➡️ Grosse promo en cours sur ma plateforme SEO ⬅️

Sur My Ranking Metrics, on double les crédits que vous achetez !

🎁 Offre limitée au 23/11 à découvrir ici

Startups rachetées par Google
Portrait Olivier Duffez

Olivier Duffez

Créateur de WebRankInfo,
consultant en référencement

Liste des startups rachetées par Google

Parmi toutes les acquisitions de Google, une bonne partie étaient des startups. Voici la liste complète des startups rachetées par Google, avec tous les détails, mise à jour en permanence par WebRankInfo.

La liste est triée par ordre chronologique inverse (les derniers achetés récemment en premier). Si vous souhaitez aller directement à une année, cliquez ici : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, avant 2010

Combien d’entre elles existent encore, indépendantes ou incluses dans Google ?

2016

Pie

En février 2016, Google a annoncé le rachat de Pie, une startup de Singapour qui édite un outil de travail collaboratif basé sur une messagerie instantanée (digital workplace) similaire à Slack.

Pie

Pie, outil collaboratif basé sur une messagerie instantanée (digital workplace), similaire à Slack

L’appli Pie facilite le travail avec des collaborateurs, avec la particularité de fonctionner en temps réel. Le moteur central est une messagerie instantanée dans laquelle on peut partager des infos, des documents, des vidéos, tout ça sous forme de chat.

L’annonce a été faite le 18/02/2016 sur le blog de Google, à propos de son développement à Singapour. Aucun montant n’a été communiqué.

Pie a été créée en 2013 par Thijs Jacobs and Pieter Walraven et regroupe actuellement 9 personnes.

L’application va être supprimée le 2 mars 2016 pour être sans doute intégrée à d’autres systèmes chez Google, ou pour renaître sous la forme d’un concurrent à Slack qui a le vent en poupe…

Google rachète Pie

Rachat de la startup Pie par Google

2015

Digisfera

En octobre 2015, Google a racheté Digisfera pour améliorer Street View. Cette startup portugaise créée en 2011 est spécialiste de la photographie 360°.

DigisferaDigisfera a été créée en 2011 au Portugal et s’est fait connaître par son produit Marzipano qui sait manipuler des photos 360° pour les afficher dans un navigateur web via le format WebGL. Essayez par exemple cette page qui se base sur une image gigapixel cubique multirésolution. Vous pouvez zoomer, dézoomer et vous promener à 360° dans la vue panoramique !

Digisfera démo

Panotag, l’autre projet en cours de développement, sera par contre arrêté.

Google a décidé de fournir le code du viewer Marzipano en licence open source, sans doute pour le populariser un peu plus.

Les technologies liée à la photo à 360° seront certainement incluses dans Google Street View.

Softcard

En février 2015, Google vient de racheter Softcard pour renforcer Wallet et contrer Apple Pay et Samsung LoopPay dans les systèmes de paiement sans fil sur mobile.

Paiement NFC Softcard

Google a racheté la société Softcard et son application mobile de paiement sans contact (NFC)

SoftcardL’annonce a été officialisée par Google et Softcard. Vous noterez que Google ne dit pas clairement qu’ils ont racheté la société Softcard, préférant insister sur l’information majeure : 3 des plus gros opérateurs télécom des USA vont intégrer par défaut ce système de paiement sur les smartphones qu’ils vendront à partir de 2015.

Il faut dire que Softcard a précisément été créée en 2010 par eux 3 (AT&T Mobility, T-Mobile USA et Verizon Wireless) et qu’à l’époque, ils avaient refusé d’équiper les téléphones de leurs clients du portefeuille virtuel Google Wallet.

En raison de l’avancée d’Apple dans ce domaine, Google a réagi en rachetant Softcard. Outre quelques technologies qui pourront améliorer Wallet, Google gagne surtout le fait que l’application Softcard sera désormais installée par défaut sur les appareils Android commercialisés par ces 3 géants du téléphone aux USA.

Reste à savoir si les internautes utiliseront ce système de paiement en ligne sans contact, ou plutôt celui d’Apple (ou Samsung), ou aucun d’entre eux…

Toro

En février 2015, Google a racheté la startup Toro dont l’objectif est d’aider les développeurs d’applications mobiles à en faire la promotion par l’achat de publicités sur Facebook.

Toro

Google a racheté la startup Toro (ex Red Hots Labs)

Créée par Amitt Mahajan et Joel Poloney, Toro s’appelait avant Red Hot Labs. Son produit consiste à faciliter les campagnes Facebook Ads pour les développeurs d’applis mobiles. Le système crée automatiquement des centaines de variantes d’annonces pour chaque campagne afin d’optimiser l’efficacité globale.

Néanmoins, après ce rachat par Google, Toro ne créera plus de nouvelles campagnes publicitaires sur Facebook et rejoindra le pôle Pubs sur mobiles…

2014

Firebase

En octobre 2014, Google a racheté la startup Firebase pour faciliter le développement d’applications mobiles synchronisées avec le cloud.

Firebase

Firebase rejoint Google Cloud Platform

revendique 110.000 développeurs utilisant ses services pour créer de nombreuses applications mobiles iOS et Android. Les équipes de Freebase rejoindront celles de Google Cloud Platform. Le montant de l’acquisition n’a pas été indiqué. Source : blog Google

LIFT labs

En septembre 2014, La startup LIFT labs, qui commercialise une cuillère capable de compenser les tremblements chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, va rejoindre Google [X].

Cuillère LIFT Labs

Cuillère Liftware conçue par LIFT Labs pour réduire les tremblements des personnes atteintes de la maladie de Parkinson

Composée de 4 ingénieurs et scientifiques, cette entreprise a conçu une cuillère révolutionnaire, qu’on peut qualifier de connectée ou d’intelligente (smart spoon). Après avoir testé plus de 100 algorithmes, ils ont réussi à concevoir cette cuillère qui réduit de 70% les tremblements, permettant aux malades de manger de façon autonome. Baptisée Liftware, la cuillère dispose de capteurs qui analysent les tremblements et les compensent pour stabiliser l’ensemble. Le moteur est alimenté par une batterie rechargeable. L’utilisateur peut adapter une fourchette ou un couteau en remplacement de la cuillère. La cuillère est vendue 295$.

La cuillère connectée de lift labs

La cuillère connectée de LIFT labs dispose de capteurs et grâce à un algorithme, peut compenser partiellement les tremblements de la main

L’annonce a été relayée sur Google+ par Sergei Brin qui dirige le laboratoire Google [X]qui va accueillir LIFT Labs. Sans doute aussi car une analyse génétique effectuée chez la société 23 and Me de sa femme (société dans laquelle Google a investi) a révélé qu’il était fort probable qu’il soit atteint lui aussi de la maladie de Parkinson.

