Vous êtes ici : Dossiers référencement > Google Search

Membre WebRankInfo ?

S'inscrire Aide

Google prépare un algo SEO contre les sites marchands de mauvaise qualité

Par , Lundi 11 mars 2013

Matt Cutts a indiqué que son équipe travaille actuellement à un nouvel algorithme visant à identifier les sites marchands de mauvaise qualité afin de dégrader leur visibilité sur Google (pénalité de référencement naturel).

GoogleTrusted Stores

Schéma fourni par Google pour la sortie de son programme de certification Trusted Stores

L'annonce par Matt Cutts

Tout comme il avait annoncé travailler sur un algo de détection de la sur-optimisation du SEO (que l'on connait désormais sous le libellé Penguin), Matt Cutts a  expliqué au cours d'une conférence que Google cherche à éviter que des mauvais sites ecommerce soient bien positionnés dans Google (source). Ce nouvel update pourrait sortir d'ici fin 2013, peut-être avant.

La citation exacte :

We have a potential launch later this year, maybe a little bit sooner, looking at the quality of merchants and whether we can do a better job on that, because we don’t want low quality experience merchants to be ranking in the search results.

Je suppose qu'il voulait parler uniquement de la partie résultats naturels ? Vouloir pénaliser ses clients AdWords ne serait pas dans l'air du temps (avis strictement personnel !)...

Quels critères pour la détection de sites ecommerce de mauvaise qualité ?

A part AdWords, que faudra-t-il aux sites marchands pour éviter les foudres du prochain animal de Google ? Un peu de Google Shopping (payant) ? Une certification Trusted Store fournie par Google ? L'utilisation de moyens de paiement fournis par Google, comme Checkout ou Wallet ?

Plus sérieusement, comment un algorithme pourrait-il évaluer la qualité d'un site de vente en ligne ? Sans se baser sur des critères qui pourraient être manipulés (soit par le marchand, soit par ses concurrents adeptes du negative SEO) ? C'est le genre de questions qu'on se pose depuis que Google a sorti son algo Panda qui cherche à évaluer la qualité d'un site... Voici quelques critères hypothétiques :

  • les avis clients (récoltés chez des partenaires ou extraits par les données structurées) : nombre d'avis, note moyenne et répartition des notes, le tout en valeur et évolution de cette valeur dans le temps. Au-delà de ces aspects "basiques", Google pourrait utiliser l'analyse de sentiments pour évaluer les opinions des clients. Mais tout cela est controversé à cause de l'explosion des faux avis de consommateurs.
  • les avis exprimés sur les réseaux sociaux à propos du site ou de la marque
  • les aspects techniques du site : moyens de paiement proposés, sécurité (par exemple avec l'utilisation du protocole HTTPS)
  • la notoriété de la marque ou du site

Si je regarde dans les consignes de Google aux Search Quality Raters (récemment rendues publiques par Google), section 4.1.2 (Recognizing True Merchants), je vois une série d'éléments censés être caractéristiques des "vrais" sites ecommerce (sérieux), par opposition à de simples sites faisant de l'affiliation. Les voici :

  • un lien vers le panier qui pointe vers une page du même site (pourtant il peut y avoir des petits ecommerçants qui passent par un site tiers, qu'en pensez-vous ?)
  • un panier qui se met à jour quand on ajoute un produit (ça semble évident non ?)
  • une politique de retour produits avec une adresse postale physique (en effet c'est important et rassurant)
  • un  moyen de calcul du coût de livraison qui fonctionne bien
  • la gestion d'une liste de souhaits ou bien la possibilité de remettre l'achat à plus tard
  • un moyen pour identifier le cheminement du colis (les consignes donnent l'exemple de FedEx)
  • un forum utilisateur qui fonctionne (mais avoir un forum est loin d'être obligatoire)
  • la possibilité de se créer un compte utilisateur ou de s'y connecter

D'autres critères que les avis clients ?

Concernant les critères utilisables en dehors des avis clients, Matt Cutts a répondu ceci :

We are trying to ask ourselves, are there other signals that we can use to spot whether someone is not a great merchant, and if we can find those, and we think that they are not all that spammable, then we’re more than happy to use those.

Rappelons également que Google avait réagi très vite en décembre 2010 quand le New-York Times avait publié un article qui expliquait qu'un site marchand à très mauvaise réputation avait pu bénéficier d'un bon référencement naturel grâce au buzz et aux nombreux avis. Le site DecorMyEyes avait alors été pénalisé. Pourtant, il ne me semble pas qu'il avait été démontré que son référencement avait été avantagé avec les avis clients (alors qu'ils étaient mauvais)... A l'époque, le big boss du moteur de recherche (Amit Singhal) avait expliqué que Google ne savait pas encore comment utiliser l'analyse de sentiments pour gérer ce genre de cas, alors qu'ils disposent d'algorithmes spécialisés sur ce sujet (Large-Scale Sentiment Analysis for News and Blogs).

Je suppose que vous avez d'autres idées ! N'hésitez pas à les indiquer en commentaires.

Ce dossier sera complété au fur et à mesure que de nouvelles informations seront disponibles. N'oubliez pas de suivre WebRankInfo par l'un des moyens indiqués en bas de cet article.

A propos de l'auteur : Olivier Duffez Olivier Duffez sur Google+ Olivier Duffez sur Twitter Olivier Duffez sur Facebook Olivier Duffez sur Pinterest Olivier Duffez sur LinkedIn

Consultant en référencement, Olivier Duffez a travaillé pour les plus grands sites (Doctissimo, FNAC, RueDuCommerce...). Il édite le site WebRankInfo qu'il a créé en 2002, devenu la + grande communauté francophone sur le référencement (270.000 membres, 1,4 million de posts). Il a également créé la société Ranking Metrics, leader des formations emarketing en France (SEO, AdWords, Analytics, réseaux sociaux).

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Vous aimez WebRankInfo ? Suivez-nous !

