Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Mobile First Index : priorité au mobile chez Google

Alors que depuis toujours Google se base sur la version ordinateur des pages, ça sera bientôt la version mobile qui servira de référence. C’est sur elle que l’algorithme de Google se basera, alors lisez bien ce dossier pour comprendre l’impact SEO !

Article mis à jour le 05/10/2017 (premiers tests dans les SERP), publié initialement le 06/11/2016

Le mobile, priorité de Google

Pourquoi Google passe-t-il au Mobile First Index ?

Comme Google l’a expliqué dans son annonce officielle le 4 novembre 2016 (et le 15/11 en français), le changement s’imposait à cause du paradoxe suivant :

Alors qu’au niveau mondial la majorité des requêtes sont faites sur mobile, Google continuait de se baser sur la version ordinateur pour juger les pages. Ensuite, si la version mobile était disponible, et que l’internaute était sur mobile pour faire sa recherche, alors c’est la page mobile qui lui était proposée. Il existait quelques adaptations, comme le « bonus » pour la compatibilité mobile (léger à vrai dire).

Le changement annoncé rend donc plus cohérente l’analyse de Google : si la plupart des internautes utilisent Google sur mobile, et qu’on leur propose des pages mobiles en résultats, autant se baser sur ses mêmes pages pour juger de leur pertinence. Avec ensuite des adaptations pour les recherches faites sur ordinateurs et tablettes.

Voilà pourquoi Google explique que son index principal est celui constitué par son robot mobile, l’index secondaire étant celui récupéré par son robot desktop. Attention, cela ne signifie pas qu’il existe concrètement 2 index ! Il faut comprendre que pour Google, son index est avant tout mobile, et de façon secondaire desktop (+ tablette).

Nous sommes encore nombreux à dire « la version standard et la version mobile », mais c’est une erreur ! L’évolution des usages est telle qu’il faut vraiment penser mobile en premier : le mobile EST la version standard, c’est le reste qui n’est pas standard…

Précision : partout dans cet article, tout comme dans la communication de Google, sauf mention contraire « mobile » signifie « smartphone ». Cela n’inclut pas les tablettes, qui sont plus proches des ordinateurs.

Mobile-first Index Google

Depuis novembre 2016, l’index principal de Google est mobile

L’index mobile de Google est-il déjà en place ?

Non : même si l’annonce est officielle depuis début novembre 2016, c’est encore en test. Comme l’impact peut être majeur (pour ceux qui ont une version mobile très light par exemple), Google prévient longtemps à l’avance.

Gary Illyes (Google) a d’abord indiqué le 5 novembre 2016 que ça ne serait sans doute pas avant 4 mois (source).

Mi février 2017, il a précisé qu’il faut encore attendre « plusieurs mois » (source).

A la conférence SMX du 22/03/2017, on a appris qu’il fallait encore attendre plusieurs mois, voire plusieurs trimestres (source).

Le 6 avril 2017, Gary a indiqué que ça ne sera sans doute pas en 2017 (source).

En gros :

Google a encore pas mal de tests à faire pour son mobile-first index, prévu plutôt en 2018Click to Tweet

Mais alors, quelle sera la date de mise en ligne de l’index mobile-first ?

Le 20/06/2017, John Mueller (Google) a indiqué qu’il n’y aurait sans doute pas de date (unique) de lancement de l’index mobile first (source). Il faut plutôt s’attendre à ce qu’il s’applique au fur et à mesure sur certains sites, quand Google estime que ces sites sont « prêts ».

Partagez l’info sur Twitter :

L'index mobile first de Google ne sera pas déployé en 1 coup mais progressivement sur les sites !Click to Tweet

Le 03/10/2017, John Mueller (Google) a indiqué au cours d’un hangout que les premiers tests « en live » ont commencé dans les pages de résultats de Google (source). On ne sait pas dans quels cas ce nouvel index mobile est appliqué, ni combien cela représente de sites ou de requêtes. Pour l’instant, Google travaille à élaborer des méthodes de classification pour identifier quels sites ont bien un équivalent mobile de leurs contenus « fixes ».

Partagez l’info sur Twitter :

Selon @johnmu, Google a commencé ses tests de l'index mobile-first dans les pages de résultats...Click to Tweet

Aucune date de déploiement complet de l’index mobile-first de Google n’est pour l’instant communiquée.

