Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Critères de qualité d’un lien pour le référencement

Le netlinking (stratégies de liens) est sans aucun doute le nerf de la guerre du référencement, mais tous les backlinks ne se valent pas… Cet article passe en revue les critères qui permettent d’évaluer la qualité d’un backlink pour le référencement.

Préambule

Vocabulaire : quand une page A reçoit un lien d’une page B, on dit que ce lien est un backlink de A. L’objectif de cet article est de montrer que certains liens valent infiniment plus que d’autres…

Outils : il est possible de lister les backlinks d’une page avec la commande link: sur Google (exemple) mais vous n’aurez qu’une toute petite partie des liens connus de Google. Si vous analysez vos propres backlinks, mieux vaut aller dans les outils Google pour webmasters. Sinon, mieux vaut utiliser des outils comme Majestic SEO, Open Site Explorer ou Ahrefs.

Autre article incontournable : ne manquez pas de lire aussi mes conseils pour varier vos backlinks, c’est essentiel.

Les 3 principales caractéristiques d’un lien

Chaque backlink aide la page cible à être mieux positionnée ; parmi les éléments pris en compte par les moteurs, je distingue 3 caractéristiques principales :

  • Sémantique : les mots utilisés dans le lien ainsi que son contexte sémantique informent les moteurs de la thématique associée au lien. Ce contexte sémantique est transmis à la page liée
  • Indice de confiance : pour Google, tous les liens ne doivent pas être considérés avec la même importance. Plus le site faisant le lien est reconnu dans son domaine, plus le degré de confiance à accorder au lien sera élevé.
  • Indice de popularité : la popularité brute de la page faisant le backlink permet de compléter l’importance à accorder au backlink
LE RESUME : Pour faire progresser votre référencement (votre visibilité dans les moteurs), il faut donc que vous arriviez à obtenir pour chacune de vos pages le plus de liens possibles. L’idéal étant bien entendu que ces liens soient bons selon les 3 critères décrits ci-dessous.

Sémantique

Il est bien connu que pour qu’un lien soit efficace, il faut que son intitulé textuel corresponde à l’expression-clé pour laquelle la page cible doit être optimisée. Appelé anchor text en anglais, l’intitulé textuel est soit le texte du lien pour un lien texte, soit l’attribut alt de la balise img pour un lien image.

Le choix des mots utilisés dans cet intitulé est primordial. De façon logique, le lien le plus efficace est celui dont l’intitulé correspond exactement à l’expression-clé (c’est-à-dire la requête pour laquelle on souhaite être bien positionné). Ainsi, pour optimiser pour voyage maroc, il faut que l’anchor text soit aussi voyage maroc. Mais un lien dont l’anchor text est voyage ou maroc aide également beaucoup.

En fait, l’anchor text est tout à fait comparable à la requête de l’internaute : ils doivent avoir les mêmes caractéristiques. C’est pourquoi un lien situé sur un paragraphe entier (nombreux mots) n’est pas une bonne idée.

Autre élément très important à savoir (j’ai l’impression qu’il est sous-estimé) : les moteurs connaissent de mieux en mieux les différentes versions d’un mot (genre, nombre, formes conjuguées) ainsi que les mots sémantiquement proches (synonymes, hyperonymes, etc.). Un lien vacances au Maroc sera donc lui aussi pertinent pour optimiser la page cible pour l’expression-clé voyage maroc. Pour cet exemple (ceux qui sont venus à ma formation vont se demander si je suis obsédé par les voyages au Maroc car j’en parle tout le temps…), j’ai utilisé mes outils perso et j’ai trouvé que Google estime que les liens suivants sont eux aussi pertinents pour la requête voyage maroc : voyager, voyages, séjour, Casablanca, Morocco et même Tunisie !

Il faut également savoir que le contexte sémantique du lien influe lui aussi sur le positionnement de la page liée. Pour reprendre l’exemple précédent, un lien voyage maroc situé sur une page de programme TV sera totalement hors contexte. Inversement, le même lien situé sur une page présentant l’histoire des riads à Marrakech sera tout à fait pertinent.

Les moteurs analysent les mots situés autour du lien, ainsi que le contexte global de la page (incluant notamment son titre). Ainsi, on peut optimiser le positionnement de la page cible pour des mots absents de l’anchor text mais présents juste aux alentours ! Et si les moteurs analysaient aussi les textes des liens pointant vers la page qui vous fait un lien ? Cela leur permettrait de l’associer avec certaines thématiques (utilisation d’une ontologie).

