➡️ Grosse promo en cours sur ma plateforme SEO ⬅️

Sur My Ranking Metrics, on double les crédits que vous achetez !

🎁 Offre limitée au 23/11 à découvrir ici

Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Les 5 erreurs en référencement naturel les plus courantes selon Matt Cutts

Dans la vidéo ci-dessous, Matt Cutts indique quelles sont selon lui les 5 erreurs les plus souvent rencontrées en termes d’optimisation du référencement naturel (SEO). Voici les 5 points et donc les 5 conseils associés.

La vidéo :

5 erreurs seo selon Matt Cutts

Une grimace de plus pour Matt Cutts quand il parle du référencement

Les 5 erreurs les plus fréquentes selon Matt Cutts :

  1. Ne pas avoir de site (sic) ou avoir un site que les moteurs ne peuvent pas crawler. Il conseille aussi (comme moi) d’avoir son propre nom de domaine. Lisez mes conseils sur le crawl ou et l’indexation et si vous avez des problèmes, posez-les dans le forum dédié.
  2. Ne pas utiliser les bonnes expressions dans son contenu, c’est-à-dire celles utilisées par les internautes. Il donne l’exemple suivant : n’écrivez pas « Hauteur du Mont Everest : xxx » mais « Quelle est la hauteur du Mont Everest ? » suivi de la réponse, car c’est ce que cherchent les internautes. Je vais pouvoir donner cet exemple en formation sur l’optimisation éditoriale du référencement car ça colle parfaitement avec mon discours. J’y donne d’ailleurs déjà d’autres astuces similaires efficaces pour les sites marchands…
  3. Se focaliser sur la création de backlinks (link building) plutôt que sur la création de contenu attrayant et sur le marketing. Mon avis : globalement c’est vrai, mais dans la plupart des cas il faut compléter par une stratégie de netlinking pro-active. Ca ne signifie pas qu’elle enfreint les règles de Google, mais il existe quantité de façons d’obtenir des liens pérennes.
  4. Oublier de travailler précisément les balises title et meta description des pages les plus importantes. Matt Cutts rappelle que l’affichage des résultats dans les SERP (le snippet) dépend essentiellement de ces 2 balises et que pour attirer l’internaute efficacement, il faut optimiser ces textes.
  5. Ne pas profiter des nombreuses ressources disponibles en ligne sur le référencement. Il fait référence aux pages d’aide ou aux forums de Google mais j’ajouterais volontiers le site WebRankInfo ;-)

Attention, il ne s’agit pas des erreurs qui ont le plus de répercussions mais celles que Matt Cutts rencontre le plus souvent.

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.

21 commentaires

Bret

Matt référencé N°1 sur les requêtes « pipeau et « joueur de pipeau ».
Et nous sommes tous des mélomanes.

Répondre
coolweb

tout à fait correct, ces points la, beaucoup de gens les négligent en sous-estimant leur valeurs pour le bon référencement.. merci M. Olivier pour vos articles précieux

Répondre
Pedzoule

Toujours bon de le retenir, notamment sur la partie rédaction (et l’exemple Everest. Perso, j’ai de plus en plus tendances, quand je travaille longtemps sur un site, à oublier de vérifier ces termes ou à vérifier moins souvent (1 mot sur deux).. Du coup, j’apprécie bien ton article et ce rappel, merci Olivier ;)

Répondre
Pierre G

Sur la balise description : une agence SEO m’a dit suite à audit d’un site client, laissez-les vides, cela ne sert à rien :) Ah bon … je les ai quand même laissées et améliorées, le CTR augmente, logique.

Répondre
FemmeTaureau

Bonjour,
J’ai apprécié le fait de faire attention à ce qu’on écrit. Matt nous enseigne qu’il faut écrire pour l’internaute. Et c’est ce que je veux personnellement. Dès que je suis en train de faire une telle recherche, je veux apparaître ma question suivi de la réponse adéquate.
Merci pour ces astuces.

Répondre
Nicolas Bulabois

Merci Matt et Olivier pour ces rappels des bases. Ca paraît effectivement évident (enfin, je trouve) mais toujours important à rappeler. Combien de fois on répète : on utilise les mots utilisés par les internautes, pas ceux qu’on a envie de voir. C’est valable tout le temps ! A bas le jargon… même et surtout en SEO !!

Répondre
Willgoto

Les choses ne sont pas aussi simples qu’il le dit.

1. Au sujet des bonnes expressions: concernant « mount (ou plutôt mt) everest elevation » versus « how high is mount everest », il y a bien d’autres variantes « elevation of mount everest » (autre SERP que mont everest elevation), « mount everest height », « how tall is mount everest », mount everest altitude »….

Dans cet exemple, le « how high is mt everest » suggéré par Cutts semble le plus demandé, mais « what is the height of mt everest » (pas le meilleur anglais) l’est pourtant quasi autant !!

