Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Google a identifié et pénalisé backlinks.com qui vendait des liens

Par un simple tweet, le responsable de la lutte contre le spam du  moteur Google, Matt Cutts, a indiqué avoir démasqué un autre réseau de sites vendant des liens, centré autour du site backlinks.com.

Pénalisation de backlinks.com par Google

Matt Cutts annonce avoir pénalisé un site qui vendait des liens pour booster le référencement naturel, et qui se disait indétectable

Dans son tweet, Matt Cutts s’est moqué du slogan du site, qui assurait que leur technologie rendait impossible la détection de la vente de liens par les moteurs de recherche :

Le problème concerne bien évidemment le site backlinks.com lui-même (qui annonce très clairement que les liens qu’ils vendent aident au référencement), mais surtout ceux qui avaient acheté un lien par ce biais…

Parmi les réactions, on trouve soit ceux qui estiment que c’est une bonne chose que Google fasse le ménage, et d’autres qui s’insurgent sur le fait que Google puisse se permettre de détruire leur business alors qu’ils n’ont rien fait d’illégal.

Il faut pourtant avouer que les règles du « jeu » sont assez claires sur ce point : Google interdit l’achat et la vente de liens qui aident au référencement. On peut acheter ou vendre un lien à condition qu’il soit en nofollow, c’est-à-dire qu’il soit acheté pour son intérêt publicitaire et non pour tromper l’algorithme de Google.

Néanmoins, comment Google peut-il affirmer qu’un lien a été vendu alors que les autres liens sortants situés dans la même page ne le seraient pas ? Il y a de nombreux cas où ça me semble impossible pour Google… mais ceux qui s’y risquent doivent connaître les risques.

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

17 commentaires

boboash

Tant mieux, un de moins … merci pour l’info ;-)

Répondre
Véronique Duong

Perso, je ne me risquerais pas à faire ce genre de manipulations. Une pénalité de Google suffit pour tout détruire. Il vaut mieux être honnête et faire plus d’efforts.

Répondre
sgraciet

Seul le code Adsense ne contient aucun attribut nofollow. Et, on a pas le droit de le modifier. « Fais ce que je dis, ne fais pas ce que je fais »… Résume bien la situation.

Répondre
Olivier Duffez

@sgraciet : il s’agit d’un code Javascript, ce n’est pas un lien A HREF en dur dans le code HTML. D’ailleurs, depuis que AdSense existe, personne n’a jamais vu un quelconque impact sur le SEO de l’annonceur

Répondre
Christian Méline

Fortiche quand même ce GG !!
avec un nom de domaine pareil et une telle page d’accueil, je pensais qu’ils vendaient des céréales ;-)
… je suis admiratif !

Répondre
Olivier Duffez

Je ne comprends pas cette remarque, même ironique. La difficulté pour Google n’est pas de repérer le site lui-même mais les traces laissées par les liens vendus.

Répondre
Peters Frederic

Si Webrankinfo pouvait arrêter de tout le temps parler de Google et de Matt Cutts ca nous aiderait nous petits webmaster a comprendre que le monde ne tourne pas encore autour de Google.

Allez un « 30 days challenge » pour Olivier Duffez: ne pas parler de Google pendant 30 jours.

J ai essayé au début c est dur ( impossible) mais même si ce process peut prendre longtemps, pour chaque service de Google il existe une alternative, que ce soit Gmail, Analytics, Translate, Maps, Search, Adwords.

Revenons au web « avant Google » c etait tellement plus mieux

Répondre
Olivier Duffez

Certes Frederic, mais même si je faisais ça, ça ne changerait strictement rien à la réalité des choses. J’ai beau parler d’Orange, de Qwant et des réseaux sociaux, ça ne va pas changer grand chose aux parts de marché de Google en Europe :-)
Alors que ça nous plaise ou non, il faut s’adapter et comprendre au mieux comment faire pour réussir dans Google…

Répondre
AD Lyon

Je suis dans ce cas je vends des liens, donc il faut que j’arrête si je comprend bien ? Car des les mettre en nofollow ne suffit pas je pense.

Répondre
Olivier Duffez

Si, mettre en nofollow suffit, pourquoi dis-tu ça ?

Répondre
Christian Méline

démonter le réseau est aussi assez simple… par contre, apporter des preuves, c’est presque impossible, sauf à infiltrer le réseau…

Répondre
AD Lyon

Je n’affirmai rien mais pour le nofollow c’était une question pour en être certain. Car les pénalités coûtent tellement cher, et parfois remonter d’une ou deux places c’est dur.
Donc je vais de suite mettre les liens ainsi, merci encore de l’article et des infos sur G+, en suivant les infos de toute part. Bonne fête à vous tous.

Répondre
Peters Frederic

« comprendre au mieux comment faire pour réussir dans Google »

C’est pas gagné ! La semaine passé je constate qu’un site dont l’ancienneté du nom de domaine est de 14 mois se classe en première pas de Google sur une requête hyper concurrentielle. C est difficile a accepter quand on est là depuis 7 ans et qu’on est passé par un an de bac a sable.