Le montant de l’acquisition n’a pas été révélé.

Une démo rapide de la cuillère Liftware :

Une vidéo d’explications :

Polar

En septembre 2014, Polar, éditeur d’une solution de sondage en ligne, principalement utilisée dans des applications, vient d’être racheté par Google.

Le widget proposé par Polar, facilement intégré dans un site web ou une appli, a permis aux internautes d’effectué des centaines de millions de votes…

Découvrez ses fonctionnalités vite, car le service fermera fin 2014 :-( Si vous utilisez les services de Polar, pensez à télécharger les données associées comme ils le proposent.

Il se dit que Polar sera utilisé dans Google+, c’est vrai qu’il serait utile qu’on puisse inclure des sondages dans nos posts. A moins que Google n’ait racheté la startup pour récupéré les talents qui y travaillent, bien connus dans le domaine de l’expérience utilisateur (UX).

Polar

Polar rejoint Google

Zync Render

En août 2014, Google rachète Zync Render (effets spéciaux pour le cinéma).

Zync Render

Interface de Zync Render (effets spéciaux pour le cinéma)

Zync Render (logo)De nombreux films intégrent les effets spéciaux de Zync, par exemple le dernier Star Trek (Star Trek into darkness). Zync va rejoindre Google Cloud Platform.

Aucun détail financier n’a été fourni par les deux parties.

Une démonstration rapide de leur plateforme (datant de 2013) :

Une vue plus complète :

Voici le communiqué publié par :

We are thrilled to announce that ZYNC has joined Google!

Since its inception at visual effects studio ZERO VFX, nearly 5 years ago, ZYNC was designed to not only leverage the benefits and flexibilities inherent in cloud computing but to offer this in a user-friendly package. Pairing this history with the scale and reliability of Google Cloud Platform will help us offer an even better service to our customers – including more scalability, more host packages and better pricing (including per-minute billing). With a friction-free, affordable, and elastic rendering solution, visual designers and artists in the industry can continue to do their best work.

Yes, we are excited, and yes, great things are coming. But we most especially want to thank our customers, our partners in the VFX software industry, and our phenomenal team for getting us to where we are today.

Our service will be back and better than ever on Google Cloud Platform.

Gecko Design

En août 2014, la société Gecko Design, basée à Los Altos en Californie, vient d’annoncer avoir été rachetée par Google pour rejoindre Google X, la division de Google travaillant sur des projets « hors normes ».

Gecko DesignCette entreprise de design produit a été créée par Jacques Gagné en 1996, aujourd’hui encore son Président. Elle compte parmi ses clients des noms prestigieux comme HP, Dell, Logitech, Sonos ou Warner Bros.

Son équipe (4 employés) rejoindra Google X, dirigée par Sergei Brin, pour travailler sur toutes sortes de projets « fous », en tout cas très éloignés du moteur de recherche. Citons par exemple la voiture sans chauffeur, téléphone modulaire (Projet Ara), les lunettes connectées ou l’accès Internet par montgolfières.

Les modalités de l’acquisition n’ont pas été dévoilées et Google n’a pas fait de commentaires.

Espérons que quelqu’un chez Google se dévoue pour refaire le site de cette société qui publie du texte sous forme d’image…

Songza

En juillet 2014, Google a indiqué avoir racheté l’application mobile Songza qui propose des playlists de recommandation musicale à ses 5 millions d’utilisateurs.

Songza racheté par Google

La startup Songza a été rachetée par Google (juillet 2014)

Songza (logo)

Songza

Songza est une application mobile sous iOS et Android qui propose à ses utilisateurs des morceaux de musique censés leur plaire, en fonction non pas du style de musique mais du contexte dans lequel se trouve l’utilisateur, complété par des conseils d’experts. Par exemple, vous n’aurez pas la même musique proposée selon l’endroit où vous vous situez (dans le métro, un jardin public ou chez vous) ou l’heure de la journée.

C’est donc un système très différent de la recommandation musicale telle que proposée par Spotify ou Pandora, qui ont développé des algorithmes d’analyse des goûts musicaux, des styles des chansons, des instruments ou du rythme.

Le principal concurrent de Songza serait plutôt Apple, surtout depuis le rachat de Beats Music en janvier 2014.

Pour une fois que Google ne mise pas sur les algos mais sur les experts humains, ça vaut le coup de le souligner !

Dans un premier temps, rien ne va changer pour Songza. Mais Google a indiqué que les services de Songza seraient intégrés à son service payant de musique en streaming  Google Play Music All Access, ainsi qu’à d’autres services (on pense bien sûr à YouTube et à sa future offre de musique payante).

Selon le New-York Times, le montant de l’acquisition serait d’au moins 39 millions de dollars.

Une acquisition de plus pour Google… qui en réalise plusieurs par semaine en ce moment !

Voici un exemple d’écran de recommandation de playlists :

Exemple de playlists Songza

Skybox

En juin 2014, la société Skybox Imaging va être rachetée par Google afin d’enrichir ses services basés sur les images satellite et peut-être aussi pour fournir à l’avenir un accès à Internet par satellite.

Google rachète Skybox Imaging

Google rachète la startup Skybox Imaging

Google a annoncé avoir racheté Skybox Imaging pour 500M$ en cash (l’opération doit encore être approuvée par les autorités).

Cette acquisition aidera Google à améliorer son offre d’images satellite et de cartographie (pour Google Maps et Google Earth) et pourrait dans l’avenir également fournir un accès à Internet particulièrement utile dans les zones reculées de la planète.

Dans le même domaine, Google a racheté le concepteur de drones Titan Aerospace et teste l’accès Internet par ballons stratosphériques au sein de son projet Google Loon.

Voici un exemple de vidéo HD produite par le capteur d’un satellite de Skybox Imaging :

Voici l’image créée pour l’occasion pour le rachat :

Skybox racheté par Google

Alpental Technologies

Alpental Technologies

Google a racheté en mai ou juin 2014 la startup Alpental Technologies, travaillant (a priori) pour la future téléphonie 5G.

Les équipes et technologies qui rejoignent Google pourraient aider le géant dans le développement des nouveaux moyens d’accès à Internet : par fibre optique, par ballons dans la stratosphère, dans les drones à haute altitude, dans les satellites, etc.

L’appli Word Lens de Quest Visual

En mai 2014, Google vient de racheter Quest Visual, connu pour son application mobile Word Lens qui est capable de traduire en temps réel des textes filmés par le smartphone. C’est la traduction vidéo en réalité augmentée… Bienvenue dans le futur !

