Annonces Google

Vous êtes ici : Dossiers référencement > Conseils en référencement naturel

Interview d'Ambroise Fensterbank de l'équipe qualité de Google

Par , le 23 juin 2009

J'ai eu l'occasion de pouvoir interviewer Ambroise Fensterbank qui travaille depuis un peu plus de 2 ans dans l'équipe en charge de la qualité de l'index de Google, pour la partie francophone. Nous avons abordé un certain nombre de questions sur les problèmes des sites multilingues et sur l'algorithme en général : utilisation de données issues de l'analyse du comportement de l'internaute, gestion des lettres accentuées, l'inefficacité de l'indice de densité ou encore la dénonciation du spam... Bonne lecture !

Ambroise Fensterbank

Ambroise Fensterbank de l'équipe qualité recherche de Google (index francophone)

Partie I - Géolocalisation et sites multilingues dans Google

Différences de résultats Google selon les options locales et les langues

Olivier Duffez (WebRankInfo) : C'est assez compliqué de comprendre comment Google fait pour donner des résultats différents selon la version utilisée (google.fr, google.com, google.be, etc.), les options de recherche (tout le web, pages dans une langue donnée, pages d'un pays donné), localisation géographique de l'internaute qui effectue la recherche, localisation géographique des sites faisant un lien, etc. Peux-tu nous éclairer sur tout ça ?

Ambroise Fensterbank (Google) : De nombreux facteurs entrent en jeu pour classer les résultats de recherche. Effectivement, les facteurs géographiques en font partie. En fonction d'où la requête est effectuée, nous interrogeons différemment nos ressources. Mais l'adresse IP du serveur et l'extension de domaine (.com, .fr, etc.) rentrent également en compte, comme nous l'avons détaillé dans cet article (en anglais) : Google utilise comme facteurs à la fois l'adresse IP du serveur où est hébergé le site et l'extension de domaine. Nous nous servons de ce qui a une signification géographique. En l'absence d'une extension de domaine explicite (par exemple .com, .net, etc.) nous utilisons souvent l'adresse IP du serveur où est hébergé le site comme indice supplémentaire pour interpréter le contenu.

Tout cela dépend de nos algorithmes, mais il existe aussi d'autres facteurs du côté utilisateur qui vont avoir une influence sur l'affichage des résultats : le paramétrage de la langue, par exemple, mais aussi des fonctionnalités telles que Historique Web.

Adaptation de l'algorithme Google aux différentes langues

Olivier Duffez : On a bien vu depuis des années que certains traitements ne s'appliquent qu'à certaines langues (souvent l'anglais en premier, étendu à d'autres ensuite). Peux-tu nous en dire plus sur la façon dont Google développe des méthodes de ranking spécifiques à certaines langues ?

Ambroise Fensterbank : Dans notre équipe qualité de recherche, nous travaillons dans plus de 40 langues qui représentent des marchés de tailles très diverses. Par exemple, on s'occupe de marchés beaucoup plus petits que le marché anglophone !

Dans mon cas, je travaille sur le marché francophone avec des collègues francophones, la plupart français, de sorte que les spécificités locales soient bien prises en compte. On tient à ce que nos utilisateurs soient satisfaits de leurs recherches Google et donc en effet, sur le long terme, notre travail agit sur la qualité de l'index.

Géolocalisation des sites dans Google

Olivier Duffez : Pourquoi certains sites apparaissent-ils dans des recherches "Pages : France" sur google.fr et aussi sur "Pages : Belgique" sur google.be ? Faut-il conclure qu'un site peut être géolocalisé par Google comme étant à la fois en France et en Belgique ?

Ambroise Fensterbank : En ce qui concerne l'exemple ".fr versus .be", des résultats ayant du contenu en français pourront apparaître sur ces deux versions de Google. Cela dépend beaucoup de la requête elle-même : par exemple, la requête [banque] va fournir des résultats différents pour "Pages : France" et "Pages : Belgique". Mais une requête moins spécifique géographiquement telle que [forum World of Warcraft] pourrait être pertinente pour les deux.
En parlant de ciblage géographique, si vous possédez un domaine ayant pour extension .com ou .net (NDLR : ou toute extension autre qu'un ccTLD), vous pouvez spécifier une zone géographique. Nous avons à votre disposition une vidéo sur le ciblage géographique .

