Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Google est officiellement accusé d’abus de position dominante par Bruxelles

Après 5 ans d’enquête, Bruxelles a finalement décidé d’émettre une « communication de griefs » à Google, c’est-à-dire de formaliser son accusation pour pratiques d’abus de position dominante. Le géant américain risque une amende de 10% de son CA, soit 6 milliards d’euros, et peut-être même d’autres sanctions…

La Commission Européenne : son siège à Bruxelles

La Commission Européenne à Bruxelles

2010 : début de l’enquête de Bruxelles sur la position dominante de Google

Bruxelles a envoyé un peu avant Noël 2010 des questionnaires à certains éditeurs web, annonceurs ou régies publicitaires dans le cadre de son enquête d’éventuel abus de position dominante de Google. Ayant eu accès à ce document, je vous en fais un retour accompagné de mon point de vue…

Un questionnaire qui accuse Google pour plusieurs de ses activités

A la lecture de la lettre envoyée par la Commission Européenne, j’ai compris que le ton était fortement accusateur envers le géant du web. On pourrait aisément parler de soupçon de « manipulation », comme j’ai pu le lire dans la presse.

GoogleLes destinataires de cette enquête ont jusqu’au 11 février 2011 pour envoyer leur réponse (sous peine d’amendes avec pénalités de retard…). Ils risquent d’y passer un peu de temps, vu l’étendue du questionnaire de Bruxelles : une centaine de questions abordent aussi bien le référencement naturel que les liens sponsorisés AdWords ou les moteurs spécialisés tels que Google Actualités, Google ImagesGoogle Maps ou les vidéos YouTube intégrées dans les résultats classiques L’autre versant de la publicité est également abordé : celui de la régie publicitaire AdSense où Google jouit également d’une position très forte en Europe.

En gros, les acteurs du web interrogés doivent donner leur opinion sur un éventuel abus de position dominante dans la recherche (manipulation des résultats naturels pour mettre en avant les services de Google au détriment de ceux des concurrents) et dans la publicité (incitation à dépenser plus, blocage de la concurrence).

Mon avis sur l’enquête de l’Union Européenne

N’étant pas juriste, j’ai du mal à formuler un avis sur la méthode employée par Bruxelles. Je vous partage néanmoins quelques réflexions…

Sur le fond d’abord. Pour les soupçons pesant sur la recherche, j’ai tendance à penser que les internautes ont le choix d’aller faire leurs requêtes ailleurs (sur Bing et les autres). Google n’est pas un service public mais une entreprise privée qui propose un service que d’autres proposent également. Libre à Google de définir quels sites il affiche dans ses résultats, non ? Ce n’est pas comme pour les ordinateurs pour lesquels il est vraiment difficile d’acheter une nouvelle machine sans que l’achat d’une licence Microsoft soit imposée. Par contre pour ce qui concerne la publicité, aussi bien en tant qu’annonceur (AdWords) qu’affilié (AdSense), il me semble qu’on a beaucoup moins le choix, et qu’il est important que des enquêtes soient menées. La question de l’intégration des moteurs verticaux au sein des résultats classiques (« recherche universelle« ) me semble bien plus délicate à trancher et donc sujette à enquête.

Sur la forme, je suis plutôt perplexe. Quand les enquêteurs demandent à des annonceurs s’ils pensent que Google leur fait payer trop cher leurs annonces, pensez-vous qu’il seront tentés de défendre Google ? Et quand on demande aux éditeurs de sites s’ils ont constaté des baisses de trafic issu de Google sans explications liées à des changements sur leur site, pensez-vous vraiment qu’ils seront tentés de défendre Google ? Alors qu’il peut y avoir des dizaines d’explications possibles, allant des modifications d’algorithme au travail des concurrents… sans compter les erreurs des éditeurs ou des annonceurs, par faute ou méconnaissance.

Plus inquiétant encore, comment voulez-vous que les responsables de cette enquête puissent évaluer si les plaintes des sondés sont justifiées, alors qu’ils ne connaissent sans doute pas assez l’algorithme de Google et ne disposent d’aucune donnée nécessaire à cette analyse (ils n’ont que les déclarations des sondés qui peuvent trouver ici l’occasion inespérée et inédite de « charger » sur Google). En d’autres termes, je ne vois pas comment la Commission chargée de l’enquête pourrait obtenir des preuves

Bref, autant je suis très content qu’une enquête soit ouverte, autant je ne vois pas comment elle peut concrètement aboutir à des conclusions sérieuses. J’attends vos avis avec impatience, que vous ayez ou pas reçu ce questionnaire ! Utilisez pour cela les commentaires ci-dessous ou bien la discussion dans le forum : Enquête de Bruxelles sur l’éventuel abus de position dominante de Google.

