Retour d'expérience SEO
Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Retour d’expérience SEO : échecs et succès (50 000 visites/mois)

Je vous présente le témoignage d’un membre de WebRankInfo (et client My Ranking Metrics) qui a dépassé 50 000 visiteurs uniques mensuels grâce au travail du référencement naturel. Parti sans aucune connaissance en 2012, il raconte son succès (et ses échecs). De quoi vous inspirer ?

Je suis Nicolas Tranchant, fondateur et gérant de la bijouterie en ligne Vivalatina.

En juillet 2012, je me lançais seul depuis une simple chambre dans l’aventure du web, sans rien connaître à la gestion d’un site web, du blogging ni du SEO.

Début 2018, je viens de mettre en ligne la version internationale de ma boutique, lançant ainsi mon atelier de bijouterie (et mes trois collègues bijoutiers) sur le marché anglophone.

Entre temps, j’ai appris à la dure le SEO (en échouant essentiellement), puis en étudiant et pratiquant cette activité.

En 2017, j’ai réussi à toucher 413 000 visiteurs uniques, dont 52 000 au cours du mois de Décembre 2017. Je précise que ces chiffres (et les autres de l’article, ainsi que les graphiques) concernent le trafic total, la partie « organic » étant largement majoritaire.

Mes objectifs pour 2018 sont de 750 000 visiteurs uniques, soit plus de 1% de la population française.

Je vais vous partager les étapes de cet apprentissage ainsi que mes erreurs.

La particularité de ma réussite est qu’elle repose à 100% sur le SEO, n’ayant réalisé aucune autre action de marketing durant cette période.

Trafic Vivalatina 2012-2017

Pourquoi ne faire que du SEO et rien d’autre en termes de marketing ?

Mon projet de site marchand est né lorsque ma femme mexicaine m’a rejoint pour vivre en France. Le projet initial était d’importer des bijoux en argent mexicains afin de les revendre en ligne. C’était en 2010. Je gérais ce projet en parallèle de mon emploi à temps plein, si bien que j’y consacrais peu de temps.

J’essayais alors de créer mon site par moi-même en utilisant une plateforme OsCommerce avant de baisser les bras devant la difficulté de la tâche et de choisir les services de Shopify.

Ne connaissant rien au SEO à mes débuts, j’ai tenté de faire du marketing classique en envoyant des flyers dans des boîtes aux lettres en utilisant l’un des services payant de publicité de la Poste. Cela m’a coûté 1200 euros pour un résultat nul (en fait, j’ai pu faire une vente de 30 euros grâce à cette opération marketing).

J’ai donc pris la décision de gérer moi-même mon marketing au lieu de le faire sous-traiter à des commerciaux sans rien y connaître.

Ce qui m’amena à m’intéresser au SEO.

En 2012, je quittai la France pour m’installer au Mexique, je décidai alors de me consacrer à 100% à ce projet web et à me spécialiser dans le SEO. Étant loin de mes clients, il devenait alors plus compliqué pour moi d’utiliser les méthodes de marketing classique. Le SEO devenait ma seule voie de travail et mon unique perspective de croissance.

Pourquoi se former ? L’expérience de l’échec

En 2012, on parlait encore d’inscription dans les annuaires, j’entendais parler de White Hat SEO, mais je ne comprenais pas bien comment m’y prendre, donc je me contentais d’optimiser mes pages web et de créer des liens de faible valeur.

Mon unique formation d’alors (début 2013) fut la lecture du livre d’Olivier Andrieu Réussir son référencement web (édition 2012) qui constitue une bonne base de départ (indispensable pour moi alors) pour comprendre les moteurs de recherche et le SEO mais reste trop léger pour agir tel que je le fais aujourd’hui.

À force de travailler sans connaissances solides, j’ai fini par être pénalisé par le filtre Panda de Google en juin 2013 pour contenu de faible qualité et bourrage de mots clés.

Vivalatina pénalité 2013

Pénalité pour cause de contenus de trop faible qualité et bourrage de mots-clés

C’est alors que j’ai décidé de me concentrer sur une formation plus solide en SEO afin d’éviter de travailler dans le vide.