Le monde est-il vraiment passé au mobile ?

Je suis allé consulter les statistiques fournies par Stat Counter sur l’usage d’Internet et voici ce que j’ai trouvé : effectivement au niveau mondial, la tendance est très nette.

Proportion Internet mobile monde 09/2017

Proportion de l’accès Internet dans le monde en septembre 2017

Mais quand on regarde une carte établie pour octobre 2016, on se rend compte que cela dépend des zones géographiques. En Asie et en Afrique, le mobile est majoritaire, mais ce n’est pas le cas de l’Europe et même de l’Amérique (plus pour longtemps) :

Carte accès Internet monde 10/2016

Carte mondiale des types d’accès à Internet en octobre 2016

En France, il y aurait seulement 23% de mobile (attention, dans certains secteurs, le mobile dépasse le desktop) :

Proportion Internet mobile France 11/2016

Proportion de l’accès Internet en France en novembre 2016

Qu’est-ce que ça change concrètement ?

Tout dépend si votre site est compatible mobile, et si oui de quelle façon (il en existe 3).

Pour les sites mobiles via le responsive design

Responsive design

Compatibilité mobile par la méthode du responsive design

Dans ce cas, le design s’adapte automatiquement à la largeur disponible (en pixels). L’URL est identique (entre la version mobile et l’autre) et aucune détection du type d’appareil n’est nécessaire.

Si c’est votre cas, vous n’avez rien d’autre à faire que de vérifier ce qui se passe quand Google accède à votre site. Lisez « A tester impérativement« .

Pour les sites mobiles via le dynamic serving

Dynamic serving

Compatibilité mobile par la méthode Dynamic Serving (diffusion dynamique)

Dans ce cas, le design s’adapte automatiquement à la largeur disponible (en pixels). L’URL est identique (entre la version mobile et l’autre). La seule différence avec le responsive design est que le contenu (code source) diffère selon le type d’appareil (qu’il faut donc détecter), l’idée étant de pouvoir alléger la version mobile.

Si c’est votre cas, vous n’avez rien d’autre à faire que de vérifier ce qui se passe quand Google accède à votre site.Lisez A tester impérativement.

Pour les sites mobiles via une URL à part

URL séparées

Compatibilité mobile par la méthode des URL séparées

Dans ce cas, 2 sites (ou pages) sont créés : l’un pour le mobile et l’autre pour le reste. Il y a pas mal de choses à faire pour que Google considère cela compatible mobile, mais si c’est OK alors c’est aussi efficace (en termes SEO) que les autres méthodes.

Si c’est votre cas, prenez du recul pour vous demander ce qui diffère (en termes de contenus et de données structurées) entre la version mobile et l’autre. Si la version mobile contient moins de contenus que l’autre version, alors vous risquez sérieusement de voir votre trafic Google SEO diminuer, surtout sur la longue traîne. En effet, en retirant des mots ou phrases, vous réduisez vos chances de sortir dans les SERP sur les requêtes qui y font référence…

Ne ratez surtout pas mon paragraphe A tester impérativement.

Pour les sites incompatibles mobiles

Dans ce cas, il est vraiment temps de planifier une nouvelle version de votre site, évidemment compatible mobile ! Car non seulement vous risquez d’avoir des problèmes SEO (Google se basant sur la version mobile en priorité), mais surtout les internautes n’aimeront pas allez sur votre site…

Pour les sites desktop + version AMP

Si vous avez un site « desktop » sans version mobile, mais avec une version AMP, alors Google se basera sur votre version desktop. Source Google :

Si vous avez un site « desktop » non responsive, mais que la version mobile est assurée par AMP, alors Google se basera sur votre version AMP. Cela dit, ça doit vraiment être rare une telle configuration.

A tester impérativement par tout le monde !

