Comment facturer vos prestations (grille tarifaire… ou pas)

hibou57

WRInaute passionné
Bonsoirs,

Le document est initialement à destination des graphistes, mais il s’applique facilement à l’intégration, conception, etc (pour le référencement, je ne sais pas comment ça se passe, et mon p’tit doigt me dit que c’est plus compliqué).

Je ne fais pas un résumé, mais je souligne quelques points pour ne pas se faire avoir :

  • Ne jamais travailler au forfait, c’est la porte ouverte aux abus
  • Facturez toujours selon le principe Tarif Jour * Nb Jour ou Tarif Jour * Nb Jour + Tarif Cession Droit (pour les oeuvres artistiques originales) et consigner le tout dans un devis que le client devra respecter s’il accepte le devis.
  • Alarmez-vous si vous passez sous la barre des 300€/jour, car n’oubliez pas le temps de prospection, les jours non-travaillés, etc.
  • Fuyez comme la peste, la galle, le choléra, la lèpre (tout ça réuni) les clients qui vous disent «pour le prix, on verra après quand le travail sera terminé».

Lire l’intégralité des conseils sur cette très bonne page (très bon site aussi) :
Cacul du cout des prestations pour les graphistes (et les développeurs web)

Bonne lecture :)
 

hibou57

WRInaute passionné
Citation intéressante d’une autre page de ce même site (celui du précédent lien) :

En fait, il y’a deux univers distincts: les boites qui payent correctement et qui recherchent des graphistes compétent dans leur cercle de connaissances et contact, et les boites qui payent au lance-pierre et donc ne trouvent personnes et donc passent des annonces, ce qui entraine la croyance que toutes les agences qui recrutent le font à un salaire de misère. […]

Source : Sur le salaire des infographistes (mariejulien.com)

Re-Bonne lecture :)
 

cedric_g

WRInaute accro
Je rajouterai deux choses :
- si forfait (possible sur petites prestations) => paiement à l'avance dans sa totalité ET contrat béton délimitant TOUS les détails de la prestation
- exiger absolument des écrits signés avant de commencer, quelle que soit la prestation
 

Julia41

WRInaute passionné
Moi (infogérance: prestation de service) j'arrive à "un autre" soucis ces derniers temps, je facture généralement à l'heure et plu le temps passe moins je mets de temps (plus tout est automatisé).
Résultat j'ai de plus en plus de mal à "justifier" d'1h effectuée (ou de 10). Bon, j'utilise la technique du "ça aurait dû mettre" mais bon.
Sinon, pour tout ce qui est "contrat écrit signés" ça me gêne vraiment de passer par là en 2011... Dernier exemple en date, un client me contacte car son disque dur était mort et donc site down, fallait récup le tout (pas de backup évidemment) qui voulait que je lui renvoie un contrat de confidentialité: c'est urgent ou pas ?!
 

ludoanimation

WRInaute impliqué
Julia41 a dit:
plu le temps passe moins je mets de temps (plus tout est automatisé).
Résultat j'ai de plus en plus de mal à "justifier" d'1h effectuée (ou de 10). Bon, j'utilise la technique du "ça aurait dû mettre" mais bon.

t'as raison, tu crois que ton garagiste qui trouve la panne en 10 secondes grace a la valise diagnostic va te faire payé moin cher que quand il réglait ca au tournevis et a l'oreille ?

et puis tes automatismes, t'as passé du temps a les développer, faut bien les rentabiliser
 

hibou57

WRInaute passionné
ludoanimation a dit:
t'as raison, tu crois que ton garagiste qui trouve la panne en 10 secondes grace a la valise diagnostic va te faire payé moin cher que quand il réglait ca au tournevis et a l'oreille ?

et puis tes automatismes, t'as passé du temps a les développer, faut bien les rentabiliser
Surtout que, à travail égale salaire égal, semble justifié.

Sinon on reproduit les aberrations de la modernisation produisant de la pauvreté; chose à éviter à tout prix (jeux de mot involontaire).

Avec le temps, il faut ajuster le tarif horaire ou le tarif jour en fonction de l’expérience. D’ailleurs, peut-être est-il plus pertinent de facturer à la journée plutôt qu’à l’heure, parce que de toute manière, des prestations qui se font en une heure, il n’y en sûrement pas bezef.
 

Julia41

WRInaute passionné
Avec le temps, il faut ajuster le tarif horaire ou le tarif jour en fonction de l’expérience. D’ailleurs, peut-être est-il plus pertinent de facturer à la journée plutôt qu’à l’heure, parce que de toute manière, des prestations qui se font en une heure, il n’y en sûrement pas bezef.
Moi c'est "pleins de prestations de 10 minutes" ou manière de et je facture au mois. Et ces "10 minutes" c'était "20 minutes" il y a quelques temps. Enfin bon, même si je m'en sors bien je valorise pas encore assez: Très certainemement dû à des "vieux" clients qui sont là depuis le départ du coup, je préfère les garder plutôt que d'augmenter.

