Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Google pénalise la plateforme Buzzea (vente d’articles incluant des liens aidant au référencement)

Matt Cutts poursuit son offensive contre toutes les formes d’obtention de liens créés dans une optique d’optimisation du référencement naturel (SEO). Cette fois-ci c’est un français, la plateforme Buzzea de vente d’articles sponsorisés incluant des liens follow…

Si vous avez reçu un message de Google (pénalité), lisez la fin de cet article !

La pénalité du « réseau de liens » Buzzea (termes de Matt Cutts)

Matt Cutts Buzzea

Matt Cutts a annoncé la pénalité contre Buzzea sur Twitter le 29/01/2014

Voici l’annonce de la pénalité par Matt Cutts, en date du 29 janvier (8h55) sur Twitter :

Today we’re taking action on a French link network that violates our quality guidelines (Buzzea).

Quelques heures à peine plus tard, Buzzea annonce que « cela marque la fin d’une aventure pour toute [leur] équipe »… Leur page d’accueil arbore une liste fictive de suggestions de Google pour la recherche « buzzea », dans le style « Buzzea Google m’a tuer » (sic) :

Pénalité SEO Buzzea

Buzzea annonce sa fin suite à une pénalité SEO infligée par l’équipe anti-spam de Google

BuzzeaDans un communiqué, Buzzea tente de justifier son action qui consiste à « commercialiser des articles apportant avant tout un contenu pertinent aux internautes et facilitant leur navigation via les liens qu’ils contiennent ». Le problème est que ces liens n’avaient pas l’attribut nofollow exigé par Google dans ses consignes aux webmasters, comme pour tout lien commercial. Rappelons que cet attribut indique aux moteurs de ne pas tenir compte du lien dans leur algorithme de référencement.

Buzzea le savait pertinemment et je m’étais personnellement entretenu longuement avec le fondateur sur ce sujet. Il tentait de rassurer ses clients en expliquant que Google était contre la vente de liens, mais qu’ici il s’agissait de la vente d’un article, et que ça changeait tout. Pour ma part, je n’ai jamais voulu faire prendre ce risque à mes clients, d’autant plus que les articles étaient (souvent ?) marqués comme étant sponsorisés (ce que la loi française exige d’ailleurs).

Les conséquences

Buzzea poursuit :

Nous espérons sincèrement que les sanctions se limiteront à notre entreprise. Il serait proprement injuste que des milliers de blogueurs et annonceurs souffrent de cette décision illégitime et abusive.

et termine par une recommandation aux blogueurs et webmasters affiliés à cette plateforme :

Nous invitons les différents blogueurs ayant participé à des campagnes à passer tous les liens de leurs articles en Nofollow.

C’est bien là que réside tout le problème désormais : quand Matt Cutts indique avoir « pris une action » contre Buzzea, outre le fait que le site buzzea.com lui-même pourrait voir sa visibilité Google chuter, d’autres pourraient en faire les frais. Non seulement les éditeurs de sites ayant intégré des liens follow dans des articles sponsorisés publiés sur leur site, mais aussi ceux qui reçoivent ces liens. Plusieurs ont déjà reçu le fameux message de Google de pénalité pour liens factices (lire ci-dessous)… Si vous avez ce genre de problème et n’arrivez pas à vous en sortir avec les conseils que j’ai donnés dans mes dossiers, contactez-moi pour un audit.

Google peut-il imposer cela ? Que peut-on faire ?

Les réactions sont souvent vives dans des cas comme celui-là, pour ou contre l’offensive de Google. D’un côté, Google fait ce qu’il veut avec ses propres règles et pénalités, et chacun doit être conscient des risques pris en transgressant ces règles.

Mais d’un autre côté, comment des acteurs sans renommée nationale peuvent-ils exister sur Internet s’ils ne sont pas en page 1 de Google, performance pour laquelle les backlinks sont indispensables ? Soit tenter de ne pas se faire repérer par Google avec des tactiques de netlinking de faible qualité, soit investir dans AdWords… Bien entendu, cette dernière solution arrange bien le chiffre d’affaires de Google !

Ou alors, il faut arrêter de croire qu’il faut à tout prix le maximum de liens possible pour réussir son référencement naturel sur Google. Mon conseil est bien celui-là : ne cherchez vraiment pas (plus) la quantité, concentrez-vous à obtenir uniquement des liens de qualité. Ceux que les internautes trouveront « naturels », c’est-à-dire dont la présence dans la page ne les étonnera pas et qu’ils seront nombreux à cliquer. Plutôt que de « poser » des liens sur des « spots », (re-)mettez-vous à la communication et au marketing. Plus facile à dire qu’à faire, j’en conviens largement…

A propos, je vous propose aussi d’assister à ma formation netlinking Ranking Metrics dans laquelle je détaille les bonnes et les mauvaises stratégies de liens !