Résultats anglais pour une recherche de pages en français

Olivier Duffez : Pourquoi a-t-on parfois des résultats en anglais qui apparaissent dans les recherches avec "Pages francophones" ?

Ambroise Fensterbank : En utilisant cette option, les résultats les plus pertinents que nous afficherons seront en langue française. Mais selon les cas et les requêtes, si le corpus de résultats dont nous disposons est trop petit, nous pourrons ajouter des résultats dans une langue autre que le français. Cela dépend donc principalement du nombre de résultats disponibles pour la requête et de la langue choisie.

Géolocaliser un site selon une langue et non un pays

Olivier Duffez : Google va-t-il proposer aux webmasters de géolocaliser leur site sur une zone fonction de la langue (par exemple les pays francophones) et pas sur un seul pays ? Si on s'adresse à une clientèle francophone, et pas française, vaut-il mieux essayer de se géolocaliser sur la France ou ne rien faire ? Quand dans Google Search Console on cible un site français sur la France, cela baisse-t-il sa visibilité dans les autres pays francophones ?

Ambroise Fensterbank : Tout d'abord, lorsque vous ciblez les francophones et proposez du contenu en français, votre site devrait apparaître pour des requêtes en langue française. Il n'est donc pas nécessaire de définir un ciblage géographique. Je ne vous conseille d'utiliser le ciblage géographique que quand vous avez besoin de cibler une zone géographique précise.

Lorsque vous ciblez des personnes parlant une certaine langue, assurez-vous que vos pages contiennent le moins possible de texte dans une langue autre que le français. Du contenu textuel dans plusieurs langues risque de dérouter nos algorithmes. Par exemple, évitez les bouts de texte laissés par défaut du type This page needs Javascript sur une page française. N'oubliez pas non plus de tout traduire, y compris vos menus de navigation.

Pour en revenir à la question sur le ciblage géographique dans les Outils pour les webmasters, c'est un outil développé en tant qu'outil géographique et non un outil linguistique. Encore une fois, si une page est pertinente pour les requêtes en français, elle apparaîtra pour ces requêtes et si vous ne voulez pas vous embêter avec la zone géographique de vos visiteurs, vous n'avez pas besoin d'en spécifier une. Tous les sites ne devraient pas utiliser cet outil, car tous les sites n'ont pas besoin de cibler une zone géographique.

Enfin, pour répondre à la dernière question, ce cas de figure va juste apporter des renseignements géographiques supplémentaires à ceux que nous avons déjà. Cela ne va pas influencer le classement de votre site dans nos résultats à moins qu'un utilisateur ne restreigne sa recherche à certains pays. Pour plus détails, nous avons cet article du centre d'aide.

Partie II - Qualité de recherche

Le TrustRank

Olivier Duffez : Ce que les référenceurs appellent le TrustRank existe-t-il chez Google, même sous un autre nom ? Comment peut-on évaluer l'indice de notoriété d'un site puisqu'il n'existe aucun outil officiel comme la Google Toolbar ?

Ambroise Fensterbank : Il y a quelques temps, nous avons posté à ce sujet un article sur les mythes et réalités de la recherche Google. Voici ce que nous y avons écrit :

Google a développé le PageRank et l'utilise toujours aujourd'hui, alors que le TrustRank est une technique utilisée par Yahoo. Il n'est donc pas utile de vous occuper du TrustRank dans l'index de Google ! Matt Cutts a d'ailleurs été interviewé sur ce sujet dans cette courte vidéo.

Le PageRank n'est pas mort, bien au contraire ! Dans la barre d'outils Google, vous pouvez voir la mise à jour du PageRank plusieurs fois par an.

NDLR : effectivement il y a de la confusion autour du mot TrustRank, c'est pourquoi j'ai pris des précautions dans le choix des mots de ma question. Mais tous les spécialistes s'accordent à dire que la notoriété affectée par Google à un site web est un critère clé de l'algorithme. En ce qui concerne le PageRank, la réponse donnée fait penser à notre cher Matt Cutts... Les habitués comprendront que le discours de Google s'éloigne parfois de la réalité ;-)

Analyse comportementale des internautes

Olivier Duffez : Quelle est la part de l'analyse du comportement des internautes dans l'algorithme ? Quels outils Google utilise-t-il (clics dans les pages de résultats, toolbar, Google Analytics, autres) ?