J’ai alors suivi un webinar 🖥   sur le SEO donné par Garret French et Ken Mc Gaffin. Il m’a permis de mieux cerner ce que sont de bons liens  pour le référencement ainsi que les techniques qui mènent à leur création. J’ai aussi étudié le livre de Garret French sur le SEO : Link Building.

Grâce à cela, j’ai pu nettoyer mon site web, réécrire ou supprimer les pages pénalisées de mon site et créer quelques liens de qualité pour faire lever la pénalité Panda.

J’ai pu alors faire reprendre la croissance du trafic sur mon site web trois mois après la pénalité.

Suite à quoi j’ai de nouveau stagné, me sentant dans une impasse, incapable de mettre en oeuvre la création de bons liens⛓.

Je savais quoi faire et dans quel but, mais impossible de mettre en place une méthode efficace : il me manquait le comment faire.

J’ai alors suivi un second webinar en avril 2014, donné par Brian Dean, le fondateur de Backlinko, focalisé sur les actions à mettre en place pour créer de bons liens. Le but était d’apprendre une méthode SEO efficace.

Vivalatina 2014

Le graphique précédent montre le résultat du webinar. C’est l’augmentation du taux de croissance qu’il faut remarquer. Ce résultat est dû à la méthode expliquée par Brian Dean :

  • identification d’une thématique porteuse pour un contenu web
  • identification de sites cibles intéressés par ce contenu
  • création du contenu
  • approche pertinente (« vendeuse ») des sites cibles pour diffuser le contenu

Cette méthode est aussi bien valable pour créer du contenu de meilleure qualité sur son propre site que pour offrir des contenus de bonne qualité sur d’autres plateformes et gagner ainsi des liens.

J’ai par la suite suivi un troisième webinar donné par Neil Patel, un marketeur connu aux USA. Bien que de bonne qualité, ce webinar ne m’a pas servi, car je n’ai pas eu le temps de le finir et de l’utiliser pour mon activité, celle-ci ayant déjà suffisamment grossi pour ne plus avoir suffisamment de temps pour le marketing.

Je suis régulièrement les blogs français sur le SEO, à savoir Abondance, Axe-net et bien sûr WebRankInfo.

Mes actions SEO

Concrètement, voici les différentes actions SEO que j’ai mises en place afin d’améliorer mon profil de liens et la pertinence de ceux-ci vis-à-vis de mon activité.

En 2012, je me focalisais sur le nombre de liens (de mauvaise qualité). Pour la plupart, ils provenaient d’annuaires ou de partenariats web non pertinents avec mon activité.

Au fil des me lectures et formations, je ne cherche plus qu’à créer des liens provenant de sites web avec un bon Domain Authority et (ou) très pertinents avec mon activité web.

  • J’ai créé des partenariats web avec d’autres petits artisans comme moi, ce qui m’a bien aidé en termes de liens pertinents aux yeux de Google. Ces partenaires étaient faciles d’approche.
  • J’ai créé des infographies qui ont été reprises par des sites assez importants sur mon marché.
  • J’ai créé un blog dédié aux artisans bijoutiers afin de les approcher plus facilement et de pouvoir mettre en place des partenariats.
  • J’ai fait des échanges d’articles, profitant de mon bon profil de liens et de mon auditoire important. Je précise que ces échanges étaient pertinents avec mon secteur d’activité et faits avec des sites ayant eux-mêmes un bon profil de liens et du trafic.
  • J’ai sollicité mes fournisseurs de produits et services pour faire des témoignages clients ou utilisateurs.
  • J’ai aussi fait beaucoup de guest posts en témoignant de mon activité sous différents angles selon le besoin : expatrié français, entrepreneur, vivre au Mexique, voyager, impression 3d….

Je suis également utilisateur de MyRankingMetrics (la plateforme SEO d’Olivier Duffez), très utile pour nettoyer mon site comme je vais vous l’expliquer.

My Ranking Metrics

My Ranking Metrics, la plateforme SaaS de Ranking Metrics

En août 2017, j’ai fait un audit (« RM Tech »). Grâce à sa liaison automatique avec Google Analytics, j’ai découvert beaucoup de pages mortes que je n’avais pas réussi à identifier. Voyant dans le rapport d’audit qu’elles étaient de trop mauvaise qualité, j’ai décidé de les supprimer.