Word LensVous prenez votre appareil Android ou iOS pour filmer un panneau ou n’importe quel objet sur lequel est indiqué un message dans une langue que vous ne connaissez pas. En temps réel, l’application Word Lens traduit le texte et le remplace dans l’image que vous voyez sur votre écran, par le texte dans votre langue. Autre point très intéressant : Word Lens ne nécessite aucune connexion Internet pour fonctionner. Cerise sur le gâteau, l’application et ses packs de langues sont gratuits depuis le rachat par Google. Voici les paires de langues gérées :

  • Anglais ⇆ Russe
  • Anglais ⇆ Espagnol
  • Anglais ⇆ Français
  • Anglais ⇆ Italien
  • Anglais ⇄ Allemand
  • Anglais ⇄ Portugais

C’est totalement bluffant, comme le montre cette démonstration en photos et en-dessous en vidéo…

Voici un exemple avec à gauche la pancarte dans la rue, contenant un texte en anglais, et à droite ce qu’on voit dans l’appli, avec les mots remplacés et traduits en espagnol !

Traduction word lens

Démonstration en photo d’une traduction Word Lens, automatique, temps réel, gratuite et sans WiFi ou Internet nécessaire

Pour les plus chanceux ou riches d’entre vous, sachez que Word Lens est également disponible pour les lunettes Google Glass

SlickLogin

En février 2014, la startup israélienne SlickLogin, créée en 2013, vient d’annoncer avoir été rachetée par Google. Elle a développé une méthode d’authentification basée sur les ultrasons, évitant d’avoir à taper le moindre login et mot de passe.

SlickLogin

Concrètement, SlickLogin génère un code à usage unique, envoyé par l’ordinateur sur lequel vous souhaitez vous connecter, par le biais d’ultrasons. Inaudibles pour l’homme, ils sont captés par le microphone du smartphone, qui valide l’authentification par une connexion aux serveurs de SlickLogin.

SlickLogin utilise des ultrasons

SlickLogin utilise des ultrasons émis par l’ordinateur et captés par le smartphone

Google a été « la première à proposer gratuitement la double authentification » à ses utilisateurs. La technologie de SlickLogin pourrait donc prochainement faire partie des solutions de sécurité de Google. Selon les experts de la startup (Or Zelig, Eran Galili et Ori Kabeli), leur technologie apporte une protection de niveau militaire.

Voici leur démonstration en vidéo, faite au salon Disrupt2013 de San Francisco :

Le montant de l’acquisition n’a pas été révélé.

BitSpin

En janvier 2014, la startup suisse BitSpin vient d’être rachetée par Google autour du 4 janvier 2014, qui s’empare ainsi de Timely, une appli mobile de réveil pour Android.

Timely est une application mobile (sur Android) particulièrement complète et design offrant tout ce qu’on peut attendre comme fonctionnalités d’un réveil.

Appli Android Timely

Voici la démo en vidéo :

Plus que cette appli en particulier, Google a peut-être cherché à embaucher l’équipe de BitSpin et ses développeurs d’applications mobiles.

Le montant de l’acquisition n’a pas été indiqué. Retrouvez ma liste des autres achats de Google.

Voici la description officielle de l’appli Timely :

Appli Timely de BitSpin (Google)Timely est un magnifique réveil pour Android, doté d’une interface utilisateur stupéfiante et d’une intégration dans le nuage révolutionnaire vous permettant de sauvegarder et synchroniser vos alarmes entre vos différents appareils.

Paramétrer une alarme n’a jamais été aussi facile : faites glisser votre doigt depuis le bord de l’écran puis sélectionnez l’heure désirée en déplaçant une barre. Appuyez pour faire des ajustements de 5 minutes.

Une magnifique expérience de réveil : une esthétique d’orfèvre, des sons de haute qualité et notre innovation Smart Rise transforment vos réveils en un pur régal.

Vos goûts, votre style : choisissez parmi nos sublimes thèmes de couleurs ceux qui collent à votre style. Ou utilisez notre outil de conception afin de créer un tout nouveau look. Enfin, sélectionnez parmi les styles d’horloge que nous avons conçu celui qui correspond à vos goûts.

Ne vous levez plus jamais en retard : utilisez les défis pour vous assurer que vous êtes bien réveillé lorsque vous désactivez l’alarme. Vous trouvez qu’appuyer sur des boutons est trop banal ? Retournez votre téléphone pour activer la répétition. De plus, Timely se rend compte quand vous saisissez votre téléphone et réduit l’intensité de l’alarme en baissant le volume.

Synchronisation de vos appareils : gérez, désactivez et faites répéter vos alarmes sur tous vos appareils à la fois. La synchronisation dans le nuage vous offre une expérience homogène et transparente sur tous vos téléphones et tablettes. Pour ne rien gâcher, tous est sauvegardé en ligne.

À vos marques, prêt, partez : utilisez notre chronomètre pour mesurer le temps avec style. Et définir un compte à rebours est aussi facile que remonter un minuteur de cuisine.

Conçu pour les tablettes : quel que soit l’appareil, Timely est parfait.

Plus : widget, intégration avec Google Now, alarmes récurrentes, animations fabuleuses, répétitions adaptatives, augmentation progressive du volume, extension DashClock, répétition d’alarme via les boutons de volume.

Timely est une application gratuite qui affiche des publicités après 5 jours d’utilisation. L’achat de la version payante (directement depuis l’application) vous donnera accès à tous les contenus exclusifs existants et à venir.

2013

Flutter

En octobre 2013, Google a racheté Flutter. Créée en 2010 par Navneet Dalal et Mehul Nariyawala, située à San Francisco en Californie, Flutter a développé une application de reconnaissance des gestes via la webcam, permettant de contrôler certains logiciels avec les mains.

Flutter

Flutter, racheté par Google

Logo de FlutterGrâce à Flutter, l’utilisateur peut contrôler certaines applications comme iTunes, Spotify ou QuickTime et récemment Chrome simplement en effectuant certains gestes de la main dans l’axe de sa webcam. Pour l’instant Flutter existe sous forme de logiciel sous Mac et Windows. Utilisée dans plus de 90 pays, cette app a connu un gros succès dans le Mac App Store ; il y aurait environ 1 million d’utilisateurs.

On peut imaginer que Google exploitera cette technologie dans des produits tels que ses lunettes ou toutes sortes d’appareils mobiles Android. Les habitués des jeux Kinect ne seront pas déboussolés.

Selon TechCrunch, le montant de l’acquisition est de l’ordre de 40 millions de dollars.

Démo / pub rapide :

Bump et son appli Flock

En septembre 2013, Google a racheté la startup Bump, éditrice de l’application éponyme de partage de contacts et de données, ainsi que l’application Flock de partage de photos.

