Etude sur les clics en pages 1 et 2 de Google
Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Passez en page 1 de Google ! Méthode détaillée applicable

Suivez cette méthode concrète pour sélectionner les pages de votre site qui présentent le meilleur potentiel de croissance des visites SEO en passant de la page 2 de Google au bas de la page 1.

Vous connaissez la blague du référenceur ?

Quel est le meilleur endroit pour cacher un cadavre ? En page 2 des résultats Google !

Bon, ok, c’est de l’humour SEO… Passons aux choses sérieuses maintenant :-)

Le but de ce dossier est de vous expliquer comment appliquer une méthode bien connue pour gagner du trafic SEO : passer de la page 2 des SERP Google au bas de la page 1. Bref, là où se fait le trafic 🥇

C’est plus facile pour certaines de vos pages que pour d’autres : je vais expliquer comment choisir.

C’est plus rentable pour certaines pages (en termes de gain en trafic) : je vais indiquer comment le chiffrer.

Bref, l’idée est ancienne mais ici je propose du concret, pas seulement de la belle théorie. Je vous livre les étapes que j’ai moi-même suivies, tout ce que j’ai appliqué sur mes sites et ceux de mes clients.

Suivez bien tout pas à pas et vous pourrez l’appliquer à vos sites ou à ceux de vos clients 👍

Remarque : si vous préférez automatiser entièrement tout ça, sachez que je l’ai fait développer dans mon outil RM Tech d’audit SEO. Avant je faisais comme décrit ci-dessous, mais depuis octobre 2017, les données Search Console sont récupérées (option gratuite pour les audits en version complète) et combinées avec celles du crawl. Les pages les plus rentables à travailler pour passer en 1ère page de Google sont listées dans le rapport d’audit.

Passer du haut de la page 2 au bas de la page 1 des SERP

Pourquoi vouloir passer de la page 2 à la page 1, même si c’est viser uniquement la position 10 ?

C’est sûr que si j’avais la solution pour vous amener en 1ère position Google, ça serait encore mieux !

La raison est qu’il est plus rentable de gagner ne serait-ce qu’une seule place mais qui fait arriver en 1ère page de Google. Pourquoi ? Pour ne plus rester avec les cadavres qui sont en 2ème page 💀

Je peux l’affirmer car j’ai fait pas mal d’études sur la question, ainsi que de la mise en pratique…

Voici la dernière étude que j’ai faite sur ce sujet (novembre 2017)…

J’ai récupéré pas mal de données des comptes Search Console de sites sur lesquels je travaille. Il s’agit des données « Analyse de la recherche » qui indiquent les performances des pages dans les résultats naturels (clics, impressions, CTR et position moyenne pour des requêtes ou des pages). Voici les données issues de mon panel de sites :

  • 163 873 requêtes différentes
  • 73 283 192 clics

Je me suis intéressé aux clics sur les positions #1 à #20. J’ai exclu les cas où moins de 5 clics avaient été faits pour réduire les effets de bord (« bruit »). J’ai représenté pour chaque requête en quelle position il y avait eu le clic, en utilisant la position moyenne fournie par Search Console. Certaines requêtes marque ont généré tellement de clics que je les ai également exclues.

C’est difficile de bien vous montrer le graphique complet, car il y a beaucoup de disparité sur les volumes de clics. J’ai testé un graphique avec une échelle logarithmique mais l’affichage n’était pas très clair et compréhensible. J’ai donc choisi de zoomer progressivement et de vous montrer 3 graphiques.

En allant jusqu’aux requêtes générant 5000 clics, on voit déjà qu’une grande partie se fait pour les 1ères positions. Ce n’est pas un scoop n’est-ce pas ?

Etude page 2 à 1 : zoom 5000

La majorité des clics se font sur la page 1, en plus avec des gros volumes (ici jusqu’à 5000 clics par requête)

Voici ce que ça donne si je restreins aux requêtes générant 500 clics au maximum : voyez-vous la « cassure » après la position #10 ?

Etude page 2 à 1 : zoom 500

La majorité des clics se font sur la page 1, en plus avec des gros volumes (ici jusqu’à 500 clics par requête)

Enfin, voici le zoom max obtenu en limitant aux requêtes générant 100 clics au maximum : la « cassure » est encore plus nette.