Suivez bien ces 4 conseils essentiels :

  1. D’abord, lancez l’outil de test de compatibilité mobile pour vous assurer que votre site est compatible selon Google. C’est à faire sur plusieurs pages, car c’est page par page que Google l’évalue.
  2. Ensuite, lancez l’outil « Explorer comme Google » dans l’interface Search Console. N’oubliez pas de configurer le robot version mobile (il n’est toujours pas sélectionné par défaut… comme quoi Google n’est pas à jour). Je vous conseille d’en profiter pour demander un affichage, vous verrez le rendu de votre page selon Google. C’est sur cette version que Google va désormais se baser pour estimer la qualité de votre site. Autant dire que c’est impératif que tout soit OK ! Au passage, vérifiez que vous ne bloquez pas à Google l’accès à des ressources nécessaires pour le rendu sur mobile (CSS, JS, images).
  3. C’est bien de tester sur 1 page, mais faites-le sur l’ensemble du site ! Même si votre site est en responsive design, je vous conseille fortement de faire 2 audits de votre site (1 avec Googlebot pour Smartphones et 1 avec Googlebot pour Desktop) et de comparer les résultats. Vous pouvez le faire par exemple avec mon outil RM Tech.
  4. Enfin, testez vos données structurées sur votre version mobile. Si (bizarrement) vous n’en avez qu’en version non-mobile, alors ça va devenir un problème. Et si vous n’avez nulle part des données structurées, c’est que vous avez un métro de retard… Relisez l’article de Google et vous verrez qu’ils en parlent à plusieurs reprises, comme quoi c’est important.
Pour un audit de données structurées dans vos pages Contactez-moi ici

Questions-réponses

Quel impact pour les pages AMP ?

Les pages au format AMP sont vues comme d’autres pages mobiles et l’index « mobile-first » ne change rien pour AMP.

Si vous ne connaissez pas encore, découvrez le format AMP

Faut-il inverser rel=alternate et rel=canonical ?

Dans le cas d’une version mobile sur une URL séparée, pourquoi Google continue de demander d’indiquer l’URL desktop en tant que canonique, et l’URL mobile en « alternative » ? Il semblerait logique que ce soit désormais inversé. La question a été posée à Gary Illyes qui a répondu que si Google demandait aux gens d’inverser ça dans leurs pages, ça prendrait « des dizaines d’années » !

Cela signifie-t-il que Google se base sur moins de contenus ?

Etant donné que la version mobile a parfois/souvent moins de contenu que la version ordinateur, la question est logique. Gary a répondu clairement « oui », Google va se baser sur le contenu mobile, donc selon les cas sur moins de contenu que la version ordinateur. Si c’est votre cas, vous risquez d’avoir une chute de visibilité Google, en tout cas sur la longue traîne (sur les requêtes qui nécessitent tout votre contenu pour sortir dans les SERP).

Sa réponse :

Google va-t-il ignorer le contenu masqué sur mobile ?

Ici, il ne s’agit pas de contenu absent (du code source) de la page mobile, mais masqué pour des raisons d’ergonomie mobile (UX), par exemple sous forme d’accordéon. Google a déjà indiqué qu’il tenait moins compte des contenus masqués par défaut quand l’internaute arrive.

Gary n’a pas répondu clairement à la question : « nous travaillons sur ce point, il reste clairement des choses à faire à ce sujet ».

Mais plus tard, il a fait une autre réponse :

« Dans le monde mobile-first, un contenu caché (sur mobile) pour des raisons d’expérience utilisateur (UX) est totalement pris en compte par Google »

Site mobile sur des URL à part ou responsive design ?

Toutes choses étant égales par ailleurs, choisir un site mobile sur des URL séparées présente-t-il un inconvénient par rapport à un site en responsive design ? Réponse officielle : non. Mais selon moi, c’est tout de même bien plus compliqué à gérer pour le référencement (d’avoir un site mobile à part).

Avec le responsive design, faut-il vérifier quelque chose ?

Certes, avec la technique du responsive design, vous n’avez a priori pas de souci à vous faire suite à ce changement de Google. Mais concrètement, Gary recommande malgré tout d’aller vérifier dans Search Console. Si j’ai compris sa réponse, il veut dire qu’il faut utiliser la fonction « Explorer comme Google » en prenant soin de choisir la version mobile (smartphone) du robot Googlebot.

Un site desktop uniquement va-t-il disparaître de Google ?

Non, pas du tout. Il faut juste comprendre que c’est le robot mobile de Google qui viendra le crawler, mais il saura toujours l’interpréter. On peut imaginer que la fréquence de crawl sera peut-être moindre, mais ce n’est qu’une supposition.

Comment les résultats sur ordinateur seront-ils « calculés » ?

Gary a confirmé que les résultats sur ordinateur seront déterminés à partir des contenus et critères mobiles.

La version ordinateur n’aura-t-elle plus aucun impact ?