Si vous souhaitez publier un extrait de cet article sur votre site, assurez-vous de respecter les conditions générales d'utilisation de WebRankInfo.

Vous devriez lire aussi :

78 commentaires

  1. sylvain a dit le

    Je vois ça en effet comme une façon d'évaluer la qualité de services des marchands, puisqu'il "sait" déjà analyser les sites de contenu à faible valeur ajoutée.
    Je vois bien l'analyse des notes passées aux sites tiers certifiés. Surtout qu'il a déjà ces notes, qui remontent dans GG Shopping ou Adwords...

  2. Julien a dit le

    Effectivement pas facile pour Google de savoir si un site ecommerce est de bonne ou mauvaise qualité, ils ne doivent pas analyser uniquement les facteurs traditionnels. Je pense qu'effectivement cette MAJ se fera grâce aux avis client, je ne vois pas d'autres facteurs pertinents.

  3. Supermaury a dit le

    Bonjour Olivier.

    Cela rejoint un tweet de Matt Cutts de novembre 2012 qui m'avait particulièrement intrigué.

    Voir : https://twitter.com/mattcutts/status/271134377805742080

    Alors, de là à imaginer que la fonction "Signaler comme spam" de Gmail puisse impacter un site marchand qui abuserait des lettres d'information, il n'y a qu'un pas :)

  4. Thibaud a dit le

    Nouvelle plutôt étonnante, sur des critères qui sont quand même subjectifs. Puis, qu'est ce qu'un "mauvais site e-commerce" ? Parmi les critères, on pourrait aussi penser au nombre de produits en ligne mais hors stock, faux avis clients..
    Wait and see...

  5. Sponge Bob a dit le

    là je pense qu'ils vont chercher à pénaliser les sites avec aucune connexion banque, je parle pour des particuliers qui montent des sites marchand liés à paypal, et ils sont nombreux dans certains secteurs.

  6. Manou a dit le

    Bonjour
    Est-ce que le métier de référenceur est en train de devenir une profession sans avenir ?

  7. Olivier Duffez a dit le

    @Manou : pourquoi cette question ? au contraire les sites ont de + en + besoin d'expertise

  8. Luca a dit le

    Bonjour,
    On pourrait aussi imaginer qu'ils se baseront sur le facteur temps/rebond et bien-sur sur les taux de conversion. D'ailleurs une de ses dernières vidéos (à Matt Cutts) ne parle pas des x-autocompletetype afin de mieux cibler les zones de conversion?!
    @++

  9. Stephanie a dit le

    La satisfaction et la qualité des sites e-commerces peut-être évalué avec les éléments suivants :

    taux de rebond: le client trouve t-il ce qu'il recherche en arrivant sur le site ?

    visite unique et visiteur récurrent : un client revient-il ?

    optimisation : vitesse de chargement du site, poids de la page, hébergement français ?

    contenu : les descriptions des produits sont-elles unique ? Sur combien de sites différents sont-elles présentes ? Quels sites ..

    Bref, google a largement de quoi faire pour évoluer si un store est crédible ou non, sans compter l'ensemble des éléments déjà en vigueur.

    Stephanie

  10. Aquaportail a dit le

    @Sponge Bob : j'aime bien cette possibilité = analyse des moyens de payements, vérification des identifiants professionnels, ... il y a déjà moyen d'éliminer pas mal de boutiques non-conformes à certaines pratiques.

  11. Ovody a dit le

    Bonjour,

    La vraie question est comme dit plus haut : qu'est-ce qu'un mauvais site marchand et qu'est-ce qu'un bon site marchand ?

    La connexion avec une banque ? Encore un argument pour ne permettre qu'aux gros porteurs de projets de s'installer sur le net. Pendant toue la période où le site monte, le coût du paiement par une banque est très cher, surtout lorsque le prix d'un produit est faible, l'abonnement bancaire vient dans ces conditions très vite grever un budget de manière importante. Ne dit-on pas le net pour tous ?

    Les avis ? Mais j'appuie les possibilité de campagne de désinformation et donc de mauvais avis. Que pourra-t-on faire pour lutter contre cela ? Mémoriser les IP des gens qui donnent des avis pour identifier les spammeurs ? Toujours pas très fiable.

    Je crois que l'on ne peut pas détecter automatiquement la fiabilité d'un site de e-commerce. Seul un audit pourrait le faire et là aussi, seuls les gros porteurs de projets peuvent se permettre de payer un audit (mini 4h de visite + déplacement + rédaction rapport + part charges entreprises, cela chiffre vite).

    Je comprends bien que Google veuille promouvoir la qualité mais il faut ne faut pas confondre qualité et gros budget.

    e nombre de produits en stock est une très bonne données mais si ell est exploitée, elle disparaîtra des sites, ce qui pour l'internaute n'est pas la panacée. Mais si Google permettait que l'on puisse momentanément mettre des pages de côté, il ne serait pas non plus impératif de conserver ces pages de manière aussi visible : c'est le serpent qui se mord la queue monsieur Google.

    Par contre un bon site aura eu soin de ne pas se référencer dans des annuaires bâteau, d'avoir toujours éviter le duplicate content (mais là aussi, le duplicate content, ce n'est pas que 4 mots dans une phrase, et 10 phrases en duplicate, cela devrait être plus complexe que cela, sinon on ne peut pas référencer de 100 manières différentes le même site, il ne faut pas rêver !) Les crières de duplicate content, aujourd'hui, sont tels qu'il est quasiment impossible de référencer un site sans en faire de manière involontaire et ce même en prenant le temps de le faire. Par conséquent, les référenceurs ont un coût de revient trop élevé pour les petits sites. Personnellement, je facture cela à un niveau tellement bas que je ne le fais que pour qu cela soit fait et que les clients à qui j'ai vendu un site internet ne soient pas déçu par le peu d'utilité d'un site non référencé. C'est un comble !