Bump

Vous cognez (légèrement !) 2 téléphones et les données se transmettent par magie !

Bump (logo)Bump est une (ancienne) application iPhone (et Android) particulière : si 2 personnes l’ont installé chacune sur leur iPhone, il leur suffit de cogner littéralement les deux téléphones pour que des données soient partagées entre les deux : les contacts mais aussi des photos, des vidéos ou d’autres données préalablement sélectionnées.

Si Bump avait jusque-là réussi à résister aux applications concurrentes, l’arrivée de la fonctionnalité native AirDrop d’iOS7 (qui sort aujourd’hui) pourrait bien la décapiter.

Voilà comment il faut « entrechoquer » vos smartphones pour faire fonctionner Bump :

Voilà comment transférer les photos du téléphone vers l’ordinateur :

La startup a également développé une autre application, Flock, sortie en 2012. Elle permet de partager des photos entre copains situés dans un même lieu. Selon TechCrunch, c’est peut-être davantage Flock qui aurait intéressé Google, qui pourrait l’utiliser dans Google+ pour concurrencer les fonctions de partage de photos de Facebook ou Dropbox par exemple. Avec la récente fonctionnalité de partage d’albums sur Facebook, Google+ cherchait sans doute à réagir.

Google met aussi la main sur une série de brevets.

La startup a fêté son rachat en mettant son logo aux couleurs de celles de Google :

Bump racheté par Google

Le montant de l’acquisition a été évalué autour de 35M$ par TechCrunch.

Wavii

En mai 2013, la startup de Seattle spécialisée dans l’analyse du langage naturel, Wavii vient d’être rachetée par Google pour une somme estimée à 30M de dollars.

Les géants d’Internet se livrent une guerre sans merci pour acquérir les meilleures compétences (brevets, entreprises ou leurs équipes). Peu après le rachat de Summly par Yahoo à l’adolescent qui avait créé cet outil de génération de résumé dès l’âge de 15 ans (pour la modique somme de 30M de $), c’est au tour de Google de s’emparer d’une start-up spécialisée dans les traitements du langage naturel. Créée par Adrian Aoun en 2009, celle-ci avait également développé un outil de génération de résumé mais depuis ce rachat il n’est plus disponible.

Wavii

Wavii, spécialiste du traitement du langage naturel, racheté par Google pour développer son Knowledge Graph

Google a indiqué vouloir profiter des compétences des 25 membres de l’équipe de Wavii pour développer son « graphe de la connaissance » (Knowledge Graph). Nul doute que Google se donne les moyens de faire progresser ce qu’on appelle de façon simplifiée la recherche sémantique.

Source : Techcrunch et wavii.com

Makani Power

En mai 2013, la petite société vient d’être rachetée par le géant d’Internet, qui démontre son intérêt pour le développement des énergies renouvelables.

Makani PowerMakani Power est spécialisée sur une niche : les éoliennes aéroportées. Grâce à cette acquisition, elle espère arriver à produire de l’énergie à un prix compétitif par rapport aux énergies fossiles.

Une acquisition de plus pour Google, désormais sur de nombreux créneaux bien éloignés de son moteur de recherche ! Le montant de l’acquisition n’a pas été fourni.

Concrètement, c’est le laboratoire (secret) Google X qui va gérer cette nouvelle entité. Le même que celui qui a sorti les Google Glasses et autres voiture sans pilote.

Voici un schéma explicatif :

Fonctionnement de Makani Power

Schéma explicatif des éoliennes aéroportées de Makani Power

Ca ressemble à un engin bizarre de film de science fiction, non ?

Eoliennes Makani Power

Voici une vidéo de démonstration du vol réalisé en mai 2013 :

Pour en savoir plus je vous envoie sur le site officiel

Channel Intelligence

En février 2013, le groupe ICG a annoncé la conclusion d’un accord pour vendre à Google sa division Channel Intelligence pour 125M$ en cash, un ensemble de solutions marketing dédiées aux sites ecommerce.

Channel IntelligenceChannel Intelligence propose des outils et services marketing aidant les sites marchands à augmenter leur visibilité et donc leurs ventes. Travaillant depuis de nombreuses années avec Google et notamment son comparateur de prix, Channel Intelligence sera certainement intégré dans Google Shopping.

Comme on le voit en analysant les dernières acquisitions de Google, le marketing pour le e-commerce est un axe stratégique du géant d’Internet. Il faut dire qu’il subit une très forte concurrence avec Amazon particulièrement. On se rappelle de l’acquisition de la startup BufferBox proposant des points relais pour les colis achetés en ligne.

Google Shopping

Google Shopping est un axe prioritaire de développement chez Google…

D’après moi, 2013 va être l’année de Google Shopping. La semaine dernière j’évoquais l’arrivée de Google Shopping for Suppliers (B2B). Attendez-vous à en entendre parler de plus en plus, et surtout à le voir de plus en plus dans les pages de résultats Google.

Et si Google proposait aux entreprises un outil complet pour mettre en vente leurs produits sur Internet ? Du genre un CMS de boutique en ligne optimisée pour le SEO (tant qu’à faire), hébergé chez Google, automatiquement intégré à AdWords et Shopping, avec un système de paiement en ligne assuré par Wallet… et une présence boostée dans Google ou Google+ ?

2012

BufferBox

En décembre 2012, Google continue ses investissements et diversifications dans le secteur du commerce en ligne avec l’acquisition de la startup canadienne BufferBox spécialisée dans les points de retrait sécurisés de colis achetés en ligne.

Bufferbox logoLa livraison (et la réception du colis) fait partie des freins à la vente en ligne. C’est dans cet esprit que le canadien BufferBox a mis en place des dépôts constitués de coffres sécurisés où l’acheteur peut venir chercher ses achats effectués en ligne. Un simple code envoyé par SMS indique en effet à l’internaute où aller chercher ses colis et comment déverrouiller le coffre. BufferBox n’est pas une offre de boite postale (PO Box), avec les inconvénients parfois rattachés (certains sites n’expédient pas vers des boites postales).

Dépot Bufferbox

Exemple de casier Bufferbox (image techcrunch.com)

Google vient concurrencer Amazon qui dispose avec Lockers d’un service équivalent, tout comme eBay, ShopRunner et Shutl. Cette offre pourrait être couplée avec le service de paiement virtuel par smartphone (Google Wallet). A rapprocher également des acquisitions de DailyDeal et plus récemment Incentive Targeting pour renforcer Google Offers.

Le montant de la transaction n’a pas été révélé ; le site TechCrunch avance la somme de 17 millions de dollars.

Google a fermé ce service en mars 2014.

Nik Software

En septembre 2012, la société allemande Nik Software vient d’annoncer son rachat par Google. Elle est connue dans le monde de la photographie numérique, notamment pour son application Snapseed sur iOS.