Selon Gary, c’est « trop tôt pour être définitif, mais la version ordinateur aura moins de valeur dans ce monde mobile-first. A quel point, je ne peux pas encore le dire. »

.

Posez vos questions ici dans les commentaires ou dans le forum (Index Google Mobile-First).

Cet article vous a-t-il plu ?

Note : 5.0 (9 votes)
Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

35 commentaires

Patrice

Autant je comprenais la mise en avant d’un site mobile (par rapport à un site qui ne présentait pas de version mobile) pour un utilisateur sur mobile, autant le faire de manière systématique je suis sceptique.
Les sites n’ont pas tous besoin d’être compatible mobile.

Répondre
Christian Lecuyer

Bonjour Olivier,

Dans mon cas particulier où je redirige l’internaute vers le site mobile qui est sous mon url principale
( http://www.abcdiesel.ca/mobile/m-menu.html ), est-ce que je devrais avoir deux fois les mêmes titres et description pour chaque pages, une pour la version ordinateur et une pour la version mobile?

Merci
Christian

Répondre
Olivier Duffez

Bonjour Christian,
apparemment, ton site est compatible mobile selon Google, avec la méthode des URL distinctes. Tu dois donc comprendre que prochainement, Google va se baser sur tes contenus mobiles pour classer tes pages.

Répondre
Guillaume

Parler de « version standard et mobile » ou de « version standard et desktop », c’est la même erreur. Vive le web pour tous… !

Répondre
Olivier Duffez

sans doute Guillaume, mais j’avoue ne pas avoir compris le commentaire :-(

Répondre
Fab

Bonjour,
« dynamic serving » c’est une manière élégante d’écrire « cloaking » ?

Mais sérieusement, si la même url en délivre pas un contenu identique pour tous, même si là c’est selon l’appareil de l’internaute, comment google s’y retrouve-t-il pour être sûr qu’il n’y pas tentative de triche?

Répondre
Olivier Duffez

@Fab : cette méthode existe depuis des années, elle est proposée par Google officiellement. Quand Google crawle une page qui déclare avoir 2 versions selon le user agent, il envoie son robot mobile et l’autre afin d’analyser tout ça. C’est semblable à la méthode « mobile à part » qui redirige aussi selon le user agent.

Répondre
Prof-ill

Bonjour,

Je trouve cela assez aberrant pour la plupart des sites portfolio de graphistes et illustrateurs, où le site prend vraiment sa signification avec une pleine page dans le navigateur. C’est une réduction comme l’a été la pochette de CD par rapport à la pochette des vinyles. On va privilégier le light et le peu d’intérêt textuel par rapport à des sites au simple contenu ergonomique. Parce que sur un site visible sur un smartphone, on a pas envie de lire grand chose longuement.

Ouais, ouais, c’est le progrès. ; )

Prof-Ill.

Répondre
Olivier Duffez

Je comprends bien les remarques, mais d’un autre côté les graphistes et illustrateurs (entre autres) doivent s’adapter non pas à Google, mais au fait que les internautes viennent voir leur site de plus en plus via des smartphones. J’en vois encore de temps en temps en Flash : le site est totalement inaccessible sur mobile…

Répondre
Newby

Bonjour Olivier,

J’ai certainement un ou deux trains de retard ou une incompréhension, mais admettons que nous ayons un site mobile light sur une url séparée et un site desktop plus fourni. Donc un référencement moyen sur mobile.
Jusqu’a maintenant Google Bot Mobile explorait les pages dans leur version mobile, et les privilégiait dans l’index sur une recherche mobile.
Les résultats desktop, privilégiés sur une recherche desktop.

Aujourd’hui, l’index devient mobile first, mais vous expliquez qu’il crawlera aussi le site desktop et que sur des recherches desktop il y aura des adaptations.
Du coup je me demande où est la différence. Un index mobile avec des adptations desktop ou un index desktop avec des adaptations mobile, n’est-ce pas pareil ?
Si nous mettons de côté que de + en + de recherches sont effectuées sur mobile et donc que le fait d’avoir un site mobile plus fourni serait préférable pour le trafic mais que nous nous concentrons sur une problématique uniquement d’évolution de positionnement suite à la MAJ.
Que l’index soit desktop first ou mobile first, si nous avons toujours des résultats différents renvoyés en fonction du support utilisé, notre référencement ne devrait pas beaucoup changer. Nous devrions conserver un référencement moyen sur mobile, et un référencement correct sur desktop non ?

