Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Audit de référencement naturel d’un site pénalisé par Google Panda

Le propriétaire d’un site ecommerce a effectué un audit de son site à l’aide de RM Tech de My Ranking Metrics. Le rapport lui a fourni de nombreuses pistes d’optimisation et notamment certains points stratégiques pour l’algorithme Panda. Explications en vidéo !

Audit SEO Panda

Le rapport d’audit technique SEO ‘RM Tech’ donne de nombreuses pistes pour sortir un site d’une pénalité Panda. Elles ne sont pas toujours suffisantes mais largement indispensables !

L’algorithme Panda se base sur de nombreux critères, il est très difficile de tout corriger en peu de temps.

Par contre, tant que vous n’avez pas réglé les problèmes identifiés par RM Tech, vous avez peu de chances de pouvoir vous en sortir.

Vous aussi, testez gratuitement #RMTech pour découvrir des optimisations SEO possibles pour votre site :

  • la version gratuite vous donnera des indications générales ainsi que des exemples de problèmes détectés
  • la version complète contient des explications détaillées dans un rapport (texte, graphiques, tableaux) ainsi que les fichiers Excel exhaustifs permettant de tout corriger

N’attendez pas plus, créez-vous un compte My Ranking Metrics et lancez un audit SEO sur tous les sites qui vous intéressent !

Si besoin, lisez mon dossier de présentation de RM Tech, l’audit technique SEO de la plateforme My Ranking Metrics.

Voici les explications en vidéo :

A voir aussi sur YouTube : audit de référencement Google Panda

My Ranking Metrics

My Ranking Metrics, la plateforme SaaS de Ranking Metrics, et son outil RM Tech d’audit technique SEO

 

Pour savoir combien coûterait un audit RM Tech pour votre site, utilisez ce simulateur :

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

7 commentaires

James

Bonjour, très intéressant, Je ne suis pas d,accord avec vous sur les erreurs 404. Normalement il en a pas beaucoup d’influence. Imagine un site de petites annonces ou e-commerce ou les articles sont supprimés fréquemment. Même Google le montionne dans GWT.

merci

Répondre
Olivier Duffez

@james : je ne suis pas sûr d’avoir compris la remarque sur les erreurs 404, mais ce qui est sûr c’est que c’est une mauvaise expérience pour les utilisateurs

Répondre
azimut

Bonjour

J ‘ai un site / blog et je poste régulièrement 2 fois par mois des articles avec en moyenne 300 mots par article et mes mots clés  » longue traîne  » ne dépassent pas 2 % le contenu de mon article, pensez-vous que c’est assez long 300 mots ?

lecampingcar.wordpress.com

Respectueusement

Bernard LEGROS

Répondre
Olivier Duffez

300 mots c’est tout à fait correct, mais la vraie question est de savoir si chaque article fournit une valeur ajoutée suffisante

Répondre
Marredelplata

Concernant les erreurs 404, Olivier a raison de dire que c’est une mauvaise expérience pour l’utilisateur. Dans le cas d’un site E-commerce ou de petite annonces, le mieux est de rediriger de manière permanente (301) vers des pages de catégories ce qui doit disparaître. D’ailleurs, c’est une préconisation de Google.
Concernant la taille des articles, 300 mots, ça peut être tout à fait correct, cela dépend ensuite de la pertinence et surtout de la fréquence. Ce qui veut dire également que 800 mots moins souvent (et toujours pertinent) ça peut également être intéressant.
Ce qui est important, c’est la cohérence dans le format également. Finalement un site de brèves avec une forte fréquence de publication, ça marche aussi. Mais on note quand même une plus-value de positionnement sur le contenu long, ce qui est normal puisque l’on a la possibilité d’avoir plus de Requêtes primaires et secondaires.
Le % est à mon sens un indicateur, pas plus. Je pense à l’outil Yoast sur WP qui fait la promo de ce genre de façon de voir, et ça me paraît quand même sacrément réducteur de préconiser absolument le passage au « feu vert » sur le sujet. Bon je dévie excusez-moi, mais c’était l’occasion de faire un petit coup de gueule.
Bonne continuation.

Répondre
Antoine

Bonjour Olivier,

très intéressante ta manière d’effectuer une première analyse pour déceler rapidement les problèmes majeurs. Mais tes propos dans la vidéo m’amènent à une question sur Panda et le nombre de mots par page, surtout qu’il s’agit d’un site e-commerce et pas d’un site média.

C’est une réalité pour les sites marchands les pages produits ont généralement peu de contenus, pourtant cela ne nuit pas forcément à l’expérience utilisateur et si il y a un seuil Panda du nombre de mots minimum je suis surpris qu’il soit appliqué aux sites marchands.

Si tu le dis, il doit certainement y avoir du vrai, mais sur les 5 000 urls de ton client, on peut imaginer environ 4000 fiches produits. Qu’est ce qu’on lui dit à cet e-commerçant ? Vous allez devoir pondre du contenu unique pour 4000 produits ? Est-ce vraiment réaliste ? Supposons que le client ait du budget pour cela, comment feront ils pour ne pas tomber dans la redondance rédactionnelle, surtout pour les centaines de produits de la même catégorie. Que fais-tu dans ce cas de figure ? Que dis tu au client.

Merci d’avance pour tes réponses

Répondre
Olivier Duffez

Bonjour Antoine
Non, il y avait moins de 4000 fiches produits, il avait pas mal de listings et de pages d’autres types. Mais ça fait tout de même un paquet de fiches produits en effet.
Tout ce qu’on peut ajouter comme informations utiles au futur client, c’est autant de gagné pour améliorer le taux de conversion (c’est surtout comme ça qu’il faut voir les choses) et également bénéfique pour le SEO (pour sortir sur plein de requêtes, pour éviter le contenu dupliqué, pour augmenter la qualité globale du site perçue par l’internaute et par Google).
On parle souvent de 300 mots pour la partie principale du contenu : c’est un ordre de grandeur. Parfois on peut faire très bien avec moins de mots (par exemple en ajoutant des photos ou une vidéo), mais si on a trop de pages à très faible contenu, il faut envisager de désindexer les plus pauvres et investir un peu dans l’éditorial.

Répondre