Nik Software

Logo de Nik Software

Snapseed (logo)

Logo de Snapseed

Nik Software est d’abord connu des photographes pour ses logiciels et plugins de retouche N&B ou couleur, HDR, sharpener. La start-up a ensuite développé Snapseed, une application permettant d’améliorer vos photos en lui appliquant des filtres pour des effets étonnants. Disponible sur iOS (iPod Touch, iPad et iPhone) ainsi qu’en desktop sur Mac et Windows, elle sera bientôt disponible sous Android. Mais restera-t-elle indépendante ou engloutie par l’un des innombrables services de Google, par exemple Google+ ? Google veut-il faire de Snapseed une sorte de killer d’Instagram (racheté la bagatelle d’un milliard de dollars par Facebook) ? L’application restera-t-elle payante ?

Le montant de l’acquisition n’a pas été dévoilé ; les salariés, en bonne partie situés à San Diego en Californie, vont rejoindre les équipes de Google à Mountain View.

Snapseed

Exemple de photo améliorée avec les effets Snapseed (source : snapseed.com)

Présentation officielle :

Nik Software est un véritable précurseur dans le monde de la photographie professionnelle. Nik s’est fait un nom en créant des technologies résolument originales (et bien entendu primées) ainsi que des produits destinés aux professionnels de l’image et de la photographie numérique. Nik a tout réinventé, depuis un portefeuille de techniques d’effets créatifs jusqu’à la technologie U Point, transformant ainsi la façon dont les photographes retouchent leurs images.

Snapseed, une création de Nik Software, découle d’une idée simple : que se passerait-il si nous pouvions prendre les innovations numériques créées pour les photographes professionnels et les mettre à la disposition de tout un chacun, à savoir les millions de personnes qui, à travers le monde, prennent des photos avec leurs téléphones et leurs reflex numériques ?

L’expérience Snapseed voyait ainsi le jour.

Nous avons lancé Snapseed Mobile sur l’Apple iPad en juin 2011, rapidement suivi par l’Apple iPhone en août 2011. En janvier 2012, nous avons porté notre logiciel sous Mac OS et peu de temps après, en février, Snapseed était disponible sous Windows. Nous continuerons de rendre Snapseed omniprésent : disponible sur pratiquement toutes les principales plates-formes mobiles et de bureau, et bien au-delà encore.

Notre vision consiste à proposer une expérience de retouche de photos tellement amusante, facile et puissante que Snapseed s’imposera naturellement comme seule et unique application de retouche, de modification et de partage de photos que vous voudrez utiliser partout, chaque jour.

Source : Nik Software (via Vic Gundotra)

Guides de voyages Frommer’s

En août 2012, Google vient de conclure le 10 août 2012 auprès de  la maison d’édition John Wiley and Son, l’acquisition des célèbres guides de voyages Frommer’s, fondés en 1957.

Guide de voyage Frommer's

Frommer’s, spécialiste américain des guides de voyages, racheté par Google

Frommer's (logo)Après les guides gastronomiques Zagat (achetés 125M$ en septembre 2011), Google met la main sur le spécialiste des guides de voyages Frommer’s. On peut imaginer que toutes ces données seront intégrées dans Google+ Local ainsi que dans Google Maps. Une utilisation dans la recherche vocale sur mobile est également possible, afin de concurrencer le système Siri d’Apple.

Outre les données que Google pourrait exploiter de multiples façons, il y a aussi « simplement » le site web frommers.com. A votre avis, comment Google va-t-il gérer le référencement naturel de ce site de 500.000 pages ? Sa visibilité sera-t-elle boostée ? TripAdvisor et Yelp doivent-ils s’inquiéter (encore plus) pour leur visibilité Google ? A noter que frommer’s est affilié AdSense

Dans la même thématique, Google a racheté ITA Software, qui lui a permis de lancer son comparateur de billets d’avion (Google Flight Search). Le montant de l’acquisition n’a pas été dévoilé ; le WSJ l’a évaluée à 25M$.

Wildfire

En août 2012, après avoir échoué à racheter Buddy Media, Google a donc réussi à acheter son concurrent Wildfire, une (ancienne ?) startup spécialisée dans le marketing des réseaux sociaux (social media marketing).

Google achète Wildfire

Wildfire est racheté par le géant d’Internet, Google

Créée en 2008 par Victoria Ransom et Alain Chuard, Wildfire propose une suite d’outils permettant aux marques de mieux gérer leur visibilité auprès des consommateurs directement sur les réseaux sociaux : Facebook et Twitter bien entendu, mais aussi YouTube, Google+, LinkedIn, Pinterest. Ils sont passés de 5 à 400 employés dans les 30 derniers mois.

Il est probable que Google intègre Wildfire dans son offre globale de régie publicitaire display, en renforcement de DoubleClick et d’AdX Exchange. Les annonceurs pourraient ainsi acheter au même endroit (chez Google) aussi bien des publicités display classiques que des publicités « sociales », c’est-à-dire diffusées sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter.

On peut se demander se que Facebook va penser de son concurrent (Google) qui va vendre à ses annonceurs des publicités affichées directement sur Facebook…

Le montant de la transaction n’a pas été révélé, mais certaines sources citées par AllThingsD avancent un prix d’au moins 250 millions de dollars.

Wildfire

Wildfire, spécialiste des solutions marketing pour réseaux sociaux

WIMM Labs

Dans l’été 2012, Google a racheté la startup californienne WIMM Labs, qui a conçu une smartwatch : la WIMM One.

logo WIMM Labs
smartwatch WIMM one

La montre WIMM One

On comprend mieux désormais pourquoi l’été dernier, WIMM Labs indiquait être entré dans une relation exclusive et confidentielle, laissant alors les rumeurs spéculer sur le nom de ce partenaire. On sait aujourd’hui qu’il s’agissait en réalité de Google et non d’Apple ou d’un autre géant de la high tech.

En laissant fuiter puis en confirmant cette information, un an après l’acquisition, Google ne chercherait-il pas à contrer son concurrent Samsung qui dévoile sa smartwatch Galaxy Gear ce 4 septembre ?

Ayant déjà sorti dès 2011 une première montre intelligente (la WIMM One), WIMM Labs dispose de compétences qui serviront à Google pour entrer sur un marché annoncé comme prometteur (les montres « connectées » ou « intelligentes »). Pour ma part, j’ai encore du mal à me laisser séduire, les applications disponibles n’étant pas encore si attirantes que ça, et surtout le design (les montres sont souvent très grosses).

Ce qui a sans doute intéressé Google chez WIMM Labs, en plus de cette montre qui a la bonne idée de tourner sous Android, c’est leur expertise dans la miniaturisation de l’informatique, notamment les appareils wearables.