Ambroise Fensterbank : Les résultats apportés par l'analyse de ces comportements ne sont pas exploités dans le cadre des résultats de recherche, car ils peuvent se révéler non fiables. Par conséquent, nous sommes très prudents quant à leur intégration dans nos algorithmes, de peur qu'ils ne soient pas assez fiables pour être incorporés dans le classement des sites.

Rôle de DMOZ dans Google

Olivier Duffez : DMOZ joue-t-il un rôle particulier (bon apport de notoriété, bon apport de popularité, thématisation du site, etc.) ?

Ambroise Fensterbank : Google ne donne pas de bonus particulier à un site simplement parce qu'il est inscrit dans DMOZ. Les courtes descriptions affichées pour chaque résultat de recherche ainsi que les titres peuvent provenir de DMOZ si vous n'utilisez pas de balise NOODP. Bref, cela ne va pas changer le classement de votre site, mais cela peut influencer les clics qu'il va recevoir à partir de nos résultats de recherche.

NDLR : Ambroise fait ici allusion uniquement à l'affichage dans la page de résultats Google.

Utilité de la balise meta keywords dans Google

Olivier Duffez : Inclure un mot-clé pertinent pour la page dans la balise meta keywords peut-il m'aider à améliorer mon positionnement, même un tout petit peu, ou pas du tout dans aucun cas ?

Ambroise Fensterbank : Nous ne prenons pas en compte du tout cette balise. En revanche, nous prenons en considération les balises TITLE et META DESCRIPTION. Je vous conseille de rédiger le contenu de ces balises avec soin, de sorte qu'elles soient informatives et user friendly. N'oubliez pas que ces balises constituent une sorte de porte d'entrée vers votre site, car leur contenu sera affiché dans nos pages de résultat. Pensez donc à accueillir vos visiteurs avec soin, en évitant en particulier l'accumulation de mots clé.

NDLR : Ambroise précise bien que l'impact de la meta description est sur l'affichage dans la page de résultats Google.

Gestion des accents et caractères spéciaux par Google

Olivier Duffez : Comment Google gère-t-il les accents et autres caractères spéciaux ? On voit bien des résultats différents selon que la requête est avec ou sans accents, alors faut-il mettre nos mots-clés à la fois avec et sans accents dans nos pages ou nos textes de backlinks ?

Ambroise Fensterbank : Nous avons écrit un article à ce sujet (en anglais) il y a quelques années mais il est toujours valable. En voici un extrait : "Lorsqu'une requête est effectuée avec un caractère accentué, nos algorithmes vont chercher des pages contenant ce mot avec et sans accent. Par exemple, si un utilisateur recherche [Angoulême], nous afficherons des résultats avec "Angouleme" et "Angoulême"...

L'indice de densité dans Google

Olivier Duffez : Beaucoup de référenceurs estiment qu'il faut travailler ses mots-clés en fonction de l'indice de densité (je n'en fais pas partie... j'utilise d'autres techniques pour le référencement éditorial). Google utilise-t-il réellement cette notion d'indice de densité pour déterminer la pertinence ? Dans le cas contraire, l'indice de densité est-il malgré tout un outil de détection de spam (je pense aux cas de keyword stuffing) ?

Ambroise Fensterbank : J'encourage les webmasters à ne pas perdre trop de temps sur la densité de mots clés. Il n'existe pas de règle d'or ni de formule magique. Plus précisément, lorsque des mots clés sont répétés avec l'intention claire de tromper les moteurs de recherche, nous considérons que cette technique va à l'encontre de nos consignes de qualité Google. Du coup, nous reverrons à la baisse la visibilité des sites utilisant cette technique.

Pour "autotester" votre site, vous pouvez demander à quelqu'un qui s'y connaît un minimum en  site web de lire vos pages et lui demander si leur contenu lui paraît naturel ou non. Par exemple, "Bienvenue dans notre magasin de marques de sport, le meilleur fournisseur d'équipements de sport et spécialiste des marques de sport. Nous vendons toutes les marques de sport, marques pour les sportifs, marques d'équipement de sport et de toutes les marques d'accessoires de sport pour ceux qui recherchent des marques de sport" est clairement suroptimisé pour les moteurs de recherche, même si c'est lisible par un humain et pas forcément écrit en minuscule en bas d'une page.

