SEO 2020
Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Mes pistes pour un bon référencement Google en 2020

Comment réussir son référencement naturel Google cette année ? Je vous présente quelques techniques incontournables ainsi que des tendances du SEO en 2020…

Le but de ce dossier (mis à jour 1 à 2 fois par an) est de vous suggérer des méthodes, outils ou réflexions à exploiter pour améliorer votre référencement. Vous pouvez donc le mettre en favoris et y revenir régulièrement !

Il faut le voir comme les tendances du référencement telles que je les vois et les pratique. Ce n’est donc pas exhaustif, ce sont « des pistes ». En complément, ne ratez pas ces 2 autres dossiers :

C’est parti, voici le sommaire :

Les techniques SEO qui fonctionnent le mieux en ce moment

Il ne s’agit pas ici de nouvelles idées à évaluer, mais d’appliquer des méthodes qui ont montré leur preuves. Il s’agit uniquement de techniques de référencement que j’utilise moi-même pour mes sites ou ceux de mes clients.

Qu’est-ce qu’un bon contenu pour le SEO en ce moment ?

C’est un contenu qui répond au-delà des attentes de l’internaute, et qui est très bien compris par la machine (Google).

Google utilise des techniques d’IA et plus précisément de NLP pour mieux comprendre aussi bien les requêtes que les contenus. BERT en fait partie.

Pourquoi ne feriez-vous pas pareil ? Par exemple en utilisant une API comme celle de Google. Pour mieux comprendre tout ça, regardez cette vidéo (en anglais). En gros :

  • Google sait désormais bien extraire les entités présentes dans un contenu. Il calcule la salience du contenu pour chaque entité, qui en quelque sorte permet de mesurer à quel point le contenu traite spécifiquement de l’entité.
  • Si Google a estimé que l’internaute s’intéresse à l’entité E, alors il va tenter de proposer en meilleurs résultats des contenus avec une forte salience pour cette entité E. Votre contenu ne doit pas aborder de façon trop succincte le sujet (l’entité) mais au contraire être très complet. Vous ne devez surtout pas vous concentrer sur des mots-clés mais sur les sujets qui doivent être abordés.
  • Pour ma part, sur WebRankInfo j’ai depuis longtemps réduit le nombre d’articles publiés, mais ils sont bien plus complets. Je passe du temps à cerner le sujet dans ses moindres détails, afin de répondre à toutes les attentes des internautes. C’est aussi ce que je propose à mes clients et ça fonctionne bien…

Repérer les contenus de faible qualité et les traiter, ça marche !

On le sait de façon officielle depuis Google Panda (2011) : Google juge votre site en se basant sur l’ensemble des contenus que vous lui demandez d’indexer. Si vous avez trop de mauvais contenus, ils plombent ceux qui sont bons.

Je sais, je vous l’ai déjà dit 36 fois… Mais si je considère encore ça comme prioritaire, c’est d’une part que je vois encore plein de sites très mauvais à ce niveau, et d’autre part car il y a des solutions !

Récemment (mars 2020), voici ce que John Mueller (de Google) a déclaré à propos du repérage et de l’amélioration (parfois suppression) des pages de mauvaise qualité :

Il n’y a jamais eu de cas où j’ai vu un site supprimer correctement une grande quantité de « déchets » et ensuite voir un effet négatif.

Si vous supprimez le contenu ancien et de moindre qualité, alors Google peut se concentrer sur le contenu plus récent et de meilleure qualité. C’est assurément une bonne chose à faire !

John Mueller (Google), mars 2020, Youtube

Pour vous aider à avancer de façon précise, j’ai mis au point ma méthode Pages Zombies SEO, avec détection et calcul des indices intégrés dans mon outil RM Tech (plateforme My Ranking Metrics). En résumé :

  • RM Tech repère instantanément les bonnes et les mauvaises pages et fournit l’indice zombie de chaque page
  • débrouillez-vous pour ne plus avoir aucune page avec un indice de 40 ou plus (améliorez les contenus, mettez-les à jour, fusionnez des pages et dans les cas les plus extrêmes, désindexez-les ou supprimez-les)
  • assurez-vous d’avoir un maximum de pages avec un indice de 0. Il s’agit de contenus qui doivent être nettement meilleurs que ceux de vos concurrents. Créez des pages piliers sur vos mots-clés les plus stratégiques, et renforcez ces pages par des pages filles (contenus sémantiquement reliés)
Envie d’en savoir plus pour votre site ? Posez votre question ici

Voici le dernier exemple : le responsable du site Vivalatina a expliqué avoir doublé son trafic en 2019. Regardez l’évolution de la répartition de l’indice zombie avant/après :

Répartition des indices zombies avant et après (audits RM Tech sur My Ranking Metrics)
La répartition des indices zombies a bien changé d’un audit RM Tech à l’autre, avec disparition des pages à très fort indice zombie, et augmentation des pages sans aucun problème

Des contenus d’experts

Peut-être que l’utilisation de BERT (et d’autres techniques de NLP) aide Google à mieux évaluer l’expertise de l’auteur d’un contenu (c’est par exemple l’avis de Kevin Indig). Il devient donc encore plus important qu’avant de s’assurer de faire rédiger vos contenus par des experts.

