Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Brevet de Microsoft sur l’analyse des textes de backlinks

Microsoft vient d’obtenir un brevet intitulé Using anchor text to provide context, qui décrit comme l’analyse des textes de liens peut aider un moteur de recherche à en savoir plus sur une page web mais aussi à créer des snippets pour les pages qui ont très peu de texte.

Le brevet de Microsoft sur l'analyse des textes de backlinks

Le brevet de Microsoft

Intitulé Using anchor text to provide context, il a été attribué à Girish Kumar, Gaurav Sareen, Namita Gupta, Charles Lester Alexander Clarke, Junhua Wang le 20 mars 2008 (1 an et demi après le dépôt). Comme le résume Bill Slawski, ce brevet décrit une méthode d’analyse du contexte d’une page web à partir de l’étude des anchor text des backlinks (les textes des liens pointant vers cette page). En plus de permettre à la page de sortir sur des requêtes incluant des mots absents de la page, les travaux de Microsoft permettent de créer des snippets (descriptions situées sous chaque résultat de recherche) pour les pages qui n’ont pas (ou très peu) de texte.

Dans le cas des pages ayant très peu de texte, et notamment les pages n’incluant pas les mots choisis par l’internaute pour faire sa requête, le moteur peut utiliser des informations issues de l’analyse de textes de backlinks. Par exemple, s’il y a du texte autour d’un lien pointant vers cette page, et si ce texte est jugé pertinent pour la requête, le moteur peut l’utiliser en guise de snippet.

Evidemment la page pauvre en contenu textuel peut bénéficier de plusieurs backlinks ; dans ce cas le moteur pourra bâtir le snippet à partir du contexte de backlink jugé le plus pertinent, en se basant sur les critères suivants :

  • nombre de mot en commun entre le texte du backlink et la requête
  • la similarité globale entre le texte du backlink et la requête
  • la longueur du texte du backlink
  • le positionnement des pages offrant ces backlinks
  • etc.

Que peut-on tirer de l’étude de ce brevet ?

Pas grand chose en ce qui concerne la plupart des pages web, qui ne sont pas concernées (car elles contiennent suffisamment de texte). Pour les pages ayant très peut de texte, ce brevet nous rappelle l’importance de soigner (autant que possible) le « profil sémantique » des backlinks. Enfin, dans les cas où une page sort en bonne position dans un moteur sans que les mots de la requête n’apparaissent sur la page, cela vaut sans doute le coup de les ajouter dans le texte au sein d’une phrase. D’une part cela permettra sans doute d’améliorer son positionnement, et d’autre part ce fameux snippet sera sans doute plus pertinent.

Schémas

Schéma 1 du brevet Google anchor text / contexte Schéma 2 du brevet Google anchor text / contexte Schéma 3 du brevet Google anchor text / contexte Schéma 4 du brevet Google anchor text / contexte

Réactions

Et vous, qu’est-ce que ça vous inspire ?

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

2 commentaires

Simon Dor

J’ai cru que Google avait toujours fait ça.

Si je comprends bien, la différence d’avec Google, c’est que les textes des backlinks, au lieu d’uniquement consolider un mot-clef qui était déjà présent sur la page, viennent s’ajouter à la banque de mots-clefs liés à cette page?

Répondre
cooperben

Ca me fait penser au brevet sur le double-click. Je trouve incroyable que les autorités US accordent des brevets sur des pratiques qui relèvent de "l’état de l’art". En France, cette notion interdit la brevetabilité en considérant que l’"invention" est déjà dans le domaine publique. En procédant de la sorte, les grosses boites américaines (il faut de l’argent pour le dépôt et les contentieux qui vont suivre) verrouillent certains domaines. C’est une façon d’accorder des monopoles. Google a-t-il breveté l’utilisation des backlinks pour l’évaluation de la popularité des pages web ?

Répondre