Pour être très précis, j’ai supprimé et désindexé plus de 150 pages de mon site sur un total de 950 pages, soit près de 16%. Je ne m’en rendais plus compte, mais ces pages n’étaient vraiment pas attrayantes ni pour les algos de Google, ni pour les internautes.

Ainsi, RM Tech m’a aidé à alléger le nombre de pages de mon site pour ne conserver que des pages intéressantes sur ma thématique. RM tech m’a fait découvrir pas mal de choses, notamment :

  • toutes les pages 404 vers lesquelles je faisais pourtant des liens internes (follow)
  • des vieilles pages hors-sujet maintenant
  • des pages produits anciennes (je fais des fiches produits pour mes produits sur-mesure pour chaque client)
  • des articles de blog trop courts avec un contenu trop faible pour ranker
Vivalatina 2017

3 mois après l’audit RM Tech, mon trafic a augmenté ↗️  d’environ 40%, de ~40k à ~60k sessions.

Mais il est difficile de voir un impact de cet audit uniquement sur le trafic du site, car j’avais déjà entrepris depuis longtemps de faire du bon référencement On-Page et Off-Page et ce dernier était déjà en croissance.

Cela dit, j’ai été très satisfait par la simplicité avec laquelle je peux épurer mon site et éviter que le nombre de pages de faible intérêt n’explose avec le temps.

Je compte faire régulièrement d’autres audits RM Tech à titre de maintenance.

Mes 3 conseils SEO

Avec ma petite expérience du référencement, voici les 3 conseils que je donnerais :

1- Se former

2- Utiliser un outil d’analyse de mots-clés permettant de connaître le potentiel en termes de volumes de recherche ainsi que la difficulté de positionnement

3- Apprendre a rédiger des articles de fond. La qualité du contenu est ce qui prime pour Google et les internautes. En plus c’est ce qui facilite le placement de contenu pour les partenariats web (articles invités, infographies, études…).

L’avenir

J’ai lancé en janvier 2018 mon nouveau site web, le pendant anglais de mon activité actuelle de bijouterie en ligne. Bénéficiant de l’expérience acquise et de mes connaissances, j’espère pouvoir faire un en an ce que j’avais accompli en trois ans avec mon premier site web…

Cet article vous a-t-il plu ?

Note : 4.3 (10 votes)
Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

11 commentaires

Artixe

Voilà un genre d’article qui donne plaisir à lire et dont personnellement j’aimerais en voir plus souvent.

La seule chose que je trouve un peu dommage c’est que l’auteur se soit uniquement focalisé sur le netlinking et le contenu, et non pas aussi sur l’expérience utilisateur. Que ces deux premiers restent des critères essentiels – voire les plus importants ? – cela va de soi, mais l’auteur n’a-t-il rien fait pour améliorer l’expérience utilisateur ?

Aussi le maillage interne aurait-il certainement mérité un petit paragraphe.

Répondre
Nicolas de vivalatina

Bonjour Artixe,
difficile de mesurer l’expérience utilisateur en chiffres. J’en parle indirectement en parlant de qualité de contenu, j’ai beaucoup d’articles qui sont positionnés dans les 3 premières places dans les SERP, mais certains ont mis des mois à ce positionner de la sorte, question de DA certainement.

Je place aussi beaucoup de liens dans mes articles, liens complémentaires sur mon site et aussi externes à mon site si je le peux, je crois que cela à un impact important sur le positionnement des mes articles et la satisfaction utilisateur, mais là encore, c’est plus un sentiement que des chiffres que j’avance.

Répondre
Martin Gomes

Une analyse bien complète avec des chiffres très pertinents sur le référencement. Effectivement, le contenu importe énormément pour assurer les travaux de référencement, et vos conseils sont plus qu’utiles. Félicitation en tout cas pour cette belle réussite.