Ou alors j’ai rien compris :)

Merci d’avance !

Répondre
Olivier Duffez

Jusqu’a maintenant Google Bot Mobile explorait les pages dans leur version mobile, et les privilégiait dans l’index sur une recherche mobile.
Les résultats desktop, privilégiés sur une recherche desktop.

non, ce n’est pas ça. Jusqu’à présent, Google évaluait les pages à partir de leur version desktop, même pour le classement sur mobile (à part le bonus mobile friendly). Avec ce changement, Google va évaluer les pages à partir de leur version mobile, même pour le classement sur desktop.

est-ce plus clair ?

Répondre
Newby

Bonjour Olivier,

Oui c’est plus clair. Merci beaucoup.
Par contre, lorsque vous dites que « Google évaluait les pages à partir de leur version desktop, même pour le classement sur mobile » cela veut-il dire indirectement que nous pouvions fournir à Google une page desktop hyper optimisée, avec 1000 mots par exemple et un équivalent mobile de cette page non optimisée (mais mobile friendly), avec 100 mots, et que Google positionnait tout de même la page mobile correctement ? Et que maintenant grosso modo ce sera l’inverse ? Que limite le contenu de l’alternative desktop ne servirait qu’a l’utilisateur, et que Google ne s’en servirait peu ou plus ?

Répondre
Olivier Duffez

En effet, c’est l’idée qu’on peut se faire des déclarations de Google. Je me doute que si on joue trop à ça, il pourrait y avoir des pénalités.

Répondre
Newby

Merci beaucoup Olivier pour ces éclaircissements !

Répondre
fannydoll

Bonjour

j’ai passé déjà tous mes sites en version mobile ultra légère depuis plusieurs années, par contre sur une version en m. pour les plus anciens…, quelques autres en responsive pour les plus récents, et je suis également en train de les passer en AMP, mais j’ai du mal à comprendre l’intérêt si on a un site mobile extrêmement léger, en fait quasi aussi léger pour ma part qu’une page amp, (j’ai viré tout ce qui pouvait être lourd, js compris) est-ce que Google va choisir la page amp, est-ce que ça vaut le coup de faire une page amp dans ce cas ? Quel intérêt d’avoir 2 versions si la version mobile est déjà ultra légère ?

Pour le dernier site que j’ai passé en AMP, en effet sur mobile c’est bien la version AMP qui s’affiche puisque la version responsive est bien plus lourdes, mais j’hésite pour les sites où mes versions mobiles sont distinctes et légères à les passer en AMP.

Donc pour ma part, pour l’instant j’en conclus que faire une version AMP pour un site responsive un peu ou très lourd c’est intéressant, mais pour un site qui possède une version mobile distincte très légère ou une version responsive légère ce n’est forcément pas intéressant… Me trompe-je ? A moins que ça ne devienne une obligation…

Répondre
seidelbast

Merci pour ce résumé. Maintenant, que faut-il faire pour des sites qui existent en dynamic serving avec des URLs différentes, soit toto.fr et m.toto.fr, pour anticiper la bascule vers un index « mobile first » ?

Evidemment, dans un monde idéal, les propriétaires de sites dont la version mobile n’est qu’une version partielle du site desktop devraient immédiatement commencer à travailler sur une version unifiée.

Mais ce bas monde n’est pas un monde idéal, et je connais bien de propriétaires de sites qui n’ont pas les moyens pour ouvrir tout de suite un tel chantier. Autant plus que déjà pour convaincre les directions de PME de débloquer des budgets pour faire une version mobile, c’était difficile, alors maintenant de leur faire comprendre « désolé, mais Google va changer et ce qui était suffisant il y a quelques mois, ça va carrément être contreproductif demain », ce n’est pas a porté de tout le monde.

Que faire donc avec un site mobile m.toto.fr qui ne pourra pas intégrer tout le contenu de toto.fr d’ici quelques mois ?

Est-ce qu’il ne serait pas le mieux de carrément désindexer le site mobile ? Certes, on perd le bonus compatibilité mobile, mais jusqu’à nouvel ordre mobilgeddon n’a pas eu lieu et pour l’instant, je ne voie pas de bonus très important. En tout cas, pas de bonus qui serait l’équivalent de ce que certains sites vont perdre si seulement leur version mobile apparaît dans les résultats de recherche.