Le montant de l’acquisition n’a pas été indiqué.

Les fonctionnalités de la montre WIMM One :

Une analyse de la montre WIMM One :

Voici une vidéo dans les locaux de WIMM Labs :

Source : gigaom.com

2011

Clever Sense et son appli Alfred

En décembre 2011, Google s’empare de la société CleverSense et de sa célèbre application Alfred (Android et iOS) qui recense les recommandations des internautes sur les restaurants, bars, cafés, etc. Plus qu’une simple liste d’avis utilisateurs, Alfred est capable de deviner les goûts de l’utilisateur afin de lui conseiller des lieux qui devraient lui plaire.

Clever Sense racheté par Google

Google s’empare de la technologie Clever Sense et son son appli Alfred

En gros, la technologie Clever Sense utilisée dans Alfred repose sur le principe de la curation : faire le tri dans tous les lieux recensés, accompagnés des avis des mobinautes ainsi que de toutes les informations disponibles sur le web. L’idée est de faire le lien entre le monde physique (offline) et le monde numérique (online).

Technologie CleverSense

Technologie de Clever Sense

Le moteur d’extraction de Clever Sense crawle le web afin d’en extraire des informations sur les lieux indexés par son catalogue. Parmi les technologies utilisées, on peut citer le traitement du langage naturel, les systèmes d’apprentissage statistiques et les algorithmes de data mining. Tout ceci génère ce que Clever Sense appelle le Graphe d’Intérêt.

Le moteur de sérendipité complète le graphe d’intérêt par une analyse temps réel incluant des algorithmes « intelligents » qui essayent de tenir compte du profil (anonyme) de l’utilisateur et donc de ses goûts. Pour cela, de nombreuses sources d’information sont utilisées, incluant les applications comme Alfred ainsi que Facebook et Twitter (et bientôt Google+ ?).

L'application Alfred de CleverSensePour l’instant, les technologies Cleversense sont exploitées par Alfred, une application Android et iOS (Apple).

On peut supposer que ces technologies vont être intégrées dans de nombreux produits et services Google, dont Android, Google Maps, Google Earth, Goggles, Google+…

Présentation vidéo d’Alfred :

Source : thecleversense.com

SocialGrapple

En octobre 2011, Google rachète SocialGrapple pour mieux mesurer les interactions sur Twitter.

Social Grapple (logo)Parmi les fonctionnalités de SocialGrapple :

  • mesure de l’évolution du nombre de tweets, followers (abonnés) et followings (abonnements)
  • analyse des mots utilisés par ceux qui mentionnent votre marque sur Twitter
  • analyse détaillée d’un compte Twitter, mise à jour heure par heure
  • liste des stalkers de votre compte Twitter (des abonnés que vous ne suivez pas)
  • liste des stalking de votre compte Twitter (des comptes que vous suivez mais qui ne vous ne suivent pas)
  • liste des comptes Twitter que vous suivez et qui vous suivent

Autant dire que c’est un outil très intéressant pour l’analyse de la e-réputation ou pour bosser le SMO. Pour l’instant l’outil coûte entre 6$ et 125$ par mois (source). Espérons qu’il devienne gratuit avec Google ;-)

On verra bien si Google l’intègre dans d’autres outils comme par exemple Google Analytics…

SocialGrapple : évolution du nb de followers et following

SocialGrapple : évolution du nb de followers et following

Analyse des mots associés sur Twitter à une marque

SocialGrapple : analyse des mots associés sur Twitter à une marque

SocialGrapple affiche les stalkers et les stalking

SocialGrapple affiche les stalkers et les stalking

PittPatt

En juillet 2011, Google vient d’acheter la société Pittsburgh Pattern Recognition (PittPatt) spécialisée en reconnaissance faciale pour les images fixes et les vidéos. On ne sait pas encore si c’est pour améliorer Picasa, la recherche d’images, Goggles ou Youtube, ou bien pour l’intégrer à Google+ ou à d’autres services

Reconnaissance de visages PittPatt

Reconnaissance faciale par PittPatt

Pittsburgh Pattern Recognition (Pitt Patt)

Pittsburgh Pattern Recognition a été fondée en 2004 par Henry Schneiderman, Michael Nechyba et Michael A. Sipe, 3 experts PhD de l’Université de Carnegie Mellon. PittPatt est d’ailleurs un spin-off de l’université, ou les fondateurs de l’entreprise ont travaillé 10 ans en R&D sur ce sujet auparavant. Le site officiel affiche un message confirmant le rachat.

Google va-t-il céder à la tentation d’intégrer des publicités AdWords au sein des images, ou en relation avec les personnes identifiées par leur visage ? Faut-il s’attendre à voir la reconnaissance faciale dans la recherche Google ?

Le rachat de PittPatt peut également servir à enrichir Google+ afin d’offrir un service de tags de personnes plus efficace, comme l’a fait son rival Facebook.

Evidemment tout ceci peut inquiéter les utilisateurs qui craignent pour le respect de leur vie privée… Qu’en pensez-vous ? Donnez votre avis ici ou dans le forum dans la discussion sur le rachat de pittpatt par Google.

Fridge

En juillet 2011, la jeune société Fridge vient d’annoncer avoir été rachetée par Google, qui utilisera ses produits et compétences pour enrichir Google+ de fonctionnalités, notamment les groupes.

Rachat de Fridge par Google

La startup Fridge vendue à Google pour être intégrée à Google+

La start-up Fridge a développé des services dédiés aux échanges au sein de groupes privés sur les réseaux sociaux : partage de photos, d’événements, de discussions. Ca n’a donc rien à voir avec le frigo de Google que j’avais imaginé en 2010 ;-)

Ces services vont être intégrés au nouveau réseau social Google+, qui ne dispose justement pas encore de la fonctionnalité de groupes de contacts, au sens habituel des réseaux sociaux. En effet, les regroupements de contacts se font pour l’instant via des cercles dans Google+, avec la particularité que ces cercles sont entièrement gérés par son créateur, sans que les membres puissent interagir. Il s’agit à peu de choses près des listes de contacts chez Facebook.

On se demande quand Google+ proposera à ses utilisateurs de partager des cercles, de les rendre publics. Il se pourrait bien que les cercles publics de Google+ soient issus des technologies de Fridge. Attendons encore quelques semaines et ça devrait être disponible…

Fonctionnalités de Fridge

Fridge sert à gérer des événements entre amis, à créer des fan clubs, à prévoir des vacances en famille, à se rapprocher de ses amis en partageant toutes sortes de choses avec eux, etc.