Indice de confiance

Google cherche par tous les moyens à savoir quelle confiance il peut accorder à un site afin de savoir si les liens présents sur ses pages doivent être fortement pris en compte ou ignorés. Il est difficile pour un robot d’associer un degré de confiance à un site mais voici quelques aspects qui pourraient être utilisés (il ne s’agit que de suppositions) pour estimer ce fameux TrustRank :

  • Un site ayant un contenu riche (nombreuses pages rédigées) avec de nombreux liens externes profonds (des liens issus d’autres sites, pointant vers des pages internes) est sans doute reconnu dans son domaine
  • Un site qui reçoit plusieurs liens de sites ayant un indice de confiance élevé sera sans doute aussi perçu comme étant digne de confiance.
  • Un site dont la très grande majorité des liens utilise le même anchor text n’est sans doute pas assez reconnu, car sinon naturellement les liens seraient variés.
  • Un site dont la très grande majorité des liens pointent uniquement vers la page d’accueil et très rarement vers une page interne sera sans doute suspect.
  • Un site dont la très grande majorité des liens provient d’un même réseau de sites sera sans doute suspect.
  • Un site faisant partie d’une liste présélectionnée dans l’algorithme de Google aura bien entendu un indice de confiance élevé. Parmi ces sites figurent sans doute les sites des universités (extension de domaine .edu) ou des sites communautaires du type DMOZ ou Wikipedia. Dans une moindre mesure, on peut s’attendre à ce qu’un site gouvernemental (.gov ou .gouv.fr) soit également bien considéré. Enfin, les liens faisant l’objet d’une sélection éditoriale (annuaires de qualité par exemple) améliorent l’indice de confiance.
  • Un site bénéficiant de liens supplémentaires (SiteLinks) dans Google pour certaines requêtes (dont son nom) a peut-être un indice de confiance plus important que la moyenne (mais il existe de nombreux contre-exemples…).

Seule une habile combinaison de tous ces aspects peut permettre à Google d’estimer l’indice de confiance d’un site, et celui d’une page quelconque.

Indice de popularité

Très connu pour Google sous le nom de PageRank, l’indice de popularité est beaucoup moins important aujourd’hui dans l’algorithme de Google qu’il y a 2 ans. Ce n’est pas pour autant qu’il faut totalement l’ignorer ! Un fort PageRank sur la page faisant un backlink reste en effet un atout à considérer. Le gros problème est que seul Google connait le PageRank réel d’une page, nous ne connaissons qu’une valeur très grossière rarement mise à jour : celle qui est affichée dans la barre d’outils de Google.

Cet indice mesure la popularité « brute », c’est-à-dire purement mathématique, dénuée de toute information sémantique. Cet indice reflète uniquement la popularité de la page liée sur le web : en résumé, plus elle est liée par d’autres pages, plus l’indice est élevé. Egalement, plus la page faisant le lien est populaire, plus la popularité transmise à la page liée est importante.

Exemples

Il est rare qu’un lien soit optimal selon les 3 critères que l’on vient de détailler (sémantique, confiance et popularité). Parfois seul un aspect est positif, voici quelques exemples :

  • Yahoo.fr vous fait un lien image depuis sa page d’accueil mais oublie d’utiliser un attribut alt dans la balise img : ce lien vous apporte beaucoup en confiance et en popularité mais très peu en sémantique.
  • Un expert reconnu dans votre domaine vous gratifie d’un lien depuis une page interne de son site, en utilisant votre nom de marque comme texte de lien : ce lien ne vous apporte là non plus pas grand chose en sémantique ni peut-être en popularité mais améliore fortement l’indice de confiance de votre page (et de votre site).
  • Un site quasiment inconnu, d’un secteur d’activité n’ayant rien à voir avec votre site, vous fait un lien dont le texte est parfaitement optimisé pour votre expression-clé : seul l’aspect sémantique du lien sera intéressant dans ce cas.

Conclusion

Ces 3 critères permettent de qualifier précisément chaque backlink, l’idéal étant bien entendu de réussir à les combiner tous (avec quelques liens « parfaits » remplissant toutes les conditions, ou bien avec de nombreux liens remplissant certaines conditions).

Il ne faut pas oublier que d’autres aspects plus techniques entrent en jeu dans l’analyse d’un bon lien : le format (lien en dur, redirection, JavaScript, etc.), la position dans la page, l’historique du lien (change-t-il souvent ? est-il ancien ?) et bien d’autres. Ceci fait l’objet d’autres études !

Enfin, il faut ABSOLUMENT que votre profil de backlinks paraisse naturel. Si cette notion n’est pas claire, lisez mon tutoriel sur le netlinking.

J’espère que vous avez mis en place des techniques pour vous simplifier la tâche, basées sur des outils pour faire gagner du temps, car c’est un travail de fourmi… Pour ma part je présente régulièrement mes stratégies de liens pendant mes formations. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne chasse aux liens… des liens efficaces bien entendu !