Je complète par une information complémentaire sur ce sujet : la sortie du site FairSearch en octobre 2011…

Le site FairSearch.org dénonce les abus de Google et son monopole

Un groupement d’entreprises et d’organisations (incluant Microsoft…) a créé le site FairSearch.org pour présenter un certain nombre de problèmes liés à la situation de monopole de Google dans le monde des moteurs de recherche.

Voilà un site qui pourra sans doute intéresser les enquêteurs de l’Union Européenne ou de l’Administration des Etats-Unis ! Il explique en effet en détails de nombreux cas où la situation monopolistique de Google fait débat (c’est le moins qu’on puisse dire).

Ca vaut le coup d’y faire un tour, de lire les documents (par exemple dans la rubrique Key Resources)…

Pour avoir une vision un peu plus équilibrée dans cette guerre de lobby, je vous conseille de lire l’excellente « contre-analyse » de Danny Sullivan.

FairSearch Google Problem

FairSearch : searchville

FairSearch : searchville, une ville imaginaire pour démontrer les abus de Google…

2014 : accord à l’amiable en vue entre Google et Bruxelles pour l’abus de position dominante

Après 3 ans de discussions, la Commission Européenne et Google pourraient signer prochainement un accord à l’amiable, au grand dam des 18 entreprises concurrents figurant parmi les plaignants.

L’accord entre Google et l’Europe

Google échapperait ainsi à une amende de 10% de son chiffre d’affaires, ce qui aurait représenté ~6Md$ ! La décision finale ne sera prise que d’ici plusieurs mois, une fois que la Commission aura eu le temps d’entendre chacun des plaignants. Mais il faudrait vraiment qu’un élément totalement nouveau ressorte pour que l’Europe ne choisisse pas cette voie amiable…

L’enquête de l’Europe sur « l’éventuel » abus de position dominante de Google remonte à 2010. Le principal reproche fait à Google est la mise en avant exclusive de ses services, au détriment de services concurrents, notamment pour les recherches spécialisées (produits manufacturés, hôtels, restaurants, billets d’avion, etc.).

Google s’engage à partager l’espace pour afficher également les résultats de 3 autres services concurrents, d’une façon similaire à ses propres résultats (voir ici et les explications officielles). Pour ma part, ça m’étonnerait que ça règle les problèmes, mais c’est tout de même un petit progrès.

Concernant les conditions, lisez bien ce qui suit :

  • dans les cas où la présence parmi les résultats d’une recherche spécialisée est gratuite, Google ne facturera rien aux 3 concurrents sélectionnés pour apparaître. Leur sélection et leur classement seront soumis à l’algorithme de Google.
  • dans le cas contraire où des annonceurs paient pour figurer parmi les résultats d’une recherche spécialisée, Google facturera également cette présence aux 3 concurrents sélectionnés, selon un système d’enchères.

La zone géographique concernée par cet accord est l’Espace Economique Européen (EEE).

Concrètement, pour l’instant seul Google Shopping est payant (mais ça peut très bien changer plus tard). Cela signifie que pour les requêtes locales, des concurrents à Google Maps pourront appraître gratuitement et de façon très visible.

Je me suis donc immédiatement posé la question : mais qui donc pourra avoir cette chance incroyable d’être autant visible gratuitement ? Je n’ai pas la réponse… Est-ce ouvert à tous ceux qui le demandent ? Seulement aux 18 plaignants entendus par la Commission ?

Les autres éléments de l’accord sont les suivants :

  • Google offrira aux fournisseurs de contenu la possibilité, s’ils le souhaitent, de refuser l’utilisation de leur contenu dans les services de recherche spécialisés de Google, et ce sans être pénalisés par Google ;
  • Google supprimera les exigences d’exclusivité dans ses contrats avec les éditeurs pour ce qui concerne la publicité liée aux recherches ;
  • Google supprimera les restrictions à la possibilité de mener des campagnes de publicité liée aux recherches sur des plateformes idoines concurrentes.

Ce qui change pour les résultats Shopping

Note : dans toutes les captures d’écran ci-après, c’est moi qui ai ajouté les encadrés en rouge.