2 des 4 personnes de Fridge, dont le siège social est à New-York, vont partir à Mountain View rejoindre les développeurs de Google+ au siège de Google. Le montant de l’acquisition n’a pas été révélé.

On discute du rachat de Fridge dans le forum.

PostRank

En juin 2011, Suite à la volonté affichée de Larry Page, le PDG de Google, de mieux se développer dans le web social, le géant d’Internet vient de racheter la société PostRank, spécialisée dans l’analyse des données des réseaux sociaux (social web analytics). Avec PostRank et le nouveau bouton +1, Google se donne les moyens d’en savoir encore plus sur l’activité des internautes…

PostRank

PostRank : Intelligence from
the social web

PostRank propose un outil permettant de mesurer comment des contenus sont partagés sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, etc.). Cela va bien plus loin que ce que n’importe quel internaute peut analyser (voyez mon outil de mesure des partages sur Twitter, Facebook…) et sans doute plus loin aussi que ce que Google analyse actuellement. L’outil permet de savoir qui partage vos contenus (ou ceux de vos concurrents) et où, mesurant ainsi davantage « l’engagement des internautes » (c’est l’objet du produit Publisher Analytics). Ainsi, les marques peuvent facilement identifier les internautes influents et rentrer en contact avec eux pour optimiser leurs campagnes emarketing et de communication en ligne. C’est l’objet du produit PostRank Connect.

A priori le service PostRank va continuer de fonctionner pour les utilisateurs actuels, mais les inscriptions sont désormais fermées. D’après TechCrunch, la vingtaine de salariés de PostRank va rejoindre le siège de Google à Moutain View. On ne sait pas encore sur quels produits cette équipe va travailler (PostRank sera-t-il intégré dans Google Analytics ? l’avenir nous le dira). Les termes de l’accord n’ont pas été dévoilés.

eBook Technologies

En janvier 2011, l’acquisition de la petite société eBook Technologies Inc. par le géant Google vient d’être confirmée. L’objectif est de développer des outils performants de consultation des ebooks (livres numériques) sur tablettes et autres appareils mobiles.

Dans la guerre des tablettes et autres smartphones, Google avance petit à petit, notamment pour rattraper son retard par rapport à Apple et son best-seller iPad ou Samsung avec sa Galaxy Tab…

Un rachat surprenant au premier abord, car eBook Technologies ne semble pas payer de mine, notamment son site (qui ne semble plus vraiment accessible depuis le rachat). L’avenir nous dira si c’était une acquisition judicieuse.

2010

Picnik

En mars 2010, Google vient d’annoncer le rachat de la société Picnik, éditrice d’un service de retouche photo gratuite en ligne.

Capture d écran de Picnik

Démo de Picnik, outil de retouche photo en ligne

Photo editing Picnik

Picnik, outil d’edition en ligne de photo

Picnik permet de retoucher des photos en ligne gratuitement et simplement. Ses fonctionnalités seront sans doute prochainement intégrées au logiciel de gestion de photos Picasa (ou à ses albums web). Picnik est une startup créée en 2005 par Darrin Massena et Mike Harrington, basée à Seattle, employant 20 personnes. Plus d’un milliard de photographies ont été retouchées à l’aide de Picnik !

Son PDG actuel, Jonathan Sposato, avait déjà vendu à Google sa société Phatbits, intégrée depuis à Google Gadgets.

Picnik Vibrance

Démo de Picnik : effet Vibrance

Picnik Touch Up

Démo de Picnik : effet Touch Up

Extensions Picnik pour Firefox, Chrome et Internet Explorer

Il existe aussi une extension Firefox qui ajoute une option « Éditer dans Picnik » à votre menu contextuel, et vous permet également de faire une capture d’écran d’un site Web complet et de l’éditer directement dans Picnik. Cette extension n’est désormais plus disponible…

Dans le même genre, vous trouverez une extension Chrome qui vous permet d’éditer facilement les images que vous trouvez lorsque vous surfez sur le Web. En un clic, vous pouvez faire une capture d’écran de votre page Web actuelle et l’ouvrir avec Picnik. Vous pouvez ainsi l’éditer, l’annoter et la partager en toute simplicité. Procédez de la même manière pour toutes les images de votre page Web actuelle. Choisissez une image parmi la liste des signets dynamique, puis éditez-la, annotez-la et partagez-la à l’aide de Picnik. Cette extension n’est désormais plus disponible…

Remarque : Picnik est fermé depuis 2013, le site était www.picnik.com

Avant 2010

Omnisio

En juillet 2008, Google vient de faire l’acquisition de la jeune startup Omnisio, qui a développé un système d’annotations pour les vidéos, lequel viendra enrichir l’actuel système en service sur YouTube.

OmnisioLes 3 Australiens Ryan Junee, Julian Frumar et Simon Ratner, cofondateurs de la société Omnisio, avaient ouvert leur site en mars 2008. Omnisio souhaite fournir aux internautes une expérience vidéo adaptée au web, pour aller au-delà de nos habitudes issues de la TV.

Présentation d’Omnisio

Commentaires intégrés dans la vidéo

Omnisio permet aux internautes de laisser des commentaires sur des vidéos sous forme d’annotations qui s’affichent directement sur la vidéo. Ce système permet aussi de blogguer facilement un extrait précis d’une vidéo.

Annotations vidéo par Omnisio

Montage de clips vidéos

Omnisio est également utilisé pour créer soi-même des vidéos montages à partir de clips extraits d’une autre vidéo.

Montage de clips vidéo par Omnisio

Interfaçage avec des présentations (slides)

On peut aussi interfacer et synchroniser une vidéo avec une présentation en ligne (SlideShare)

Synchronisation de la vidéo avec des slides par Omnisio

Création de menus dynamiques intégrés dans la vidéo

Vous pouvez par exemple indiquer qui se trouve à l’image, et intégrer un menu pour faciliter la navigation à l’intérieur de la vidéo.

Création de menus intégrés dans la vidéo par Omnisio

Intégration avec YouTube : Omnisio rejoint donc les équipes de YouTube, attendons-nous à voir arriver ces technologies rapidement sur le portail vidéo de Google… On parle de cette acquisition d’Omnisio dans le forum.

Postini

En juillet 2007, Google a annoncé l’acquisition de la société Postini, leader de la sécurité pour les communications sur Internet (mail, messagerie instantanée, etc.).

Edit : depuis, Postini a été fermé et ses technologies intégrées dans Google Apps.

PostiniIl ne se passe plus une semaine sans que Google ne rachète une entreprise ! D’ailleurs je n’ai plus le temps d’en faire écho ici… Cette fois-ci Google rachète un de ses partenaires dans le développement des outils Google Apps pour la somme de 625 millions de dollars (en cash). Google assurera le suivi des 35.000 entreprises et 10 millions d’utilisateurs actuels de Postini.

