’en tenez pas compte, ce n’est pas le PR réel, etc. Donc les conseils de Matt Cutts en matière de lutte contre le spam, franchement…

Répondre
Marketing

Il est toujours intéressant de lire Matt Cutts et j’ai surtout apprécié la partie sur le widgetbait. Il est effectivement avantageux d’utiliser cette technique. Pour ce qui est du reste, on pourrait résumer en deux mots: modération et diversité.

Répondre