Si vous avez reçu un message de pénalité Google

Depuis cette annonce, plusieurs webmasters ont indiqué avoir reçu un message de Google annonçant une pénalité. Si vous êtes concerné, sachez que c’est sans doute lié à ces liens placés dans des articles sponsorisés.

  • Si vous avez acheté des liens de ce type, contactez vite le webmaster afin qu’il ajoute un attribut nofollow sur le lien ;
  • Si vous avez vendu des liens de ce type, ajoutez un attribut nofollow sur les liens et prévenez les annonceurs en leur expliquant la situation.

C’est terrible de devoir se plier ainsi aux exigences de Google, mais pouvez-vous vraiment vous permettre d’avoir une pénalité contre votre référencement ? Si besoin, lisez mes explications sur les pénalités Google, avec le détail de tous les messages envoyés via Google Webmaster Tools. Je peux aussi vous aider à identifier tous les liens artificiels (achetés ou pas) qui pointent vers votre site.

Voici le genre de message reçu par les webmasters ayant vendu des articles sponsorisés incluant des liens follow :

Nous avons détecté que certaines des pages de votre site utilisent des techniques contraires aux Consignes Google aux webmasters.

Nous vous invitons plus particulièrement à rechercher des liens potentiellement artificiels ou factices sur votre site qui redirigeraient l’internaute vers d’autres sites dans le but de manipuler le classement PageRank. Ces liens factices peuvent être ajoutés, par exemple, dans le cadre de la vente de liens pour améliorer le classement PageRank ou de processus d’échange de liens.

Nous vous encourageons à apporter des modifications à votre site afin de le mettre en conformité avec nos consignes relatives à la qualité. Une fois ces changements effectués, veuillez envoyer une demande de réexamen pour que votre site soit inclus dans les résultats de recherche de Google.

Voici le genre de message reçu par ceux ayant acheté des articles sponsorisés incluant des liens follow  :

www.example.com : liens entrants factices

Nous avons détecté un système de liens artificiels redirigeant vers votre site. L’achat de liens ou la participation à des systèmes de liens dans le but de manipuler le classement PageRank constitue une infraction aux Consignes aux webmasters de Google.

En conséquence, nous avons appliqué une action manuelle pour cause de spam à example.com/. D’autres actions peuvent être appliquées à l’ensemble ou à certaines parties de votre site.

Cet article vous a-t-il plu ?

Note : 1.0 (1 vote)
Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

23 commentaires

Référencement Ecomiz

GG fait ce qu’il veut de nous avec ces règles chaque jour…il faut trouver un remplaçant et assez de cette mono-polie..
les chinois on trouvé un remplaçant ‘Baidou’ et nous les français quand on bouge?!!

Répondre
Olivier Duffez

Google n’a pas changé ses règles : l’achat et la vente de liens sont interdits depuis des lustres.

Répondre
Paul

Incroyable ! Après j’imagine qu’ils n’avaient pas vraiment le choix… soit ils passaient tout en nofollow et ils tuaient le business soit ils continuaient en prenant le risque de se faire pénaliser… et ils se font fait pénalisés, le problème dans l’histoire c’est pas buzea, ce sont les gens qui vont perdre leur job.

Répondre
DM13

Voilà ce qui arrive lorsque l’on base tout son business sur Google… Il faut rappeler que Google est un moteur de recherche, un « simple » moteur de recherche. C’est autre chose qu’un annuaire, mais il faut bien comprendre que Google N’EST PAS le web, il en fait partie simplement.

Répondre
jo

Pour le profane qui ne connai(ssai)t pas Buzzea ni l’affaire en cause, ou simplement pour information, pouvez-vous indiquer en quoi a consisté l’action prise par Google contre cette entreprise? Baisse de PR? apparemment non. Fin d’indexation ? apparemment non.

C’est le tweet de Cutts (sans autre action concrète ?) qui a forcé Buzzea à se faire hara-kiri ? Est-ce bien ainsi que cela s’est passé ? Ou bien outre le tweet, il y a eu sanction concrète contre Buzzea ou l’un ou l’autre de ses partenaires ?

J’ai vu qu’il y a eu cessation de l’indexation des (anciennes) pages internes de Buzzea

Répondre
Olivier Duffez

@jo : je ne sais pas si Buzzea a identifié concrètement la pénalité, mais quoi qu’il arrive, qui aurait envie de participe à Buzzea quand Google a officiellement indiqué que des mesures étaient prises contre cette plateforme ?

Répondre
Rick

Comment Google pourrait déterminer qu’un lien dans un blog est acheté, et faire le lien avec Buzzea? C’est un peu de la science-fiction là…

Répondre
Olivier Duffez

@rick : de façon très simple quand l’article est indiqué comme étant sponsorisé, surtout quand ce libellé est une image cliquable pointant vers buzzea.com !
il n’est pas impossible non plus que Google soit allé s’inscrire sur la plateforme en tant qu’annonceur, pour accéder à la liste des blogueurs affiliés…

Répondre
Peters Frederic

« d’autres pourraient en faire les frais. » emploi du conditionnel en contradiction avec le premier message posté sur le forum. Est ce oui ou non ? Ca n’est écrit nulle part. Pourquoi GG fait il un CP aussi important en une ligne sur Tweeter. Le problème est assez grave que pour communiquer clairement dessus.