Partie III - Outils et webspam

Commandes link: et site: sur Google

Olivier Duffez : Pourquoi les commandes link: et site: existent-elles toujours puisque les résultats sont partiels (tout particulièrement link:) ? Pourquoi Google ne choisit pas entre supprimer ces commandes ou les rendre fiables ?

Ambroise Fensterbank : Effectivement, cette commande ne retourne pas des résultats exhaustifs, il ne s'agit pas d'un bug. Cette commande a été développée à la base pour les non webmasters. Elle leur fournit une bonne information générale des liens qui pointent vers un site, et non une liste exhaustive (qui n'intéresse pas la plus grande partie des utilisateurs mais plutôt les experts/webmasters).

Pour avoir une meilleure compréhension des liens pointant vers votre site, je vous conseille d'utiliser nos Outils pour les webmasters dans la Search Console. Allez dans la section "Liens", puis "Liens externes".

Détection du spam

Olivier Duffez : Je vois encore de nombreux sites hyper spammy (texte caché, etc) ou des agrégateurs / comparateurs sans valeur ajoutée se maintenir dans de bonnes positions, alors que sur d'autres mots clés /requêtes / etc... ils ne passent pas. Or on est quand même sur des volumes de recherches nettement inférieurs à des "grandes requêtes", même si ils sont hyper concurrentiels. Est ce que les "revues de qualité" sont liées plus ou moins directement aux volumes de recherche ?

Ambroise Fensterbank : Nous nous occupons de tous les volumes de recherche. Il n'y a donc pas de traitement de faveur pour les requêtes les plus fréquentes ou les plus concurrentielles. La nature très dynamique du web amène des changements permanents dans nos classements, vous verrez donc nos résultats de recherche évoluer dans le temps.
Si vous êtes confrontés à un résultat de recherche que vous trouvez suspect, n'hésitez pas à nous envoyer un spamreport, si possible en étant identifié via nos Outils pour les webmasters.

Nous prenons en compte ces spamreports, principalement pour améliorer nos algorithmes contre le spam, mais aussi pour prendre des actions directes contre les sites ne respectant pas nos consignes de qualité Google.

Dénonciation de commerce de liens

Olivier Duffez : Y a-t-il des actions réellement prises en cas de report de liens payés ?

Ambroise Fensterbank : Oui. Nous agissons contre les liens payants, et notamment sur des cas provenant de spamreport. Vous pouvez nous envoyer un spamreport spécial lien payant à partir de votre compte Outils pour les webmasters.

Ces infos nous sont très utiles. Nous les utilisons pour améliorer nos algorithmes de détection de liens payants, mais aussi en tant que données pour les prochaines générations de nos algorithmes. De plus, nous pouvons aussi investiguer directement les rapports et agir efficacement dans de nombreux cas. Dans cet article (en anglais), nous expliquons que des mesures sont prises bien souvent grâce à ces spamreports (vous pouvez directement vous rendre à la partie "October 2007").

Sur un autre sujet, nous sommes aussi intéressés par vos contributions quand vous repérez des pages n'ayant pas de contenu. Par exemple, quand vous cliquez sur un résultat de recherche Google et que vous tombez sur une page vous disant "Désolé, il n'y a aucun résultat correspondant à votre recherche". Nous travaillons en ce moment à réduire ce genre d'expérience désagréable pour l'utilisateur. Nous avons écrit un article sur les pages sans résultat, dans lequel nous expliquons de quoi il s'agit, et surtout, comment vous pouvez nous aider à en diminuer le nombre. C'est un problème qui est souvent évoqué, n'hésitez pas à nous faire remonter des cas par ce biais !

Discussions

Nous discutons de cette interview d'Ambroise Fensterbank dans le forum WebRankInfo.

Cet article vous a-t-il plu ?
Cliquez pour voter !

