Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Le moteur de recherche Yahoo impose le HTTPS : plus de mots-clés ni même de referrer pour les webmarketers

A son tour, Yahoo passe à la recherche sécurisée, imposant le protocole HTTPS à ses utilisateurs. S’ils peuvent se réjouir de voir leurs recherches plus sécurisées, les professionnels du webmarketing y perdent beaucoup. Explications…

Les moteurs de recherche se mettent au HTTPS

Google a lancé la mode (en tout cas dans le secteur de la recherche en ligne), tous les acteurs vont-ils s’y mettre ? En effet, Google prive les webmasters et référenceurs des mots-clés tapés par les internautes, ayant généré du trafic via les résultats naturels. C’est le fameux not provided que vous avez vu arriver dans vos stats Analytics (ou un mot-clé vide si vous utilisez XiTi de AT Internet).

Bing propose aussi une recherche HTTPS, privant là aussi les éditeurs de sites d’information sur les mots-clés saisis par les internautes arrivés sur leur site par le SEO. Mais (pour l’instant ?) cette version de Bing n’est utilisée que par les très rares internautes qui savent qu’elle existe. A mon avis ça ne va pas durer, Bing va faire comme les autres, pour que dans l’opinion publique on apprécie cette protection de la vie privée par Microsoft (j’ai du mal à écrire cette phrase…).

Yahoo Search SSL HTTPS

Marissa Mayer fait passer tous les services de Yahoo en mode sécurisé SSL (protocole HTTPS)

Selon Danny Sullivan, Yahoo s’y met donc aussi, et pas seulement la partie moteur de recherche. C’est en effet seulement maintenant, en janvier 2014, que le webmail de Yahoo passe en HTTPS : il était temps ! Mais concernant le moteur de recherche, l’impact sur le webmarketing sera assez fort puisque Yahoo impose HTTPS à tous ses utilisateurs. Enfin, « fort » est un bien grand mot pour la France où Yahoo ne dépasse pas 2% de parts de marché.

Pourquoi Google apparait encore dans les stats et pas Yahoo ou Bing ?

La grosse différence entre les systèmes de Yahoo (ou Bing) et de Google est la suivante : Google a utilisé une « astuce » pour faire en sorte que malgré l’utilisation du HTTPS, les sites qui reçoivent du trafic de Google puissent encore constater que cela vient de Google, via la partie référencement naturel (support « organic » dans Google Analytics). Alors que dans le cas de Yahoo, en l’absence de ce « patch », on ne verra plus du tout Yahoo parmi les apporteurs de trafic SEO ! Toutes les visites venant du moteur de recherche Yahoo seront désormais comptabilisées en trafic direct (lisez mon article sur le trafic direct où j’explique que c’est un pot commun où se mélangent plusieurs sources de trafic).

Quelle est donc cette astuce de Google qui lui permet de combiner l’avantage du HTTPS (pour ses utilisateurs et donc sa politique de communication) tout en montrant encore que c’est lui le principal pourvoyeur de trafic issu des moteurs de recherche ? C’est simple, voici ce qui se passe concrètement :

  • l’internaute arrive sur Google, qui le renvoie dans tous les cas vers une version sécurisée reconnaissable au fait qu’elle utilise le protocole HTTPS
  • au moment où l’internaute clique sur le lien dans les résultats, Google n’envoie pas l’internaute directement vers le site web externe concerné : il le fait passer par une URL intermédiaire utilisant le protocole HTTP (et non plus HTTPS)
  • c’est cette URL qui sera transmise en tant que referrer au site web qui reçoit la visite. Mais manque de chance, dans cette URL, là où est codée la requête de l’internaute, il ne reste plus rien : Google a supprimé la valeur du paramètre « q » (ou ses variantes).

Voici un exemple de ligne dans un fichier log :

78.226.234.219 - - [22/Sep/2013:08:44:18 +0200] "GET /disque-dur-portable-dell-protege-par-mot-passe-t98610.html HTTP/1.1" 200 13946 770611 "https://www.google.fr/?gws_rd=sslurl?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CC8QFjAA&ei=wJE-UvXIM4Wi0QX5zoGQBg&usg=AFQjCNEzsLWTYtFG-_b75ULz2BRoj-GH8Q&sig2=HsL3BfGYT6ZXxtjZ_32l_w&bvm=bv.52434380,d.d2k" "Mozilla/5.0 (Windows NT 6.2; WOW64; rv:24.0) Gecko/20100101 Firefox/24.0"

On voit bien que le contenu du paramètre « q » a été vidé. On ne peut pas savoir ce que l’internaute avait fait comme recherche, mais on sait que c’était sur google.fr et sur quelle page du forum il est arrivé. Il y a d’autres infos dans les autres paramètres d’URL mais ils ne contiennent pas la requête.

Concernant Yahoo, cette méthode n’est pas encore utilisée, mais je suis certain qu’elle sera mise en place très vite, sans doute avant la fin du déploiement de cette recherche sécurisée (prévue au niveau mondial pour le 31/03/2014 selon Yahoo). En attendant, seuls les sites en HTTPS pourront bénéficier du referrer (donc identifier le trafic généré par Yahoo).

Par contre, les annonceurs auront toujours les mots-clés !

Par contre, et je sens que ce détail va vous plaire, Yahoo a déclaré à Danny Sullivan que les annonceurs continueront d’avoir toutes les informations : mots-clés et referrers. Comme Google ! Si vous souhaitez continuer d’avoir des informations sur les mots-clés tapés par les internautes, mais surtout analyser ceux qui « transforment » bien sur votre site, vous savez ce qu’il vous reste à faire : payer des pubs :-(

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

2 commentaires

ybet

Je sais que Yahoo n’est plus un moteur de recherche mais vu sa faible audience, s’il décide de redémarrer, bloque son robot sur tous mes sites.

Yahoo n’est plus une firme, juste … un truc qui essaye de gagner de l’argent avec un nom. Un peu comme racheter un ancien nom d’une firme disparue depuis des années pour arnaquer des nostalgiques.

Répondre
Professeur Gang

L’ironie c’est qu’on se rend finalement compte qu’il y a un petit trou sur le bandeau que Google nous a posé sur les yeux.

Répondre