Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Description du système Google First Click Free

Découvrez le principe First Click Free proposé par Google au début uniquement pour Google Actualités et (depuis 2008) pour Google Search en général. Est-ce une opportunité pour les éditeurs de site ou plutôt pour Google ? Voici quelques pistes de réflexion…

Article mis à jour le 29/09/2015, publié initialement le 18/10/2008

First Click Free

Le système First Click Free (Premier Clic Gratuit) proposé par Google

First Click Free : comment ça marche ?

Le principe du système First Click Free (« 1er clic gratuit ») est de permettre aux éditeurs de sites ayant un contenu accessible uniquement aux membres ou aux clients de le faire indexer par Google afin d’obtenir en retour du trafic issu des recherches Google.

Concrètement, Google propose ni plus ni moins de faire du cloaking :

  • sur vos pages à accès restreint, vous mettez en place une détection du type de visiteur : si c’est Googlebot, vous lui laissez l’accès pour qu’il indexe tout le contenu, tandis que si c’est un internaute, vous ne lui donnez l’accès que s’il a payé. Sauf que… (voir ci-après)
  • Google peut donc indexer les contenus en question et a fortiori lister les pages concernées dans les résultats de recherche
  • si un internaute arrive sur votre site (rubrique payante) en provenance de Google, Google exige que vous laissiez l’internaute consulter votre page de contenu. Bien entendu cet internaute ne pourra pas consulter d’autres pages de votre site sans payer : seule la première page consultée en provenance d’une recherche Google est gratuite (c’est le First Click Free).

Comme son nom ne l’indique pas (sic), vous devez en réalité autoriser les internautes à consulter gratuitement plusieurs pages par jour (à condition qu’à chaque fois ils proviennent du site Google). Pendant plusieurs années Google avait fixé ce nombre à 5, mais depuis septembre 2015 ce nombre est fixé à 3 (source) : les internautes venant de Google doivent pouvoir consulter au moins 3 contenus par jour.

Ne me demandez pas comment vous allez faire pour les identifier, d’ailleurs même Google ne veut pas répondre à cette question. Car c’est très compliqué quand ils utilisent plusieurs navigateurs et surtout plusieurs appareils (ordinateurs, tablettes, smartphones avec éventuellement des IP différentes).

Le débat autour du First Click Free

Certains éditeurs de sites y voient une solution miracle et remercient Google. Voici pourquoi je ne partage pas leur avis…

Avec ce système, Google a accès gratuitement à 100% d’un contenu que l’éditeur a pourtant choisi de faire payer. Google peut indexer l’ensemble du contenu et non pas seulement un titre et un chapeau d’article, ce qui lui permet de faire apparaître les pages concernées pour un très grand nombre de requêtes. Jusque-là ok mais il ne faut pas oublier que Google tire un revenu (via les liens sponsorisés AdWords ou AdSense) de tout ce contenu alors même que les internautes doivent payer pour le consulter !

Bien entendu, pour ne pas décevoir ses utilisateurs, Google demande aux éditeurs d’offrir leur contenu, sous forme d’une sorte de Promo Google permanente ! D’ailleurs, j’ai du mal à comprendre pourquoi Google se permet de dicter le nombre de consultations gratuites que l’éditeur peut autoriser : n’est-ce pas l’éditeur qui doit choisir ça ?

Les internautes qui connaissent suffisamment bien Google sauront qu’il suffit de faire une recherche sur Google et de cliquer sur le lien vers l’article pour le consulter gratuitement. Par exemple, on vous donne l’URL d’un article du Wall Street Journal et en cliquant dessus on vous demande de souscrire à un abonnement pour le lire. Prenez son titre, tapez-le dans Google en ajoutant « Wall Street journal » à la requête, et cliquez. L’article sera disponible en entier gratuitement.

On n’avait pas besoin du First Click Free pour mettre en place un tel système ; on peut aussi utiliser un autre système assez proche consistant à faire indexer le titre et l’introduction de chaque article payant : c’est le principe des archives payantes partiellement indexées (pour lire l’article en entier, l’internaute doit payer). Par contre je le reconnais, cette indexation partielle est bien moins efficace en termes SEO.

Google incite à faire du cloaking avec toutes les explications techniques nécessaires. Certes, si le contenu fourni à Googlebot est identique à celui fourni aux internautes, c’est une forme de cloaking acceptée par les moteurs de recherche. Mais en donnant l’habitude aux éditeurs de sites d’intégrer du cloaking, il ne faut pas s’étonner que certains cèdent à la tentation d’adapter (optimiser !) les pages servies à Googlebot…

Que se passera-t-il si un éditeur laisse Google indexer son contenu payant (grâce au cloaking) mais refuse de laisser l’internaute consulter le contenu gratuitement ? Google sortira-t-il ce site de l’index pour cause de cloaking ? Google effectue-t-il des contrôles pour vérifier que l’implémentation technique est correcte ?

