Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Negative SEO, Penguin : Google fournit un outil pour désavouer un backlink

Matt Cutts vient d’annoncer la prochaine disponibilité d’un outil pour qu’un webmaster puisse désavouer un backlink, c’est-à-dire indiquer à Google que le lien est de mauvaise qualité, qu’il n’en est pas responsable et qu’il ne doit pas compter dans le référencement.

Edit du 17/10/2012 : ça y est, l’outil est sorti. Lisez attentivement mes conseils sur l’utilisation de cet outil !

Suite à la mise en place du changement d’algorithme Penguin, les webmasters craignent (de façon justifiée !) que le Negative SEO prenne de l’ampleur. En d’autres termes, qu’il soit possible de nuire au référencement des autres. Il faut dire que plusieurs exemples concrets ont été discutés sur les forums ces dernières semaines, et que les critères de Penguin laissent en effet penser qu’un site peut être pénalisé s’il reçoit trop de liens artificiels.

Matt Cutts parle de Penguin (conférence SMX)

Matt Cutts et Danny Sullivan au salon SMX Juin 2012 (image SearchEngineLand)

Matt Cutts a donc annoncé que son équipe envisage de fournir un outil d’ici quelques mois, permettant de désavouer un lien (ou plusieurs). Voici ce qu’il a dit exactement :

Some have suggested that Google could disavow links. Even though we put in a lot of protection against negative SEO, there’s been so much talk about that that we’re talking about being able to enable that, maybe in a month or two or three.

On peut imaginer que cet outil serait intégré à Google Webmaster Tools et qu’il permettrait de réduire les risques de Negative SEO. Les webmasters pourraient en effet décider d’indiquer qu’ils ne veulent pas que Google tienne compte d’un ou plusieurs liens en particuliers.

Dans un premier temps on peut se réjouir de cet outil. Après tout, c’est une solution de plus à notre disposition, et nombreux sont ceux qui l’avaient demandé ces dernières semaines. Mais ensuite on peut se poser quelques questions :

  • N’est-ce pas un signe d’impuissance de la part de Google ? Est-ce vraiment à nous de faire ce travail ? Cela ne devrait-il pas être celui de Google ? Pourquoi Google ne désactive pas tout simplement la puissance d’un lien, quand il juge que ce lien est artificiel ?
  • Comment faire concrètement si on découvre un très grand nombre de liens ? S’il y en a des milliers, répartis sur des milliers de sites, faut-il les traiter un par un ? Si des personnes spamment le web en postant des centaines de milliers de liens vers un concurrent, pourquoi le webmaster concerné devrait avoir à nettoyer ce spam ?
  • Comment savoir s’il faut vraiment désavouer un lien ? Comment savoir s’il est considéré comme du spam par Google ? En d’autres termes, comment savoir si le lien est toxique pour son référencement ?
  • N’y a-t-il pas un risque d’affaiblir son référencement si on désavoue des liens qui en réalité étaient bien considérés par Google ?
  • A l’inverse, que va penser Google d’un site dont la plupart des liens sortants sont désavoués par d’autres webmasters ?
  • Quels sont les impacts sur la e-réputation ? Si un client donne son avis sur un site en faisant un lien vers lui avec des termes négatifs dans le texte de lien, le site concerné risque de sortir sur des termes. S’il suffit au webmaster de désavouer ces liens, c’est tout un pan de l’algorithme de Google qui est modifié…

Qu’en pensez-vous ? Les commentaires vous sont ouverts, ainsi que la discussion dans le forum.

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

27 commentaires

DODECO

Je suis assez d’accord.

Mais je pense qu’on devrait d’abord s’attaquer à bien plus grave.

Google a renforcé le mot clef(Not provided)qui est le résultat de la possibilité de crypté les recherches.
(voir .
Pour mon plus gros client cela signifie une perte de visibilité sur les mots clefs de 8% depuis le 7 mars 2012.
C’est pas rien.

Qui est d’accord?

Répondre
Olivier Duffez

@DODECO : oui c’est très embêtant cette histoire de mot-clé not provided, surtout pour les sites à faible trafic (pour lesquels l’amputation des mots-clés est plus grave car il ne reste plus assez de données statistiquement exploitables).

Répondre
BlueScreenJunky

« N’est-ce pas un signe d’impuissance de la part de Google ? Est-ce vraiment à nous de faire ce travail ? Cela ne devrait-il pas être celui de Google ? »

Si bien sûr, mais pas seulement à ce propos : Dans l’idéal un webmaster ne devrait jamais avoir à se soucier des techniques de SEO. les algorithmes des moteurs de recherche devraient être suffisamment performants pour distinguer eux même un bon site d’un mauvais site, un site pertient d’un site qui ne l’est pas, ou un site populaire ou non.
Mais en attendant l’algorithme parfait, nous en sommes tous réduit à passer un temps non négligeable à « optimiser » nos sites pour le référencement au lieu de développer des fonctionnalités ou du contenu.

