Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Les données structurées pourraient devenir un critère de l’algorithme de Google

Même si jusqu’à présent Google a toujours indiqué que l’utilisation de données structurées n’apportait aucun avantage dans le classement des résultats, ça pourrait devenir un jour un critère de son algorithme… Mais vous devez quoi qu’il arrive vous y intéresser, voici pourquoi.

Impact SEO données structurées

Les données structurées, critère de l’algo Google ?

C’est en tout cas ce que semble avoir indiqué John Mueller (webmaster trends analyst chez Google) dans un hangout avec les webmasters le 11/09/2015. Regardez cette vidéo où il répond à 20’00 à la question « Est-ce que Google considère les données structurées comme un critère de classement ? » et notamment autour de 21’45 :

Voici la réponse complète :

In general not. […] We try to use structured data as a way to understand more about this page. We try to use it for rich snippets for example. And rich snippets themselves are a ranking factor. […] That’s something where it would not necessarily rank your site higher but it might attract more visitors because they recognize the type of content. […] This kind of things help us to better understand the pages. I think over time, it’s something that might flow into the ranking signals.

If we can recognize someone is looking for a car, we can say oh well, we have these pages that are marked up with structured data for a car, so probably they are pretty useful in that regard. We don’t have to guess if this page is about a car.

So I think in the long run, it definitely makes sense to use structured data where you see that as being reasonable on the web site. But I would’t assume that using structured data markup with make your site jump up in rankings automatically. So we try to distinguish between a site that is done technically well and a site that actually has good content. […] Just because it is done technically well, it doesn’t mean it is as relevant to the users as content that is not done as technically well.

Mon analyse

N’oubliez pas qu’il ne s’agit ici pas d’une annonce officielle publiée dans le blog de Google, mais de l’avis de John Mueller répondant à une question d’un internaute.

Structured Data ou Structured Markup ?

Ne faites pas le raccourci « si une page a un balisage de données structurées (par exemple schema.org), alors elle sera avantagée en termes de ranking ». Evidemment que ce balisage est nécessaire, mais ce sont bien les données (et le type choisi) qui sont analysées avant tout, et qui peuvent donner un avantage SEO. Pour reprendre les termes anglais, ce n’est pas le de Structured Markup qui pourrait être un critère de l’algorithme de classement (« ranking signal« ), mais les Structured Data elles-mêmes.

Evidemment qu’il ne faut pas se tromper dans le balisage, mais l’outil fourni par Google aide à repérer les fautes.

Les données structurées aident Google à mieux comprendre le contenu

Oui, les données structurées peuvent avoir un impact dans les résultats GoogleClick to Tweet

simplement car ces données aident l’algorithme à mieux « comprendre » de quelles entités il est question dans la page, et avec quelles autres entités elles sont reliées. L’utilisation de schema.org (ou plus généralement du balisage de données structurées) ne doit pas être vue comme une astuce SEO qui marche (ou marchera un jour), mais comme un moyen efficace de clarifier pour le moteur de quoi on parle. Si ce Structured Markup accompagne un contenu de qualité, alors oui ce contenu aura plus de chances d’être bien vu dans Google.

Le cas particulier des Rich Snippets

Concernant les extraits enrichis (rich snippets), par exemple les étoiles dans les SERP : ce n’est qu’une confirmation visuelle que Google a tenu comptes des données structurées contenues dans la page concernée. Je veux dire par là que :

  • pour la plupart des (types de) données structurées, il n’existe pas de concrétisation visuelle dans les SERP. Mais ça ne veut pas dire qu’elles ne sont pas exploitées.
  • même pour des données structurées associées à des rich snippets (par exemple les étoiles des avis), il peut arriver que Google ait bien repéré le marquage des bonnes données structurées et que pourtant aucune étoile ne s’affiche. La raison est que l’affichage n’a lieu que si la page ou le site « le mérite », selon les critères d’un algorithme spécifique.

Voici un exemple d’extrait enrichi avec une photo (ce qui est rare dans les SERP), une note moyenne avec ses étoiles et le nombre d’avis, un temps de préparation + cuisson :

Rich snippet recette

Exemple de Rich Snippet avec une recette

Il semble évident qu’un résultat avec un extrait enrichi a des chances d’avoir un meilleur taux de clics que d’habitude, ou que ses concurrents. Et à mon avis, le taux de clics est pris en compte par Google… Mais de toutes façons, si ça favorise le clic, c’est toujours bon à prendre non ?

Un bon Rich Snippet favorise également une « bonne visite », c’est-à-dire une visite sans retour en arrière dans les SERP. Vous devez éviter à tout prix que trop d’internautes reviennent (rapidement) en arrière dans les résultats après avoir visité votre site.