Et si j’ai bien compris Google a l’intention de continuer à utiliser la version desktop, s’il n’y a pas de version mobile.

Donc pour autant supprimer la version mobile et obliger Google a utiliser le site desktop.

Des avis ?

Répondre
Olivier Duffez

J’ai vu que tu as posé la question sur le forum, on va donc y répondre plutôt là-bas ;-)

Répondre
skyvip

GOOGLE se trompe ou suit le sens du vecteur « Fric ».
En effet, pour nos yeux (conseil médical donc) la visualisation d’un site sur grand écran est à privilégier, et quel confort !
Peut-on par exemple suivre aisément un cours de mathématiques en ligne (via tableau blanc) sur un écran de smartphone ?
Cet appareil convient pour des recherches ponctuelles en mobilité.
C’est une erreur monumentale de penser « Mobile first ».

Répondre
Olivier Duffez

Quand on voit les stats d’usage du mobile par les internautes, on comprend pourquoi Google dit qu’on bascule dans un monde mobile-first. Ce n’est pas Google qui impose sa vision, c’est l’usage des internautes qui évolue de cette façon…

Répondre
Laurent

Bonjour

ce qui est étrange c’est que en france on parle de 20% du trafic pour le mobile + 10% tablette.

Pourquoi alors imposer partout le mobile first tant que la tendance mobile n’est pas à plus de 50% ?

Pensez vous que la mise à jour se fera progressivement ? ou brutalement comme pour google shopping en septembre ?

merci

Répondre
Olivier Duffez

@Laurent : je pense que Google ne peut pas gérer ça différemment selon les pays en fonction de l’usage du smartphone. Et comme au niveau mondial le mobile l’a emporté, Google décide de basculer vers un index mobile…

Répondre
gnintendo

Bonjour,
sur le paragraphe:
Pour les sites desktop + version AMP

Si vous avez un site « desktop » sans version mobile, mais avec une version AMP, alors Google se basera sur votre version desktop. Source Google :

c’est pas plutôt; Google se basera sur votre version AMP? Ou alors j’ai mal compris?

Répondre
Olivier Duffez

j’ai l’impression qu’il faut comprendre ceci :

  • Si vous avez un site « desktop » sans version mobile, mais avec une version AMP (non déclarée comme étant la version mobile), alors Google se basera sur votre version desktop.
  • Si vous avez un site « desktop » avec une version AMP déclarée comme étant la version mobile, alors Google se basera sur votre version AMP.

ça mériterait une confirmation de la part de Google ;-)

Répondre
Jean S

Bonsoir Olivier,
Mon site web a une version mobile responsive allégée.
Par exemple sur les pages marques et marques + catégories le contenu (ainsi que toute la colonne de gauche) ne s’affiche pas sur les mobiles.
En explorant l’url via GWT le code source contient bien le texte mais il n’est pas affiché.
Mes principaux concurrents ont eux choisis d’afficher leur contenu.
Dois-je l’afficher ou je peux continuer comme cela sans risque ?

Répondre
Olivier Duffez

« le contenu ainsi que toute la colonne de gauche ne s’affiche pas »
=> mais que reste-t-il dans la page ?

Répondre
Jean S

Par contenu je parlais du contenu textuel (description de la page marque par exemple). La liste des produits est bien entendu présente mais sans le bloc descriptif.

Répondre
olivier

bonjour Olivier, et merci pour l’article. je souhaiterais vous demander une précision : mon site web est responsive. en ce qui concerne le contenu, il est le même entre la version mobile et la version ordinateur, et immédiatement visible sur la version mobile (pas de contenu accordéon type wikipédia), donc niveau contenu je pense être bon. par contre j’ai un soucis avec mes liens internes : comme je n’aime pas les menu dépliant souvent utilisés sur mobile, j’utilise un bandeau fixes avec un display:none pour certains liens moins utiles pour la version mobile car la place manque. est-ce-que ces liens en display:none ne seront pas pris en compte par le robot mobile, et donc est-ce-que cela va modifier la diffusion du pâge rank dans mon site ?