Voici l’affichage avant cet accord :

Accord 2014 Bruxelles Google Shopping : avant

Actuellement, les résultats Google Shopping, très visibles, payants, n’incluent aucune annonce de concurrent à Google Shopping

Voici un exemple des futurs résultats, où l’on peut voir 3 annonces « Alternatives » sur fond vert, issues de Supaprice, Kelkoo et Shopzilla :

Accord 2014 Bruxelles Google Shopping : après

L’accord prévoit que Google affiche les annonces de 3 concurrents, dans des conditions similaires aux autres

Sur smartphone, cela donnerait ceci :

Accord 2014 Bruxelles Google Shopping : après, mobile

Sur mobile, les annonces issues de Google Shopping et de ses concurrents seraient mélangées, avec une manière de les distinguer par un fond coloré

Ce qui change pour les résultats locaux

Voici l’affichage avant cet accord :

Accord 2014 Bruxelles Google Local : avant

Actuellement, le bloc issu de Google Maps est prépondérant, ne laissant que peu de visibilité aux résultats naturels classiques

Avec cet accord, l’affichage pourrait ressembler à ceci :

Accord 2014 Bruxelles Google Local : après

Cet accord prévoit d’offrir une visibilité extrême et gratuite aux concurrents de Google Maps

Sur tablette, cela donnerait ceci :

Accord 2014 Bruxelles Google Local : après, tablette

Sur tablette, les concurrents de Google Maps bénéficieraient aussi d’une énorme visibilité gratuite, avant même Google

Les déclarations

Kent Walker, porte-parole du géant de Mountain View, a déclaré :

Nous allons faire des changements importants dans la manière dont Google opère en Europe.

Selon Joaquin Almunia, commissaire chargé de la Concurrence :

La Commission européenne a obtenu de Google une proposition d’engagements améliorée dans le cadre de l’enquête en cours sur un abus de position dominante dans les domaines de la recherche en ligne et des annonces publicitaires liées aux recherches en ligne. Dans sa proposition, Google accepte maintenant de garantir que lorsqu’elle promeut ses propres services de recherche spécialisés sur sa page web (par exemple pour des produits, des hôtels, des restaurants, etc.), les services de trois concurrents, sélectionnés au moyen d’une méthode objective, apparaissent de manière clairement visible pour les utilisateurs et selon une présentation comparable à celle utilisée pour ses propres services. Ce principe s’appliquera non seulement aux services de recherche spécialisés existants, mais aussi à tout changement de présentation de ces services et aux services futurs..

L’accord impose à Google de se conformer à ses engagements pendant 5 ans ; un organisme indépendant, nommé par la Commission, sera chargé de vérifier que Google applique bien ses engagements.

2015 : Communication de griefs

Après 5 ans d’enquête et d’accords plus ou moins efficaces avec Google, Margrethe Vestager (commissaire à la concurrence chez la Commission Européenne), en charge du dossier depuis sa prise de fonctions en novembre 2014 a décidé d’adresser une »communication de griefs » à Google. Dans le jargon, cela correspond à officiellement accuser Google d’abus de position dominante.

Google dispose de 2 mois pour répondre, ou 3 s’il demande à prolonger. Parmi les scénarios possibles :

  • une amende de 10% du CA mondial, soit environ 6 milliards d’euros. Certes, ce serait colossal (3 fois plus que le total des amendes payées par Microsoft), mais pas si grave que ça pour une société aussi riche que Google (elle dispose d’au moins 10 fois plus en cash).
  • une séparation franche entre la publicité AdWords et les résultats naturels ?
  • de réelles chances pour des concurrents d’obtenir de la visibilité pour les résultats de recherche verticaux (le local, les vols d’avions, les hôtels, les vidéos, l’actualité, etc.) ?
  • un démantèlement de la société ? c’est peu probable

Il est également possible que rien de tout cela n’arrive vraiment, si Google arrive à négocier un accord avec l’Europe. Le dénouement pourrait n’avoir lieu que fin 2015.

Aux USA, malgré l’abandon de l’enquête par la FTC, le sénat vient de décider d’ouvrir une enquête, se demandant si la Maison Blanche n’avait pas influencé pour laver Google de tous soupçons…

Source : lemonde.fr

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

20 commentaires

Matthieu Bué

Je trouve ça fort qu’on puisse accuser Google sur son service de recherche !
Non seulement je ne suis pas convaincu qu’il favorise ses produit dans les SERP, mais même si c’était le cas, qui pourrait l’en blâmer ?! Comme vous le dites, c’est un service GRATUIT, proposé par une entreprise privée, et que personne n’est obligé d’utiliser !
Je trouve ça aberrant !