Pour l’instant, pas de boost direct

A part le fait qu’un bon marquage des bonnes données structurées aide le moteur à bien comprendre de quoi on parle, une page qui en utilise est-elle actuellement avantagée dans Google par rapport à une autre page équivalente en contenu, mais sans marquage ? A mon avis non, Google ne leur procure aucun boost. Une des raisons actuelles est qu’il y a bien trop peu de sites qui intègrent des données structurées : leurs pages auraient un avantage dans les SERP sans doute trop important.

Via Barry Schwartz (qui n’aurait donc pas dû parler de Structured Markup dans son titre, mais de Structured Data)

Image source Shutterstock, sous licence.

Cet article vous a-t-il plu ?

Note : 5.0 (1 vote)
Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

10 commentaires

Sébastien

Bonjour, je pense qu’effectivement les données structurées on leur importance, et que ça aide à la compréhension des moteurs de recherche. Cependant, je me demande comment elles sont utilisées. Travaillant sur un gros site j’ai mis en place le markup de datas à destination du knowledge graph (logo, info pratiques : adresse, tel). Et après un mois rien de neuf dans les serps. Est-ce normal ?

Répondre
Olivier Duffez

@Sébastien : le markup est nécessaire mais pas suffisant – Google n’explique pas ce qu’il faut faire pour avoir l’affichage…

Répondre
Kevin lourenco

Bon article. Pour ceux qui se demandent si l utilisation de données enrichies est donc essentielle, au vu de l impact minime sur le positionnement, je dirais que oui.

Même si pour le moments le gain en positionnement est faible, comme le montre l article, il sera plus conséquent dans les années à venir.

De plus, ils permettent également de vous démarquer dans les résultats de recherche (un utilisateur, aura plus de facilité à cliquer sur un lien de recette contenant des étoiles et une miniature photo plutôt qu un simple lien texte).

Les données enrichies ne doivent donc plus être un « plus » mais faire partie intégrante du processus de développement pour maximiser la qualité de sa propre présence sur le Web.

Répondre
Spawntohell

Bonjour Olivier,

d’après vous qu’est ce qui peut arriver pour qu’une page perd ses étoiles concernant les rich snippets?

En vous remerciant.

Cordialement.

Répondre
Olivier Duffez

@ Spawntohell : difficile à dire, personne n’ayant d’info fiable et/ou officielle là-dessus. D’ailleurs parfois ça peut provenir d’une pénalité manuelle ! Sinon, c’est une histoire de confiance (notion calculée par un algo, attention donc). Il faut s’assurer de ne publier que des données réelles, bien codées (avec le bon type), fiables et ne pas s’amuser à casser les URL (même avec une redirection 301).

Répondre
Lightonseo

Si les données structurées sont une aubaine pour quelqu’un, c’est pas pour les webmaster mais pour Google.

Elles font parties des alternatives qui l’aident à mieux comprendre le web. En crawlant les pages, Google entretient aussi sa base de connaissances. Il est évident que si elles se généralisent, son knowledge graph deviendra beaucoup plus puissant.

Des déclarations (à demi mots) comme celle de John Muller, sont des mouvements habiles pour inciter les gens à agir dans un sens en laissant un doute planer.

Des sites souffrent déjà du knowledge graph, plus besoin de cliquer sur le site pour avoir la réponse, google répond directement dans les SERP

Répondre
Olivier Duffez

C’est en effet un risque de dommage collatéral, c’est évident. On peut se dire que si un site ne publie que des données basiques déjà présentes ailleurs, il n’a pas d’avenir et sera un jour rendu inutile par le knowledge graph.

Répondre
Tyseo

Google pousse l’usage de ces données structurées. L’outil mis en place tout récemment sur la Google Search Console le montre bien. L’outil est bien fait et mâche vraiment le travail. Et comme Google ne fait jamais rien sans arrière pensée…

Répondre
georges72

Sur le site de la CNIL, on trouve :

« Quels cookies nécessitent le consentement préalable des utilisateurs ?
Parmi les cookies nécessitant une information préalable et une demande de consentement, on peut notamment citer :
les cookies liés aux opérations relatives à la publicité ciblée ;
certains cookies de mesure d’audience (voir les exemptions ci-dessous) ;
les cookies des réseaux sociaux générés notamment par leurs boutons de partage lorsqu’ils collectent des données personnelles sans consentement des personnes concernées.
Cette liste n’est pas exhaustive. »

En revanche, le « cette liste n’est pas exhaustive » a toujours quelque chose de bluffant !

Répondre
saber

bon article ! par contre d’après mon expérience l’utilisation des données enrichies m’a fait gagner plus de 5 positions sur le SERP sur le site ci-dessus

Répondre