A propos de l'auteur : Olivier Duffez Olivier Duffez sur Google+ Olivier Duffez sur Twitter Olivier Duffez sur Facebook Olivier Duffez sur Pinterest Olivier Duffez sur LinkedIn

Consultant en référencement, Olivier Duffez a travaillé pour les plus grands sites (Doctissimo, FNAC,...). Il édite le site WebRankInfo qu'il a créé en 2002, devenu la + grande communauté francophone sur le SEO (+300.000 membres, 1,5 million de posts). Il est aussi cofondateur de Ranking Metrics, leader des formations webmarketing en France (SEO, AdWords, Analytics, réseaux sociaux) et éditrice de la plateforme MyRankingMetrics (crawler et audit SEO en ligne).

Article (Interview de l'équipe qualité de Google (francophone)) publié par WebRankInfo dans la rubrique Conseils en référencement naturel. Si vous souhaitez publier un extrait de cet article sur votre site, assurez-vous de respecter les conditions générales d'utilisation de WebRankInfo.

23 commentaires

  • Aurélien a dit le

    Excellente interview.
    Merci.

  • Acamar a dit le

    Très précieux !

  • Mute a dit le

    Ambroise Fernstenbank dit "Lorsque vous ciblez des personnes parlant une certaine langue, assurez-vous que vos pages contiennent le moins possible de texte dans une langue autre que le français. Du contenu textuel dans plusieurs langues risque de dérouter nos algorithmes." Mais quid des traductions ? Est-ce que je risque de fâcher le moteur de recherche si je fais cohabiter sur une même page des paroles d'une chanson anglaise et sa traduction en français ? Y a t-il des précautions à prendre ?

  • saypee a dit le

    Merci pour cette interview, interressant la partie sur la géolocalisation ;)

  • kana a dit le

    Merci pour l'article, les questions sont très pertinente et les réponses aussi, surtout sur la densité des mots clés et le trustrank :)

  • ThierryP a dit le

    Très bonne interview, même si, comme on s'y attendait, il n'y a pas de révélation "de la mort qui tue".

    Pour ta question mute, la réponse est dans ta citation : "assurez-vous que vos pages contiennent le moins possible de texte dans une langue autre"
    Le moins possible signifie simplement d'éviter de tout mélanger sur tout un site.

  • Oscar a dit le

    Merci pour cette interview. Très bonne idée de rentrer en contact avec l'équipe francophone de Google qualité !

  • Binioo a dit le

    Merci également, c'est toujours intéressant d'avoir un avis officiel même s'il reste vague sur certains points.

    @mute: je pense que tu as moins de chance de ressortir sur les pages francophones si ta page contient de l'anglais, qu'une autre page entièrement en français.

  • creads a dit le

    Très bon article, par contre est-ce que les meta keywords n'ont vraiment pas d'influence ??

  • Bill a dit le

    Merci pour cet article !

    Google reste toujours très flou dans ses déclarations, et je dois dire que ses réponses sur le PR et le Trustrank m'ont bien fait rire.

  • Roméo a dit le

    Liens achetés sanctionnés par Google ? Oui, le petit webmaster sera sanctionné, mais les gros sites ne le sont pas et surtout pas les "marques". Désolé, mais c'est un constat que j'ai fait avec d'autres webmasters après des spam reports groupés.

    Résultat, les gros sites acheteurs de liens n'ont pas bougé d'une ligne. Quant à moi, j'ai acheté 4 malheureux liens en 2008 (à des webmasters que je connais de visu), sur plus de 20.000 liens que j'avais aux fesses; résultat, mon site qui date de 2002 est sandoxé sur toutes les requêtes même sur mon nom de domaine; j'ai même envoyé mes excuses à ce fameux service qualité; Bah rien... nada. J'ai une une société qui désormais va déposer le bilan à cause de cette sandbox. J'en suis à 9 mois de sandbox pour 4 liens achetés. Google nous prend pour des gosses avec ses sanctions de longue durée, alors que 3 mois aurait amplement suffit.

    Un petit suicide en direct avec un gros buzz à la clé ? C'est peut-être la seule chose qui me reste à faire pour faire bouger Google...

  • Chris a dit le

    Merci pour l'interview, malgré quelques réponses un peu floue à la Google, cela reste intéressant.