    Le bon site internet s'assume seul pas de bandeaux publicitaires qui flashes dans tous les sens : cela se détecte un bandeau publicitaire.
    Pas de fautes d'orthographe à chaque mot (on peut en admettre une par page, l'erreur est humaine et tout le monde n'a pas à disposition un service de relecture) : cela se détecte des fautes d'orthographe.

    Un bon site, c'est déjà une philosophie, un respect de l'internaute et cela se voit déjà par ces choses.

    Quelque chose qui serait aussi simple à monter et pas trop cher à gérer par les sites : faire diffuser aux sites les réclamations de leurs clients portant sur la gestion de la commande et de sa facturation avec contrôle possible par le client (tant que le client ne dénonce pas une sous-évaluation de son problème, il est d'accord avec ce qu'a publié le site).
    Si la chose est bien montée, elle est évaluable.
    Cela aura aussi pour avantage de faire monter un peu les nouveaux sites et d'apporter de la variété : c'est aussi cela le net.

  12. Pierre Alouit a dit le

    @manou: bien au contraire !

    Comme par hasard, on voit une évolution de Google Shopping en ce moment
    Personnellement, j'y vois un lien cohérent avec le contrôle de la "qualité d'un site de e-commerce
    http://www.alouit-multimedia.com/03-actualites/google-shopping-plus-present-dans-les-serp/

    Je ne serais pas surpris que en plus tout ce qui est dit dans cette page, j'ajouterais le critère suivant, un site ecommerce de "bonne qualité" parce qu'il est présent dans Google Shopping ?

    J'observe que les sociétés de validation de commentaires (étoiles et commentaires) certifiés par Google, ont le vent en poupe

  13. Nicolas a dit le

    Mis à part les avis et peut être les jugements contre une société, je ne vois pas bien comment Google pourrait tester la qualité d'un ecommerce... ou alors ils vont commander des articles comme clients mystère?

  14. buythiscomputer a dit le

    Riiccule une fois de plus.

    Les seuls sites pénalisés seront encore ceux qui auront les mêmes descriptions volées chez leur copains ou fournies par le distributeur.

    Encore des rumeurs pour faire parler les idiots du SEO...

  15. José du web a dit le

    Je commence à apprécier davantage votre regard. Vous posez de meilleures questions, cela me parait un peu plus impartial.

    En effet, comment le moteur peut il évaluer la qualité d'un site marchant. C'est très subjectif. Bien entendu il ne le peut pas. au nom de la qualité, cela lui permettra cependant de faire le ménages, pour forcer certains sites marchants à payer bien sur . Mots clés, G Shopping. ...
    Les sites déclasser se diront. Zut mon site n'est pas de bonne qualité et seront contraints pour etre visible de se diriger vers des prestations payantes.

    Tous les clients ne crient pas haut et fort la qualité d'un service. Et puis tout dépend de la notoriété dont il bénéficie. Si c'est une big société connue, les gens pensent que c'est forcément de la qualité. Le fameux vu à la tv, ou dans la presse qui fait office de réference. Et pourtant. Si l'avis c'est de dire ou de faire, comme le voisin, c'est pas très pertinent.

    tout ca est bien subjectif, c'est juste un moyen pour faire à nouveau le ménage, et placer ses services dans ce secteur qu'il convoite.

  16. Olivier Duffez a dit le

    @Luca et Stephanie : comment Google peut-il mesurer le taux de rebond et encore plus le taux de conversion ?

  17. Olivier Duffez a dit le

    @Pierre : tu affirmes que Google Shopping est de plus en plus présent, mais tu ne cites aucune étude qui étaie ces propos... dommage !

  18. Olivier Duffez a dit le

    @Nicolas : oui sans doute ! Préparez-vous à recevoir Googlebot, le client mystère

  19. Olivier Duffez a dit le

    @ buythiscomputer : s'il s'agit de "rumeurs" équivalentes à ce qui a précédé Pingouin, ça n'est pas si idiot que ça...

  20. TabMania a dit le

    C'est vrai qu'il serait bon que Google définisse les critères, car un "mauvais site" ça veut tout et rien dire.

  21. Luca a dit le

    @Olivier Duffez je supose Analytics... sinon déjà mauvais site... ensuite rapport temps passé / retour résultats de recherche.

  22. fred a dit le

    "low quality merchant experience" qu'il nous donne sa définition car c'est très large. Comme d'habitude l'opacité est de mise de la part de google, entre temps les spammeurs sont et seront toujours bien présent avec cette nouvelle "update" comme avec panda.

    Cela étant, j'ai pas les chiffres en tête, mais les fraudes sont en hausse il me semble ces dernières années, le problème est donc bien réel et google a certainement a rôle a jouer.

    Pour moi un des seuls critères qui influence encore toujours mes achats en ligne sont les avis sur les forums. Mais l'algo serait il capable de faire une analyse sémantique? Je pense qu'on en est encore loin, non?

  23. Olivier Duffez a dit le

    @Luca : ça ne tient pas, on peut faire dire ce qu'on veut à Google Analytics. Et s'il suffisait de ne pas installer Google Analytics pour ne rien risquer avec ce nouvel algo, ça serait un peu trop facile...

  24. Luca a dit le

    Re, @Olivier Duffez : Je comprends qu'on peut faire dire ce que l'on veut à Analytics, mais ce n'est pas leur seule source de données j'imagine :
    - il y à les clics depuis une page de résultats et retour
    - le fameux facteur humain de qualité (intention, mots clés => note)
    - chrome est une bonne source aussi, analyse des favoris et historique
    - le mod_pagespeed pour apache pour ceux qui l'utilisent (ils m'ont même envoyé un email dans WMT pour me dire que je devais faire une màj importante)
    - les signaux sociaux, g+ en tête
    Tout ça filtré et regroupé ça peut commencer à faire des jolies stats.
    Et pour revenir à Analytics, connaissez-vous de gros sites marchands qui ne l'utilisent pas? C'est une question pas une affirmation ;)
    j'imagine que le fait d'avoir Analytics ou pas est un facteur important de qualité... pour Google bien entendu ;)
    @++ Luca

  25. Peters Frederic a dit le

    pourquoi s'en prendre aux marchands ? parce qu'ils ont de l'argent a dépenser sur Adwords.
    Google nous prend vraiment pour des cons :-/

    Moi j'ai dégagé de Gmail, viré Google Maps de mes sites, je suis occupé a viré Analytics et je parle de moins en moins de Google.