Cet article vous a-t-il plu ?

Note : 4.0 (3 votes)
Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

20 commentaires

Sun Location

Super article très enrichissant :)

Répondre
robe mariee

très très bon tutoriel.

Répondre
DavidWhosegame

Merci pour les informations :), ça me permet de cerner les « best practice » ;-)

Répondre
Meta

Très bon article ! :)

Répondre
pronosticssportif.com

Ne peut on pas aussi ajouter la densité de mot sur une page par rapport au code comme une source de Trustrank ?

Répondre
Olivier Duffez

La densité de mots-clés sur une page n’étant pas prise en compte par Google, elle ne doit pas influer sur le TrustRank.
Mais je n’ai pas compris l’expression « par rapport au code ». S’agit-il de calculer le ratio entre le poids du texte (en octets) et le poids des balises HTML (en octets) ? Là aussi c’est ignoré à mon avis : Google se concentre sur ce que voit l’internaute, à savoir le texte visible.

Répondre
Astuces Smartphones

Article intéressant, par contre existe-t-il un outil, ou un site web fiable pour connaître le TrustRank de certains sites ?

Répondre
Olivier Duffez

Non, le TrustRank ne peut pas être mesuré, il n’existe aucun outil (d’ailleurs on parle de TrustRank mais ce n’est sans doute pas le bon terme car il désigne plusieurs choses diverses : algo, brevet, marque déposée)

Répondre
Fash

Si j’ai bien compris, ca veut dire, que le lien que je suis en train de créé, va augmenté le trust rank de mon site (quoi que là c’est du nofollow) alors quoi ?!

Répondre
Olivier Duffez

Oui ce lien va augmenter la notoriété/popularité de ton site (vraiment, car il n’y a pas de nofollow)

Répondre
Moto

Merci pour l’article et votre Site web et aussi pour lien…

Répondre
gianni49

Merci pour cet article très intéressant, comme d’habitude sur WRI ;). Gianni

Répondre
Rongeur&Co

Bon et bien ce tuto permet de bien comprendre les choses ! Merci

Répondre
Bruno

C’est toujours 1 plaisir de vous lire Olivier!
Je me surprends même à relire vos articles au fil des mois!
Pour ma part, je « milite » pour le référencement réellement naturel, c’est-à-dire sans artifice technique, en douceur et au gré des « rencontres », c’est-à-dire lorsque je découvre 1 site ou 1 article intéressant, je partage et si l’échange de lien a réellement 1 intérêt (naturel, je le propose à la personne concernée.
J’utilise d’ailleurs très peu les annuaires, dont je ne vois aucun intérêt « naturel » et pour lesquels on est vite limité par rapport au duplicate content.
A mon sens il est bien plus naturel et constructif de rédiger des commentaires comme celui-ci en réaction aux articles qu’on lit et apprécie, ou pas.
En bref, j’essaie d’être le plus constructif possible et de ne pas me prendre la tête, et surprise, on arrive parfois à des résultats inattendus (exemple: je gère 1 site pour lequel je n’ai pratiquement pas travaillé le référencement et malgré tout, il est en 1ère ou 2ème position pour les principaux mots-clés, et ceci depuis bientôt 2 ans).
Amicalement,

Répondre
Echangeo

Un netlinking efficace nécessite en effet une bonne analyse de la page de provenance (et cela va de soit, du site de provenance).

Il est aujourd’hui de plus en plus conseillé d’obtenir des BL thématisés même d’un point de vue SEO pur (pour l’utilisateur c’était déjà évident).

Répondre
Business Intelligence

A propos de ces backlinks, existe-t-il un outil qui permette de détecter quels annuaires communautaire ou quels sites spécialisés font références dans le domaine pour un mot clef donné ?

Répondre
nicoh

Je suis en plein apprentissage sur le référencement d’un site. Bravo pour votre site et cet article. Il me reste encore de heures de lecture sur wri. Excellent !

Répondre
thérapie en Finistère

Moi aussi je débute en référencement et je vous remercie pour toute ces infos. par contre comment reconnaître les bon annuaires des autres? Merci

Répondre
djacquin

Merci pour ces infos. Et quand on a un client qui veut un site tellement épuré qu’il n’y a pratiquement pas de contenu… on fait quoi pour améliorer le référencement ??? Je le tanne pour le convaincre sur le fait qu’il faut un minimum de contenu texte. C’est un bon exercice d’optimisation.

Répondre
web-by-maia

J’aurai mis longtemps à trouver un article aussi complet !
Merci

Répondre