Répondre
Olivier Duffez

je ne peux pas répondre, il faudrait connaître l’algo de Google de l’intérieur… désolé !
je pense néanmoins qu’avoir qq chose caché 100% du temps sur mobile n’est pas terrible

Répondre
Aquaportail

Je cite « Dans le monde mobile-first, un contenu caché (sur mobile) pour des raisons d’expérience utilisateur (UX) est totalement pris en compte par Google ».
Heureusement pour Wikipedia… ^^ sinon, il disparaissait de la toile. :-D

Répondre
mike69400

Bonjour,

J’ai peur de ne pas tout bien comprendre … Perso, j’ai une version responsive et les pages d’articles en amp . Ces dernières sont bien sûr plus légères mais les liens internes sont vers la version normale ( et je n’ai aucune envie de rediriger vers les pages amp, j’ai vu que c’était possible ) Pourquoi ? Tout simplement sur amp, l’intégration de adsense est vraiment nulle et quasi aucun revenu est possible . Bref, je voudrais savoir qu’est ce que google va prendre en compte pour le positionnement du site : Responsive ou Amp ???
J’ai aussi vu que amp va obliger les utilisateurs à passer au https, je pense vraiment que c’est une grosse daube encore ce format … Si on a un site responsive, a oui bon ?!!

Répondre
Olivier Duffez

dans le cas d’un site responsive avec aussi AMP, Google va se baser sur les pages « canoniques » donc PAS les pages AMP. Donc tout est ok.

Répondre
Jo

Tout ça me donne l’impression que Google veut favoriser le reponsive mobile first (ce qui fait sens).
Si la version mobile a plus de poids que la version desktop, voir même la seule prise en compte à moyen terme, il n’y a plus aucun interêt à avoir une version desktop optimisée SEO.
Dans ce cas, à part pour des raisons com spécifiques, aucun interêt à avoir un site desktop optimisé.
Compte tenu du fait que lorsqu’on est pas en première page de google, on n’existe pas, google, au final, façonne le web à sa façon.
De la même manière que Chrome affiche une alerte de sécurité sur les formulaires avec mdp n’étant pas en https, poussant tous les sites avec login à passer en full https (ça, et le macaron « sécurisé » dans la recherche google qui arrive), google pousse tous les sites à penser mobile first, voir même, mobile only.

Avec le screencast sur TV, les clés chrome, etc. risque de se retrouver à utiliser son portable ou un autre outil pour naviguer sur le net via sa TV à très grande échelle dans quelques années.

Bref, a mon sens, la seule approche viable à long terme (et scalable du coup), c’est de faire du responsive/fluid design en mobile first.

Ce que je vois en trame de fond là dedans, c’est que google ne veut pas de version mobile dédiée, pas de dynamic serving, mais uniquement du responsive mobile first. Seul le responsive est « google proof » à long term.

Enfin, il reste la question de l’app mobile, bien sûr, mais ça ne concerne qu’une minorité de très gros sites. Il faut les moyens de maintenir une app sur 2 ou 3 systèmes.

Répondre
Emb

Bonjour Olivier. Merci pour cet article qui détaille clairement les différents cas de figure.
Je reste perplexe sur ce choix de Google. La question géographique est une chose, mais la thématique du site en est encore une autre ! Il y a pleins de sites dans des domaines pros souvent, où l’audience est à 95% desktop, et où une version mobile est tout simplement impossible.
De la même façon que les SERP se sont adaptées en fonction de la localisation de l’utilisateur, pourquoi ne pas l’adapter en fonction du dispositif.
Un classement pour les mobiles et un classement pour les desktop/tablettes ? C’est quand même l’idéal du point de vue de l’expérience utilisateur.
Dire que le mobile l’a emporté est vrai quand on regarde une moyenne (les réseaux sociaux, mails, actus étant les plus consultés), mais ça ne le sera jamais dans tous les domaines.

Répondre
Nicolas

Bonjour

Merci pour cet article très intéressant. A mon sens, il y a une donnée très importante à ne pas oublier: l’ergonomie mobile, il y aura nécessairement une réorganisation/hiérarchisation des contenus à prévoir lors de la bascule. L’ux desktop versus mobile doit changer je suppose. EN tout cas à titre perso, je me focalise beaucoup sur ce sujet car à mon sens il va devenir vraiment crucial (s’il ne l’est pas déjà).

Répondre
Olivier Duffez

ce besoin de bonne ergonomie mobile existe déjà, pas besoin d’attendre la sortie du mobile first index de Google

Répondre