    Ca tombe bien mon site a été déclassé et je rechange de business pour la xième fois en 10 ans. Mais cette fois je ne me baserai plus sur des hypothèses naïves car Google se fout vraiment des gens et de leur travail.

  26. Raphaël a dit le

    A mon avis, il y aurait de quoi faire rien qu'en filtrant les sites reprenant au mot près les descriptions fabricants !
    En tout cas j'ai passé beaucoup de sites sur Google Shopping ces dernières semaines et je n'ai pas eu l'impression que ça avait impacté mon positionnement, mais ça va forcément jouer tôt ou tard je crois.

  27. LoveL’idée a dit le

    Les avis, Google Shopping, Moyens de paiement... Ce sont tous des notions qui s'appliquent aux gros sites. Qu'en est-il des petits sites qui démarrent ? Aucune chance de devenir visibles quand on est petits... A moins de payer ?!

  28. Pascal camliti a dit le

    Bel article comme d'habitude,
    Il va falloir tout de même une bonne dose de contrôle pour éviter les plombage de Nég. SEO.
    C'est une évolution, encore mais comment gérer cela sur les petits sites ?

  29. Olivier Duffez a dit le

    @Luca : franchement je ne pense pas qu'ils puissent utiliser GA comme facteur SEO.
    j'ignore si mod_pagespeed envoie des infos à Google, ça m'étonnerait franchement. Avez-vous des sources là-dessus ?

  30. Philip a dit le

    a mon avis, ça va plus loin que la question de l'évaluation d'un site e-commerce. Je pense que Google va segmenter ses critères de positionnement en fonction du type de site, surtout. Un site e-commerce ne fonctionne pas de la même façon qu'un site editorial. En e-commerce, on se retrouve très vite avec un site qui contient des milliers et des milliers de pages, globalement assez pauvres en contenus (fiches produits), voire avec du duplicate dans tous les sens (ex, les caractéristiques techniques de X cartes mères vont contenir 80 % de duplicate, sans que ce soit anormal). Donc il est logique que GG fasse évoluer sa 'perception' de la qualité d'un site, par rapport à sa finalité ou à ses contraintes.
    Après, comment déterminer qu'un site e-commerce est bon ou mauvais ? Je suis d'accord avec tout ce qui a été écrit ci-dessus, les notions d'avis sur site tiers vont prendre de l'importance (au final, GG s'appuie déja sur des contenus tiers, via le linking et les reseaux sociaux, dont pourquoi ne pas intégrer de nouveaux site tiers d'avis ?). Les notions de rebond, temps passé sur le site sont déja intégrés, je pense. On peut imaginer aussi le nombre d'images dans les fiches produits(symbolisant la qualité de l'information donnée à l'internaute. Le nombre de prix barrés (intensité promotionnelle). Disponibilité produits. Tous ces points peuvent être balisés dans les fiches produits pour permettre à GG de les trouver facilement (balisage schema.org).

  31. Samuel a dit le

    Avec Analytics, Google connais précisément le taux de rebond, le volume de commandes et le taux de transfo d'une majorité de sites e-commerce. En ajoutant une certification à certains prestataires d'avis clients, la boucle serait bouclée...

  32. Joe a dit le

    J’espère qu'ils ne mettront pas en place cela, sinon seuls les gros sites auront la possibilité d'améliorer leur service pour rester au top tandis que les petits sites ne pourront pas réagir, je n'aime pas du tout le concept et cela m’inquiète pour l'avenir...

  33. Sarah a dit le

    Sachant que Google track déjà les clics sur ses résultats de recherche (ainsi que les retours), cela peut également être pris comme un critère de qualité (ou non).

  34. Sophie a dit le

    Celui qui débute dans l'e-commerce et qui ne se référence pas dès le début aura énormément de mal à continuer dans l'e-commerce.
    Ne sera il pas vu comme un site de mauvaise qualité (car très peu de visites)

  35. Stefan a dit le

    La tâche des référenceurs devient de plus en plus compliqué. Tous ces nouveaux algo favorisent de plus en plus les grandes enseignes et je pense que d'ici quelques années il n'y aura que les grandes entreprises dans la Serps !

  36. totoro a dit le

    Pour moi c'est encore à moitié du flan comme avec pingouin et panda, certains vont se faire skuder ils ne comprendront même pas pourquoi et d'autres passeront au travers des mailles du filets.
    Derrière tout cela et les discours moralisateurs "Made in USA" qui jouent à loisir de sanctions, de culpabilisations des webmasters, il y a toujours leurs sempiternels intérêt financiers.
    Beurk!

  37. Aurèle a dit le

    Je ne prétends pas connaitre ces critères encore mystérieux qui rendront un e-commerçant meilleur qu'un autre, mais je pense que le fait de présenter un site en tout HTTPS viendra réellement peser dans la balance.

    J'ai quelques collègues qui ont effectué le test en passant un site en HTTPS, et ils ont remarqué de légères évolutions positives. Particulièrement au niveau des positions vis-à-vis des sites mieux placés qu'eux ne présentant pas de HTTPS.

    Je pense que ce critère de sécurité verra sa pondération augmenter suite à cette mise à jour.

    Ce n’est bien sûr qu’une opinion comme une autre.

  38. Rogers a dit le

    Très bon article.