Et concernant la forme et l’évaluation de ce questionnaire, je suis on ne peu plus d’accord ! Je doute même que les réponses puissent être considérées comme objectives !

Répondre
vincentdezone

Personne n’est obligé d’utiliser Google ? Bien sur. Mais l’abus de position dominante réduit fortement les possibilités de choix. Google est bientôt le seul véritable moteur de recherche et sa puissance lui permet d’accroitre cette main mise ! Surtout auprès du grand public. La concurrence ne peut véritablement se battre à armes égales. Bientôt nous n’aurons plus le choix. Alors bien sur Google est seul maitre à bord de ses services, et bien sur Google récolte le fruit de son travail, mais sa position d’ultra leader lui donne certaines responsabilités. Si cette enquête peut les lui rappeler, tant mieux.

Répondre
Marie-Aude

Pour autant que je sache, ayant « subi » cela dans un autre domaine, le sondage n’est qu’un des éléments de l’enquête.

Par ailleurs, sur des questions comme « trouvez vous Google trop cher », les réponses, de la part de professionnels, ne peuvent pas être « oui, non, ne sait pas », mais doivent être argumentées par des factures, des comparaisons avec d’autres opérateurs, des analyses de marge.

Ou en tout cas, doivent l’être pour arriver à quelque chose de concret.
Les décisions de la Commission pour abus de position dominante ont un tel impact pour les entreprises qu’il s’agit d’un processus administratif et judiciaire lourd et qui ne peut pas se baser seulement sur des « on dit », il suffit de se rappeler des procès Microsoft.

En revanche, le ton de la lettre tel que tu le rapportes indique clairement que la Commission a un gros a priori négatif.

Répondre
sebastien133

Ce genre d’enquête est un moyen de déterminer s’il y a lieu ou non de s’intéresser à Google, je ne pense pas qu’il y ait une bonne ou une mauvaise intention d’abord.

Ca me semble légitime de recueillir les doléances, interrogations… du public avant d’entamer des démarches sérieuses. Même si les clients de Google ont leurs propres intérêts, cette enquête sera probablement corrélé avec des avis d’ « experts ».

Vu l’impact de ce moteur de recherche sur l’économie, j’approuve la démarche.

Répondre
LaurentB

Les rumeurs courent depuis toujours!
Perso, je ne crois pas aux manipulations et puis tout finit par se savoir un jour. A ce moment là, GG prendrait un très gros pain dans la tronche.
Sont pas idiots à ce point, ils n’ont pas besoin d’intervenir manuellement pour avoir un moteur qui marche et surtout ils se gavent de tunes. Aucune raison valable de manipuler.
Même le truc des sites qui tombent suite à l’arrêt d’un compte Adwords est un joke.

Répondre
Wilfried

La je suis scié…
Pensent-ils vraiment pouvoir faire un travail objectif ?
Je suis persuadé que Google a trop à perdre à modifier ou avantager certains clients.
Si les services de google sont déclarés trop cher, est-ce parce qu’ils détiennent une grosse part de marché? Peut être.
Est ce parce que son algorithme a fait ses preuves et informe (quoi qu’on en dise) plutôt bien l’internaute? Surement.
On ne jette pas la pierre à certaines marques de luxe qui font payer le prix fort pour obtenir leurs produits.
De plus Google n’est pas le seul moteur qui soit sur le net et l’internaute s’il se renseigne un peu trouve tres rapidement les concurents( eux meme référencés sur google^^)

Et puis que peut-il bien en sortir de cette enquête?
ils ne vont pas empecher les internautes de rechercher sur google plutot que sur bing ou blekko. Vont ils décider de limiter le nombre de requêtes a leurs datacenter ? lol

Enfin, google a mis quelques années a ce constituer de gigantesque data center, ne serait il pas dommage de ne pas profiter de cette information.

En bref je ne crois vraiment pas qu’il puisse y avoir de réels conséquences à cette enquête.

C’est bien jolie, c’est intéressant au possible et quelque part on les remercie bien de s’inquiéter de l’avenir des société obligées de faire avec google pour etre plus visible ( en payant le prix fort.

