Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Le brevet de Google qui brouille les pistes du référencement (SEO)

Google vient de se voir attribuer son brevet « Ranking Documents » dans lequel l’auteur (Ross Koningstein) décrit un système de période de transition pendant laquelle le positionnement d’une page est arbitrairement perturbé pour mieux détecter les spammeurs.

Article mis à jour le 22/01/2015, publié initialement le 21/08/2012

Remarque : même si ce brevet date de 2012 (ou fin 2014 pour le second), cet article reste intéressant à lire pour votre culture SEO. C’est un brevet, donc rien ne prouve que le système décrit a été ou est exploité par Google. Rien ne prouve non plus qu’il ne l’est pas ;-)

Le brevet « Ranking Documents »

Les détails du brevet

Déposé par Google le 5 janvier 2010, il a été attribué le 14 août 2012 sous le numéro 8 244 722 et le titre « Ranking Documents« . L’inventeur est Ross Koningstein, l’application possède l’identifiant 12/652 563. En 2005, Ross Koningstein avait déjà déposé une demande de brevet sur ce sujet (application 11/170 786).

Edit du 22/01/2015 : Google a obtenu le 30/12/2014 un nouveau brevet (n°8,924,380) qui fait suite à celui décrit dans cet article.

Résumé

Google : brevet Ranking DocumentsEn gros, le système inventé par Koningstein repose sur la notion de période transitoire dans le positionnement d’une page web. Prenons le cas d’une page web, avec actuellement un positionnement moyen A dans Google pour une requête stratégique. Suite à une optimisation du référencement de cette page, l’algorithme de Google « prévoit » que le nouveau positionnement devrait être B. Pour simplifier les choses, imaginons que le positionnement B est meilleur que le A.

L’idée principale du brevet est de ne pas immédiatement attribuer le positionnement B à la page, mais de la faire passer par plusieurs positionnements intermédiaires choisis avec soin pour « fournir des indications confuses » à celui qui cherche à optimiser le référencement. Bien entendu, le système prévoit de repérer la réaction du SEO afin de confirmer ou pas l’intention de manipuler les résultats.

Les techniques de spamdexing visées

Dans le brevet, Google donne des exemples de techniques de spam relativement simples (sauf la dernière qui est large) :

Mais Google peut très bien appliquer cette méthode à la détection d’autres techniques, même si ce n’est pas décrit explicitement dans le brevet. Ou alors il peut le faire dans un proche avenir.

D’ailleurs, si on lit les détails du brevet, on trouve une énumération des principaux critères du référencement naturel : informations liées aux liens entrants et sortants, score de pertinence de la requête par rapport au contenu du document, fraîcheur du document, manière dont le contenu du document évolue dans le temps, comportement de l’internaute associé au document, etc.

Le positionnement de transition

La clé du système est donc une fonction dite rank transition function qui a pour objectif de définir le positionnement pendant la phase de transition. Voici ses différents ingrédients, à mélanger puis à laisser cuire ;-)

  • introduction d’un délai : la prise en compte de vos modifications prend plus de temps que d’ordinaire (lire ci-après)
  • une baisse de positionnement : votre ranking est arbitrairement dégradé
  • un changement aléatoire : votre ranking est « perturbé » de façon aléatoire
  • un changement inattendu

Bref, l’objectif est de faire réagir celui qui a « optimisé » le positionnement de la page. S’il réagit en retirant la suroptimisation, le système de Google peut confirmer qu’il s’agissait bien d’une intention de manipuler les résultats (spamdexing). Selon les cas, on peut imaginer que la page sera considérée comme du spam et donc pénalisée (alors même que certaines suroptimisations ont pu être retirées !).

Si au contraire il n’y a aucune réaction, on peut imaginer que le système considère que c’était une fausse alarme et qu’aucune manipulation des SERP n’était tentée…

Durée de la période transitoire

D’après le brevet, on peut s’attendre à des périodes de l’ordre de 20 à 70 jours, soit plus de 2 mois avant la prise en compte complète et non biaisée des modifications.

Pendant ce temps, les concurrents ont pu améliorer eux aussi leur positionnement, Google a pu sortir d’autres mises à jour de son algorithme, et vous avez pu oublier le détail des optimisations effectuées. En d’autres termes, vous avez du mal à pouvoir décortiquer l’algo SEO de Google. Ca tombe bien, c’est justement le but de Google !