La majorité des clics se font sur la page 1, il n’y a presque plus aucun clic en page 2 (ici jusqu’à 100 clics par requête)

Au fait, j’ai pris ici les requêtes faites sur n’importe quel type d’appareil (ordinateur, tablette, smartphone). Devinez ce qui se passe si je l’étudie uniquement sur mobile (smartphone) ? C’est faisable puisque ce filtre existe dans Search Console :

Analyse de la recherche filtre par appareil

Le rapport d’analyse de la recherche dans Search Console permet de filtrer par type d’appareil (mobile = smartphone)

Les résultats sont impressionnants : sur mobile, il y a nettement moins de clics en page 2… Et comme le monde est de plus en plus mobile, c’est encore plus important de vous positionner en page 1 de Google :

Etude page 2 à 1, sur mobile

Sur mobile, c’est encore plus frappant : l’extrême majorité des clics se font sur la page 1 des SERP de Google

Partagez l’info à vos abonnés Twitter :

Sur mobile, il y a nettement moins de clics dans la page 2 des SERP de Google (étude WebRankInfo)Click to Tweet

Il est temps d’étudier cette « cassure » entre les positions #10 et #11, ok ?

Pour cela, j’ai arrondi à l’entier le plus proche la position moyenne fournie par Search Console, et j’ai fait la somme des clics obtenus pour chaque position entière.

Il ne me reste plus qu’à calculer le gain en clic d’une position par rapport à la position inférieure. Voici les données obtenues :

position (arrondie)nb de clicsgain en clic
/ position inférieure
125 378 561116%
211 745 51931%
38 994 46942%
46 349 1724%
56 120 36920%
65 079 55536%
73 748 41218%
83 176 58397%
91 612 374149%
10646 273397%
11129 94560%
1281 08615%
1370 44046%
1448 36270%
1528 45156%
1618 23110%
1716 54310%
1814 99217%
1912 82116%
2011 034

J’ai surligné la ligne verte car c’est celle qui indique le gain quand on réussit à gagner une place pour passer de 11 à 10, c’est-à-dire du haut de la page 2 à la fin de la page 1. 397%, soit ~4 fois plus de clics !

Voici ce que ça donne sous forme graphique :

Etude page 2 à 1 : gain relatif

% de gain (en clics) lié au gain d’une position / position inférieure

Bref, vous l’avez compris, partagez-le sur Twitter :

En SEO, gagner 1 place de la #11 à la #10 est ce qui fait gagner le + proportionnellementClick to Tweet

Bien entendu, comme je l’ai déjà indiqué, ça serait super si on gagnait une place pour passer de la #2 à la #1. Mais l’effort à produire pour y parvenir est bien supérieur ! Il nécessite souvent l’obtention de bons backlinks, ce qui est compliqué comme vous le savez bien.

Alors que passer de #11 à #10 est bien plus simple. Surtout quand on choisit les pages qui ont une grosse marge de progression… C’est ce que je détaille dans mon tuto ci-dessous.

Le tutoriel complet

Voici les 3 étapes pour identifier les pages candidates à passer en page 1 de Google :

  1. Récupérez toutes les données par page dans Google Search Console
  2. Faites un audit du site pour identifier le potentiel d’amélioration SEO de chaque page
  3. Combinez les informations dans une formule afin de lister et trier les pages à sélectionner

Je vous ai promis de tout détailler, alors c’est parti…

Etape 1 Récupération des données Search Console

Il faut obtenir pour chaque page du site le nombre de clics, d’impressions ainsi que la position moyenne. Pour ça, vous avez 2 options :

  • le plus simple est d’aller dans Search Console, rubrique Analyse de la recherche. Cliquez sur « Pages » pour obtenir les stats par page, puis téléchargez le tableau. N’oubliez pas d’utiliser la plus longue période disponible, pour avoir le plus de données possible. Si besoin, j’ai un tuto pour ça. Le problème est que c’est manuel et limité à 1000 pages.
  • le mieux est d’utiliser l’API car vous pourrez automatiser et ne plus être limité à 1000 pages. La doc est ici.

Voici à quoi ça ressemble dans Search Console (ici les 5 premières pages du site) :

GSC clics et position moyenne par page

Google Search Console permet d’obtenir le nombre de clics et la position moyenne pour chaque page du site

Vous obtenez une première liste qu’il faut réduire de la façon suivante :

  • gardez uniquement les pages dont la position moyenne est entre 10 et 20
  • excluez les pages avec trop peu de clics ou d’impressions (car les données ne sont pas assez fiables)

A ce niveau, vous avez déjà la liste des pages « candidates ». Vous pouvez les trier par trafic décroissant (impressions ou clics, comme vous voulez) ou par position moyenne, ou mieux par une formule qui combine les 2 critères.

Mais si vous ne faites que ça, ça ne sera pas efficace !

En effet, que ferez-vous si une des pages à « booster » est déjà au top en termes de référencement « on-page » et « on-site » ? Sans marge de progression « facile » pour cette page, vous n’avancerez pas.

C’est pourquoi il faut absolument évaluer la marge de progression de chaque page rien qu’en interne sur votre site. C’est le but de l’étape 2.