Répondre
Nicolas

Comme tu le dis, c’est un aveu d’échec. Il va falloir faire des outils automatisés capable de supprimer un lien aussi vite qu’il peut être créé ? Si un « référenceur » envoie des blasts, pas sur qu’un formulaire puisse résoudre le problème.

Répondre
Rambo

En espérant que cela soit vraiment pris en compte, parce que les quelques spam report que j’ai pu faire, n’ont jamais eu de retour probants …

Répondre
Romdev

Tout à fait d’accord avec les questions posées en fin d’article, j’en rajouterais même une, à vous de me dire si elle est con ou pertinente :)

Ne va t-on pas retomber dans du pseudo « PageRank sculpting » avec ce modèle ? Des webmaster qui choisiront eux-même les liens qu’il veulent garder (s’ils arrivent à juger correctement de leur qualité)…

Si on peut désavouer un lien qui ne nous appartient pas nous même, n’est-ce pas comme mettre un attribut nofollow sur ce lien, en quelques sortes ?

Répondre
Olivier Duffez

Oui Romdev, c’est comme si on mettait un lien nofollow sur une page web qui ne nous appartient pourtant pas.

Répondre
Lesannuaires

« Comment faire concrètement si on découvre un très grand nombre de liens ? S’il y en a des milliers, répartis sur des milliers de sites… »

C’est bien la question à laquelle j’aimerais avoir une réponse quand je vois que l’outil WMT annonce 145.359 liens pour mon site …

Répondre
Fred

oui, entièrement d’accord avec toutes ces remarques qui soulignent d’autant plus les failles de Google sur les backlinks.
Le négative SEO est surtout nuisible quand des milliers de liens apparaissent en peu de temps : on imagine le temps passé à vérifier les liens un par un et à les cocher pour demander leur bannissement… ça peut même devenir incitatif pour les spammeurs qui seront certains de pourrir un peu plus les webmaster et référenceurs.

En tout cas, gràce au Manchot et ses rustines, les marketeux des agences SEO vont certainement prendre un malin plaisir à mettre en avant ces arguments, et titiller la partie reptilienne de leur potentiel client en jouant sur la peur d’un negative SEO pourtant ultra rare.

Répondre
Emmanuel

A mon sens google n’a tout simplement pas désactivé la puissance du lien pour inciter les webmasters à « dénoncer » les sites spammées et ainsi pouvoir utiliser ses données par la suite.

Cela équivaudrait en quelque sorte à un vote négatif … Et je compte bien utiliser cet outils pour désactiver certain lien en provenance de site de CP ( la cible de google ).

Répondre
Nabil

Dans la mesure où il s’agit d’un nouvel outil mis à notre disposition, on peut penser que c’est un plus. Par contre, personnellement, je trouve cette annonce très effrayante : pour que Google se sente obligé de fournir ce service, implicitement, cela signifie qu’ils reconnaissent qu’il est devenu très facile de shooter un site concurrent : un bon blast bien pourri et ça fait un concurrent de moins…

Répondre
Rédac cabanes

Google sait très bien qui est qui.
Matt fait fonctionner l’algo:
DIVISER POUR MIEUX RÉGNER
A la sauce Vichy…

Répondre
Chine Informations

Pour ma part je me suis tout simplement désinscrit de Google Tools il y a quelques semaines et ne vais plus perdre mon temps à référencer ou modifier mon site selon les désirs de Google…

En effet je pense que bien référencer un site de qualité est son boulot, pas le notre…

Un jour Google pénalisera tous ceux qui passent trop temps à optimiser leur site et trop de temps sur Google Webmaster Tools … ;)

Répondre
oxxalis

Les modifications des règles du jeu ne cessent d’arriver et c’est l’occasion de se perfectionner. S’adapter comme toujours, innover, rester créatif. Par exemple : où sont les sites de CP de qualité ? et les annuaires crédibles ? Existe-t-il des outils performants, capables de les évaluer ?

Répondre
Olivier Duffez

Bonnes questions oxxalis ! Peut-être déjà voir les sites (CP, annuaires, etc.) qui sortent bien dans Google pour les requêtes de la thématique qui nous intéresse

Répondre
oxxalis

Sans doute, cher Olivier. J’aimerais lancer l’idée (qui va la réaliser?) de concevoir un outil d’évaluation performant : sites de CP, sites de publication d’articles, sites de diffusion de portfolios… ça existe pour les vidéos, la publicité, etc. Cet outil évaluerait une quinzaine de critères (qualité des textes, liens, clics, noms d’experts, rapports avec l’actualité, vote et réaction des internautes…) Bref encore du panda/penguin sans le savoir… Un volontaire ?