Les illustrations du brevet

Voici les 10 diagrammes illustrant le brevet :

Diagramme 1

Les effets potentiels du spam sur le positionnement

Diagramme 2

Diagramme général illustrant le brevet

Figure 3

Diagramme illustrant un moteur de recherche qui exploite ce brevet

Figure 4

Diagramme fonctionnel du moteur de recherche

Figure 5

Exemple de graphique montrant l’impact dans le temps sur le positionnement (de la page dans Google) de changements liés aux liens, dans le cas où ce brevet n’est pas utilisé. On voit qu’ici l’impact sur le positionnement est direct, sans délai. En abscisse, les nombres représentent des jours.

Figure 6

Exemple de graphique montrant l’impact dans le temps sur le positionnement (de la page dans Google) de changements liés aux liens, dans le cas où ce brevet EST utilisé. On voit qu’ici l’impact des changements n’est pas direct et surtout, passe par une zone de perturbations qui peut durer 70 jours.

Figure 7

Exemple de graphique montrant l’impact dans le temps sur le positionnement (de la page dans Google) de changements liés aux liens, dans le cas où ce brevet EST utilisé. On voit qu’ici l’impact des changements n’est pas direct et surtout, passe par une zone de perturbations : d’abord une diminution pendant 20 jours puis une remontée, pour une durée totale de 70 jours.

Figure 8

Organigramme du système décrit par ce brevet

 

Figure 9

Exemple où la position finale est censée être 10% meilleure

 

Figure 10

Exemples d’application

Est-ce déjà en place ? Un lien avec les avertissements de Matt Cutts ?

Oui sans doute depuis longtemps ! Koningstein l’avait déjà décrit il y a 7 ans, vous pensez vraiment que cela n’a jamais été utilisé ? Combien de fois a-t-on entendu ou lu dans les forums des personnes expliquant que leur site fait du yoyo dans Google ?

Certains font le rapprochement avec les avertissements de Matt Cutts à ceux qui attendent la prochaine mise à jour de Pingouin. Pour ma part je pense que c’est en place depuis longtemps et que maintenant que le brevet est « décortiqué », on comprend mieux certains phénomènes de Google. Concernant les dernières déclarations de Matt Cutts, je pense qu’il s’agit surtout de procédés de communication, visant à donner une certaine image de son équipe antispam et à effrayer ceux qui chercheraient à manipuler Google (oh les méchants SEO). La réalité est toute autre.

Dans un registre proche, vous avez certainement pensé aux messages envoyés par Google indiquant avoir trouvé des backlinks artificiels (ou du contenu de mauvaise qualité) mais sans donner de détails. Si vous réagissez immédiatement en supprimant les backlinks vraiment pourris que vous aviez obtenus, d’une part ça peut confirmer à Google que vous utilisez des techniques qu’il interdit, d’autre part ça peut aider Google à repérer des mauvais backlinks qu’il n’avait pas encore vus ! Mais si vous ne faites rien vous pouvez également sombrer, pénalisé. Alors il faut malgré tout agir, mais seule l’expérience peut aider à discerner la meilleure approche.

Comment travailler son référencement naturel avec tout ça ?

Si la découverte de ce brevet vous effraie, c’est que vous utilisez des techniques visées par le système de Koningstein ! Blague à part, je ne pense pas que ce système pose tant de problèmes que ça. Je m’explique…

D’abord, je ne pense pas que ce soit utilisé dans tous les cas :

  • Google peut avoir des indicateurs (signals) qui alertent quand un site utilise des techniques qui semblent douteuses, c’est-à-dire qui ne respectent pas les consignes de qualité. Dans ce cas Google peut utiliser son « leurre » pour confirmer s’il s’agit de spam ou pas. Qu’en pensez-vous ?
  • pour les requêtes liées à l’actualité, l’algorithme de « fraîcheur » de Google doit sans doute l’emporter

Ensuite, il faut savoir prendre du recul avec l’analyse du positionnement (d’ailleurs vous le savez déjà, depuis que la personnalisation des résultats s’est étendue) et définir des meilleurs KPI (indicateurs clés de performance). Il faut juger les effets du SEO non pas sur quelques jours mais sur quelques semaines.

Si vous travaillez sur des petits sites, ça risque d’être plus dur car vous ne pouvez pas « lisser » ces effets sur un grand nombre de pages optimisées. Si au contraire vous avez beaucoup  de pages sous la main (des centaines, des milliers voire des millions), vous pouvez mesurer l’impact de vos optimisations SEO par des indicateurs portant sur un grand nombre de pages (et donc de mots-clés / positionnements). C’est pour ça que pour les gros sites, je ne peux pas travailler le SEO sans un bon outil de web analytics ! C’est pour ça aussi que j’ai mis en place chez Ranking Metrics le module de formation Google Analytics pour piloter le référencement naturel.