    Dans les critère hypothétiques, effectivement, les avis clients sont plausibles. Toutefois, même dans Google Shopping, les avis sont tronqués.
    Sur une boutique dont je me suis occupée, la plus grosse sur son secteur (et existant depuis près de 7 ans), elle bénéficiait d'une dizaine d'avis (tous de bons avis). Un concurrent, lancé depuis moins de 2 ans avait 3700 avis.
    Avant de se servir de ce critère, Google devra donc utiliser un algo pour détecter les avis de qualité ? :p

    Pour les avis exprimés dans les réseaux sociaux et la notoriété c'est un fait. Cela dit, dans certains de nombreux secteurs de niche, la notoriété est toute relative. Cela n'empêche pas de tomber sur un e-commerce de qualité.

    Concernant les aspects techniques du site (paiement sécurisé), sauf un test manuel, je ne vois pas comment Google pourra le détecter. Bien souvent, il faut avoir un compte sur le site e-commerce, y être connecté et avoir avancé dans le processus de commande. Ils ne pourraient pas se baser sur ce que dit le site (un site malhonnête affichera la petite clé en logo ainsi que les visuels VISA and co).

    Dans les critères quality raters, je suis ennuyé par plusieurs points :

    - Le moyen de calcul de la livraison. En quoi cela peut être un critère ? Certaines boutiques marchent au forfait, d'autres au prix de la commande, d'autres encore au poids de la commande, d'autres à la taille des produits. Certains mixent plusieurs de ces modes. Donc pour certaines activités, il faudra être dans le processus de commande pour connaître le coût exact. Là seul un humain peut donc gérer cela.

    - La liste de souhait : pour avoir tenu pendant des années une boutique sur le domaine du jouet et du collectible et après avoir testé la "wish list", ça a été un gros bide total, personne ne s'en servait ou presque. Et pourtant c'était bien mis en avant sur chaque fiche produit et dans le compte client. N'est pas Amazon qui veut...

    - "un forum utilisateur qui fonctionne (mais avoir un forum est loin d'être obligatoire)". Ce critère est amusant, très peu de boutiques ont un forum. J'espère que Google ne va pas commencer à vouloir imposer ça en le suggérant vaguement. Oui car le forum client serait un formidable outil pour Google pour voir si les clients sont satisfaits ou non.

    Dans l'état, je ne vois pas sur quels critères objectifs et fiables ils peuvent se baser pour qualifier un e-commerce de qualité ou non.

  39. Visaboy a dit le

    Hello tout le monde... Olivier, je pense que Lucas a raison, Ana est largement un outils utilisé par Google pour ces calculs, et en effet si tu le mets pas c'est ton choix, ta responsabilité, mais Google ne le verra pas d'un bon oeil, car si tu as pas GWT et ANA comment veux-tu savoir la qualité de ton site, aux yeux de google je parle. Avec Google, nous sommes dans un jeu, il ne faut jamais oublier ça, dont seul lui dicte les règles et te donnes ces outils, où tu les utilises et il connait bcp de choses sur toi ou tu décides de rien utiliser, mais dans ce cas tu perds déjà ta jauge de vie à moitié. Et comme on dit souvent, ah quand un concurrent, histoire qu'on lui rende la monnaie, c'est triste d'en arriver à s'écrire des messages comme on est en train de faire.

  40. Olivier Duffez a dit le

    Désolé Visaboy mais je préfère me baser soit sur des éléments vérifiés et prouvés, soit sur quelque chose d'objectivement fiable, ce qui n'est pas le cas avec les données issues de GA.

  41. Visaboy a dit le

    Malheureusement on ne peut rien prouvé avec Google, (sauf ce que nous explique explicitement les membres de google dont Matt Cutts) et encore des fois, ils sont pas très cohérents, toi qui les suis depuis des années, tu as bien constaté qu'il y a de belles incohérences sur ce qui disent, mais je pense avoir mon idée là dessus. C'est simple à comprendre, mets toi à leur place 2 secondes, imagines toi proprio de Google, dirais-tu qqch de public qui pourrait endommagé de part ou d'autre ton propre business ? Quand on est à leur niveau d'instruction et de connaissance en informatique, crois-tu vraiement que tu peux tenir des discours aussi incohérents avec certains de leur propos durant toutes ces années ? Ils savent très bien ce qu'ils font et ils jouent avec les gens et ça tu le sais mieux que nous tous ici, il faut faire comme eux, jouer à leur propre jeux avec les avantages et les inconvénients qui ca nécessitent. Le référenceur avec qui je travaille est l'un des meilleurs en France, la dernière fois qu'il a été en conférence c'était avec le PDG Google France, il a levé la main pour lui poser une question et il savait pas y répondre, ne savait-il pas la réponse ou ne voulait-il pas la dire ? Je ne sais pas, ce que je sais c'est que mon référenceur m'a dit que c'était une question très intéressante aux quels eux même n'avait pas encore pensé. C'est pour une petite anécdote ça ;-)... Même le PDG google france ne connait pas tout son business alors imagine nous lool

  42. Visaboy a dit le

    Je vais vous lacher une info imporante sur le sujet d'ailleurs, oui le taux de rebond est pris en considération par l'algo de Google d'ailleurs le temps est estimé à 10 secondes sur une page, si tu viens de google et tu fais marche arrière avec ton navig avant 10 secondes c'est très négatif pour ton site, car cela signifie plusieurs raisons, dont j'étalerais pas ici, mais sachez que le rebons à son importance dans la prise de calcul de Google.

  43. Patrick a dit le

    Bonjour à tous,
    J'ai vu beaucoup de théories dans ces commentaires et surtout d'hypothèses qui m'ont donné envie de revenir aux bases et d'élargir le débat. Après tout c'est Olivier qui en formation m'a dit un jour que google veut refléter l'expérience utilisateur, je vous propose donc une vision ecommerce de cet article et pas uniquement théorie SEO. (oui je sais les liens ici sont en no follow ;-) )
    http://www.valib.us/algorithme-ecommerce-google.html

  44. bloggento a dit le

    beaucoup sous estiment les autres leviers pour vendre et misent tout sur le referencement naturel, en cas de sanction ça peut faire mal. on verra bien ce que tonton google nous reserve

  45. Olivier Duffez a dit le

    @Visaboy : ce dont tu parles ce n'est pas le taux de rebond mais le taux de retour en arrière dans les SERP Google. C'est ce qu'on appelle les "clics longs" ou "pogosticking"

  46. buythiscomputer a dit le

    Vous me faites rire vous les "experts" et les scientifiques...