Répondre
fredo

L’enfer est pavé de bonnes intentions, sous prétexte de pertinence et de qualité, google prend des décisions à la manière d’un d’indicateurs, vu son monopole.

Ce qui est toléré un jour ne les plus le lendemain.

ça commence à devenir du gros n’importe quoi.

Répondre
Vincent

Ils essayent de modifier un système d’évluation bancal !

Je suis fan de BH tools, je ne vais pas m’en cacher. Je ne suis pas fan du blast par millions, mais je préfère utiliser des outils permettant de me passer d’une armée de link builders sous payés…

Si on assemble les pièces du puzzle il est clair que l’industrie SEO batie autour de Google les gênent … Mots clefs cryptés, SEO artificiel pénalisé, mises à jour punitives. Nous sommes dans la parfaite position d’un monopole visant à imposer sa vision des choses et à moduler internet en fonction d’une subjectivité d’une poignée d’individus.

« 1% des requêtes impactées »

Ce genre de tournure macroscopique me fait vomir. Des entrepreneurs perdent leur trafic / business en 1 nuit sans pour autant avoir fait quelconque activité visant à optimiser leur référencement…

J’ai des exemples flagrants de sites overblastés de millions de liens en 1 mois sans contenu qui sont sortis indemnes de toutes les mises à jour. Et d’autres pour lesquels quelques liens web 2.0 pyramidaux et faits manuellement les ont détruits en 1 nuit.

Répondre
Olivier Duffez

Vincent, peux-tu donner des exemples de sites qui ont tout perdu comme tu dis, « sans pour autant avoir fait quelconque activité visant à optimiser leur référencement… » ?

Répondre
Gilbert

Des questions qui seront toujours sans réponse! je pense que ce fameux outils sera vraiment utile surtout en ce temps de changement

Répondre
marocseo2012

Oui, vous avez raison. C’est à Google de régler ce genre de situations, pas les Webmasters ! C’est très facile de nuire au référencement d’un site de plusieurs manières, pas seulement les BL négatifs.
On ne veut pas d’outil de ce genre, ça fait une charge de travail inutile de plus : localiser les BL puis les signaler, and what else ?

Répondre
Archernar

Amusons-nous quelques secondes :

Il y a deux postulats :
1 Les « mauvais » liens ne valent pas un clou.
2 Les « mauvais » liens sont pénalisants.

1
Je les laissent où ils sont et ne perd pas de temps à les éliminer.

2
a Des petits malins vont créer des sites nuls pour couler leur concurrent.
b le concurrent, susmentionné, vit sur une autre planète et ne se préoccupe que d’informer, distraire, etc. au plus près de sa conscience.
c les mauvais liens vers ce site se multiplient.
d Google pénalise…
e un jour Google découvre, sans stupeur (ce n’est pas vraiment des imbéciles non plus), que de plus en plus de sites très correctes croulent sous les mauvais liens. Comment corriger ?
f je ne vois guère qu’une prime au nombre de mauvais liens…

1 ou 2, il faut conserver les mauvais liens ; ils ne nuisent pas ou sont un investissement sur l’avenir. CQFD

OK, c’est limite capilotracté au premier abord mais déjà moins au deuxième ? ;-D

Répondre
toyzmachin

Cela risque d’être un véritable casse tete pour les webmasters voulant désavouer un certain nombre de liens…

Répondre
auto algerie

Bonjour ,
j’ai remarqué que mon concurrent a certain liens qui sont interdit par google mais il a 1000 liens dont 20 à 25 liens de mauvaise qualité
est que je peut le signalé ? et comment ?

Répondre
Dr Sbaitso

Ce que je trouve encore plus dérangeant c’est que Google invente le « Mes serps TU les aimes ou TU les quittes !  »

…au final faut donc avoir un compte WMT pour ne pas se faire « saquer » ???

En gros donc tu fais le job de Google, tu subis le bestiaire mensuel de Cutt en serrant les fesses et si tu oses tourner le dos… (je reste poli)

Jusqu’où iront-ils dans la manipulation et le mépris ?

Répondre
Dental

plus les solutions à de réels problèmes se multiplient et plus il sera facile pour les petits malins de trouver la faille. référencer un site devient de plus en plus compliqué, il faut faire du lien, mais lesquels ?

Répondre
AZ Déménagement

c’est très juste comme raisonnement, il sera plus logique que google met en place un moyen pour réduire l’influence (voir supprimer) l’impact des liens de mauvaises qualités.

Répondre