Besoin d’aide ?

Comme d’habitude :

Sources : l’USPTO et le toujours excellent SEO by the sea.

Quelques titres sympa trouvés sur Twitter :

  • Google chasse les SEO avec la mise en place du positionnement de transition dans son algorithme source
  • Un brevet de Google pour jouer dans les pattes du SEO source
  • Votre site fait le yoyo dans Google ? Voila une piste d’explication source
  • De la manière de détecter la SEO panic ;) source
  • Le brevet de Google qui va mesurer la panique des SEO ! source
  • Google brouillerait les pistes sur son moteur pour tromper les seo source
  • Google : notre meilleur ennemi / Le brevet de Google qui brouille les pistes du référencement (SEO) source

Cet article vous a-t-il plu ?

Note : 5.0 (1 vote)
Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

66 commentaires

cyber avenir

Juste une question, mais je rebondis sur une des dernières phrases :
 » C’est pour ça que pour les gros sites, je ne peux pas travailler le SEO sans un bon outil de web analytics ! »
==> quel outil utilises tu ?
Cordialement!

Répondre
Olivier Duffez

J’utilise l’outil du client :-)

Répondre
cyber avenir

Ha ok, mais je suppose qu’une grande majorité utilisant GA, ta phrase était donc ironique ?
:)
Mea culpa..lol
J’ai pensé que tu parlé d’un autre outil ^^

Répondre
Olivier Duffez

La plupart du temps c’est en effet Google Analytics, auquel se rajoutent parfois d’autres outils complémentaires, en fonction des besoins.

Répondre
Willgoto

1. Brevet ou pas, je suis convaincu que cette pratique, au moins sous certains de ses aspects, était déjà en application depuis pas mal de temps chez google.

2. Pour moi, une des principales « leçons » de cette pratique, c’est de confirmer que, plus que jamais, le référencement, cela se travaille sur du long terme.

Raison de plus aussi de se méfier des tests que certains publient pour étayer leurs « découvertes » en matière de référencement.

Répondre
Shelko

Je pense qu’avec ce genre de brevet, il va être complexe de faire croire que Google ne s’attarde que sur l’amélioration de l’expérience utilisateur.
Car si pour cela il faut faire plonger un site pertinent un moment avant de le mettre à sa place …

Enfin bref, ça ne va pas nous changer la vie car la patience et l’observation sont les principales qualités dans notre domaine ;)

Répondre
julie

Google veut nous entrainer dans une psychose de la suroptimisation… Matt Cuts joue très clairement avec nos nerfs la dessus. Et effectivement, le mieux à faire est de laisser couler quelques semaines / mois avant de tirer des conclusions.
J’entends ici et là des référenceurs qui ont retirés du jour au lendemain leur signature de forum, leurs communiqués etc… Beaucoup trop rapidement je pense. Et Google l’a probablement constaté (ce qui était je pense le but de toute cette campagne sur la punition de la suroptimisation).
Attendons et prenons notre temps, même si le temps c’est de l’argent.

Répondre
Bernard

C’est super malin comme technique.

« Cette période de 20 à 70 jours » : ce sont des données officielles déposées dans le brevet ou des exemples pour illustrer les schémas ?

Répondre
Olivier Duffez

@Bernard : ce sont des nombres indiqués dans des exemples dans le brevet, je suppose qu’il faut prendre ça comme un ordre de grandeur.

Répondre
http://poele-bois.info/

Oui, il y a bien 4 ou 5 ans que Google utilise ce type de contrôle sur les requête concurrentielle notamment concernant le linkage. Lorsqu’une page à la chance d’être bien placée sur un mot clé concurrentiel, il vaut mieux ne rien toucher …

Répondre
Abdou

Oui dernièrement je constate aussi que les modifications SEO ne donnent de résultats qu’après un laps de temps de plusieurs semaines, mais que dernièrement je me souvient que il y’a de cela 2 – 3 ans juste l’inscription d’une page dans un annuaire permet parfois de faire la différence, mais maintenant c’est de plus en plus compliqué …

Répondre
Vaxo

A votre avis quelles ressources Google devrait il mettre en place (rien qu’en mémoire sur ses serveurs) pour utiliser cela ?