    Bien sûr que le taux de rebond a son expérience, comme tout le reste, mais le pourcentage et la vérité sur tout ça personne en sait rien et sûrement même pas Matt Butts...

    alors vous me faites rire à parler et à reparler de ce que personne ne connaît ! Ah oui pardon, j'avais oublié que cela vous rapporte beaucoup d'argent sur le dos des croyants...

  47. Visaboy a dit le

    Olivier, oui oui tout à fait, je me suis peut-être mal exprimé, désolé, je parlais pas du tout de rebond quand je parlais de ça, je parlais que Google étudie ce comportement qui est prit très au sérieux dans ces calculs et Ana est loin d'être mis de côté pour ça. Au plaisir et vive Google qui tien les c de tous le monde ;-)

  48. serrurier a dit le

    A mon avis Google fait tout pour rentabilisée ses publicité payante tout simplement, il a le monopole et joue avec ca force de frape.
    Peur importe que le site est bien ou pas, si il est un danger pour ses clients adword il le declasse

    j'ai eu cette experience

  49. SOS Referencement a dit le

    Un bon site est un site qui derange pas Google je suis d'accord aussi la dessus.

    Il faut etre positionner mais pas chercher les trois 1er place car si non vous etes dans la visibilité de Goggle (humains) donc ils arrivent toujours a trouver des faille de votre site pour vous declasser.

    Jouer les autres place et vous ne risquer rien, c'est mon avis.

    je bosse pour plusieurs sites et j'arrive e garder leur positionnement sans trops forcer arrivée en haut.

  50. Luca a dit le

    @Olivier Duffez : Des infos sur pagespeed?! pas vraiment, ça se saurait ;)
    Je pense bien à ça dans le fichier de conf :
    # Uncomment the following line if you want to disable statistics entirely.
    # ModPagespeedStatistics off (marrant là, il est pas à "off" par défaut, tu de-commente pour mettre à off)
    Ces stats donnent entre beaucoup beaucoup d'autres le temps passé par page / par domaine; latence (perfs machine); fraîcheur des pages, + même du code; count 404 et autres aspects du protocole; bref rien que là y'a de quoi bien auditer un site, en tout cas rajouter aux Analytics et autres sources.
    Bref je ne dis pas que tel ou tel produit Gg servira de base de qualification, mais l'ensemble de leurs données regroupées peut déjà commencer à représenter quelque chose.
    @+

  51. Bernard a dit le

    En gros google nous prépare une certification payante, si vous ne payez ni l'impôt adwords, ni le google certification badge, vous serez dégagé des résultat :) une belle "mafia légalisée". Du joli travail de position dominante.

  52. Isa-belle a dit le

    Très intéressant comme sujet. Si l'algo de Google est fiable, cela permettra de faire un peu le ménage. Parce qu'il faut bien reconnaître qu'il y a des boutiques qui font n'importe quoi. Délais de retour de 2 jours au lieu de 7 (VPC) Mentions légales inexistantes... Malheureusement, cela peut, comme souvent, faire de nombreuses victime collatérales également.

  53. Etienne a dit le

    je pense qu'ils se lancent avec cette algo dans quelque chose de très compliqué, j'espère juste qu'ils ne se planteront pas et ne flingueront pas des sites qui n'ont rien à se reprocher de particulier, ce qui peut fort bien arriver quand on y pense...Il y a beaucoup d'argent en jeu, ça risque d'être très tendu comme situation.

  54. Olivier Duffez a dit le

    @Luca : ces stats ModPagespeedStatistics restent sur le serveur, non ? comment seraient-elles envoyées à Google ?

  55. mrandy a dit le

    Nous sommes maintenant habitués à ce que google fasse des mises à jour d'algo en vue de développer son business sous couvert de qualité du net.
    aujourd'hui qui peut payer, constat ce qui gagne de l'argent sur internet, les ventes en ligne. adwords et google shopping peuvent ramener à gg de l'argent. Depuis un certain temps google a changé de politique, la finance d'abord, le moteur doit rapporter plus d'argent.
    Comment? en appliquant des directives obligeant les sites à payer.
    GG commercialement ne peut pas l'annoncer clairement sinon risque de scandale, donc step by step !! je pense qu'il faudra payer pour avoir une certification. certification à mon avis sur plusieurs niveaux pour faire payer à différents échelons, c'est ce qui je pense va se passer, on verra bien

  56. Thierry a dit le

    Tout a fait d'accord avec Bernard et MRAndy , google nous amène peu à peu vers une certification payante, ce qui fait que l'internet gratuit n'existera plus, il faudra payer pour être listé.
    Finalement le pauvre internaute qui cherche un petit indépendant pas cher, devra forcément cliquer sur un lien sponsorisé d'une manière ou d'une autre ( soit adwords, soit google certification). Une fois de plus c'est le consommateur qui va payer l'addition car tout cela s'ajoute inévitablement dans le prix du produit.
    Consommateurs si vous cherchez du moins cher, allez sur bing ou autre duckduckgo, vous y trouverez des petites boutiques, moins belles certes, mais tenues par des petites entreprises familiales qui proposent un service plus que correct.

  57. Luca a dit le

    @Olivier Duffez : Oui je suis d'accord avec toi. la conf n'autorise que localhost en consultation de ces stats en plus... mais on ne sait jamais vraiment tout avec Gg, par exemple la fin de cet article (http://www.theregister.co.uk/2010/11/03/google_open_sources_speedy_apache_module/) est pas mal explicite. Mais tu as raison en effet ;)

  58. Thibaud a dit le

    Je fais suite au commentaire de Visaboy qui avance que Google prend en compte le taux de rebond dans ses critères, quelqu'un pourrait il me confirmer cette information ?
    Merci pour cet article qui a le mérite de faire réagir.