  • marc a dit le

    bonne idée d'interview.
    mais le résultat, c'est du matt cutt's bis, sorte de reponse a mi chemin ente la publicite et a langue de bois

  • Fluxea a dit le

    Excellent article ! un gros merci

  • Hervé a dit le

    Bonjour,

    @Roméo
    Je suis étonné que ce soit l'achat de 4 liens parmi 20000 qui soit à l'origine de la fermeture d'une société !!???.
    Surtout qu'à priori c'est plutôt le vendeur de liens qui devrait subir la foudre de Google !! et encore effectivement il y a une marge entre les petits sites et les fermes de liens.
    Des précisions seraient la bienvenue pour vérifier l'information
    a

  • roméo a dit le

    Bonjour,

    Je comprends que tu puisses être étonné. Oui, 4 liens, je confirme, enfin je pense après de multiples essais et constatations... Sanctionné depuis le 25/10/2008, mais les sites vendeurs de liens aussi. En revanche, eux ont été sanctionnés, selon les sites, 15 jours à 1 mois et demi après. D'ailleurs, tous les sites présents sur les sites vendeurs de liens ont été sanctionnés. Il étaient 12 au total. Donc, pas de hasard... et ils le sont encore à ce jour, comme moi.

    Fermeture de la société, c'est l'évidence, quand tu n'as plus de clients... :( Pour autant, sanctionner un site qui existe depuis 2002, et qui depuis fin 2005 est aux meilleures places, soit presque 4 ans est un abus de ce satané monopole qu'est Google.

    Un simple message ou une sanction de trois mois aurait amplement suffit. Google n'aime pas les premiers, il les détecte et les massacre ensuite, parce qu'ils sont "premier" dans les résultats. Par contre, les marques, là, pas de problèmes, elles font ce qu'elle veulent. Elles achètent des liens à tout va...et là, rien ne se passe, GG laisse faire car si BMW ou une autre marque n'est pas première dans ses résultats, GG n'est plus pertinent aux yeux du monde. Donc, on laisse... notoriété oblige.

    Donc encore, à mon âge, j'en ai plus rien à faire, et autant montrer au monde que Google peut mener au suicide. Celui que je prépare sera en direct, comme à la télé, un gros buzz comme jamais il n'a été question sur le Net avec en ligne de mire: GOOGLE. J'y mets des moyens, car c'est un scandale de sanctionner des sites aussi brutalement et longuement.

    J'ai délinké tous mes sites entre eux (6), fait le ménage dans les BL et bien d'autres choses mêmes les plus minimes. J'ai envoyé au service qualité tout le travail effectué dans les détails. Rien à faire, ils ne répondent pas, et c'est toujours le filtre à moins 6 pages sur toutes mes requêtes. Nous sommes des êtres vivants, et cela, Google l'oublie dans ses algos. C'est sa faiblesse.

    J'espère que ce sont les algos de GG qui m'ont déclassé, car un moteur n'a pas d'âme et google le prouve, mais si c'est une intervention humaine de l'équipe du service qualité, française de surcroît, ceux-ci ne dormiront plus jamais tranquille. Je le jure.

    Bref, le rendez-vous sur les ondes du net sera pour bientôt à ce sujet. Je le peaufine à la manière d'un schizo et ma dernière phrase sera pour eux: COMMUNIQUEZ AVEC FRANCHISE messieurs, ne laissez pas les webmasters sanctionnés dans l'indifférence, sans rien dire, sans répondre aux messages, sans les axer au "minimum" sur les bêtises éventuelles effectuées. Ma démarche est de montrer à Google qu'il est nécessaire de communiquer avec les webmasters et qu'il n'a pas le droit de jouer avec les êtres que nous sommes.

    Il est plus subtil de communiquer avec les webmasters sanctionnés, la sanction est plus facile à accepter. Là est ma démarche: SAVOIR. Un site internet représente les entrailles d'un webmaster, son bébé en somme. Comment vivre après si l'on voit son bébé mourir à petits feux et sans savoir les raisons exactes ? Je pense que ce sont mes 4 liens, mais s'ils communiquaient, je me sentirai beaucoup moins fragile à ce jour.

    A très bientôt Monsieur de l'équipe qualité, et votre langue de bois se déliera, croyez-moi. Faites passer le message... avant d'être la proie de millions de personnes, qui comme moi, trouvent votre comportement déplorable et très inquiétant pour l'avenir.

    Putain qu'est-ce que cela fait du bien...

