➡️ Grosse promo en cours sur ma plateforme SEO ⬅️

Sur My Ranking Metrics, on double les crédits que vous achetez !

🎁 Offre limitée au 23/11 à découvrir ici

Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

L’utilité d’un logiciel de positionnement pour travailler le référencement naturel

Dans une vidéo, Matt Cutts cherche à convaincre que les rapports de positionnement sont une perte de temps. Voici la vidéo et mes commentaires… J’attends les vôtres avec impatience !

Dans cette vidéo, Matt Cutts passe 3 minutes à répéter qu’il ne faut pas perdre de temps à générer des rapports de positionnement (ou à s’intéresser à son PageRank) et qu’il vaut mieux se concentrer sur ce qui compte vraiment : le taux de conversion, le tunnel de conversion, le temps passé sur le site, etc.

Voici la vidéo :

Je suis étonné qu’il n’aborde pas la notion de personnalisation des résultats (un des points clés selon moi pour le référencement en 2012). Elle existe depuis plusieurs années et Google vient de la renforcer de façon gigantesque avec Google Search Plus Your World, ce système consistant à faire remonter des tas d’infos issues de Google+, pour ceux qui sont connectés à leur compte Google. En clair : il est fréquent que les résultats soient différents d’un internaute à l’autre, pour une même requête. A quoi bon alors analyser son positionnement ? Ou alors comment faire de façon la plus efficace possible ?

OK, il a entièrement raison en disant qu’il faut avant tout se concentrer sur la notion de taux de conversion. C’est d’ailleurs la toute première chose que j’explique toujours en formation SEO : le référencement naturel est là pour augmenter le nombre de conversions. On a besoin pour ça de bien se positionner sur les bonnes requêtes (le plus haut possible et sur le plus de requêtes possible), mais c’est justement le job du référenceur de bâtir une stratégie SEO pour y arriver.

Mais quand on a bien analysé les conversions, on finit par avoir déterminé un certain nombre de requêtes prioritaires, celles qui transforment le mieux, celles donc pour lesquelles il faudrait si possible être premier dans Google et Bing ! Voilà pourquoi je continue d’utiliser un logiciel de référencement pour  analyser le positionnement dans Google et Bing. Il n’est pas possible de déterminer toutes les positions où notre site apparait selon la personnalisation des résultats, mais une analyse des résultats neutres (sans aucune personnalisation) reste utile à mon avis. Si vous voulez compléter, regardez dans Google Webmaster Tools.

Pour conclure, oui il faut absolument avoir dans son tableau de bord tout un tas d’indicateurs liés au comportement de l’internaute sur le site et sur les conversions (taux de conversion, mots-clés qui convertissent, etc.). D’ailleurs le croisement de ces informations avec l’analyse du référencement permet de définir de très bons KPI pour le suivi du référencement (c’est ce que je détaille avec Fabien en formation « Utiliser Google Analytics dans le cadre du référencement naturel« ). Mais l’analyse du positionnement permet encore de faire un suivi (pas vraiment pour la longue traine, certes) et de mieux travailler le référencement.

N’hésitez pas à donner votre avis et à dire comment vous vous organisez : avec ou sans analyse de positionnement ? Si oui comment ? Avec quoi d’autre ?

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

34 commentaires

développeur web

Bonjour,
Il est vrai qu’il est de plus en plus difficile de référencer un site à grande échelle. Suivant notre géolocalisation, notre historique de navigation et bien d’autres facteurs, sur une même requête on a bien souvent plusieurs résultat différents. L’idéal est donc de faire tester les requêtes clés extérieurement.
En ce qui concerne l’analyse de positionnement, en général je prend des projets tous nouveaux, donc pas encore positionnés sur quoi que ce soit. Là par contre, une analyse concurrentiel est très utile et nous permet de cibler ses mots clés plus facilement.

Répondre
PubContact

L’analyse des positions me semble inévitable et importante. Avant de s’attarder à analyser ses taux de conversions, il faut déjà être monté dans les résultats et le savoir.
A mon avis cette vidéo s’adresse plus aux sites qui « rankent » dans le milieu de la première page où il faut effectivement bien travailler ses titres et descriptions pour convertir.

Répondre
Mathieu

c’est vrai qu’il faut se concentrer sur ses conversions et je pense d’ailleurs qu’il est essentiel lorsque l’on fait des optimisations Onpage de toujours les faire en en prenant en compte le côté marketing. Il est pas très utile d’avoir un bon trafic sans conversion.

A l’inverse je ne suis pas d’accord avec lui car suivre ses positions permet également de savoir où est ce que l’on en est dans son travail de SEO.
Suivre les positions est quand même un bon indicateur.