  59. Julie a dit le

    Je découvre avec cet article que Google dispose déjà d’algorithmes sur l'analyse de sentiments ! Ca fait un peu froid dans le dos quand l'on connait la difficulté de maitriser sa e-reputation de nos jours.

    Google éprouve-t-il des difficultés à mettre en place ces nouveaux algo en raison de la prédominance de Facebook dans ce domaine ? Il va leur falloir trouver le moyen d'imposer Google+ ou ces analyses de sentiments seront complètement faussées. Tout les e-commerçants ne disposent pas d'un blog ou d'un forum !

  60. Olivier Duffez a dit le

    @ Thibaud : moi j'ai tenté d'expliquer que ce n'est pas pris en compte...

  61. janolapin a dit le

    GG a toujours dit et martelé qu'il souhaitait se passer de tout intermédiaire (autre que lui) entre une "ressource" sur le web et les internautes.

    Dans cette optique, on peut penser qu'avant de s'attaquer à des critères qualitatifs de "vrais" sites de commerce en ligne, il va d'abord viser tout ce qui est affiliation, et assimilé...

    Pour les marques blanches j'ai beaucoup plus de doute que ce soit visé par Google, certains marques ne vendant qu'en indirect.

    PS: c'est tout de même frappant de voir fleurir autant de commentaires sur l'air de "c'est la (ma) fin", alors même que rine n'a filtré en terme de contenu exact...

  62. Carla a dit le

    Je pense que cette maj va déjà faire couler les nombreux sites e-commerce sous le thème presta de base.. Peut-être que Google utilisera aussi les avis, les notations des sites, ce qui serait une bonne chose après tout.

    Google pourrait aussi se concentrer sur les liens, avec la suspension d'interflora il y a quelques semaines, on peut penser que google va attaquer d'autres grosses structures du e-commerce.

    Carla.

  63. ssl a dit le

    1- il est impossible pour un site avec un grand nombre de produits d'avoir une description originale pour chacun, il suffit d'ailleurs de comparer les fiches des plus gros sites pour voir que tout est automatisé et qu'aucune page produit n'est originale. Imaginez un libraire qui vend 35 000 bouquins, vous croyez qu'il va tous les lire et faire une description originale ?

    2- très peu de sites de commerce ont des commentaires malgré la possibilité offerte à leurs clients, tout simplement car il faut une taille critique pour recouvrir avec les commentaires un grand nombre de pages produits et surtout la capacité financière pour inciter les clients à écrire un commentaires. Vous ne pensez tout de même pas qu'amazon voit ses clients faire des commentaires en masse gratuitement comme par magie!! Il y a un commerce dessous dont personne ne parle.

    3- un type fait des vidéos d'arrangements de morceau à la guitare sur youtube et poste un lien vers son mini site pour vendre ses partitions, qu'on ne peut trouver nulle part ailleurs. J'ai moi acheté une partition via paypal et j'en suis très content, c'est d'une très grande valeur ajouté et pourtant aucun raccordement au système bancaire habituel.

    4- c'est une grave atteinte à la concurrence si google va sur ce terrain, je prévoit une bonne grosse class action contre google sans compter la loi antitrust.

  64. Call center a dit le

    c'est la réédition du phénomène Penguin, attention

  65. maryjane a dit le

    Je ne vois pas comment google arriverait t il à savoir quel marchand est bon ou moins bon

    Les avis clients pour moi ne sont pas fiables, surtout que très souvent uniquement les clients mécontents donnent les avis...

  66. maryjane a dit le

    @Carla, que s'est-t-il passé avec interflora?

  67. Olivier Duffez a dit le

    @ maryjane : Interflora a été pénalisé par Google au UK

  68. maliceversusgg a dit le

    Bonjour,

    Faites comme moi, ne lire que la pub adwords sans cliquer et tapez le nom dans le moteur ...... GG

  69. remi a dit le

    Probablement une manière de déstabiliser régulièrement les sociétés pour leur faire consommer le maximum possible d'adwords.
    Il ne faut pas oublier que l'unique but du moteur de recherche de google est la maximisation du profit résultant de la commercialisation de mots clés, avec des méthodes et des pénalisations qu'ils appliquent aux autres, mais jamais à eux mêmes.

  70. Pierre a dit le

    Je trouve cette évolution normale, ce serait trop facile qu'un petit site mal fait truste les premières places. C'est pour le bien de l'internaute que nous devons faire des efforts et améliorer son expérience d'e-achat. Le seul gros soucis est que tous les algos ont leurs gros bugs.

  71. Pierre a dit le

    L impérialisme c est quoi ?

  72. Marc, Annuaire Français a dit le

    Gros comme un nez au milieu de la figure, Google va écarter de la concurrence par ce biais, en fixant UN MOULE GOOGLE SHOPPING. Pour entrer dans le moule, les CMS devront d'adapter mais Google FOURNIRA LE SIEN !

    Il serait fou de penser qu'un algo puisse déterminer si un site marchand est BIEN ou MAUVAIS, non ?
    L'affiliation est un autre sujet que le ecommerce.
    Au vue des inscriptions de professionnels que je gère et qui s'amplifie côté vitrine produits, sauf un cas d'exception, il m'est très difficile de déterminer si le e-marchand est BON ou MAUVAIS, même après une analyse manuelle et détaillée de son site. Je ne suis pas très diplômé, mais je doute qu'un algo puisse faire mieux que ce que je fais déjà...

    Je pense que cette approche de Google risque aussi de créer quelques turbulences juridiques ( Concurrence) même si ce n'est pas un problème pour cette compagnie.