Ca me parait toujours plus gros…

Les spammeurs ont toujours des PR 7 à 8… avec des visiteurs en pagaille !

Ca ca me fait bien rigoler ! Beaucoup d’intox dans la com de Google…

Répondre
Kawa

Vraiment tordu ce brevet, vous imaginez si un site obtient la majeur partie de son chiffre d’affaires sur Internet, si ce site lance un grande campagne de com (lui apportant beaucoup de backlink) + une retouche du site opti pour le réf etc… Au lieu de passez de la 3eme place à la 2eme ou premiere (admettons), ce site va avoir des fluctuations dans son positionnement pendant plusieurs semaines du coup il va certainement avoir moins de CA et par craindre de déposé bilan remet l’ancienne version du site ou bien modifie des éléments pensant avoir fait « mal »… <— google reconsidère le site et le déclasse… Résultat perte du CA du site + investissement com perdu et perte de positionnement (moins de CA pour les jours à venir)… J'avoue c'est un cas extrême mais bon
Vive la psychose @_@
Attendre c'est beau mais c'est pas ça qui va payer les salariés en cas de forte chute :/ ou bien vous vous voyez dire à votre employeur "le site fluctue et vous perdez du CA ? on va attendre pour voir et dans 2 mois on en reparle ?"

Répondre
REY JB

Merci pour l’info. Question : Dans le brevet, Google donne des exemples de techniques de spam relativement simples (les redirections).

Quelle type de redirection les 301 et autre 3xx et 4xx. ?
Pour les sites affiliés avec redirection sur une page « tampon » c’est la même ?

Répondre
Olivier Duffez

@REY JB : ce genre de détails n’est pas dans le brevet (je pense que c’est rare que ça y soit)

Répondre
JL

Ils sont pas un peu paranos chez Google?
pffff….

Répondre
Apiarnaud

Bonjour,

j’en étais sûr de ça, plusieurs personnes le pressentaient et finalement ce n’est pas du tout surprenant.

Et il y aurait d’autres méthodes toutes aussi simples pour « detecter » des usages similaires

Mais il y a des solutions à tout :)

Bonne continuation

Répondre
totoro

En ce qui me concerne, les effets yoyo sur des requêtes pas très bien positionnées j’en observe souvent depuis pingouin. J’ai pris le parti ne rien faire, de ne pas m’affoler et en général tout rentre pratiquement dans l’ordre au bout d’un mois, jusqu’au prochain passage.
C’est gonflant, mais de bonne guerre vu les abus de la majorité des référenceurs.
En tous cas, très curieusement mon trafic n’est jamais pénalisé, les visiteurs arrivent alors sur de la longue traine parfois très efficace en taux de transformation.

Répondre
BT Web Création

@Julie: c’est que les référenceurs auxquels tu pensent devaient avoir bien des choses à se reprocher s’ils ont paniqué ainsi!

Aussi, je pense qu’on peut vivement te conseiller de ne pas suivre leurs conseils et pratiques.

Qu’en penses-tu Olivier?

Pour ma part, je reste fidèle à ma position qui est de travailler sur la qualité et le long terme.

D’ailleurs, je crois que les derniers agissements de Google ne font que me conforter.

Répondre
Olivier Duffez

@BT Web : tu connais bien mon « positionnement » (sans jeu de mots), je travaille moi aussi pour du long terme

Répondre
lionel

Bonjour Olivier,

Tout comme « totoro », les effets « yoyo » sur des requêtes données, j’en constate régulièrement depuis le filtre pingouin.

Idem, j’ai décidé de ne pas agir (par exemple en retirant des liens) car Google se comporte comme un chasseur qui agite les arbustes pour faire sortir la proie et la sniper ensuite.

amicalement

Répondre
REY JB

@Olivier, « @REY JB : ce genre de détails n’est pas dans le brevet (je pense que c’est rare que ça y soit) »

Mais selon toi en générale ?

Répondre
Morgatix

Je suis toujours épaté du jeu du chat et de la souris auquel joue Google.
Chacun cherche à améliorer son référencement, et pour nous y aider, Google a même créé GWT.
Maintenant, Google veut traquer ceux qui voudraient développer leur SEO de manière frauduleuse.
C’est certainement louable, mais où sont les limites ?
Est-ce que demain Google ne va pas considérer qu’un site qui utilise les données structurées de manière trop systématique cherche à mieux être référencé, et sera à ce titre déclassé ?