Je ne parle pas seulement d’indiquer le nom de l’auteur et de prendre soin de montrer sur sa bio qu’il/elle est expert. Il faut surtout que le contenu lui-même soit réellement de qualité, avec des éléments que seul un expert peut inclure.

C’est le E du fameux Expertise + Authority + Trust (expertise, autorité et confiance).

Pour en savoir plus : conseils SEO pour E-A-T

UX + SEO = SXO (Search eXperience Optimization)

Si le contenu est absolument indispensable pour obtenir une bonne position dans Google, je pense que l’expérience utilisateur sera encore plus qu’avant la clé pour rester au top des SERP.

La satisfaction utilisateur dépend de la qualité du contenu (texte) qu’on lui fournit, mais aussi des autres médias (images, vidéos, audio) et de tout ce qui impacte l’UX (facilité de navigation, vitesse, etc.).

Si votre référencement régresse, brutalement lors d’un Core Update ou progressivement, c’est peut-être dû à des problèmes SXO.

Je vous recommande notamment :

  • d’ajouter du tracking partout où vous pouvez sur votre site afin de détecter le mieux possible ce que font les utilisateurs. Cliquent-ils sur vos liens ? Font-ils défiler les écrans et jusqu’où ? S’arrêtent-ils trop tôt dans votre tunnel de conversion ?
  • de regarder dans votre audit RM Tech la liste des pages qui génèrent le plus d’insatisfaction (il s’agit de la rubrique « Analyse de la satisfaction utilisateur« ). Mon algo combine le trafic organique généré par les pages au manque apparent de qualité de la page (plusieurs critères sont exploités).
  • de vérifier que vos pages sont rapides. Pas seulement la page d’accueil mais toutes vos pages ! Pas seulement sur ordinateur mais aussi/surtout sur mobile !

Les évolutions des SERP de Google

Google fait évoluer en permanence ses SERP (pages de résultats) en inventant régulièrement de nouveaux types de blocs ou de liens. On peut parfois en transformer en opportunités…

Google, notre plus gros concurrent à tous

Google n’est plus un moteur de recherche comme on le définissait jusqu’à présent, il est devenu le plus gros concurrent de tous les sites qui bossent leur référencement…

Je pense qu’on va voir arriver dans les SERP encore d’autres blocs comme cette calculette spécialisée. Comme vous l’avez bien compris, en ajoutant ces types de « onebox », Google prive de plus en plus de sites de niche d’un trafic très rentable.

Comment agir ? A part espérer que des Etats infligent des sanctions à Google et le fassent changer (je n’y crois guère), je pense qu’il vaut mieux essayer d’anticiper le plus possible. Prenez du recul et demandez-vous si vos contenus, outils ou services en ligne sont facilement « copiables » par Google. Solidifiez votre business model tant que c’est encore possible…

Des Featured Snippets sans lien vers le site source ?

Après les featured snippets que l’on connait actuellement (avec l’indication du site source de l’information), je pense qu’on verra un jour en haut des SERP un texte synthétique de réponse à la requête, sans aucune source fournie. Pour la bonne et simple raison que le texte aura été généré automatiquement par les algos de Google, après avoir digéré des centaines ou milliers de contenus sur le sujet.

Les données structurées vont sans doute prendre encore plus d’importance. Pendant encore quelques temps (mois, années) Google aura sans doute besoin de données fournies dans le code (type schema.org) mais ensuite il arrivera peut-être à extraire et classifier des données non structurées. Les algos de machine learning auront eu le temps d’apprendre avec les pages qui fournissent les données structurées.

Les images omniprésentes : grosse opportunité

Les images sont de plus en plus présentes dans les SERP, sous des formes variées. On trouve bien entendu un bandeau d’images dans la recherche standard, ou uniquement des images dans Google Images.

Mais il y en a aussi en haut des Featured Snippets : une possibilité de récupérer du trafic même si votre page n’est pas celle qui sort en Featured Snippet.