Ca me fait penser au sketch de Coluche:
C’est pour faire avancer le shimilibil, le shimilibli, le shimilili…..

Répondre
cadeau

Google va être obligé de dévoiler comment fonctionne son algorythme pour se défendre, c’est cela que je trouve intéressant ! Car comment se défendre sans apporter de détails sur l’algorythme ? Impossible, la commission ne va pas croire google sur parole… Donc le dilemme est là, soit trouver un arrangement avec les plaignants, payer l’amende de Bruxelles pour garder l’algorythme secret (plusieurs milliards certainement) soit dévoiler l’algorythme pour montrer qu’ils n’ont rien à se reprocher mais bizarrement, je n’y crois pas !

Répondre
Exploser

> Libre à Google de définir quels sites il affiche dans ses résultats, non ?

Ben, non. Si Google trafique les résultats, il abuse de notre confiance, et cela n’est pas acceptable. De plus, s’il en profite pour mettre ses propres produits en avant, c’est bien un abus de position dominante : il profite de sa position dominante sur le marché de la recherche sur Internet pour conquérir d’autres marchés (le marché des systèmes d’exploitation, le marché des navigateurs, ou encore le marché des applications, par exemple).
J’aime bien les produits Google. Mais on ne peut pas lui laisser faire n’importe quoi, ni avoir une confiance aveugle en ses réalisations. Donc il faut de temps en temps enquêter, surveiller qu’elle respecte bien les règles du jeu, qu’elle ne dépasse pas certaines limites. Il ne faudrait pas que se renouvelle ce qu’on a vécu (et vit toujours) dans le monde du logiciel avec Microsoft, qui a un impact très important sur la concurrence, d’où a découlé un impact important (que certains qualifieront de fortement négatif, même s’il faudrait sans doute nuancer) sur le développement de l’informatique.

Répondre
Mountain

Moi, je vais pas tergiverser sur la méthode, mais sur le fond.

Et il me semble que la question se pose. Certes Google est une société privée et pas un service public, mais ses services dominent 90% du marché du search et ils ont droit de vie ou de mort sur les autres entreprises.

Et en matière de concurrence, ce qui est valable dans l’économie « traditionnelle » l’est également dans l’économie en ligne.

Google ne peut plus faire n’importe quoi, et c’est normal. Idem pour la publicité.

Au delà des suppositions, ce qui est certain, c’est qu’il fait tout pour intégrer ses services et repousser les résultats naturels. La conséquence est bien entendu de pousser tout le monde vers Adwords, ce qui a pour conséquence de faire monter le prix des enchères.

Lorsque l’on domine le marché à ce point, tant sur le search que sur la publicité (annonceurs et éditeurs), et que tant d’entreprises dépendent à ce point du géant, la frontière entre une activité commerciale classique est faible.

Je mets quiconque au défi de remplacer Google par Bing en Europe !!

Alors pour faire court, oui je trouve normal que les autorités s’intéressent de près à ce genre de sociétés.

Qu’ils se fassent enfumer où n’aient que peu de moyens de pression est un autre problème, mais il ne faut pas tout accepter de Google, qui finira démanteler s’ils persistent à vouloir tout bouffer.

Dernière chose, Google a une vision globale du Web, il détecte avant tout le monde les secteurs les plus rentables et peu décider à tout moment de couler n’importe quel business pour le reprendre à son compte, en direct.

Que croyez vous qu’ils préparent pour le tourisme (rachat de logiciels, recherche local GGMap en 1ère page…) ?

Si on les laisse faire, que pensez vous qu’il va arriver ?

Le souci, c’est que Google peut le faire, et il est le seul, car il domine outrageusement le marché et qu’il y a donc distorsion de concurrence.

Répondre
kristoguy

Oui Google manipule les résultats pour favoriser ses services et optimiser son revenu.
Vous en êtes tous les témoins quotidiens, avec l’évolution d’un search général, vers un search orientant des résultats des verticaux de Google, google maps avec les infos locales, google image, google product, google video avec youtube, google books, google music sur certains pays.
Donc les évolutions du moteur peuvent pénaliser lourdement certains sites, car elles rendent Google à la fois client et concurrent de ces sites. Le ciblage est plus catégoriel que sur un site unitaire.
Un site unitaire peut lui être pénalisé si les critères de détection de qualité de Google lui plombe sa visibilité. J’ai l’exemple d’un site avec un contenu très correct et qui en ce moment a eu sur une partie du contenu son trafic divisé divisé par 10 pendant un mois, puis il est revenu à la normale pendant 3 semaines et à nouveau , il vient de retomber. Aucune modification notable sur le site ne peut expliquer se phénomène, seulement une position un peu limite par rapport à un critère de Google, ce qui a évidemment des conséquences dramatiques en terme de chiffre d’affaire sur cette zone du site.