Nul doute que l’ensemble des applications professionnelles de Google bénéficieront rapidement des compétences de Postini en termes de sécurité, ce qui évitera peut-être à Google de connaître les problèmes de sécurité rencontrés ces derniers temps, et par-là même convaincre de nouvelles entreprises de basculer (de Microsoft…) vers Google Apps…

Plus tard, en février 2009, Google a proposé une nouvelle offre d’hébergement d’archivage sécurisée pour les entreprises. Cette offre est basée sur les services de Postini qui ont été mis à jour. Ce nouveau service propose aux entreprises la sécurisation d’archives de type emails avec les solutions Postini améliorées depuis le rachat par Google.

Google explique que le service est très simple pour que les entreprises gagnent du temps.

Les 3 services proposés :

  • Email Security
  • Email Archiving and Discovery
  • Web Security

La solution proposée par Google propose un maximum de sécurité en évitant les spams, les virus et avec un système de recherche de mail adapté aux entreprises.

Si vous souhaitez discuter sur ce sujet : Topic sur Postini dans le forum WebRankInfo.

Tonic Systems

Presently, le nom supposé du futur concurrent de Powerpoint conçu par Google, sera sans doute issu des technologies de Tonic Systems qui vient d’être rachetée en avril 2007 par Google.

Tonic SystemCette fois ce n’est plus une simple rumeur, le PDG de Google Eric Schmidt en a fait l’annonce au cours de l’Expo Web 2.0 à San Francisco (lire ici des détails en anglais). Pour l’instant très peu d’informations ont filtré, Google ne souhaitant pas présenter sa suite bureautique en ligne Google Documents comme un concurrent direct de Microsoft Office.

Eric Schmidt interviewé par John Battelle à l'Expo Web 2.0

Tonic Systems est une start-up créée à la fin des années 1990, spécialisée dans les applications permettant (entre autres) de réaliser des diaporamas comme ceux de Powerpoint : Tonic Systems Builder, Tonic Systems Filter, Tonic Systems Transformer, Tonic Systems Viewer, et JarJar Links. Basée à San Francisco, Tonic Systems possède d’autres bureaux en Californie et à Melbourne. Son site web est fermé depuis peu, mais en cherchant bien on trouve encore des pages en cache (dans Google) ainsi qu’un forum…

Capture d'écran de Tonic Point

Avec cette acquisition, Google va renforcer ses compétences en travail collaboratif, la voie choisie par le géant de la recherche depuis quelques mois. Le montant et les termes de l’acquisition n’ont pas été divulgués.

Ce qui est important dans cette acquisition, c’est que la solution de Tonic Systems permet non seulement d’ouvrir des documents créés par Microsoft Powerpoint, mais aussi de créer des documents 100% compatibles avec Powerpoint. Gageons que Google travaille actuellement à rendre ses autres outils bureautiques compatibles avec Microsoft Office…

Orion

En avril 2006, Google vient d’acheter Orion, un algorithme « révolutionnaire » de recherche d’information inventé par Ori Allon, qui travaille désormais pour le géant des moteurs…

Peu d’informations sont disponibles au sujet de cette histoire… On apprend par un article du journal harretz.com que Google a acquis les droits d’un algorithme de recherche d’information textuelle créé par Ori Allon, un étudiant Israélien qui effectuait son doctorat en Australie à l’université de New South Wales… et qui travaille désormais pour Google à Mountain View.

L’algorithme fournit (outre les résultats) une liste de sujets apparentés à la recherche effectuée par l’utilisateur. Il est précisé également que cet algorithme mesure la qualité du texte afin d’en tenir compte.

On peut se demander pourquoi Google a voulu acheter cet algorithme… Peut-être souhaite-t-il en exploiter certains aspects ? A moins que ce soit simplement pour éviter que ses concurrents ne le devancent, Yahoo et MSN ayant également négocié pour s’emparer d’Orion.

Note : on trouve différentes orthographes en plus de Ori Allon : Ori Alon ou Ouri Elon (je ne sais pas laquelle est la bonne…)

Kaltix

En septembre 2003, Google vient d’annoncer l’acquisition de la start-up Kaltix, basée à Palo Alto, créée en juin 2003 par 3 étudiants de l’université de Stanford (d’où sont originaires les fondateurs de Google…).Les termes financiers de l’accord n’ont pas été rendus publics.

Les créateurs de Kaltix s’étaient regroupés au sein du groupe de recherche sur le PageRank. Après avoir travaillé entre autres pour le centre de recherches de Xerox, Taher H. Haveliwala a travaillé chez Google pendant l’été 2000 sur des technologies de text mining.

Depuis 2003, la plupart de ses publications concernaient le calcul du PageRank, et notamment les moyens de l’accélérer (par un facteur 1000 d’après les articles…). Il a entre autres écrit l’article sur l’algorithme du BlockRank, expliqué succinctement sur WebRankInfo.En juin 2003, il a co-fondé la société Kaltix Corporation, dont les domaines d’étude étaient la recherche contextuelle et l’accélération des recherches.

L’objectif majeur est double : d’une part, accélérer considérablement le calcul du PageRank (aujourd’hui il est recalculé tous les 3 à 4 semaines, voire plus), critère majeur de l’algorithme de Google, et d’autre part permettre le développement de recherches contextuelles ou personnalisées.

En 2001 déjà, Google avait acheté la société Outride afin de développer les algorithmes de personnalisation de la recherche, mais aucun résultat n’avait été dévoilé. L’avenir nous dira si le rachat de Kaltix aura des conséquences plus visibles pour l’utilisateur de Google…

Le site www.kaltix.com est d’ores et déjà redirigé vers celui de Google.

L’accès au site pagerank.stanford.edu, qui affichait au début de l’été quelques pages à propos du projet de recherche sur le PageRank, est depuis le mois d’août impossible (accès interdit).

Source : Google Press Center

Cet article vous a-t-il plu ?

Note : 5.0 (1 vote)
Cliquez pour voter !

Laisser un commentaire

Remarques :

  • Si vous souhaitez poser une question ou détailler un problème technique, il ne faut pas utiliser le formulaire ci-dessous qui est réservé aux avis. Posez votre question directement dans le forum Gmail de WebRankInfo. L'inscription est gratuite et immédiate.

  • En postant un avis, vous acceptez les CGU du site WebRankInfo. Si votre avis ne respecte pas ces règles, il pourra être refusé. Si vous indiquez votre adresse email, vous serez informé dès que votre avis aura été validé (ou refusé...) ; votre adresse ne sera pas utilisée pour vous envoyer des mailings et ne sera pas revendue ou cédée à des tiers.