Répondre
Olivier Duffez

@Morgatix : je pense qu’il faut éviter de verser dans la parano…

Répondre
BT Web Création

@Olivier: Tout-à-fait Thierry …euh… Olivier! Lol

Répondre
Pierre

Google brouille les pistes, encore un peu plus. C’est vrai que c’est perturbant mais il faut garder le leitmotiv d’un bon référencement : qu’il apparaisse le plus naturel possible – et donc le plus « aléatoire » aussi !

Répondre
seb

La figure 3 m’a bien fait rire, ça me rappel mes cours d’électronique en BTS :) Les autres figures sont tout autant risibles… C’est de la poudre aux yeux tout ça. Perso je ne check plus les positions mais la part de chiffre d’affaires.

Répondre
LaurentB

Ce qui m’étonne est que ce brevet soit déposé récemment, alors que les symptômes ont été observés depuis des années.
D’ailleurs, le premier réflexe lorsqu’un site connait des turbulences est de ne rien toucher au niveau de l’opti (checker perf, piratage, etc. bien sûr) ou plutôt de la suropti. On a toujours observé qu’il ne fallait pas envoyer un signal comme quoi on se sentait coupable.

Répondre
1-pact.fr

Et pourquoi pensez-vous que cette information est publique ? GG n’aurait-il pas intérêt à dissimuler ses brevets (sous couvert d’une société tiers par exemple) éviter qu’une fois encore des référenceurs astucieux trouvent un moyen de contourner cet algorithme ?
A force de jouer au chat et à la souris avec les webamsters/référenceurs, le jeu va mal finir…

Répondre
Olivier Duffez

Cette information est publique depuis que l’acceptation du brevet a été officiellement publiée. Je ne vois pas bien ce qu’on peut dire de plus à ce sujet.
De quelle façon Google pourrait dissimuler un brevet ?

Répondre
iso

Je trouve que les solutions déployées par google ces derniers mois sont de plus en plus compliquées et de moins en moins pertinentes.

Google à la base c’est pas un service qui doit offrir la meilleure réponse possible à l’internaute?

Les priodes transitoires n’aident en rien cela.

RI-DI-CU-LE

Répondre
couverturezingueriealsace.com

On obtient enfin une sorte de confirmation de ce dont on se doutait. Belle invention de Google quand même.

Répondre
marocseo

Le bourrage de mot-clé est un mal nécessaire, on veut bien s’en passer, mais comment indiquer autrement nos mot-clé aux moteurs de recherche ?
Seuil a ne pas dépasser ?

Répondre
SEO Vietnam

Merci pour cet excellent post présentant en français ce brevet. Cela brouille encore plus les options à l’avenir lorsqu’un webmaster recevra un email de liens « non-naturels », il semble que rien faire peut être plus prudent que d’agir…
Voici une lecture complémentaire en rapport avec ce sujet, en anglais, d’un site qui décortique systématiquement les brevets de Google:
http://www.seobythesea.com/2012/08/google-rank-modifying-spammers-patent/

Répondre
Olivier Duffez

@SEI Vietnam : ce lien est déjà indiqué dans mon article (à la fin)

Répondre
Ryan autour du monde

Merci pour toutes ces informations Olivier.
Au final, quand tout est bien fait dés le départ on ne se sent pas vraiment concerné ni effrayé !
Mais cela reste de très bonnes informations sur l’effet yoyo que j’ai pu constater au lancement de mon site.

Répondre
Yann

Oui, ce brevet est très astucieux et Google peut en effet détecter plus facilement les « spammeurs » en observant ceux qui stressent en modifiant des tas de choses après une chute brutale et qui, du coup, montent clairement qu’ils cherchaient à manipuler l’algo de Google…

J’ai abordé ce sujet au sein de mon blog. Cliquez su mon nom pour y accéder :-)

Répondre
benzaky

Merci pour les informations utile, même si je l’ai trouvé difficile à comprendre à cause de mon peu d’expérience dans ce domaine ^^ cordialement

Répondre
Chambres d'hôtes Saône-et-Loire

Merci pour cette description détaillée de ce nouveau brevet !
Tout comme totoro et Lionel, je me range dans la catégorie « je touche à rien – Et ça revient !!!… » en particulier sur des requêtes de longue traine qui sont loin de mon thème principal…
Je suis d’accord aussi pour penser que Google n’utilise pas ce brevet (et toutes les autres techniques permettant de détecter les spammeurs) pour chaque site et chaque requête, il doit y avoir des « déclencheurs »…
Par contre, une question à laquelle je n’ai encore jamais trouvé de réponse sur WRI : pourquoi certains énormes spammeurs sont en top position ???