Oui l’hégémonie de Google est un problème en matière de risque business. Mais c’est plutôt l’absence de concurrence à la hauteur en terme de service qui en est la cause.

Répondre
jerome

Je suis pour cette enquête afin de remettre les pendules à l’heure avec Google.

J’apprécie Google autant que je m’en méfie.

Voici un exemple de l’hypocrisie de Google:

Google defend soit-disant l’open source (http://code.google.com/) mais google n’a jamais mis en open source le plus important: le code de son moteur!
Conclusion: pour Google l’open source c’est bien, mais uniquement quand cela sert ses interets.

Le discours de Google: « don’t be evil », c’est du flan…

J’avais un compte adsense il y a quelques années et il a été fermé du jour au lendemain sans explication.
A l’époque c’était ma principale source de revenu… DONT’BE WHAT?!!
J’ai lu sur le net (grâce à Google) que je n’étais pas le seul.

Mais j’apprécie Google pour la qualité de son travail et ses avancées techno: la qualité de ses outils nottament son moteur bien que maintenant je le trouve parfois dépassé, street view, adsense…

La politique de Google: racheter des sociétés pour renforcer sa position dominante, grossir…

Tres bien, mais il y a une contre-partie: en face il faut se défendre. Et c’est normal que la commission européeenne intervienne. Le pire serait de ne rien faire.

Ne pas oublier que Google est une entreprise qui bénéficie de conditions avantageuses nottament fiscales par rapports aux entreprises françaises, en particulier en Europe où Google est implanté en Irlande.
Vous me direz: les autres n’ont qu’à en faire autant! Mais si tout le monde fait ça, adieu au système chéri par les Français avec sa sécu, ses retraites…

Or sur Internet toutes les entreprises sont en concurrences directes, surtout quand il s’agit de services « virtuels » comme ceux de Google.

Il est donc légitime pour l’Europe, nottament en France avec toutes les contraintes administratives et fiscales que vivent les entreprises, de demander des comptes à Google.
Même si en tant qu’indépendant je préférerais d’abord voir les contraintes administratives et fiscales disparaître.

C’est la règle du jeu. Je ne pense pas que ça changera grand chose pour Google de toutes façons.

Et demain, ce sera autour de Facebook ou aux prochains…

Et aujourd’hui je ne vois aucune entreprise européenne qui peut concurrencer les américains dans le domaine Internet.

En réponse à:
>Dernière chose, Google a une vision globale du Web, il détecte avant tout le monde les secteurs les plus rentables et peu décider à tout moment de couler n’importe quel business pour le reprendre à son compte, en direct.

Ce ne sont pas les seuls: Microsoft, Apple et Amazon en sont d’autres exemples.
Les grosses entreprises du web renforcent leur position dominante nottament en rachetant tous les sites qui peuvent devenir une menace pour eux ou contribuer à leur croissance, le pire étant sans doute Apple avec son Appstore fermé, et qui a choisi de ne pas implémenter Flash dans l’ipad alors que l’Ipad est une machine qui sert à browser et Flash un standard du web.

On a à la fois le « meilleur » et le « pire » (d’un point de vue démocratique) chez ces entreprises : une innovation qui bénéficie à tous et enterre les entreprises européennes noyées dans la bureaucratie, et une concurrence sans concession pour une domination sans partage.

Mais je pense que si Google tue la diversité, ils finiront par en payer le prix.

Personnelement je suis pour une régulation naturelle du marché. Le problème, c’est que, en fonction du régime social et fiscal, les règles ne sont pas les mêmes pour tout le monde.

Les entreprises comme Google disposent de CASH. Et les entreprises européennes sont administrativement, culturellement et fiscalement désavantagées.

Donc le moins qu’on puisse faire, c’est réagir.

Répondre
MIMATA

Il est clair que Google favorise de plus en plus ses services et que désormais les résultats naturels sont de moins en moins visibles.
C’est flagrant depuis 2010 et le changement d’interface : le filtre « Web » a disparut pour être remplacé par le filtre « Tout »…on ne peut donc plus n’afficher que les résultats naturels.