Répondre
Ecommerce 404

Ce qu’il dit, c’est de surveiller les positions sur ce qui convertit bien :)

Répondre
Olivier Duffez

@Ecommerce404 : j’ai re-écouté la vidéo, je n’ai pas entendu Matt Cutts conseiller de suivre le positionnement des mots-clés qui convertissent bien…

Répondre
chambre hôtes Chauffailles

Ah il nous fait bien rire à chaque fois ce sacré Matt ! Il aimerait bien que tous ces robots testeurs de position arrêtent de lui pourrir ses ressources, ça doit quand même représenter une part importante de l’activité de leurs serveurs tout ça non ?
Personnellement, je pense que l’un ne va pas sans l’autre, pour avoir des statistiques intéressantes, il faut être un minimum positionné…

Répondre
Sellerie

L’utilisation de google webmastertool est pour moi primordiale.
L’intérêt de connaître le CTR en fonction du positionnement nous permet d’appuyer le référencement sur les pages qui transforment.

Répondre
Olivier Duffez

@sellerie : il ne faut pas confondre CTR et taux de transformation… Ou alors tu veux dire qu’il faut améliorer le CTR sur les pages qui transforment bien ?

Répondre
Stéphane

Article subjectif en soi car conflit d’intérêt.
Je pense que Matt Cutts cherche à « protéger son fond de commerce » et n’aime pas que l’on utilise ses données, ressources ou classements pour en autre les revendre d’une manière ou d’une autre (logiciel, abonnement), ce que je comprends.
C’est une manière gentille de rappeler les CGU de Google que la plupart des logiciel SEO ne respectent pas.
Pour contrecarrer le problème Google à ouvert les robinets dans GWT mais ça reste encore léger par rapports aux analyse intéressantes de ces logiciels.

Répondre
Christophe BENOIT

Google souhaiterait avant tout que les webmasters ne fouillent pas trop près du trafic envoyé par les moteurs de recherche : svp pas d’audit de positions dans les SERPs, svp pas de suivi des mots clés dans Google Analytics…

Répondre
mobilier industriel

Sans compter que l’indice de visibilité d’un site indexé sur les positions (proposé sur pas mal d’outil de référencement) reste le garant du bon travail du référenceur. Un indice de visibilité stable ou en progression dans le temps est un bon indicateur que le référenceur travaille bien. Ne se baser que sur les conversions est dangereux. Par exemple pour des activités liées à la conjoncture ou à la saisonnalité, une chute des conversions ne veut pas forcément dire que le référenceur ne fait plus son travail correctement.

Répondre
BedouK

je croix pas que les rapports de positionnement ne sont plus utile, les rapports sont très importants pour savoir on est sur quel positionnement sur le mot clés ou l’expression qu’on a déjà travaillé sur la quelle sans bien sur oublier le taux de conversions et le trafic enregistré sur mes raquettes, alors si je concentre sur les recherches personnalisées en se connectant sur ma gmail avec l’influx du G+, comment puis-je convaincre mon client si j’ai travaillé un site en freelance? je doit lui présenter un rapport extérieur et non pas le taux de conversions seulement ou bien je le donne mes identifiant pour connecter et voir les résultats personnalisées.
Je croix que le suivi de positionnement des raquettes reste toujours importent et indispensable pour un référencer intelligent sans bien sur oublier le taux de conversions et le temps passer sur le site comme il a insister Matt cutts sur son vidéo.

Répondre
Nicolas

Le suivi du positionnement sur un grand nombre de mots clés est pour moi indispensable pour suivre l’évolution du positionnement AU JOUR LE JOUR, comprendre ce qui marche, ce qui ne marche pas, détecter une sanction (ou sa levée). Un référenceur sans outil de suivi est-il un référenceur ?

Répondre
SmartCenter

Les rapports ont aussi l’avantage de montrer l’historique, ils peuvent intégrer l’analytics et le netlinking, ce n’est pas qu’une photo c’est un film. Et si GSPYW était un écran de fumée ?

Répondre
ecommerce 404

@0livier : en effet il ne le dit pas mais on peut le déduire de son discours…

Répondre
Chasseur immobilier

Déjà ne pas se connecter à son compte Google et désactiver la personnalisation des résultats.

Répondre
Olivier Duffez

@Chasseur immobilier : le plus simple et le plus efficace est d’ouvrir une navigation privée (inprivate / incognito)

Répondre
Blog

Je comprends en effet l’intérêt de suivre ses positions de manière neutre. Cependant, je regrette seulement qu’aucun logiciel gratuit ou open source n’existe pour cela. On n’a pas tous un capital pour investir dans un tel outil.
Si je me trompe et que vous connaissez un outil gratuit, n’éhsitez pas à m’en faire part ;-).

Répondre
Agence Axekap

Se concentrer sur les sources de trafic qui convertissent c’est évident. Mais amalgamer le positionnement et le PageRank comme il le fait dans cette video c’est un peu gros et montre bien que GG n’apprécie pas les logiciels qui crawlent les SERP. Malgré la personnalisation des résultats de plus en plus importante, on trouve encore de nombreux sites qui dominent les SERP quelque soit le visiteur. On ne peut pas dire que le taux CTR soit le même entre les positions 1 et 9 (Matt prend des positions moyennes rapprochées). Avec Google Analytics on aurait pu se passer pratiquement de crawler les SERPs mais la recherche SSL ne va pas nous y aider !