Répondre
Ilojeu

Prenons un site au hasard, avec un référencement convenable.

Tout d’un coup, son classement dans les résultats GG s’effondre.
Bien.

Le webmaster, préoccupé par le phénomène, examine dans le détail son site, et s’aperçoit qu’il peut corriger quelques erreurs de SEO, ou bien tout simplement améliorer la qualité de ses pages ou de ses contenus.
Ce qu’il s’empresse de faire, afin de mieux respecter les « bonnes pratiques » GG.
Et du coup, le fait de réagir (logiquement) à une baisse dans les classements pénalisera encore plus le site ? Hou le vilain webmaster qui, en touchant à son site, démontre qu’il tentait de tripatouiller frauduleusement son SEO ?

Comparons avec un autre exemple : un gendarme, observant votre voiture, vous indique que vos pneus sont lisses, alors que vous avez encore au moins 4000 kms devant vous avant d’avoir à les changer.
Mais bon, il vous a inquiété, et vous allez les changer. Le même policier, le lendemain, vous colle une contredanse : en changeant vos pneus, vous prouvez ainsi que sa remarque était justifiée, et que vous avez bien mérité votre PV.

Sans rire, il n’y a que moi qui trouve que c’est n’importe quoi, la logique de GG ?

Répondre
Olivier Duffez

Ces 2 exemples ne me semblent pas illustrer la logique de ce brevet…

Répondre
Ilojeu

Plus simplement, GG prêche le faux pour savoir le vrai, mais ses déductions peuvent être fausses.

Modifier arbitrairement le positionnement d’un site pour détecter les réactions, et en déduire, si réaction il y a, que le webmaster cherche à manipuler les résultats : ce n’est pas logique, car ces réactions sont parfaitement normales. C’est ce que je cherchais à illustrer avec mon premier exemple.

Je veux dire que les déductions de GG face à des réactions ne sont pas forcément justes, sauf à partir du postulat que toutes les modifs réalisées sur des sites sont des « manipulations ». Ce qui n’est pas toujours le cas.

Répondre
bg

Ca devient du n’importe quoi :

Pour détecter le spam on random les serps.
Sachant qu’il y a de plus en plus de spam…

Répondre
WRInaute

Bonjour,

@Olivier : Pourriez-vous svp nous préciser quels sont les limites de la mesure d’audience GA et éventuellement svp nous conseiller/orienter vers des alternatives intéressantes à l’heure actuelle ?

Répondre
Olivier Duffez

Je ne connais pas assez en détails techniques GA pour lister les limites de l’outil (que je trouve très bien d’ailleurs).
Je suis souvent gêné par l’échantillonnage (pour les sites à gros trafic).
Comme je l’ai dit, j’utilise la solution du client (qui est souvent GA).

Répondre
Emmanuel

Inquiétant tout cela… J’ai supprimé tous les liens artificiels liés à google penguin. ( Suite aux fameux conseils de google ).

Serait-ce parano de penser que c’était un piège ? Google sait maintenant assurément que j’utilisais des plateformes de type CP. Il n’a plus qu’à me dégommer maintenant qu’il a eu la preuve de liens fictifs.

Répondre
Valentin

Finalement, tout le monde essaye d’être en première page, en première position, pour des gros et petits mots-clefs. Même avec du bon contenu, c’est quand même difficile de détrôner les anciens qui sont déjà présent depuis des années.

On essaye quand même :)

Répondre
Ion

Mon sentiment est que GG joue avec les nerfs des pros, et fait de la communication, de la « grande » com’.

Les faits ( si je ne me trompe) :

– GG avait le brevet ( ou même l’idée , ou l’application de cette idée ) depuis longtemps.
– GG expose le brevet maintenant.

Hypothèses :

– Appliqué ou pas , le brevet ne change rien au but recherché par GG : dominé la recherche sur internet.
Comment faire ?
Le fait de menacer les tricheurs, en leur expliquant la ruse, est particulièrement perverse. C’est une manière de dire : » vous ne verrez pas ce que l’on fait, et vous ne verrez pas les effets immédiats de vos actions seo. »
Dans l’art de la guerre, on appelle cela de la propagande. Aujourd’hui c’est de la relation publique. Je m’explique.