Comment tester si ce modèle économique est rentable pour vous

Malgré mes remarques assez négatives mentionnées précédemment, je pense qu’il peut y avoir des cas où ce modèle économique peut fonctionner. En tout cas, grâce à la possibilité extraordinaire du monde numérique de pouvoir faire du tracking sur toutes les actions emarketing, les éditeurs de site peuvent fort bien mesurer si un système du genre First Click Free est rentable pour eux. Il suffit de mettre en place les bons outils, de faire les bonnes mesures pour au final se donner les moyens de vérifier si c’est rentable. En tout cas c’est exactement le genre de démarche qui est expliquée dans ma formation Web Analytics, organisée par Ranking Metrics.

Ce qui me laisse penser que ce modèle économique risque de ne pas être le bon, c’est qu’avec un référencement efficace, l’internaute qui trouve un site via Google arrive directement sur la page qui l’intéressait : il n’a pas forcément besoin/envie de voir les autres pages. Dans ce cas de figure, si la 1ère page consultée est gratuite, le site ne rentabilisera sans doute pas sa zone payante.

Votre avis sur ce « Premier Clic Gratuit » ?

Et vous qu’en pensez-vous ? Si vous avez une zone à accès payant, avez-vous testé un système comme le First Click Free ? Ou bien un niveau intermédiaire avec l’introduction seulement indexée ? On parle du First Click Free dans le forum WebRankInfo.

Cet article vous a-t-il plu ?

Note : 5.0 (2 votes)
Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

8 commentaires

eric

sujet intéressant
déjà que google est en train de faire un deal avec les bibliotheques "bibilotheque de Lion je crois " pour scanner les livres anciens gratuitement leur but c’est avoir du contenu.
et si google se mettait à faire un wikipedia like ?

Répondre
FinStreet

Il n’y a pas que les articles payants. Par exemple sur mon site, les fiches sont ouvertes à tous, mais pour les fiches écrites depuis moins de 15 jours, cela nécessite une inscription au site. Or vu qu’il s’agit de fiches rédigées il y a moins de 15 jours et avec très peu de contenu visible, elles ne sont pas forcément bien indexées surtout que je n’affiche que trois ou quatre phrases. Donc les internautes n’y viennent pas par Google… et donc 0 inscription. Donc en gros si j’ouvre à Google, Google pourra indexer la totalité du contenu, bien me placer et les internautes pourront voir la page sans s’inscrire… en gros je ne perds pas d’inscription car ceux sont des personnes qui ne seraient pas venues sinon.

Bref je vais tester

Répondre
Jerome

On peut même imaginer qu’un internaute sachant bien faire ses recherches consultera la première page puis reviendra sur google pour effectuer sa deuxième recherche et ainsi consulté un deuxième article qui aurait du être payant et ainsi de suite…
A moins que google ne soit capable d’identifier l’internaute et lui refuse cette deuxième visite…

Quoi qu’il arrive il est sur que cela remettra en cause le business modèle de pas mal de sites. Si cette option ne peut pas être contrôlée par le webmaster, je me demande même si celui ci ne peut pas se retourner juridiquement contre google ?

Répondre
abseo

Plus de contenu pour Google veut dire plus de flexibilité dans le classement des Serps pour satisfaire les gouts de tous les utilisateurs

Répondre
Litterature

Je n’approuve pas le principe de ne pas rester maître de la diffusion de son contenu.
Et puis est-ce de bon ton de parler d’accès payant alors que les populations ont déjà
assez de difficultés financières ?
Cordialement,

Répondre
Valdun

Pourquoi pas…
Si ça se développe, les pratiques visant à se faire passer par Googlebot via son agent utilisateur se généraliseront. Le modèle économique ne serait décidément pas du tout adapté car les sites fonctionnant ainsi seraient alors en accès libre >_>

Répondre
Rome tour

Le débat sur un éventuel nouveau modèle économique, du coté des annonceurs (Adwords d’une part et Adsense de l’autre) va etre plutot « qui va payer qui » (en considérant les positionnements dans les SERP comme une rémunération pour le travail fourni). Cela dépendra du marché qui se formera au fur et à mesure que cette diffusion va se propager (et si le manque de controle de la part du webmaster ne le fera pas fuir du cliché actuel). A tester dans le temps, mais ce ne sera pas pour demain…

Répondre