Recherchez le mot clé relooking pas exemple, c’est flagrant :
– 3 annonces sponsorisées en premier (et tout une tartine à droite : 8)
– une carte GGMap à droite toujours visible même quand on scrole
– 2 résultats naturels
– une ligne de résultats de Google Images
– 1 résultat naturel
– Une ribambelle de résultats de GGMaps (7 plus un lien général vers GG Adress)
– 5 résultats naturels
– une ligne de résultats Vidéos
– 2 résultats naturels
– une ligne de résultats de Google Actualités

Bilan de cette recherche :
– 11 résultats sponsorisés
– 8 résultats naturels non sponsorisées éparpillés dans les autres types de résultats
– 5 liens vers Google Images plus un lien général
– 7 liens vers Google Maps plus 2 liens généraux et une Carte
– 2 résultats Vidéos plus un lien général
– 1 résultat Google Actualités

A noter qu’il y a moins de résultats naturels que de résultats sponsorisés et qu’il sont dispersés (pour ne pas dire noyés) entre les différents autres services…

Je trouve que les changements sont clairement abusés et que Google a décidé d’user et d’abuser de sa position de leader pour imposer ces changements et intégrer ses services autre que la simple recherche de sites internet qui est pourtant censé être sa fonction première. En 2011 on se retrouve avec un espèce de portail internet qui se personnalise en temps réel en fonction de ce que l’on demande.

Que Google soit le moteur de recherche le plus utilisé et que sa position puisse être considérée comme dominante ne me pose pas vraiment de problème, ce qui me gêne plus c’est que Google profite de cette situation pour imposer ses services aux utilisateurs qui sont habitués à avoir une liste de sites internet quand ils font une recherche et qui se retrouve désormais avec plus de propositions sponsorisées ou de services divers et variés que de résultats naturels.

Comment peut-on encore dire que les résultats de Google sont pertinents si les liens sponsorisés (qui eux ne sont pas forcément pertinents) sont majoritaires ?

Répondre
Marctrix

Google est notre ami, mais comme souvent, un ami fini par te trahir …

Et aujourd’hui, Goggle s’engage dans la voie de cette trahison … Après avoir passé un accord avec l’entreprise Américaine Pages jaunes (pour ceux qui savent pas que PJ n’est plus un annuaire francais) , donc, disais-je, Google a intégré la base de données des entreprises Françaises.

Google passe ainsi en éditeur , et donnes en premier ses propres données à la place des sites qu’il est sensés référencer. Plus d’algorithme , de sélection « naturelle » , google s’affiche en premier et chasse vos sites en pages suivantes non regardées …

Pire encore, si vous faites investir vos clients en adwords, sur une page de résultat, si vous êtes sur la colonne de droite, un léger scrool pour voir tous les affichages de google et votre pub adword est totalement cachée … là ou normalement, ca devrais payer le plus …

La manoeuvre est simple et le chemin très clair :
GOOGLE VEUX PASSER EN DIRECT AVEC UNE GROSSE PART DES ENTREPRISES FRANCAISE, l’abosortion des pages jaunes par google n’est plus très loin, sachant que le groupe KKR doit revendre impérativement les Pages Jaunes avant 2013 pour rembourser une dette de 2 milliard d’euros …

Qui d’autre que Google a intéret a racheter les pages jaunes? Vu le partenariat très très rapproché ces derniers temps, c’est gros comme un nez au milieu de la figure ! Cet intéret est d’autant d’autant dangereux car c’est ainsi une force de vente de plus de 2 000 commerciaux qui passerait au main de notre ex-ami Google …

Et hop, la main mise sur les réseaux sociaux et les entreprises directement dans la poche, une grosse partie du commerce Français du web passera entre les mains de Google, d’une manière ou d’une autre.

La création d’un système d’exploitation Google Chrome pour remplacer le windows sur les PC (et peut etre les Mac) est uen suspicion supplémentaire.

Nul doute, Google en fait trop , il devient agressif et déloyal en publiant son propre contenu.

Alors l’ami, on aimerais que tu reviennes un peu à la raison …

Répondre
Spokone

Bon moi j’ai une simple constatation..

En juin dernier mon site a ete subitement éjecté des SERPs de google en passant de la première page à la 150ème place par exemple.