Répondre
Chasseur immobilier

@Blog :
SEO Soft est un très bon outil gratuit de suivi de positionnement.

Répondre
rérencement site France

Je trouve pas d objectivité dans les propos du search quality ingineer du gg.
Si nous les référenceurs n’allons plus s intéresser aux classement dans les serp relativement aux mots clés d un tel référencement cela veut nous taperons moins de requétes sur google du coup moins d importance à l issue de google. nous nous contenterons de penser à améliorer le taux de la conversion selons toujours ce qu il disait.

Répondre
Arobasenet

Je suis un peu d’avis, et une fois n’est pas coutume, avec Matt Cutts.
Le positionnement d’un site sur les SERPs perd un peu de son son sens lorsque certains internautes ont la possibilité d’effectuer une recherche personnalisée.
Ce qui veut dire que le positionnement d’une page sur un mot clé que vous obtiendrez en utilisant AWR, bon logiciel s’il en est, se retrouve faussé.
Une telle recherche de positionnement est efficace quand tout le monde utilise Google de la même façon. Il en est de même avec la géolocalisation qui intervient dans une recherche personnalisée ou non…
A cela, quand vous ajoutez le cryptage des requêtes utilisées par vos visiteurs que Google va exploiter de plus en plus, bientôt l’industrie des logiciels de positionnement mourra de sa belle mort.
Ce que recherche Google, notamment avec Google Search Plus, c’est que votre positionnement ne dépendent que de l’humain ( votre propre communauté). Ce qui évite toute manipulation des SERPs à grande échelle…

Répondre
Olivier Duffez

quand vous ajoutez le cryptage des requêtes utilisées par vos visiteurs que Google va exploiter de plus en plus, bientôt l’industrie des logiciels de positionnement mourra de sa belle mort.

je ne comprends pas la logique : si on a moins d’infos sur les mots-clés dans les outils analytics, ça renforce l’intérêt d’une analyse de positionnement dans les SERP

Répondre
David Cohen

Ah tiens, voila que Matt Cutts en parle.

Ma position est claire depuis 2006 voire avant :
la recherche des positions est une perte de temps et un mauvais KPI pour le client (qui va vous en faire perdre 2 fois plus sur cet objectif).

David Cohen @SEOEuro

Répondre
Blog

Merci Chasseur immobilier ;-).

Répondre
Arobasenet

D’accord, on a moins d’éléments à analyser. Donc on a une lisibilité globale qui est faussée.
Surtout que vous aurez, pour un mot clé déterminé, une partie des visites qui ne sera pas comptabilisée et donc pas connue du logiciel. Or, cette partie inconnue peut être importante ou moindre.
Vous n’aurez ainsi pas toutes les données des comportements de vos visiteurs.

Répondre
Olivier Duffez

@Arobasenet : mais là tu ne parles pas des logiciels de ranking ! tu parles des outils d’analyse de l’audience, ça n’a pas grand chose à voir…

Répondre
beaute

Bonjour,

Effectivement je pense qu’il a raison d’insister 3 minutes sur le positionnement et le page rank. Un page rank de 2 peut être aussi bien positionné sur un mot clé concurrentiel que le voisin qui a un PR de 3. En effet il faut plus se concentrer sur : comment avoir un contenu original et unique. Et un bon netlinking. Cordialement

Répondre
Chasseur immobilier

Oui heureusement encore que l’indice PR tel qu’on le connait….n’a rien à voir avec le positionnement.

Répondre
faouzane@moutonbreak

je pense que le contenu ne suffit pas. Il faut savoir le mettre en valeur pour générer du traffic et donc de la conversion. Le positionnement est un moyen d’évaluer le chemin parcouru !

Répondre
Animation Touristique

Ça c’est ce que dit google, mais il semble évident que l’on ne peut pas se passer d’un rapport de positionnement sur les mots clefs qui nous intéressent…
Et même s’il faut plus s’intéresser au taux de conversion, une fois que l’on sait les mots clefs et les pages d’entées qui permettent le plus de conversions, le but est bien évidemment de se positionner le plus haut possible !

Répondre
nova media

Le discours de matt va dans le bon sens mais les clients ne sont pas tous éduqués avec la notion de ROi vu que les agences proposent juste des rapports de positionnement mensuels qui en soit n’est pas suffisant

Répondre
Chasseur immobilier

Et que pensez vous des outils qui utilisent un algo de calcul de poids d’un Bl pour les ordonner, comme Ahrefs ou Ibacklink pro ?

Répondre
Olivier Duffez

Ils servent à gérer des priorités dans les recherches de backlinks basés sur ceux des concurrents

Répondre