Ce qui compte ici ce n’est pas tellement ce qui est dit, mais bien plus la forme:
Google fait fuiter un brevet
GG explique son arme de dissuasion.
GG menace de sanction
GG fait le ménage dans ses résultats et notamment la 1 ère page.

Cela me fait donc penser tout naturellement au questionnaire que l’on remplit dans l’avion pour les States. Vous savez, « Je ne suis pas ceci, je ne suis pas cela, et surtout pas cela non plus… »

Il s’agit donc pour Google de marquer son territoire et ce message de brevet s’adresse en fait à différents publics:

– Marquer la domination sur les utilisateurs ( les pros) : guerre psychologique. Google incite donc à ne rien faire si vous voyez vos résultats changer. Curieuse philosophie hindoue. Mais ne vous y tromper pas, GG compte bien gagner la guerre sans combattre, quand c’est possible.

– marquer la domination auprès des concurrents. Pourquoi ? Parce que les temps changent et qu’il est bon de faire fuiter des leurres aux concurrents aussi ! On appelle cela de la désinformation.
En effet, d’après moi ce brevet est un gadget sans importance pour le commun des mortels. Mais le concurrent recevra ce brevet d’une toute autre manière : il se demandera si cela est un leurre, tout comme nous, mais en terme d’activité. Ex: sur quoi travaille GG ? Quels sont les projets d’après ce qui nous est donné de voir aujourd’hui ?

Bref, GG brouille les pistes pour les pros et ses concurrents. La domination s’exerce aussi dans les esprits par la carotte et le bâton.
Conclusion en quelques mots : ce brevet n’est que de la com’.

Qu’en pensez vous ?

Répondre
Olivier Duffez

« GG expose le brevet maintenant. »
on ne choisit pas quand le brevet est accepté ! ce procès à Google sur la date d’acceptation du brevet et sur la communication associée (je n’ai vu aucune comm de Google) est ridicule…

Répondre
ion

Merci Olivier !
Ce n’est pas un procès sur la date d’acceptation du brevet. C’est plus un procès sur la manière dont GG fait sa comm’ sans en avoir l’air.
mon hypothèse initiale est que GG se sert de ce brevet pour faire peur aux webworkers ( cette idée n’est pas de moi…) et aux autres moteurs de recherche.
Vous imaginez l’impact sur la psychologie des référenceurs ?

Répondre
Olivier Duffez

@ion : Google n’a pas communiqué sur la sortie de ce brevet, je trouve donc fort de les attaquer sur ce point. Pour le reste, il ne faut pas se leurrer, c’est un jeu de chat et de souris, c’est normal que Google développe ce genre de stratagèmes pour détecter les grugeurs.

Répondre
ThePooh

Le brevet en lui-même peut inquiéter les SEO mais la vraie question est de savoir quel est le trigger. Il est sûr que google ne déclenche pas ça pour un petit peu d’optimisation comme il faut. Encore une fois à mon avis l’un des déclencheurs reste l’arrivée trop importante d’un coup de backlinks visant clairement les CP / Forums / Blogs qu’on le veuille ou non les CP abusés et ré abusés restent à mon sens de la sur optimisation, du spam sous couvert d’un autre nom moins dur…

Répondre
Antoine

Selon cet article, des éléments de ce brevet étaient déjà présents dans d’autres brevets depuis 2002.

Répondre
Olivier Duffez

Merci Antoine pour cette précision très intéressante.

Répondre
id meneo

Super intéressant cet article.
J’ai toujours considéré le fait que que si une position bouge, dans un sens ou dans l’autre après avoir commencé à travailler une position, c’est que c’est bon signe: Google réagit. J’irai même jusqu’à dire: plus ça bouge, mieux c’est! Mais ça peut être très perturbant quand on a pas l’habitude et encore plus difficile à expliquer au client ;-)

Moralité: si votre site perd 50 places après une série de liens, il ne faut surtout pas s’arrêter parce que ce serait lancer un signal négatif à Google alors qu’en continuant tranquillement les positions devraient revenir en s’améliorant.

Répondre
excess

Je trouve tout simplement scandaleux que Google puisse expliquer qu’il déforme sciemment ses résultats pendant 20 à 70 jours après une modification sur un site sans que cela provoque un tollé mondial !

Voilà des gens qui nous expliquent que c’est très vilain de “chercher à manipuler les résultats des moteurs de recherches” alors qu’ils s’amusent à le faire (et donc à tromper leurs utilisateurs) juste pour voir si le webmaster va se mettre à avoir recours à des pratiques douteuses.