Etape 2 Analyse du potentiel SEO de chaque page

Pour évaluer la marge de progression des pages obtenues à l’étape 1, vous devez faire un audit du site afin de récupérer le maximum d’informations. Elles vous serviront à calculer pour chaque page un indice évaluant sa marge de progression.

Tenez compte par exemple des éléments suivants (liste non exhaustive) :

  • optimisation de la balise title
  • optimisation du contenu principal : H1, taille du contenu, degré d’expertise de la page, exhaustivité et exactitude des informations, utilisation des bonnes expressions-clés (analyse sémantique)
  • vitesse de la page
  • profondeur dans le site (nombre de clics sur des liens depuis l’accueil nécessaires pour trouver la page)
  • maillage interne (nombre de liens entrants internes, variété des anchor text de ces liens, etc.)
  • compatibilité mobile et expérience utilisateur adaptée

Votre indice doit tenir compte de tous ces éléments. N’oubliez pas qu’il doit être borné (par exemple entre 1 et 100).

A ce niveau, vous avez donc un tableau avec pour chaque page ayant généré « assez » de clics ou d’impressions, ayant une position moyenne entre 10 et 20, les données suivantes :

  • URL
  • nombre de clics
  • nombre d’impressions
  • position moyenne
  • indice (marge de progression SEO interne)
  • liste de sous-optimisations SEO (internes au site) de la page

Il reste à trouver une formule qui combine tout ça : c’est le but de l’étape 3.

Etape 3 Classement des pages ayant le meilleur potentiel

Grâce aux 2 premières étapes, vous avez les données nécessaires au dernier algo, celui qui va déterminer quelles sont les pages avec le meilleur potentiel. Je rappelle que l’objectif final est de lister ce qu’il faut faire sur votre site pour faire passer en page 1 de Google des pages actuellement en page 2.

Il faut donc privilégier les pages :

  • qui ont malgré leur mauvaise visibilité (page 2) un volume de recherches important
  • et qui ne sont pas trop loin de la page 1
  • et qui ont une forte marge de progression SEO

Ne vous basez pas uniquement sur les pages qui sont en position moyenne 11, celles qui sont en 12 (ou plus) présentent aussi des opportunités. A vous de choisir une façon d’en tenir compte dans votre formule finale, car évidemment c’est statistiquement plus facile de passer de 11 à 10 que de 15 à 10.

Evidemment, si vous pouvez obtenir des bons backlinks depuis d’autres sites directement vers ces pages, c’est encore mieux ! Mais avec ma méthode, vous avez la main sur tout : les optimisations sont internes au site.

Voilà, vous arrivez au bout ! En suivant ces étapes vous devriez obtenir de bons résultats ↗️

La solution automatique : l’audit RM Tech

Comme je l’ai déjà mentionné, j’ai utilisé moi-même cette méthode pendant des années. Mais concrètement, c’était trop de travail pour chaque nouveau site. En particulier, ce qui est le plus dur est de repérer toutes les petites optimisations à faire en interne sur chaque page. Ces détails qui révèlent la marge de progression de certaines pages dont le potentiel de visibilité Google est la plupart du temps insoupçonné.

Voilà pourquoi j’ai décidé d’inclure dans mon outil RM Tech cet algorithme. Pour chaque audit complet (option non disponible en version gratuite), vous obtenez la liste des pages ayant le plus fort potentiel à ce niveau.

Pour vous éviter d’être noyé sous une masse de pages à optimiser, RM Tech sélectionne seulement celles qui présentent le meilleur potentiel. Il est mesuré avec un indice (de 1 à 1000, le maximum possible).

Pour chaque page sélectionnée, un fichier Excel contient des recommandations sur ce qu’il faut précisément faire. Concrètement, elle contient les informations suivantes :

  • URL de la page
  • indice : potentiel à passer en page 1, le meilleur étant 1000
  • explications : ce qu’il faut améliorer pour la page
  • nombre d’impressions selon GSC
  • nombre de clics selon GSC
  • CTR : taux de clics dans les SERP selon GSC
  • position moyenne selon GSC
  • gravité du problème de taille du contenu (le pire étant 100)
  • balise title
  • balise meta description
Remarque : si vous souhaitez mettre au point votre propre algorithme pour sélectionner autrement les pages, vous disposez dans l’annexe en conclusion de l’ensemble des données récupérées ou calculées par RM Tech. En plus des données de Search Console, vous aurez aussi celles de Google Analytics…
Envie de tester pour votre site ? Lancez un audit RM Tech

Merci de m’avoir lu jusqu’ici et bonne première page Google !

Cet article vous a-t-il plu ?

Note : 2.1 (27 votes)
Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.