Il y a plein de nouveautés dans la recherche d’images, avec une mise en avant importante des images de produits. Vous pouvez bénéficier d’une mise en avant de vos produits, à condition d’avoir inclus les bonnes données structurées (incluant le prix du produit, sa disponibilité en stock).

Il y a aussi des images dans l’actu, dans Discover… ainsi qu’à un clic via Google Lens, la recherche visuelle. Voilà une nouvelle tendance sur laquelle vous pourriez investir.

Pour tirer profit des images, je vous recommande de :

Les vidéos

Certes, ce n’est pas un scoop, mais les vidéos continuent de prendre une place toujours plus importante, notamment dans les SERP.

Au-delà de l’intérêt purement SEO, vous savez bien que les vidéos sont très appréciées des internautes. Il est conseillé de :

  • développer une chaîne Youtube
  • intégrer vos vidéos dans les contenus sur votre site, pour faire rester les internautes sur votre site ou améliorer le taux de conversion sur vos fiches produits
  • poster vos vidéos également sur Facebook et LinkedIn (en fonction de votre cible)

Les nouvelles tendances à tester pour le SEO

Google fait évoluer en permanence ses SERP (pages de résultats) en inventant régulièrement de nouveaux types de blocs ou de liens. On peut parfois en transformer en opportunités…

Recherche vocale et podcasts

Vous avez déjà lu et entendu 36 fois que la recherche vocale explose. C’est vrai, mais qu’appelle-t-on Voice Search ?

  • la recherche vocale existe depuis de nombreuses années : il s’agit de faire sa recherche par oral. On peut le faire sur mobile évidemment, mais aussi sur ordinateur ou tablette : il suffit d’activer le micro. Google doit comprendre la requête, c’est-à-dire reconnaître les mots et au final l’ensemble de la requête, puis fournir les résultats sur l’écran.
  • les résultats vocaux sont plus récents. Trop souvent on confond assimile le Voice Search à la recherche sur Alexa, l’Assistant Google et autres Siri. Ce n’est qu’un cas particulier ! J’ai l’impression que pour l’instant ça concerne encore peu de types de recherches. Pour vous y préparer et espérer être la réponse fournie par oral, vous devez l’avoir anticipé et fournir dans votre page une réponse ni trop courte ni trop longue. Intéressez-vous aussi aux données structurées Speakable (voir ci-dessous).

Ce qui progresse également, ce sont les podcasts, une sorte de version audio des flux RSS désormais oubliés. C’est à tester aussi, surtout depuis que Google indexe les podcasts et en affiche dans les SERP. Suivez ces instructions pour y parvenir.

Speakable et algorithmes de synthèse vocale

Parmi les données structurées assez récentes, intéressez-vous à Speakable. Cela ne concerne pour l’instant que les USA pour les contenus en anglais, mais on peut imaginer que cela s’étende à d’autres langues et pays.

Le principe est de fournir des données structurées pour alimenter des algorithmes de synthèse vocale (on parle de text-to-speech ou TTS). Il s’agit de systèmes permettant à une machine de prononcer par oral un texte. Google souhaite l’utiliser pour son assistant afin de répondre par oral à des demandes d’internautes. Ce qui est prévu, c’est qu’en plus de la réponse vocale, l’internaute reçoit sur son mobile le lien vers l’article source. Est-ce une vraie bonne idée de permettre à Google de dicter votre contenu ? L’avenir nous le dira, mais j’ai quelques doutes.

Google Actions, pour alimenter l’Assistant de Google

Toujours à propos de Google Assistant, si vous ne l’avez pas encore fait, jetez un oeil à Google Actions. Il s’agit en gros de participer au développement de l’Assistant Google par le biais de petits programmes. Le but étant d’exploiter votre contenu pour mieux apparaître dans les réponses fournies par l’assistant. Bien que datant de 2018, cet article d’Andrea Volpini est un bon point de départ (trouvé via Moz)

Google Discover

Autre nouveau point d’entrée possible pour votre site : Google Discover

Il s’agit du système mis en place par Google pour proposer une sorte de flux d’informations susceptibles d’intéresser l’utilisateur, sans même qu’il fasse une requête.

Consultez l’aide de Google pour savoir comment optimiser votre site pour Discover et augmenter vos chances d’avoir du trafic. L’article d’Aymen Loukil pourrait aussi vous donner des pistes. Vous pouvez suivre vos performances dans la search console.

Pour savoir dans les détails ce qu’il a fait, consultez son compte-rendu.

Cet article vous a-t-il plu ?

Note : 5.0 (5 votes)
Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.