    Il est a noter que Google avance très très lentement sur le domaine Shopping, il pourrait aller bien plus vite.
    Si cette mutation est lente, c'est pour ne pas créer de trop fortes turbulences contestataires, et laisser le temps a Google+ pro de prendre racine, pour associer naturellement des services payants.

    De toute manière, le web devient trop vaste pour que Google arrive a maitriser toutes les composantes et équations possibles, je pense que certains acteurs vont émerger dans prochaines années, contrairement à la vision que certains en ont actuellement.

  73. correiaj a dit le

    juste pour ajouter un detail. quand olivier dit "utilisation du protocole https", je dirais plutot utilisation du 3D secure.....

  74. Christian a dit le

    C'est vraiment très impressionnant à quel point la machine Google peut aller loin... Mais finalement rien de bien exceptionnel et déjà bien dans les habitudes des e-boutiques...

    Se pose effectivement la question des petits marchands par rapports aux grosses machines e-commerce, mais cela va dans le sens de la satisfaction du client.

    un petit marchand aurait il tendance a externaliser tout le processus de vente (paiement etc ) et passer pour un site classique avec blog etc ?

  75. marcooz a dit le

    Et avec les Google Glass ils feront la même chose?
    Ils flouteront les commerçants méchants, ils mettront une alerte lorsqu'on parlera à une personne de mauvaise e-réputation...?

    En tout cas de beaux dégâts en perspective, pleins de chômeurs en plus, des boites qui ferment en silences... Et tout le monde s'en bat!

    S'il y avait une vrai éducation et autorité politique dans nos démocraties on ne laisserait pas google faire. Mais on a surtout des pantins au cerveau twitté.

    Roosevelt revient !

  76. Johnny a dit le

    Un bon site marchand est un site qui fonctionne bien, c'est-à-dire qui fait des ventes. Le référencement n'est qu'une composante. Ce qui peut être très pertinent en complément des éléments SEO habituels, c'est le comportement de l'utilisateur. Plus il navigue sur un site plus celui est à priori intéressant (donc nombre de fiches articles consultées), plus il y revient plus le site sait "fidéliser" son client, donc là aussi nous avons un critère très pertinent. La plupart des critères de pertinence proposés par Google pour le référencement payant avec ses outils Adwords sont transposables au niveau des analyses si on utilise Google Analytics. Payant ou gratuit un bon référencement de produits et les clics qui s'ensuivent peuvent peu ou prou être analysés quantitativement et qualitativement de la même manière, le tout est de considérer que la cible e-commerce est la même. Enfin, si plusieurs d'entre nous indiquent que pour les grosses boutiques il est matériellement impossible de ne pas automatiser, quid de la prise en compte du duplicate-content avec les mêmes infos produits à la virgule près, les mêmes photos fournisseurs et uniquement un linking externe et une structure de site différenciés. Personnellement je n'aime pas en tant qu'acheteur afficher trois fois la même chose après trois clics différents, même si les boutiques concernées comptes 25000 articles. Si j'achète un truc à 50 € sur une boutique qui a 25000 produits il me coûte le même prix que si je l'achète à 50 € sur une boutique avec 230 produits soigneusement présentés. Contrairement à beaucoup d'avis énoncés je pense au contraire qu'amener les boutiques à avoir une approche rédactionnelle et technique plus poussée sera une bonne chose pour faciliter la vie des plus petites entités et ne pas laisser les faiseurs de pages truster systématiquement les premières pages sous prétexte qu'ils font du e-commerce façon bulldozer. Passer d'un internet de techniciens à un internet de spécialistes, en matière de e-commerce peut être une bonne chose pour l'acheteur. En étant encore plus pragmatique, Google n'a pas du tout intérêt à laisser s'installer un fossé entre les gros faiseurs qui ont 25000 produits et les petits e-commerçants. En effet si le référencement naturel est systématiquement avantageux pour les sites ayant des milliers de fiches produits, c'est autant que ces grosses machines peuvent économiser en achats de liens sponsorisés. Imaginez qu'une des ces grosses machines se retrouve en page 2 parce que 10 e-commerçants "normaux" ont mieux bossé la présentation qualitative de leur produit ! C'est tout bénéf' pour Google car le premier réflexe du gros sera d'acheter des positions Adwords pour maintenir coûte que coûte sa visibilité. Et puis c'est aussi plein de boulot en perspective pour les référenceurs qui devront expliquer à leur client ce que le mot qualité peut vouloir dire en terme en langage SEO ! Rappelez-vous "Don't be evil" qu'ils disent toujours.

  77. Blind a dit le

    C'est une très bonne nouvelle. Google va un jour payer très cher son arrogance. Il faut le tuer. Non pas you tube, mais le moteur. Il faut une mise à mort. Car ce n'est qu'une question de potentiel Adwords.

  78. Jean-marc a dit le

    @Stephanie: pourquyoi un hébergement français ? Moi je vis au Brésil et je vends dans le monde entier en plusieurs langues...

Postez un commentaire !

Les champs marqués du signe * sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée.

En postant un commentaire, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo.

Cherchez dans tous les dossiers

Cherchez par mots-clés dans ~2000 articles :

Formation référencement et webmarketing

Venez chez Ranking Metrics vous former au référencement, à Google Analytics et aux réseaux sociaux ! Plus de 4000 entreprises sont déjà venues (financement possible par OPCA, DIF...).

Préparés et animés par Olivier Duffez (WebRankInfo) et Fabien Faceries (AgentWebRanking), 2 professionnels reconnus dans le domaine, nos modules sur le référencement naturel sont très complets tout en laissant une grande place à l'interactivité pour répondre à toutes les questions des participants.

Pour connaître le plan détaillé de chaque module, le prix, les dates et les lieux, consultez le site de Ranking Metrics (organisme de formation).

Hébergement web

Hébergement web mutualisé et dédié

Pour un bon référencement, il faut un bon hébergeur. Testez Sivit by Nerim, l'hébergeur choisi par Olivier Duffez pour son site WebRankInfo.

A partir de 3€ HT/mois.