Répondre
Lionel Belarbi

J’utilise RM Tech que depuis cette année. J’ai en 2005 suivi 6 mois de formation en lisant WebRankInfo, c’est tout ! résultat 15 000 VU par jours. J’ai du changer de serveur à cause de WRI :-) Merci pour cet article et Merci WRI !

Aujourd’hui je recommence tout à zéro, c’est dur, mais j’ai un allié de guerre en plus de WRI, RM Tech de https://fr.myrankingmetrics.com :-)

Répondre
Nicolas de vivalatina

Intéressant, pour le coup c’est moi qui serait intéressé d’en savoir plus sur votre parcours SEO , quel est votre site pour y jeter un oeil ?

Répondre
michael

Bonjour,

Ce retour d’expérience est très intéressant à lire. C’est très motivant pour des personnes qui débutent de voir qu’il y a toujours une marge de progression et que même si il y a des moments difficiles il est toujours possible de se relever.

N’était-il pas compliqué de gérer les clients venant d’Europe ou d’autres régions avec le décalage horaire etc ?

Merci à vous pour ce partage

Répondre
Nicolas de vivalatina

Bonjour michael,
en fait dans mon cas, le décalage horaire n’est pas un soucis, c’est même un avantage car avec 7h en moins ici au Mexique, je commence ma journée en répondant aux emails et demandes de devis que mes clients m’ont envoyé dans la matinée.
Si bien que la plupart du temps, je peux répondre dans la journée à un message envoyée le matin même.

Répondre
thomasss

bonjour,
merci pour ce retour d’expérience, les liens et le contenu font la différence. Une question concernant les liens : une page partenaire qui réceptionne des liens n’est pas déconseillée normalement ?
beaucoup de mots clés ont été décrochés grâce aux articles de blog, y a t-il une augmentation aussi nette du CA ?

Répondre
Nicolas de vivalatina

Bonjour Thomasss,
Je ne comprends pas bien votre question concernant la page partenaire.
Mon point de vue (cela n’engage que moi) est que je peux faire autant de liens que je veux avec mes partenaires, croisés ou triangulaires sans être pénalisé tant que ces liens sont pertinents.
L’algo de google ne cherche qu’à y voir clair dans les relations professionnelles qui lient les sites web, et pénalise les contenus abusifs.
Si je souhaite parler de mes partenaires (secteur du bijou) et que ces derniers font de même, c’est très logique et défendable pour n’importe quelle industrie (sans google) donc google ne devrait avoir aucune raison de me pénaliser pour cela (et ne l’a pas fait).

Pour ce qui est des mots clés pour lesquels je me positionne grâce au blog, je confirme l’augmentation nette de CA.
La raison est simple, mes articles sont bien plus longs et instructifs que des pages produits ou bien des pages de collection de produits, si bien que le contenu m’aide vraiment à me positionner sur le KW cible et sur la longue traine.

De plus, je vend des produits à plus de 500 euros, donc l’explication du process et du travail en atelier fait parti de mon marketing et stratégie de vente.

Répondre
Jean Pénicaud

Au regard des copies d’écrans, le taux de rebond moyen avoisine les 80%, ce qui est très élevé. Il faut donc relativiser l’accroissement de trafic, avec du trafic de qualité et de le transformation de chiffre d’affaire.

Répondre
Nicolas de vivalatina

Cela fait bien longtemps que je ne me soucie plus du taux de rebond.
Mes meilleurs articles, classés numéro 1 ou 2 dans les SERP sur le KW principal, sont ceux avec le taux de rebond le plus élevé et un temps passé sur l’article de 3 à 5 minutes.

Le taux de rebond indique qu’un internaute est venu, a trouvé son information puis est reparti, à pas confondre avec le pogo sticking, l’internaute arrive sur la page puis repart quelques secondes après n’ayant pas trouvé l’information qu’il recherchait, il retourne alors sur les SERP afin d’aller visiter une autre page.

Il est important d’analyser le taux de rebond page par page à la lumière du temps passé par l’internaute sur cette même page.

Pour ce qui est de mon expérience, en parallèle de mon augmentation de trafic, la valeur marchande de chaque internaute a également augmenté avec le temps (KW mieux ciblés, articles mieux rédigés, taux de transformation en augmentation).

Répondre