Répondre
Olivier Duffez

Qu’est-ce qui oblige Google à communiquer sur ce genre d’affaire ? C’est fréquent que cela se réduise à un tweet…

Répondre
fred

C’est une petite mise en garde pour les autres vendeurs de liens ! Les acheteurs aussi ! Quelqu’un sait combien de personnes employait Buzzea ?
En tous les cas je trouve cette fermeture étrangement rapide, seulement 24h et plus personne…

Répondre
Goudie

Voilà, j’ai un vieux post sponso de Buzzea en ligne depuis janvier 2012, et j’ai reçu un mail m’annonçant ma pénalité pour liens sortants factices.

L’avantage, c’est que grâce à vous je m’y attendais, et j’ai donc pas fait d’attaque cardiaque en recevant ce mail. L’autre avantage, c’est que je sais précisément quoi virer (parce qu’à part cet article, je vois pas vraiment).

Pour une fois ça me choque pas des masses… C’est les règles du jeu, et Buzzea savait très bien qu’il était au-delà de la ligne rouge.

Pour la petite histoire, le site du billet sponso en question (Ma Chaîne à Neige point FR) ne semble pas avoir fait long feu. Preuve que ces méthodes ne mènent à rien, et que de toute façon tôt ou tard, ils en auraient subi les conséquences.

Répondre
BigBadBaptiste

Merci Olivier pour cette actualité!

En effet, je suis bien d’accord avec toi, rien ne sert de miser sur la quantité des liens, mais bien la qualité des liens sur domaine d’autorité dans l’industrie du site en question. Il faut rester pertinent sur la thématique plutôt que d’essayer d’en placer un petit peu partout.

Pourquoi ne pas adopter une stratégie de contenu qui, par expérience, fournit de meilleurs résultats autant sur la qualité des contenus créés que sur la qualité des liens obtenus.

Baptiste

Répondre
Brice

Pour que Buzzea jette l’éponge si rapidement comme ça c’est qu’ils savaient qu’ils avaient une épée de damocles au dessus de la tête de puis un moment…

Répondre
totoaussi

Même si buzzea a dû être informé de la pénalité via « Actions manuelles » de l’interface « Google outils pour les webmasters », matt cutts, le big boss en personne a quand même eu la cruauté de tuer publiquement buzzea avec un tweet.

Mais que cherche-t-il exactement matt cutts en désignant publiquement un bouc-émissaire ?

En vérité, la politique de Google est de « tuer » tout site qui tente de concurrencer Google Adwords.

Répondre
Wilfried

Merci pour cette actualité
Mais franchement, au delà de Buzzeo, depuis le temps qu’on nous lasse avec le nofollow de GG, lorsque je rédige ou publie un article à propos d’une entreprise, d’une découverte, d’une innovation, je considère comme normal, sain et naturel de placer le lien vers le site de l’entreprise, du laboratoire, la page personnelle du chercheur… Il s’agit d’une juste récompense. Du point de vue du comportement de l’internaute, le clic vers ce contenu sera normal et n’aura rien d’artificiel. Bref, follow, follow, follow …
Maintenant, j’admets que baser sa stratégie commerciale sur le lien vendu est un peu Olé Olé…
Bonne journée à tous dans le monde réel.

Répondre
Patricia

En tous les cas, google pénalise Expedia pour liens frauduleux, juste quelque jour après que google lance son propre service de réservation en ligne, mais alors quelle coincidence !
google = le diable. A part l’industrie pharmaceutique ou pétrolière on peut diffilement faire plus diabolique que ce monstre.

Répondre
Philzep

innovativity.org

il y a déjà celui, certes il n’est pas très rapide mais au moins il est français et ne contient pas de pub…

faudrait s’associer pour créer un moteur mutualiste francais, ainsi les gros « moteurs et leurs détenteurs » voyant la concurrence réagiront en adoptant des politiques plus souples et surtout être plus humble^^.

il faut bien commencer un jour…

Répondre
Philzep

à ajouter: /meta-moteur-innooo.php derrière l’url précédente, désolé une erreur de copiez coller de ma part.

Répondre
buythiscomputer

C’est pour cela que tous les sites web qui ne dépendent que de Google et qui ne pourraient pas exister avec de a publicité sont inutiles et ridicules…

Répondre
junloba

mois j’ai un site web au nom kitokoss.com, je voulais me lancer dans les articles sponsorisés, mais en lisant cet article, je me pose la question. une fois sanctionné par google il n y a plus moyen de réparer ça?

Répondre
Olivier Duffez

si les articles sont sponsorisés, alors Google demande que les liens intégrés dedans soient en nofollow. Si ce n’est pas respecté, c’est un risque important pour le site, qu’il vaut mieux bien considérer.

Répondre