Au passage c’est pour le moins immoral de pousser ainsi les gens à la faute et il doit en effet y avoir plus d’un webmaster qui se sera orienté vers des pratiques auxquelles il n’aurait pas songé si Google ne faussait pas volontairement le classement de son site dans les SERPs.

PS: @id meneo à tout-à-fait raison, la meilleur solution est de continuer tranquillement, puisque s’arrêter serait lancer un signal à Google ! À méditer… Et à ajouter à son argumentaire pour convaincre les clients d’agir dans la durée…

Répondre
Nonal

Comme le précisait bien Olivier, ce « jouet » de GG ne doit faire peur qu’à ceux qui ont des choses à se reprocher… non ?
Je pense que de toute façon que cet outil est sélectif et qu’il n’impacte pas tous les sites mais seulement ceux qui agissent « particulièrement »… il est évident que si la page est modifiée trop régulièrement, que si ses contenus (en %) font la valse, etc. GG détecte parfaitement ces comportements et peut alors orienter la surveillance sur cet outil.

Il est plus vicieux encore qu’on ne le pense, car ce sont des sables mouvants (tien, la sand box aurait évolué ;) ??) … en effet le résultat obtenu une fois que vous êtes sous son emprise est toujours négatif en perfs et le référenceur sera donc toujours en activité pour changer encore et encore les choses : il s’enfonce donc au plus profond jusqu’au jour ou il jette l’éponge : GG wins

Celui qui aura agi en bonne intelligence, sur un site récent qui pourrait être concerné, et qui aura fait ce qu’il pense être judicieux et pertinent pour ses visiteurs (faut p’tète pas oublier que c’est à EUX que le site est dédié et PAS à GG !) ne sautera pas sur le clavier pour tout changer s’il perd quelques positions. Il attendra patiemment de récolter les fruits de son taf.

Qui prétend avoir mis en place des suroptim. et gagné des places en deux jours et surtout les avoir conservé ? Et je parle de positions stratégiques et concurrentielles, hein, pas d’expressions pour concours SEO ou hyper ciblées ;-)

Répondre
François-Olivier

Bonjour,

Personnellement je découvre aujourd’hui cet article bien fait mais ce qu’il contient, je le dis à mes clients depuis quelques années en leur disant bien sur que ce ne sont que des suppositions de ma part.

Quasi systématiquement quand on fait des optimisations on / off site impactantes, on a dans un premier temps une baisse puis une hausse.

Répondre
quadrifolio

Moi aussi j’essaye de dire ce genre de chose a mes clients mais ils veulent rien savoir a part être premier et la suspicion règne car de telles explications leur semblent impossibles et délirantes. Bref le mieux c’est de rien dire et de le faire remarquer quant le yo-yo est en haut…

Répondre
Aisne Numérique

Cet article rend effectivement compte d’effets de vague que l’on peut constater si on analyse chaque jour les positionnement d’une même page.

Le positionnement bouge c’est évident, mais si il y a des malus, cela implique que les pages d’un wiki très actif risquent de ne pas trop accrocher les premières places.

La proportion des modifications dans la page doit être certainement prise en compte.

Répondre
Rickson

Opération de com ou avancée réel ? 6 mois après sa mise en place, l’outil a t-il vraiment permis de lutter contre le spam ?

Répondre
Olivier Duffez

@ Rickson : quelle « mise en place » ? ce brevet a été attribué, cela ne dit pas si le système est utilisé depuis, ou s’il n’est pas déjà utilisé depuis des années (ce qui est probable)

Répondre
Daen

Il est toujours intéressant de savoir comment évolue ce moteur de recherche, ce qui est une bonne chose.
Après pour ma part ce qui m’importe est de savoir, ce que souhaite le visiteur et ce que je lui apporte de différent par rapport au autre site du secteur viser. je pense qu’un bon contenu ne fait pas tout mais il reste l’essentiel pour le visiteur.

Répondre
Julien

Merci Olivier pour cet article, tu viens de me faire découvrir le positionnement transitoire que je soupçonnais depuis quelques temps déjà ! Très intéressant je fais tourner :)

Répondre
depannage informatique

@ valentin
j ai créé mon site web en janvier 2010 …aujourd’hui avec les mots clé « depannage informatique » j arrive 5 eme sur 1 870 000 réponse rien n est impossible mais c est un travail de fou …

Répondre