Des sites avec un PageSpeed score de 54/100 ont également des places honorables et très enviées. Moi je me casse la tête pour passer de 93 à 95..

Des sites qui ne mentionnent pas les mentions légales pourtant obligatoires: 3eme place.

Des sites en flagrant délit de Duplicate Content sans balise canonicale ni rien: 4eme place

Pourquoi ne pas parler de Fairsearch.org et des problèmes que rencontre GG avec l’autorité de la Concurrence ?

En tout cas la news sur la rupture amoureuse de Brin, ben ca ca me soulage. Surtout qu’il s’est jeté dans les bras d’une autre. Comme dirait l’ami « de grands empires sont tombés a cause d’une femme »

Aujourd’hui je me suis enguirlandé avec le support de Adwords qui tolère des landing page contenant 75% de Adwords. « non non ca contredit pas notre règlement »…

Répondre
Emmanuel

« Google interdit l’achat et la vente de liens qui aident au référencement ».

Ca y est, on est même plus libre de faire ce que l’on veut?

C’est vrai qu’avec ce monopole c’est google qui définie les règles du net…

Répondre
Olivier Duffez

@Emmanuel : il ne dicte des consignes que pour ce qui le concerne lui. Cela n’est pas différent d’un établissement qui reçoit du public qui définit des règles à respecter. Là où ça peut devenir illégal, c’est si les contraintes imposées par Google entravent directement la concurrence (pour ne prendre que cet exemple).

Répondre
Fred

Je trouve justement que depuis quelques années, Google cherche à devenir la bible du net, le grand mentor que tout le monde doit écouter, il écrase la concurrence en mettant des « règles de qualité » soit disant, dans des algos flous et changeants, rendant la toile instable et dépendante de SES critères que personnes ne connait au final !!! Facile de jouer sans les règles !! Vous accepteriez un jeux, un travail, un contrat moral avec un partenaire, ou même une relation privée dont les règles peuvent changer en cours de partie comme ça sans prévenir !??! Pour moi,il n’y a qu’un but justement détruire la concurrence et obtenir un monopole total et mondial.

Si google était aussi neutre que ça :
Pourquoi autoriser des pages avec 70/80% de la page en publicité Adwords/Adsenses mais pas des bannières classiques de d’autres régies, ce qui n’a aucun intérêt pour l’internaute au niveau expérience ou contenu justement dans les deux cas !
Pourquoi renforcer l’impact de G+ dans le référencement plutôt que ceux privilégiés naturellement par les internautes comme Facebook par exemple, Pourquoi faire monter en tête de page des liens payants donc de moins bonne qualité ? Pourquoi bizarrement les plus gros annonceurs adwords ont de supers résultats en organique malgré un contenu moyen, des règles de backlinks horribles (60% avec la même ancre…), pourquoi imposer des visites virtuelles qui auront un impact sur votre fiche G+, elle même impactant votre ref nat et tout cela dans un process exclusif Google, certifié pour les photographes (ah bon pourquoi ? C’est le même matériel, même format,ect…sauf que Google ne touche pas d’argent si c’est en indé…) Bref monopole, arnaque encore une fois pour s’accaparer encore un marché! … Bref, Google n’a pas pour vocation de rendre le web meilleur comme il le dit, loin de là!!! Juste le monopoliser avec le temps et sa technique est toujours la même, devenir « un ami » pour comprendre le marché pour mieux imposer ses règles par la suite… Je rentre de la spéculation mais je suis persuader qu’une plate-forme de liens Google verra le jour dans peu). (Donc propre cet fois !!!! Ba oui normal, c’est google…. alors c’est bien !!! )

Dans de nombreux secteurs Google devient un ennemi, une machine à fric qui écrase et monopolise tout ou presque, n’apporte pas grands choses pour l’internautes en définitive (vous êtes content vous des nouveaux résultats Google depuis Panda ? Perso je les trouve moins pertinents qu’avant… Google agit au final comme les soit disant voyoux qu’il veut éliminer. Comme on dit il faut un loup pour attraper un loup…. J’espère que le web redeviendra vraiment « libre ».

Répondre
Olivier Duffez

@Fred : je suis bien d’accord que sur de nombreux aspects, Google abuse de sa position dominante. On verra combien de temps il faut encore attendre avec de le voir condamné. Par contre j’ai quelques remarques ou questions sur ton message :

les règles peuvent changer en cours de partie

Je sais que certaines règles sont trop floues, mais à quelles règles fais-tu allusion ? Par exemple avec Pingouin, aucune règle n’a changé, par contre Google sait désormais mieux repérer les « contrevenants ».

Pourquoi autoriser des pages avec 70/80% de la page en publicité Adwords/Adsenses mais pas des bannières classiques de d’autres régies

c’est une lourde accusation, je serais curieux de connaître tes sources. C’est sur ce genre d’hypothèse que planche l’Europe depuis près de 3 ans.

Répondre