En plus, sur certaines requêtes et pas sur d’autres, google donne directement lui-même la réponse de sorte que l’intérêt de se positionner sur cette requête se réduit notablement.

2. sur le point 3, marketing = souvent argent. On rappellera quand même que, selon les directives de google, même un avantage en nature à un journaliste, à un blogueur, à un free lance… est interdit (cfr aussi Interflora).

Oui bien sûr, il y a google plus, là, pas d’interdit et pour cause, c’est un produit google.

Et qui dit marketing sous-entend souvent « google adwords ».

Répondre
Olivier Duffez

@Willgoto : je ne pense pas que Matt Cutts ait choisi spécialement l’expression, il voulait sans doute seulement rappeler qu’il faut se mettre à fond dans la peau des internautes qu’on veut faire venir sur notre site et utiliser le plus possible leurs propres formulations

Répondre
Gripsous

Raison 1 : Ne pas avoir de site

Non mais a l’huile quoi*, Ne pas avoir de site c’est comme si tu étais un webmaster sans ordinateur

*Pas le droit de mettre allo, c’est déposé :-p

@ Bret => Je crois que tu es dans le vrai. Allez je retourne à mes partitions.

Répondre
Tayo

EN gros il dit ce qu’on sait tous, donc ça ne sert à rien. Car forcément, la logique du référencement, c’est être meilleur que l’autre, donc bien souvent, savoir ou pouvoir faire des choses supplémentaires.
Le coup du « contenu » > Lien, on connait le couplet. C’est archi faux.

Répondre
mxh

Encore une belle photo de Matt !!!
Olivier tu devrais créer un album de tes plus belles photos de Matt, succès assuré !

Répondre
mxh

@Olivier Excellent !

Répondre
Alexandre

Bonjour, moi je pense qu’il faut toujours écrire des articles pour les lecteurs, de toute façon avec le temps notre blog va automatiquement être référencé sur les mots clés de la longue traine.

Merci pour cet article, très intéressant.

Répondre
Totoro

Un truc est sûr « Il donne l’exemple suivant : n’écrivez pas « Hauteur du Mont Everest : xxx » mais « Quelle est la hauteur du Mont Everest ? » suivi de la réponse ».

Effectivement cela fonctionne bien sur de la longue traine, c’est un moyen d’avoir du trafic, mais un trafic modéré à moins d’être sur une requête très recherchée.

Ce n’est pas ce qui fonctionne le mieux en terme de transformation pour une boutique en ligne.

Répondre
marcpatrick

je dis un grand merci a olivier
voila des conseils utiles à mettre en oeuvre surtout pour nous autres debutants. je suis en charge d’un site sur le tourisme et je pense bien apprendre plein de choses sur ce site.
bien a vous et merci encore

Répondre
Jérôme

Je pense qu’écrire du contenu qualitatif est primordial (ce qu’on appelle la longue traine ?) Faut-il encore choisir des thèmes en adéquation avec la ‘cible’ du site… Mais ça fait du bien de se re-mémoriser les principes de bases… Avoir un site :) Je trouve ça très drôle ! Des Principes à ne pas perdre de vue… @Totoro : Qu’est-ce qui fonctionne le mieux selon toi ? Je suis preneur ! Merci pour cet article.

Répondre
khalou

merci olivier pour les conseils. je ne sais pas si blogspot est un obstacle pour mon site déjà référencé psoriasis-skin-care.blogspot.com

Répondre
minuit10

Mouip, sympa sans plus, j’ai pas appris grand chose de nouveau, des vieux tuyos… A voir tout de même que la majorité des internautes écrit comme ça se prononce, alors quitte à draguer le trafique, pourquoi pas écrire « ortografe » sur un site de cours de français, lol… Il y aura de la visite… Un site doit tout de même avoir un certain charisme et entre se faire voir à tout prix et conserver une certaine prestance il y a juste milieu.
Par contre, bien le coup de la question réponse, suis ok… C’est sobre et efficace.

Répondre
oxedet

Rien de vraiment neuf à l’horizon : la pertinence de l’utilisation des expressions des internautes est évidente… mais a ses limites, rapidement atteintes ! Illustration : J’ai longtemps travaillé pour un site de vente de fournitures spécialisés pour Tatoueurs. Il s’est vite avéré qu’il existait un gap entre les termes « pros » du vendeur et ceux choisis par ses clients internautes. J’avais beau lutter pour convaincre le vendeur de modifier ses appellations : en vain, il était contraint par la réglementation et le respect de la publicité non mensongère. L’exemple le plus criant (pourtant au cœur de son business) était la gamme « Dispersions & pigments »… ça vous dit rien ? c’est normal et plus connu (et cherché) sous « encre de couleur », terme non admis dans les cercles autorisés…

Répondre
Lucas

Merci Matt et Olivier pour cette belle contribution. Ça a l’air logique ce que vous avancez comme arguments. Moi aussi je suis pour le jeu des questions réponses :)

Répondre