Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Google et la presse belge ont signé un accord

Après 6 ans de conflit juridique, Google et un groupe de journaux francophones Belges ont signé un accord de partenariat.

Les termes de cet accord n’ont pas été révélés mais certaines informations ont fuité ces jours-ci.

Voici d’abord ce que déclare Google :

Nous avons trouvé un accord qui met fin au litige et c’est une excellente nouvelle pour nous, comme pour les éditeurs. Nous restons convaincus que nos services respectent les droits d’auteurs – et il faut souligner que l’accord ne prévoit pas le paiement de redevances aux éditeurs et aux auteurs belges pour l’inclusion de leurs contenus dans nos services. Grâce à cet accord, Google et les éditeurs francophones belges s’associent désormais autour de projets innovants, dans le but de :
  • promouvoir les services des éditeurs et de Google : Google fera la promotion de ses services dans les médias des éditeurs, tandis que les éditeurs de presse feront appel aux solutions publicitaires de Google, en particulier AdWords, pour attirer de nouveaux lecteurs ;
  • augmenter les revenus des éditeurs, en travaillant ensemble à la monétisation de leurs contenus via des modèles premium (paywall, abonnements) et des solutions publicitaires telles que les plateformes AdSense et AdExchange ;
  • renforcer la participation des lecteurs en implémentant sur les sites d’information les outils sociaux de Google+, notamment la fonctionnalité de vidéos Hangouts, et en lançant des chaînes YouTube officielles ;
  • améliorer l’accès au contenu original des éditeurs en favorisant sa distribution sur les plateformes mobiles, en particulier sur les smartphones et les tablettes.

Mais le journal lemonde.fr affirme qu’au contraire Google va indemniser la presse belge. L’article n’est plus disponible mais voici un extrait :

L’accord repose sur un règlement des droits d’auteurs, avec à la clé un montant assez élevé, mais pas de quoi sauver la presse belge ! Ce qui est intéressant, c’est que Google s’engage aussi à promouvoir les contenus payants des quotidiens belges qui auront la possibilité de mettre en avant les contenus de son choix. Les journaux se retrouvent avec une sorte de ligne de crédit adwords en somme « .
le montant de l’accord s’élèverait donc « entre 2 % et 3 % du chiffre d’affaires » de la presse belge francophone, soit près de 5 millions d’euros.

La presse française arrivera-t-elle à imposer à Google de lui reverser une indemnisation pour continuer à exploiter ses contenus ?

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

8 commentaires

Agenda danse trad

L’info passée dans les media belges est que Google paierait (conditionnel) les frais de justice. Rien d’autre.

Répondre
muchos

Je suis extrêmement dubitatif. J’ai l’impression que Google a plié devant la bêtise de ces groupes de presse.
Néanmoins, l’accord inclue de nombreux outils Google. Si ça se trouve, ça oblige les éditeurs de contenu à n’utiliser QUE ces outils pour les contenus qui leur sont adaptés :o)

Répondre
Willgoto

@Agenda danse trad
La radio publique belge a présenté l’accord comme étant « une transaction financière dont le montant va au-delà de l’indemnisation des frais de justice ».

@muchos
Avec cet accord, Google évite une éventuelle exécution de jugements rendus contre lui en matière de violation de droits d’auteur.

Au sujet de ta deuxième remarque, non il n’y a pas exclusivité au profit Google (dixit le représentant des journaux belges concernés), mais tu as parfaitement raison en ce sens que cela rend les journaux encore plus dépendants de Google.

Même si un jour un moteur devenait meilleur que Google, il lui sera bien difficile de prendre le dessus vu toutes les places acquises par google.

Répondre
Sylvain

Donc la Belgique récupère Depardieu et pactise avec Google… Quelle démonstration de neutralité. Par contre au fait, ce week-end Orange et huit sites de presse lancent une alternative à Google News.
Sont fous ces francophones!

Répondre
Référencement site internet

Bonjour! En lisant les remarques de « Willgoto », cette attitude ne m’étonne venant de Google. Jusqu’ici, Il finit toujours par arriver à ses fins.

Répondre
Jean-marc

« les éditeurs de presse feront appel aux solutions publicitaires de Google, en particulier AdWords » : cela signifierait que les journaux « paieraent » des adsenses ! Complètement fou alors !

Répondre
Pongiste

Je trouve quand même ça incroyable que Google ai cédé aux pressions politiques. L’entreprise américaine avait peut être plus à perdre qu’à gagner et cet accord pourrait marquer un tournant dans les relations entre les moteurs et la presse.
Quand est-il des actualités chez Bing ?

Répondre
ybet

Un mois plus tard, je réagit comme belge (OK, Renauld a chanté on choisi des amis mais rarement son pays – joke).

Les journaux belges n’achètent pas d’adword, contrairement à la France (même s’ils sont plus petits), ils se sont rassemblés depuis des années en groupes qui reprennent des éditions spécifiques à chaque région (on parle d’un département à peu prêt). Pour ma part, quand je veux connaître l’actualité, je tape pas avenir (un groupe) mais avenir Luxembourg (ma région). Le marché est aussi nettement plus petit: 10 millions de belges mais 6 qui parlent néerlandais et 4 Français et le reste parle allemand(je schématise mais c’est à peu prêt celà).

La belgique est trop petite (y compris dans ses clients potentiels) pour que les journaux achètent des pubs chez Google, ils n’en ont pas forcément les moyens comme quelques groupes de presse français.

Maintenant, au niveau annonceurs publicitaires sur leurs sites webs: il y a aussi une très grosse différence, une grosse partie a créer des sites par région: ceci favorise les annonceurs locaux (qui n’utilisent pas du coup adword). En plus, une régie pour sites Internet spécifique au niveau national est aussi utilisée par quasiment toute la presse mais aussi radio nationale ou même télévision (et comme chaque fois en Belgique, ils se sont mis tous ensemble pour créer une société spécifique … que les français ne feront probablement jamais: on appelle çà un compromis à la Belge … ca prend des mois de négociations mais quand c’est lancé, ca marche à peu prêt.

> Pongiste, Google n’a pas cédé aux pressions politiques (La Belgique est un peu juste pour négocier avec Google au niveau international.

Google a juste « oublier » de référencer les sites de presse belge. La « compensation », c’est Google paye les frais de tribunaux (c’est de toute façon lui qui perd) et réindexe les sites d’actualité belges dans ses résultats. Du coup, les sites des journaux belges récupèrent des visiteurs et Google des résulatst d’actualité où il met ses pubs.

Pas sûr que ca marchera en France, pas sûr non plus que Google va vraiment jouer franc jeu avec les groupes de presse français (pour l’international, il y a reuters par exemple et Google peut sans problème monter son propre journal … sauf en local). Google récupère de plus en plus du contenu pour le « garder, l’agréger » sur ses résultats de recherche. Pour celà, il lui faut l’authorisation de l’indexer (ce qu’il fait avec nos sites).

La « victoire » des journaux belges est une défaite, pas s’y méprandre.

Répondre