2 jours plus tard je suis contacté par google qui me signalent qu’ils comptent me donner l’autorisation de faire de l’adwords suite à l’ouverture du marché en ligne en France. Le prix du clic étant de 5€, la gentille dame me dit qu’il faut prévoir +- 1500e par jour pour avoir un bon rendement.

Y a t’il un lien de cause à effet, personnellement je le crois, je trouve cela bizarre d’être contacté pile au moment où l’on me soustrait mon gagne pain alors que d’autres ne l’ont pas été je les ai contacté pour savoir…

Donc pour moi il y a clairement manipulation

Répondre
Daweide

Pour que quelque chose vraiment, il faut que d’autres plaignant que Supaprice, Kelkoo et Shopzilla se fasse connaître… Là Google n’aura plus la place d’afficher les divers concurrents…

Répondre
jo

En fait, on ne connaît pas les détails des propositions finales de Google.

Les informations disponibles ne parlent que du cas de la mise en avant de ses services de Google. Et il faudra voir ce que cela donne en réalité.

Cas simple: sur la requête « search flights », le service de Google sort en première place des résultats « naturels ». Va-t-il partage cette première place « naturelle » avec 3 autres sites? j’imagine que non.

Autre cas : tous les sites où Google est actionnaires principal ne sont pas concernés par les propositions.

D’autre part, la mise en avant de ses services de Google n’est pas le seul volet de la plainte.

Un autre volet concerne l’usage par Google de contenu protégé par des droits d’auteur .

Et là, la solution envisagée RENFORCE la position de Google en lui permettant d’abuser de sa position dominante: vous avez bien le droit de demander que le site (entier) ne soit pas indexé (opt-out), mais si vous laissez indexer votre site (opt-in), Google se réserve le droit d’utiliser le contenu à sa guise.

Et on a vu ce que cela donne avec Google-images (sauf provisoirement Google.fr et Google.de): l’internaute qui clique une image dans les résultats de la requête reste sur Google sans aller nécessairement sur le site auteur (50-70% de trafic en moins). Et Google utilise parfois l’image pour illustrer le « generic search », sans aucun lien vers le site auteur.

On a vu aussi ce que cela a donné avec la presse belge après, pourtant, défaite en justice de Google. Idem avec la presse allemande (après une loi censée la protéger).

Comment est-il possible que la Commission appuie les abus de position dominante de google en la matière? Si elle n’est pas capable de les contrer, qu’elle s’abstienne au moins de soutenir ces abus.

Répondre
Bret

Ah ben l’Europe, c’est bientôt fini. Alors les les petits arrangements entre amis peut être aussi.. :)J’ai hâte.

Répondre
Pao

Google n’est simplement plus philanthrope, c’est le même constat que sur l’évolution du classement en seo ou il n’y a qu’à regarder les sites qui occupent les bonnes places pour comprendre que le buisnes est au coeur des préocupations 1ères.

C’est désolant d’observer qu’ayant démarrer sur la recherche de manière philanthrope Google doit maintenant mettre a mort progressivement un très grand nombre de sociétés pour continuer de prospérer.

Mais peut on reprocher a une société de vouloir accroître son chiffre d’affaire?

Répondre
jo

1. Sauf erreur de ma part (je peux me tromper), un démantèlement n’est pas une possibilité prévue par la législation européenne en la matière.

2. Almunia, le précédent Commissaire en charge du dossier, avec ses soi-disant concessions obtenues de Google, a fait perdre 4 ans à tout le monde sauf à Google.

3. Hilary Clinton a engagé une personne (une femme) de chez Google pour diriger une partie de sa campagne électorale pour la présidence, un peu comme Schmidt l’avait fait pour la première campagne d’Obama

Répondre
Frédéric Peters

Vos griefs sont a envoyés a cette adresse:

comp-greffe-antitrust@ec.europa.eu
comp-assistants-secretariat@ec.europa.eu

Ce sont les deux seules adresses OFFICIELLES. Toutes les autres ce sont des boites gérées par des fonctionnaires plus que probablement corrompus qui ne feront que vous faire perdre du temps en vous faisant croire que vos reproches sont intéressants.

Envoyez du lourd, des trucs structurés svp pas des complaintes ou des gérémiades de webmaster frustré. Il faut clairement exposer que Google ment, manipule, ne dit pas ce qu’il fait, fait ce qu’il ne dit pas, fausse et altère le jeu de la concurrence dans son intérêt personnel.

Répondre