Enfin en tout cas l'article est vraiment sympa, et des fois je me pose la question sur le côté "artistique" de mon boulot, ça reste des scripts, mais bon, des fois c'est de l'art.
 

hibou57

WRInaute passionné
Julia41 a dit:
Enfin en tout cas l'article est vraiment sympa, et des fois je me pose la question sur le côté "artistique" de mon boulot, ça reste des scripts, mais bon, des fois c'est de l'art.
C’est effectivement une forme d’art (j’associe parfois ça à l’artisanat). Dans un document pas vraiment sur la question, qui parle en fait du problème des brevets, tu peux lire plusieurs paragraphes défendant l’idée d’une forme d’art proche de celle du travail d’écrivain, de mise en forme litérraire. Voici un extrait.

Source (Décembre 2004) : Brevetabilité du logiciel : le point de vue d’un chercheur en informatique (Bernard Lang)
Bernard Lang (INRIA – Rocquencourt) a dit:
Les logiciels sont généralement des créations complexes mettant en oeuvre des centaines, voire des milliers de composants de nature très diverse. Cela pose des problèmes d'expression et d'organisation considérables. Les programmeurs ont relativement rarement des problèmes algorithmiques critiques, mais montrent tout leur art dans la gestion de la complexité, dans le choix du mode d'expression (langage) et dans la clarté de cette expression : en un mot, dans leur style7. Les débutants apprennent rapidement qu'un bon programme est avant tout un programme lisible, et que cela a un impact important sur la maintenance et l'évolution des programmes, qui représentent la plus grosse part des coûts du logiciel.

Seule une ignorance profonde de l'activité du programmeur et le mépris gratuit de ce que l'on ne connaît pas peuvent permettre à certains commentateurs de prétendre que l'écriture des programmes est une activité banale, du niveau de la correction grammaticale de l'expression écrite plutôt que de celui de la création littéraire, et d'en conclure que l'utilisation du droit d'auteur serait inappropriée pour les logiciels car ce ne serait pas des oeuvres8. Bien sûr, peu de programmeurs ont de réelles capacités créatives, de même que peu d'oeuvres écrites ont une réelle originalité littéraire. Mais, à supposer que ce genre de raisonnement soit fondé, ce qui est discutable9, c'est l'aptitude du médium à permettre l'expression d'un style et d'une personnalité qui justifie le droit d'auteur, et non la proportion des auteurs qui savent en tirer parti dans leurs créations, ou la proportion des membres du public qui sont capables d'apprécier les qualités de style de ces créations.

L'essentiel des coûts est donc dans ce travail d'expression et d'organisation, qui relève très naturellement du droit d'auteur. […]
 

SpeedAirMan

WRInaute passionné
- "Enfin bon, même si je m'en sors bien je valorise pas encore assez: Très certainemement dû à des "vieux" clients qui sont là depuis le départ du coup, je préfère les garder plutôt que d'augmenter."
Je comprends tout à fait, puisque j'ai tendance à faire un peu pareil.

Cependant, deux réflexions (dans le sens : "pensées" / "matières à réfléchir" et non "critiques") :
- tes clients pensent la même chose que toi : vous vous connaissez depuis longtemps, vous avez créé une relation de confiance etc. et donc, même si tu venais à augmenter tes prix (voire à devenir un peu plus cher que tes concurrents), il y'a de grandes chances qu'ils restent tout de même avec toi. La relation de confiance, l'expérience / le vécu avec un client / prestataire a une valeur (d'ailleurs, cette "valeur" peut être négative comme positive, mais ça c'est une autre histoire).
- le jour où tu devras refuser un ou plusieurs contrats car tu n'as pas le temps de t'en occuper à cause du boulot que te demandent tes clients fidèles, tu te demanderas si tu ne fais pas une erreur / si tu fais le bon choix.
 

finstreet

WRInaute accro
ludoanimation a dit:
Julia41 a dit:
plu le temps passe moins je mets de temps (plus tout est automatisé).
Résultat j'ai de plus en plus de mal à "justifier" d'1h effectuée (ou de 10). Bon, j'utilise la technique du "ça aurait dû mettre" mais bon.

t'as raison, tu crois que ton garagiste qui trouve la panne en 10 secondes grace a la valise diagnostic va te faire payé moin cher que quand il réglait ca au tournevis et a l'oreille ?

Bah oui mais toute intervention sera d'au minimum 1h (ou 30 mns)... c'est écrit en petit sur les factures il me semble.
 

hibou57

WRInaute passionné
.

Ressource utile, les principes de base du droit d’auteur en france :
Kit de survie du créatif — Comment fonctionne le droit d’auteur

Points expliqués :

  • Le droit moral
  • Les droits patrimoniaux
  • La cession de droits
  • Violations du droit d’auteur (avec un exemple de cas)
  • Et comme toujours dans ce domaine, un exemple de carotte à éviter

Ce document présente en introduction, le droit d’auteur selon le droit français, comme étant l’un des plus (si ce n’est le plus) protecteurs dans le monde.

Et ça concerne tout le monde, pas seulement les auteurs, les usagers aussi !

Bonne lecture (c’est concis, le tout tient en une seule page).
 

Discussions similaires

Haut