  • herve a dit le

    Bonjour,

    @Roméo

    Bon je ne vais pas rentrer dans une discussion via ce blog, même si je trouve que la réaction est plutôt démesurée par rapport à cette affaire

    Est-ce que l'on peut avoir l'url des sites (les tiens et les vendeurs de liens) pour voir de manière concrète en dehors de tout facteur émotionnel ???

    Pour le reste, il y a une vie sans google et après google, et quelque soit ta réaction, cela ne fera pas sourcillé le Grand Google.

  • MrBark a dit le

    Salut,

    Bonne interview, c'est relativement intéressant.
    Cela dit, je suis désolé mais on sent tout de même une sacrée hypocrisie qui consiste à répondre de manière politiquement correcte à défaut de parfaitement réaliste...

    Une autre petite chose :
    " Lorsqu'une requête est effectuée avec un caractère accentué, nos algorithmes vont chercher des pages contenant ce mot avec et sans accent."
    -> pour que cette info nous soit utile, il faudrait savoir si le contraire est vrai !

  • Fenpro a dit le

    Bonjour,

    Suis d'accord avec toi Roméo y 'en a mare de ce monopole de Google, et comme tu dis juste un déclassement d'un site peut malheureusement faire fermer une boîte... ce qui dit chômage etc...
    Et ça fait du bien de te lire !

  • Thomas a dit le

    Bonjour, cette interview apporte peu d'informations nouvelles.
    En ce qui concerne les injustices développées par Google sur de petits sites web, c'est vrai que c'est assez scandaleux. Je ne comprends pas pourquoi Google n'informe pas davantage les webmasters, on peut rester dans le flou pendant des mois avec un site sandoboxé sans raison claire et sans volonté de nuire au moteur. Aucune raison n'est formulée.
    Pour les petits webmasters, c'est une activité qui s'effondre et un chômeur de plus alors que les gros continuent à enfreindre les consignes de qualité tranquillement... Vivement que Google perde sa suprématie et son monopole, c'est aussi à nous webmaster de préconiser l'utilisation d'autres moteurs de recherche plus respectueux du travail que nous faisons.

  • Georges a dit le

    Ras le Bol du Monopole de Google.

    Tous les petites webmasters trinquent, Google doit absolument se reveiller sa pertinence est ne fait que baisser, seuls les gros restent et pourtant ils ne font que tricher !

    Google va nous répondre que bien qu'il triche ils ont beaucoup de lien naturel , mais ces boites en question aurient elles autant de lien naturel si elle n'était pas aussi visible ?

    Bref, Monsieur Qualité chez Google France, au lieu de faire des interviews , va te mettre au travail et va faire un tour sur les jeux d'argent, c'est un véritable scandale !

    Quand Google va comprendre qu'a force de tirer sur la corde elle va se peter il va comprendre...

  • Servolex a dit le

    On en a déjà discuté depuis des plombes.

    Faites de la pub pour "Bing" comme on avait tous fait de la pub pour Google à l'époque, et les choses reviendront normales, cad "concurence entre moteurs"

  • bonjour assistance informatique a dit le

    Beau travail et merci pour l'interview!

Postez un commentaire !

Les champs marqués du signe * sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée.

En postant un commentaire, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo.

Catégories des dossiers

Consultez les dossiers par thématiques :

Annonces Google

Formation référencement et webmarketing

Venez chez Ranking Metrics vous former au référencement, à Google AdWords et Analytics ainsi qu'aux réseaux sociaux ! Plus de 4000 entreprises sont déjà venues (Dossier possible OPCA...).

Préparés et animés par Olivier Duffez (WebRankInfo) et Fabien Faceries (AgentWebRanking), 2 professionnels reconnus dans le domaine, nos modules sur le référencement naturel sont très complets tout en laissant une grande place à l'interactivité pour répondre à toutes les questions des participants.

Pour connaître le plan détaillé de chaque module, le prix, les dates et les lieux, consultez le site de Ranking Metrics (organisme de formation).

Hébergement web

Hébergement web mutualisé et dédié

Pour un bon référencement, il faut un bon hébergeur. Testez Sivit by Nerim, l'hébergeur choisi par Olivier Duffez pour son site WebRankInfo.

A partir de 3€ HT/mois.

Annonces Google